chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
197 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Phrenelith - Chimaera

Chronique

Phrenelith Chimaera
La guerre est éternelle... Aussi l'est la nuit.

Clairement, on pouvait attendre de Phrenelith autre chose qu’une redite de l’excellent Desolate Endscape. Inscrit dans un death metal guerrier et sinistre, ce premier jet déjà étonnant de maîtrise possédait quelques dérives ambiancées montrant une envie d’aller plus loin, d’offrir une musique à l’imaginaire typique mais décrit avec un style propre. La publication de l’illustration de Timo Ketola (R.I.P.) annonçant l’arrivée de ce nouvel album ainsi que des thématiques abordant la mythologie grecque ont alors confirmé cette pensée : Phrenelith a muté sur Chimaera, emmenant son style vers un rendu encore plus obscur et hostile qu’auparavant. L’exploration commence, n’oubliez pas votre frontale !

Le ton est donné dès la funèbre introduction de « Awakening Titans », annonciatrice des maux à venir. Des nuages noirs se forment au-dessus de vos têtes et des voix caverneuses retentissent de nulle part. L’atmosphère est glacée, dark à souhait, durant ces 30 petites minutes. Que ce soit les notes de guitares épurées mais lugubres sur l’interlude instrumentale « Χίμαιρα », le bruit malaisant en intro de « Gorgonhead » semblant provenir d’une ancienne déité vengeresse avide de sang mais surtout la gestion des « silences ». C’est lorsque les Danois ralentissent le rythme et laissent les instruments parler que le froid se fait, implacable. Le dégoulinant « Phlegethon » en est le parfait exemple. Les premières secondes instaurent un climat inquiétant tandis qu’un râle surgit en écho et que les instruments se greffent formant peu à peu une boucle entêtante. Le rythme est lent et une étreinte invisible vous serre progressivement la gorge. Vous haletez et griffez vainement l’air pendant qu’une mélodie sinistre joue (magnifique passage à partir de 2,25 minutes qui aurait pu figurer sur un album de black ou de doom). Chimaera se place dans la droite continuité du court format Chimaerian Offspring, dont vous retrouvez ici trois titres. Ce prolongement, en version longue, met en lumière une autre facette du groupe avec une musique plus variée et, paradoxalement, plus sombre. Ce nouvel album perd donc en agressivité mais les nombreuses cassures et les baisses de régime apportent davantage de percussion aux morceaux et passages ravageurs comme sur le massif « Chimaerian Offspring - Part II » clôturant l’album.

En effet, si l’on note encore quelques instants d’intense sauvagerie (miam, ce choc électrique sur « Gorgonhead »), Chimaera diversifie son propos, une atmosphère funèbre en guise de fil rouge. Clairement, la sortie sur le label Nuclear Winter, tenu par Anastasis Valtsanis (leader d’un certain Dead Congregation), s’explique aisément à l’écoute de ce death metal opaque, faisant sienne une peinture d’une nuit absorbant le monde. Une étude dont on ne peut que regretter sa réalisation sur un format aussi modeste : telle allégorie mérite d’être étalée et appuyée, ce que ne fait pas assez Phrenelith pour convaincre pleinement en dépit d’une exécution de haute tenue. Prenant le contre-pied d’un Desolate Endscape ébouriffant de violence guerrière, cette affaire de détail remplit ses objectifs plus baroques, complexes tout en gardant une esthétique du monumentale, sans pour autant donner cette sensation d’écouter une œuvre définitive que transmet le premier album des Danois. Ce qui n’enlève rien à la qualité intrinsèque de ses quelques moments de bravoure (surtout chez ce batteur qui s’en donne à cœur joie, cf. « Awakening Titans » ou encore « Chimaerian Offspring - Part II »), mais fait de ce longue-durée un peu maigre en nouveautés une étoile seulement plus brillante que la moyenne en cette année marquée par le death metal obscur.

Phrenelith se fait moins fougueux mais démontre avec ce nouvel album ses facilités à se mouvoir, à sortir des sentiers battus. Sa noirceur n’a rien perdu de sa superbe, prenant plus d’ampleur et différentes formes. Des sonorités et des ambiances d’outre-tombe qui auraient mérité d’être davantage développées. À voir ce que les musiciens nous réservent sur leur prochaine réalisation.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Phrenelith
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Phrenelith
Phrenelith
Death Metal - 2013 - Danemark
  

formats
  • CD, K7 / 10/12/2021 - Nuclear Winter
  • Vinyl / 28/01/2022 - Nuclear Winter

tracklist
01.   Awakening Titans  (07:07)
02.   Chimaerian Offspring - Part I  (04:22)
03.   Phlegethon  (04:09)
04.   Gorgonhead  (03:59)
05.   Kykytos  (02:31)
06.   Χίμαιρα  (01:27)
07.   Chimaerian Offspring - Part II  (07:46)

Durée : 31:21

parution
10 Décembre 2021

voir aussi
Spectral Voice / Phrenelith
Spectral Voice / Phrenelith
Spectral Voice / Phrenelith (Split 7")

2016 - Dark Descent Records / Iron Bonehead Productions
  
Phrenelith
Phrenelith
Desolate Endscape

2017 - Me Saco Un Ojo Records
  

Essayez aussi
Malevolent Creation
Malevolent Creation
The Ten Commandments

1991 - R/C Records
  
Cruciamentum / Vasaeleth
Cruciamentum / Vasaeleth
Eroding Chaos Unto Ascendant Flesh (Split 7")

2011 - Hells Headbangers Records
  
Mr. Death
Mr. Death
Detached From Life

2009 - Agonia Records
  
Imprecation
Imprecation
Damnatio Ad Bestias

2019 - Dark Descent Records
  
Deathcult
Deathcult
Demo MMXII (Démo)

2012 - Invictus Productions
  

Déception de l'année
Lalu
Paint The Sky
Lire la chronique
Black Metal Awards 2022 (6ème édition)
Lire le podcast
Godflesh
Pure
Lire la chronique
Cadaveric Fumes
Echoing Chambers Of Soul
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Bloody Remembrance of the N...
Lire la chronique
Significant Point
Into the Storm
Lire la chronique
Otargos
Xeno Kaos
Lire la chronique
Aorlhac
Pierres Brûlées
Lire la chronique
Wound
Serpent Crown
Lire la chronique
Bilan 2021
Lire le bilan
Thyrathen
Thanatopsis
Lire la chronique
Beneath the Sod
Beneath the Sod (EP)
Lire la chronique
Panopticon
...and Again into the Light
Lire la chronique
Just Before Dawn
In The Realm Of Ash And Sor...
Lire la chronique
Fluids / Pharmacist
Feeling Young (Split 12")
Lire la chronique
Bornholm
Apotheosis
Lire la chronique
Ossaert
Pelgrimsoord
Lire la chronique
Charnel Altar
Abatement Of The Sun
Lire la chronique
Pain of Salvation
Scarsick
Lire la chronique
Cepheide
Les Echappées
Lire la chronique
Whoredom Rife
Winds Of Wrath
Lire la chronique
Noothgrush
Noothgrush (Démo)
Lire la chronique
Ertéktelen
Mértéktelen
Lire la chronique
Avskräde
Det stora tunga sjuka
Lire la chronique
Portal
Hagbulbia
Lire la chronique
Pure
Seeds of Despair
Lire la chronique
Ossuaire
Triumvirat (EP)
Lire la chronique
Unanimated
Victory In Blood
Lire la chronique
Electric Wizard
Legalise Drugs & Murder (Si...
Lire la chronique
Archgoat
Worship The Eternal Darkness
Lire la chronique