chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hanternoz - Au fleuve de Loire

Chronique

Hanternoz Au fleuve de Loire
Je te l’ai déjà dit mais je radote, tant pis. J’aime bien Antiq. Ce petit label sans prétention a toujours eu le cran de sortir des choses un peu hors des sentiers battus. Parfois moqué, souvent envié, ce label « du bout du monde » offre en outre à l’auditeur avide de belles choses, des produits bien souvent agréables à l’œil autant qu’à l’oreille. Qu’il en soit remercié. Hanternoz appartient à son écurie depuis toujours. Et si ces angevins (sacs à vin !) n’ont jamais produit qu’un seul effort longue durée (Metal kozh), pas forcément inoubliable, ils ont régulièrement arrosé la scène de split et EP d’une qualité supérieure. Le passage au second effort (très) longue durée méritait donc qu’on s’y attarda.

Au fleuve de Loire est long, plus d’une heure, et il est riche. S’il peut paraître difficile de tenir la distance dans un style de BM aux forts relents folk et médiévaux, les 9 titres de près de 9 minutes de moyenne n’ennuient pas. Au contraire, et pour la première fois, Hanternoz accouche d’un album vraiment immersif et, disons-le, enchanteur, au sens féérique du terme.

Déjà la nuit, qu’on dirait tout droit sorti de chez Peste Noire avec ses bruitages de grenouilles, de cours d’eau s’écoulant lentement et de déclamation poétique, introduit bien le propos que les guitares lourdes, mais lentes et progressives, de A cul de grève appuient immédiatement. Le son est chaud, enveloppant et la rythmique s’annonce pour l’essentiel mid-tempo, accentuant les contrastes et surtout l’emphase qui constituera le fil rouge de cet album. L’ampleur de la musique réside ici autant dans le travail des guitares et des instruments anciens que dans les chœurs utilisés pour gonfler la structure d’une aura guerrière bienvenue (Bateliers de Loire par exemple).

Utilisant leur plume particulière pour transposer les légendes du fleuve Loire, le combo angevin poursuit sa volonté de superposer des mélodies folk / médiéval à son BM assez brut, mais sans jamais négliger les arrangements, riches et foisonnants (les bruitages du fleuve sur Déjà la nuit ; la flute sur Ce que le fleuve a pris, combiné aux instruments anciens, sur L’Hanterdro de Languidic aussi ; l’espèce de synthé aux notes robotiques sur Vieille nasse crevée, étrange et attractif). C’est précisément cet aspect brut qui évite l’écueil rencontré par nombre de groupes de folk metal ridicules, qui sombrent dans la mièvrerie aux premières notes de cornemuse (la violence bienfaitrice du Roi René a fait mander, hyper puissante). A cul de grève, Ce que le fleuve a pris, L’Hanterdro de Languidic, Hérons dans ma mémoire ou Vieille nasse crevée illustrent bien cette idée, qui mêlent étroitement la violence propre au style et la ballade dans la France d’antan. Les guitares et la basse sont appuyées, comme les aspects plus médiévaux et sylvestres du combo (par exemple, sur L’Hanterdro de Languidic ou Vieille nasse crevée, où la basse, ronde, s’entend parfaitement).

Le mid-tempo est souvent privilégié. C’est, à mon sens, le bon choix. Ce rythme permet d’entendre clairement tout ce qui se déroule sur la structure, d’en saisir tous les arrangements comme les variations subreptices (Bateliers de Loire, L’Hanterdro de Languidic, Vieille nasse crevée). Parfois, c’est carrément la contemplation qui est privilégiée, comme sur Hérosn dans ma mémoire, où le texte est essentiellement déclamé sur une musique lente et pénétrante. Pour autant, les accélérations sont aussi parfaitement maitrisées : sur Le Roi René a fait mander, le morceau part sur un rythme ultra élevé avant de ralentir magnifiquement dans un pont central mid-tempo du meilleur effet, puis de repartir vers des territoires BM/thrash intéressants. La violence instrumentale constitue le fil rouge du titre, que les respirations régulières accentuent et exposent parfaitement. Les arrangements atmosphériques l’enluminent davantage encore, rendant l’immersion totale. Un titre superbe.

