chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
190 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

First Fragment - Gloire Éternelle

Chronique

First Fragment Gloire Éternelle
Avertissement préalable. Là où le death technique décérébré de Archspire ou Ophidian I était à prendre en “facial” sans trop de réflexion dès la première écoute (parfait en fond pour sa séance crossfit), la découverte de Gloire Éternelle nécessitera toute votre attention et un nombre de fois plus que conséquent. Outre une durée passant de 56 minutes à 1h11, le niveau de technicité monte de plusieurs gros crans. Dasein exigeait déjà un tube de codéine pour des compositions datant parfois de leurs années collège/lycée (!?). Avec Gloire Eternelle, presque six années se sont écoulées, First Fragment passe la puberté et ce coup-ci il va falloir transformer son cerveau en “cluster big data” pour absorber tout ce déluge de notes. Je vous mets en garde car cela pourrait en rebuter pas mal à sa découverte, moi même je passe souvent mes playlists Spotify en faisant une activité à côté. N’imaginez même pas écouter le morceau “In’el” (on y reviendra) de cette manière. Vous voilà prévenu. Toujours chez Unique Leader (véritable ovni du label) et désormais aidé du crayon classieux d’Adam Burke pour l’artwork, les Québécois verront l’arrivée du virtuose Dominic "Forest" Lapointe (Augury, ex-Beyond Creation) à la basse, le méconnu Nicholas Wells à la batterie et le guitariste Nick Miller pour remplacer le compositeur et membre fondateur Gabriel Brault-Pilon (grand frère du frontman).

Une grande inspiration, on se lance dans la chronique de ce pavé (aucunement péjoratif ici) ultra dense et technique certes mais avant tout particulièrement “mélodique”. Un fort penchant heavy des années 80 (Phil citant comme références Joey Tafolla, Paul Gilbert ou Yngwie Malmsteen) pour une quantité inhumaine de leads et soli (bien trouvé le clip du hit “Pantheum”) chaque minute, impossible à énumérer. Et quels soli ! Sans aucun déchet (un des principaux défauts à mon sens de Desolate d’Ophidian I) et possédant “une âme” en vous titillant les sens (“Ataraxie” (3:11) ou “Soif brûlante” (5:12)). Attendez là je ne vous parle que de la guitare à sept cordes. L’arrivée de Dominic "Forest" Lapointe à la six cordes fretless va tout chambouler, répondant aux attaques injouables et incessantes de Phil Tougas par des déferlantes de slap et de tapping. Aucun morceau n’est épargné, un groove des plus jouissifs (ah cette introduction de “La Veuve et Le Martyr”) rarement atteint pour le genre. Un plaisir décuplé par un mixage généreux du duo guitare/basse et une production “organique” assez éloignée des standards death technique moderne au “son 16 bits compressé”.

La comparaison avec leurs voisins Beneath The Massacre pouvait se faire jusqu’en 2016, ce n’est plus le cas. Les aspects “brutaux” sont mis en second plan par le chef d’orchestre Philippe Tougas, oubliez donc un retour à leur EP frontal. Lui-même le dit quant au style actuel de First Fragment, je cite “du power metal technique avec des blast beats et des vocaux gutturaux”. Effectivement le chant toujours incompréhensible (oui c’est bien en français) persiste et fera pâle figure face au “shotgun” Oliver Rae Aleron, peinant en puissance et au mixage relativement obscur. Côté fûts, le batteur Nicholas Wells reprend les techniques “extrêmes” de la brute Troy Fullerton (Severed Savior), gravity blasts et vélocité déconcertante mais “jouera” de la batterie aussi. Beaucoup ont oublié, mais vous savez un jeu d’instrument difficilement programmable, enfin un “groove” (l’introduction de “Soif brûlante”) et des plans (une “quantité” déconcertante) de caisse/cymbales désormais en parfaite symbiose avec la basse ainsi que les délires shred néo classiques et flamenco de Phil. Rappelez vous de ce morceau instrumental jouissif “L’Entité” sur Dasein, comme une excuse pour ressortir sa guitare sèche du placard. Un aspect exotique certes encore ornemental ici mais qui rajoute une énième couche de fraîcheur à la chose (dès l’ouverture éponyme, plus dansante tu meurs).

