chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
174 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Muscipula - Little Chasm of Horrors

Chronique

Muscipula Little Chasm of Horrors (Démo)
Hey ! Mais en voilà une petite demo qui fleure bon la bonne humeur et la joie de vivre, distille dans l’air le doux parfum printanier de l’amour et redonne de l’espoir à la Terre entière !!! Nan, je déconne hein et vous l’avez de toute façon déjà compris. Si vous avez cliqué sur l’image à droite de votre écran, c’est qu’un simple coup d’œil à ce chouette artwork en noir et blanc a réveillé votre appétit malsain pour la monstruosité, que ce charmant titre Little Chasm of Horrors vous a méchamment aguiché et que, comme moi, vous vous réveillez chaque matin avec l’envie de vous faire malmener les tympans.

Dans les colonnes de Thrashocore, on parle d’ordinaire plus volontiers de caveau ou de caniveau, mais faut croire que je me découvre la main verte ces derniers temps car, après vous avoir parlé de KOMPOST il y a peu, je reprends mes travaux de jardinage là où je les avais laissés : dans un terreau gras et putride à souhait, mais à quelques milliers de kilomètres de la Finlande cette fois et avec une formation officiant dans un registre sensiblement différent. On n’apprendra rien des êtres de chair et de sang frais qui se cachent derrière ce projet empruntant son nom à une plante carnivore, si ce n’est qu’ils sortent des marécages du Tennessee qui semblent être leur principale source d’inspiration. Je m’en contenterai, là n’est pas le plus important.

MUSCIPULA pratique un Death/Doom qui lorgne méchamment du côté d’un Sludge de désolation, celui d’un PRIMITIVE MAN par exemple, qui pue le désespoir sur fond d’ambiance de fin du monde, en l’occurrence de fin de la suprématie de l’espèce humaine sur terre, terrassée par l’appétit inextinguible d’une plante sanguinaire. Dit comme ça, on serait tenté de sourire, mais la promesse de se faire déchiqueter, dévorer puis digérer par cette épouvantable plante carnivore sera bel et bien tenue !

La tige charnue, rugueuse, exubérante et suintante du cruel végétal n’est autre que cette monstrueuse basse vrombissante, le maître outil de torture d’un lent processus de mise à mort par étouffement dont on sait qu’il peut être source d’intense plaisir, la délicieuse sensation d’écrasement de la cage thoracique n’étant que le stratagème fallacieux de MUSCIPULA pour nous faire sombrer, à demi inanimé et tête la première, dans son petit gouffre d’horreur. L’abandon devient total lorsque l’on se laisse anesthésier par les martèlements rigides, froids et répétitifs de la batterie, par les riffs gras, tordus et lancinants de la guitare et par des vocaux qui ne sont que souffles et gargouillis courts, mortifères et nauséabonds. Les accélérations ne seront là que pour parachever la sale besogne.

Le dernier sursaut avant votre trépas interviendra pendant "Descending into Chasm Dionanea Muscipula", grâce à ces pointes de vitesse aussi furieuses que jouissives parce que suivies et précédées de nappes rampantes, la sentence de mort par asphyxie prononcée pendant "Closed Shut (Enzymatic Death by Digestion)", le coup de grâce étant son déchaînement frénétique à partir de 1:43. Quant à "Sphagnum Bog of the Depraved Droseracea", elle n’est autre que la célébration malsaine de la victoire de la plante sur le misérable humain que vous êtes, en raison de son rythme sinistrement guilleret et de son riff complètement obsédant.

Dix petites minutes suffiront pour vous faire dégringoler au fond d’une tranchée putride, pour vous faire tomber comme de vulgaires et souffreteux insectes dans la gueule béante d’une gigantesque dionée attrape-mouches. Si par miracle vous en sortez indemnes, il vous en faudra bien davantage pour vous en extirper et vous débarrasser des sucs gastriques déjà en train de vous ronger les chairs.

Le label floridien Caligari Records n’en finit pas de me régaler. En ces temps d’opulence musicale, c’est avec près de deux ans de retard que j’ai découvert, grâce à un bouche à oreille des plus précieux, MUSCIPULA, dont le premier effort que voici date déjà de février 2020. Il était plus que temps d’en parler, c’est chose faite ! Allez les gars, qui que vous soyez, donnez une suite tout aussi alléchante à cette demo, que j’ouvre le premier Jardi-Thrasho-land de la planète !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Muscipula
Death/Doom
2020 - Caligari Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Muscipula
Muscipula
Death/Doom - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Descending into Chasm Dionanea Muscipula
02.   Closed Shut (Enzymatic Death by Digestion)
03.   Sphagnum Bog of the Depraved Droseracea

Durée : 10:24

Essayez aussi
Sewer Fiend
Sewer Fiend
Echoes From The Cistern (EP)

2021 - Sewer Rot Records
  
Temple of Void
Temple of Void
Lords of Death

2017 - Shadow Kingdom Records
  
Lurk
Lurk
Fringe

2018 - Transcending Obscurity
  
Ghoulgotha
Ghoulgotha
The Deathmass Cloak

2015 - Dark Descent Records
  
Predatory Light
Predatory Light
Predatory Light

2016 - Invictus Productions
  

Aara
Triade I : Eos
Lire la chronique
Deadspeak
Dissolve The Dreams (EP)
Lire la chronique
Dream Unending
Tide Turns Eternal
Lire la chronique
Proscriptor McGovern's Apsû
Proscriptor McGover’s Apsû
Lire la chronique
Hadal
December
Lire la chronique
Stabat Mater
Treason by Son of Man
Lire la chronique
Congealed Putrescence
Dissolved in Hyphae (EP)
Lire la chronique
Hanternoz
Au fleuve de Loire
Lire la chronique
Gràb
Zeitlang
Lire la chronique
Fosa
Demo MMXVI (Reedicion 2021)...
Lire la chronique
Zulu
My People​.​.​.​Hold On / O...
Lire la chronique
Frightful
Spectral Creator
Lire la chronique
Olio Tähtien Takana
Spectral Katharsis
Lire la chronique
Phrenelith
Chimaera
Lire la chronique
Tower
Shock To The System
Lire la chronique
Phaëthon
Sacrifice Doth Call (EP)
Lire la chronique
Haalbuaer
Mortal Ones Scream In Horror
Lire la chronique
Tardus Mortem
Armageddon
Lire la chronique
First Fragment
Gloire Éternelle
Lire la chronique
Warning
Watching from a Distance - ...
Lire la chronique
Concrete Winds
Nerve Butcherer
Lire la chronique
Gloomy Grim
Agathonomicon
Lire la chronique
Nächtlich
Satanas Solum Initium Est
Lire la chronique
Dungeon Steel
Bloodlust (EP)
Lire la chronique
Burial
Inner Gateways To The Slumb...
Lire la chronique
Verdun / Old Iron
Verdun / Old Iron (Split 12")
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Eyes Of Satan (EP)
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Deeds Without A Name (EP)
Lire la chronique
Morte Incandescente
Vala Comum
Lire la chronique
Muscipula
Little Chasm of Horrors (Dé...
Lire la chronique