Hanternoz accouche-là d’un album longue durée de belle qualité, qui ne sacrifie ni à la violence propre au BM, ni aux mélodies et aux arrangements propres au folk. Immersif, axé sur les légendes du grand fleuve, Au fleuve de Loire devrait ravir les amateurs de beaux mélanges des genres.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Sagamore citer
Sagamore
04/12/2021 17:11
note: 7.5/10
Je vais me répéter aussi, mais j'aime bien qu'Antiq continue de me donner tort. Ce label que je considérais comme une écurie de troisième division avec des groupes quelconques sort de sacrées bonnes choses, ces derniers temps, avec, comme tu le soulignes, de très beaux objets. J'ai commandé cet album d'Hanternoz parce qu'assez séduit par ses parti-pris et ses paroles, mais je finis toujours par décrocher à partir de la seconde moitié, que je trouve moins réussie. La durée n'aide pas, il faut dire... Mais ça reste franchement bien foutu !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hanternoz
Black metal / Folk
2021 - Antiq Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (1)  9/10

plus d'infos sur
Hanternoz
Hanternoz
Black metal / Folk - 2006 - France
  

tracklist
01.   Déjà la nuit
02.   À cul de grève
03.   Ce que le fleuve a pris
04.   L'Hanterdro de Languidic
05.   Vieille nasse crevée
06.   Bateliers de Loire
07.   Le roi René a fait mander
08.   Hérons dans ma mémoire
09.   Bientôt la nuit

Durée : 01:03:33

parution
3 Mai 2021

Essayez aussi
Windir
Windir
Arntor

1999 - Head Not Found
  
Alcest
Alcest
Souvenirs D'un Autre Monde

2007 - Prophecy Productions
  
Sigrblot
Sigrblot
Blodsband (Blood Religion Manifest)

2003 - Nordiska Förlaget
  
Finntroll
Finntroll
Ur Jordens Djup

2007 - Spikefarm Records
  
October Falls
October Falls
The Womb Of Primordial Nature

2008 - Debemur Morti Productions
  

Lalu
Paint The Sky
Lire la chronique
Black Metal Awards 2022 (6ème édition)
Lire le podcast
Godflesh
Pure
Lire la chronique
Cadaveric Fumes
Echoing Chambers Of Soul
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Bloody Remembrance of the N...
Lire la chronique
Significant Point
Into the Storm
Lire la chronique
Otargos
Xeno Kaos
Lire la chronique
Aorlhac
Pierres Brûlées
Lire la chronique
Wound
Serpent Crown
Lire la chronique
Bilan 2021
Lire le bilan
Thyrathen
Thanatopsis
Lire la chronique
Beneath the Sod
Beneath the Sod (EP)
Lire la chronique
Panopticon
...and Again into the Light
Lire la chronique
Just Before Dawn
In The Realm Of Ash And Sor...
Lire la chronique
Fluids / Pharmacist
Feeling Young (Split 12")
Lire la chronique
Bornholm
Apotheosis
Lire la chronique
Ossaert
Pelgrimsoord
Lire la chronique
Charnel Altar
Abatement Of The Sun
Lire la chronique
Pain of Salvation
Scarsick
Lire la chronique
Cepheide
Les Echappées
Lire la chronique
Whoredom Rife
Winds Of Wrath
Lire la chronique
Noothgrush
Noothgrush (Démo)
Lire la chronique
Ertéktelen
Mértéktelen
Lire la chronique
Avskräde
Det stora tunga sjuka
Lire la chronique
Portal
Hagbulbia
Lire la chronique
Pure
Seeds of Despair
Lire la chronique
Ossuaire
Triumvirat (EP)
Lire la chronique
Unanimated
Victory In Blood
Lire la chronique
Electric Wizard
Legalise Drugs & Murder (Si...
Lire la chronique
Archgoat
Worship The Eternal Darkness
Lire la chronique