Une démonstration ahurissante de l’extraterrestre et stakhanoviste Phil seul à la barre, ce dernier reprendra d’ailleurs les compositions de son ex-compagnon Gabriel Brault-Pilon (“Sonata en mi mineur”, “Ataraxie” et “Soif brûlante”) et maillon faible (malgré tout le talent du gaillard) sur Dasein. Le tir est désormais corrigé, un remodelage opéré (plaçant ses plus beaux soli) même si l’on sent un léger décalage avec le reste (compositions datant de 2006 et 2007 !). De ma modeste expérience de chroniqueur (les vingt années approchent, la vache…), j’ai rarement mis autant d’écoute dans un album avant d’écrire dessus. Malgré tout, certains passages auront un arrière-goût de “too much”. Surenchère paroxysmique sur les 18 minutes de “In’el” pour conclure la galette, il fallait oser. Morceau découpé en six mouvements poussant le niveau de composition en orbite, comme un défi à relever pour tous les camarades “tech” de First Fragment. A vrai dire après Ophidian I, Archspire (et Obscura qui suivra), un peu de choses “plus directes” et/ou “catchy” disséminées n’auraient pas été de refus et aurait pu décupler le plaisir d’écoute déjà immense.

Reprenez la première phrase de la conclusion de ma chronique de Dasein. First Fragment délivre certainement l’un des albums extrêmes les plus techniques et qualitatifs de la décennie (à corriger au prochain opus), guitare mais aussi basse (ce bestiau) et batterie incluses. “Extrême” oui, cela pourra déplaire aux adeptes de leurs débuts mais l'appellation death metal semble dorénavant biaisée. Après un mois d’écoute quasi quotidienne et une semaine de cure pour reposer la chose, rien n’y fait, Gloire Éternelle demeure un pur bonheur musical. Chaque nouvelle écoute vous fera encore plus apprécier la galette, vous commencerez à décoder et à comprendre l’algorithme fou de composition. Gloire à eux.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Dedade citer
Dedade
28/12/2021 04:40
note: 5/10
Olalala que j'ai trouvé cet album vraiment pénible à écouter, j'avais été attiré par les comparaisons faites à spawn of possession je pense je n'en ai été que plus déçu.
Je trouve que ça part vraiment trop dans tous les sens(pas dans le bon sens du terme )et les parties un peu plus tranquilles et "mélodiques" m'ont juste paru ennuyantes
Je sais qu'il faudrait au moins une seconde écoute pour lui donner sa chance mais la première m'a vraiment découragé

Reste que c'est très bien produit
Vartruk citer
Vartruk
09/12/2021 21:49
Pourtant pas vraiment fan de death technique (hormis les vieux Cryptopsy et Necrophagist) j'ai été attiré par la chronique... et j'avoue que c'est assez bluffant, déjà gros point fort, la prod est absolument géniale, (ce son de basse mon dieu!) ensuite, c'est une tempête de riffs et de blasts du début à la fin, on a l'impression que chaque instrument a son instant de gloire, sur tous les morceaux, toutes les 30 secondes! (c'est ça le nom de l'album en fait!), et malgré l'impression de "trop plein" au final (par miracle?) on a quand même des morceaux cohérents qui ne donnent pas (trop) envie de se taper la tête contre les murs.

Bon y a quand même des passages un peu trop alambiqués pour moi, et c'est dur à digérer sur la longueur, mais, entre celui-là et le Archspire, c'est la double calotte! Je ne connaissais ni l'un ni l'autre, et bien je repars avec une bonne grosse dose de tech death pour l'année, merci!
Ander citer
Ander
09/12/2021 18:50
note: 9/10
Pas mieux que X-Death, un album qui fera certainement date dans le petit monde du tech death (même si plus très death là), chaque zicos fait plaisir à entendre avec bien sûr un Forest enfin au centre du débat.

Excellent, faut voir si il détrônera le Incurso dans mon petit cœur de métalleux, ou place égal, même si n'y a plus trop lieu de comparer les deux entités tant FF a fait évolué sa musique vers quelque chose de différent.

Gloire à eux!
X-Death citer
X-Death
28/11/2021 16:46
note: 9.5/10
Bonne chronique, pas évident d'attaquer un tel pavé, je pensai bien que tu "digerais" le tout avant d'écrire la chronique.

Déjà culte pour moi ! D'abord dans le camp des méfiant après les premiers extraits, ayant peur du "trop", du manque d'efficacité et d'une musique sans âme (sans compter la qualité des compo très inconsistante sur Dasein) je dois avouer que je n'était pas prêt !

Pas prêt pour "Gloire Eternelle" et son intro magnifique, pas prêt pour "De chair et de haine" ni pour " Soif brûlante" ou pour la pureté de "Sonata en mi mineur" (putin l'entrée de la rythmique a 2mn34...)...

Bref je vais pas m'étendre en superlatif, juste parler du line up que je trouve parfait (pour les instruments du moins)
On parle beaucoup de Tougas mais que dire de Miller qui le suis comme son ombre ?

Lapointe n'a plus rien à prouver, c'est depuis longtemps le King (avec Erlen Caspersen), il a quand même encore réussi à faire évoluer son jeu. Tellement organique, blindé de ghost notes, les nuances dans son touché me font halluciner.... Respect à vie.
Le groupe reste quand même bien bourrin et ça on le doit à un des meilleurs batteurs de la scène actuelle : Nicholas Wells.
Le bonhomme fait tout simplement mieux que la BAR programmée sur The Afterthought Ecstasy... Ses Gravity Blast et sa vitesse à la double non rien à envier à Spencer de chez Archspire, les nuances ( Sonata en mi mineur et la double "en douceur") et la variété en plus. "Ecoutez In'el vers 12mn30, concentrez vous sur la batterie et laissez les larmes couler" diront les anciens dans 30 ans.

En parlant de In'el, qui a eu l'idée de mettre un EP de 20mn après 50mn de giclette intensive ?? Lapointe qui slap comme dans un boulard (vers 12mn 30 justement) c'est légal de nos jours ??
Impossible d'écouter ce morceau en faisant autres chose effectivement. et tout l'album d'ailleurs.
Vraiment, les multiples écoutes récompensent l'auditeur, ça me fait penser à Spawn of Possession. Une richesse infinie, des riffs en constante évolution.

Une dernière chose concernant la prod : pour moi il y aura un avant et un après cet album dans le Tech Death. Faire ressortir tout les instruments de cette manière malgré une intensité aussi soutenue ça mérite une médaille d'ordre mondial. Parfait.

"Trop de solos, trop shreds, trop de basse, trop long...." je suis passé par tout ces stades. Je suis repartie avec le meilleur album de l'année ^^



Keyser citer
Keyser
28/11/2021 09:13
Écouté qu'une fois donc évidemment pas assez pour avoir un vrai avis dessus mais c'est un sacré pavé qui part un peu dans tous les sens et bien trop long. J'aime beaucoup certaines parties cela dit (solos, basse, blasts ...), d'autres moins (les plus jumpies et modernes).
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
28/11/2021 09:00
Archspire / Ophidian I / First Fragment, définitivement le trio gagnant de 2021 en “Tech Death”

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
First Fragment
Power/Death technique néoclassique
2021 - Unique Leader Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (5)  8.3/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
First Fragment
First Fragment
Power/Death technique néoclassique - 2007 - Canada
  

vidéos
Pantheum
Pantheum
First Fragment

Extrait de "Gloire Éternelle"
  
 La veuve et le martyr
La veuve et le martyr
First Fragment

Extrait de "Gloire Éternelle"
  

tracklist
01.   Gloire éternelle  (08:41)
02.   Solus  (04:35)
03.   La veuve et le martyr  (05:37)
04.   Pantheum  (04:36)
05.   De chair et de haine  (09:03)
06.   Sonata en mi mineur  (05:45)
07.   Ataraxie  (05:16)
08.   Soif brûlante  (06:53)
09.   In'el  (18:54)
10.   Mort éphémère  (02:08)

Durée : 01:11:28

line up
parution
29 Octobre 2021

voir aussi
First Fragment
First Fragment
The Afterthought Ecstasy (EP)

2010 - Autoproduction
  
First Fragment
First Fragment
Dasein

2016 - Unique Leader Records
  

Lalu
Paint The Sky
Lire la chronique
Black Metal Awards 2022 (6ème édition)
Lire le podcast
Godflesh
Pure
Lire la chronique
Cadaveric Fumes
Echoing Chambers Of Soul
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Bloody Remembrance of the N...
Lire la chronique
Significant Point
Into the Storm
Lire la chronique
Otargos
Xeno Kaos
Lire la chronique
Aorlhac
Pierres Brûlées
Lire la chronique
Wound
Serpent Crown
Lire la chronique
Bilan 2021
Lire le bilan
Thyrathen
Thanatopsis
Lire la chronique
Beneath the Sod
Beneath the Sod (EP)
Lire la chronique
Panopticon
...and Again into the Light
Lire la chronique
Just Before Dawn
In The Realm Of Ash And Sor...
Lire la chronique
Fluids / Pharmacist
Feeling Young (Split 12")
Lire la chronique
Bornholm
Apotheosis
Lire la chronique
Ossaert
Pelgrimsoord
Lire la chronique
Charnel Altar
Abatement Of The Sun
Lire la chronique
Pain of Salvation
Scarsick
Lire la chronique
Cepheide
Les Echappées
Lire la chronique
Whoredom Rife
Winds Of Wrath
Lire la chronique
Noothgrush
Noothgrush (Démo)
Lire la chronique
Ertéktelen
Mértéktelen
Lire la chronique
Avskräde
Det stora tunga sjuka
Lire la chronique
Portal
Hagbulbia
Lire la chronique
Pure
Seeds of Despair
Lire la chronique
Ossuaire
Triumvirat (EP)
Lire la chronique
Unanimated
Victory In Blood
Lire la chronique
Electric Wizard
Legalise Drugs & Murder (Si...
Lire la chronique
Archgoat
Worship The Eternal Darkness
Lire la chronique