chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Stabat Mater - Treason by Son of Man

Chronique

Stabat Mater Treason by Son of Man
On aura beau chercher ici de quoi justifier sa gêne à parler de ce disque, trouver des preuves concrètes de cette odeur nauséabonde qui nous emplit les narines dès qu’on regarde cette pochette, qu’on lit ces paroles, qu’on écoute cette musique… Mais non : rien d’extrême droite dans ce disque-surprise de Stabat Mater, à part le jusqu’au-boutisme rigoureux du couperet s’abattant sur notre nuque qui, une nouvelle fois, fait la saveur de ce funeral doom peu commun.

Car nous ne somme pas dans l’ordure à l’état pur ici, mais à l’état sacré. Stabat Mater continue de mériter son nom – un nom qu’il traite avec un cynisme sanguinaire, la douleur de la mère trouvant en réponse la barbarie du ci-présent jouisseur cruel. Un nom dont il n’enlève pas la part religieuse, son funeral doom s’inscrivant une nouvelle fois dans la dépiction d’un palais mental d’un meurtrier aussi fervent que froid, la sale besogne comme sacerdoce. En effet, si douze ans séparent le premier album de Treason by Son of Man, c’est toujours une vision unique du funeral que l’on rencontre, le rythme lent devenant implacable, les guitares semblables à des lames, le son aussi rustre que puissant – on sent presque les doigts préparer le hachoir avec cette production sale et métallique – et la voix bestiale et méthodique si particulière que Mikko Aspa adopte ici.

Pourtant, on n’a point ici une redite des choses que Stabat Mater a amené à son terme auparavant, notamment avec la compilation Give Them Pain ou encore cet ultime morceau qui conclue son – jusque-là – unique album. Treason by Son of Man vous considère averti et commence donc les hostilités directement, dès le véhément « The Seed of the Son » et son entame qui a le goût du blasphème pratiqué dans une torve extase. Raison pour laquelle il est au départ difficile d’entrer dans ce disque prenant le parti de faire du long et lent sur un temps court, oubliant introductions, montées ou préparations pour arriver au cœur de son sujet sordide par un alliage où le funéraire se fait encore plus extrême qu’autrefois. Un album qui demande un certain état mental avant de l’écouter, laissant le soin à l’auditeur de se préparer pour mieux ressentir ses émotions sans-éclats, sa terne conviction d’impie impitoyable.

« The servants of wrathful divine observe this theatre of failure / Filled with amusement with hints of melancholy » : dans ces paroles issues du titre « Theatre of Failure » se trouve l’impression générale que laisse ce disque, celle d’entrer plain-pied dans l’esprit d’un hérétique prenant plaisir à appuyer la vilenie se cachant en toutes choses. Mélancolique, Stabat Mater l’est comme le tueur qui caresse des doigts les portes du temple, avant d’y entrer et d’effectuer son œuvre. Amusé, il l’est comme le rire froid de celui qui sait que toute échappée est vaine, que cela soit vers une porte dérobée ou dans les croyances en un Dieu absent de ces trente-neuf minutes. Ainsi, Treason by Son of Man prend le contresens de son prédécesseur, commençant dans une liturgie frôlant une tristesse presque rédemptrice – cf. les leads de « The Seed of the Son » ou encore le début de « Embracing the Slavery » –, avant de finir sur un morceau où le sinistre met définitivement ses habits de bourreau pour ne plus les quitter, les influences black metal se montrant encore plus marquées.

Malgré cette constance qui rattrape l’austérité de l’ensemble, Treason by Son of Man reste un album difficile à pénétrer, à sortir lors d’instants choisis où la nuit et ce qu’elle sous-tend de fatigue des sens se transforment en colère éteinte. Son absence de lumière est clairement sa plus grande réussite, celle-ci ne se révélant jamais ennuyeuse et toujours sentencieuse. Cependant, il manque ici un de ces passages ébouriffant de morbidité comme le projet – et, a fortiori, l’homme – a déjà pu nous en offrir pour convaincre totalement. L’extrémisme de l’exercice continue d’être ce qui épate le plus dans ce retour inattendu, mais l’envie de rester plus longtemps en compagnie de ce doom si à-part dans son intransigeance, si prenant dans son imaginaire morbide, laisse un brin frustré. Néanmoins, Stabat Mater termine cette année bien remplie pour le doom avec une démonstration de force des plus fascinantes. Clairement, musique aussi impure, laissant autant une impression de souillure après sa fin, ne se rencontre pas tous les jours.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
05/12/2021 07:59
Aucun lien officiel pour écouter ce disque, mais vous pourrez trouver votre bonheur sur Youtube.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Stabat Mater
Funeral Doom Metal
2021 - Northern Heritage
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Stabat Mater
Stabat Mater
Funeral Doom Metal - 2001 - Finlande
  

tracklist
01.   The Seed of the Son  (18:04)
02.   Embracing the Slavery  (12:15)
03.   Theatre of Failure  (8:48)

Durée : 39:07

line up
parution
1 Novembre 2021

voir aussi
Stabat Mater
Stabat Mater
Give Them Pain (Compil.)

2016 - Northern Heritage
  

Essayez aussi
Evoken
Evoken
Atra Mors

2012 - Profound Lore Records
  
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat

2007 - I Hate Records / 213 Records
  
Eye Of Solitude
Eye Of Solitude
The Deceit (EP)

2013 - Kaotoxin Records
  
Undersmile
Undersmile
Anhedonia

2015 - Black Bow / Bttfck Srprs Rcrds
  
Evoken
Evoken
A Caress Of The Void

2007 - I Hate Records
  

Lalu
Paint The Sky
Lire la chronique
Black Metal Awards 2022 (6ème édition)
Lire le podcast
Godflesh
Pure
Lire la chronique
Cadaveric Fumes
Echoing Chambers Of Soul
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Bloody Remembrance of the N...
Lire la chronique
Significant Point
Into the Storm
Lire la chronique
Otargos
Xeno Kaos
Lire la chronique
Aorlhac
Pierres Brûlées
Lire la chronique
Wound
Serpent Crown
Lire la chronique
Bilan 2021
Lire le bilan
Thyrathen
Thanatopsis
Lire la chronique
Beneath the Sod
Beneath the Sod (EP)
Lire la chronique
Panopticon
...and Again into the Light
Lire la chronique
Just Before Dawn
In The Realm Of Ash And Sor...
Lire la chronique
Fluids / Pharmacist
Feeling Young (Split 12")
Lire la chronique
Bornholm
Apotheosis
Lire la chronique
Ossaert
Pelgrimsoord
Lire la chronique
Charnel Altar
Abatement Of The Sun
Lire la chronique
Pain of Salvation
Scarsick
Lire la chronique
Cepheide
Les Echappées
Lire la chronique
Whoredom Rife
Winds Of Wrath
Lire la chronique
Noothgrush
Noothgrush (Démo)
Lire la chronique
Ertéktelen
Mértéktelen
Lire la chronique
Avskräde
Det stora tunga sjuka
Lire la chronique
Portal
Hagbulbia
Lire la chronique
Pure
Seeds of Despair
Lire la chronique
Ossuaire
Triumvirat (EP)
Lire la chronique
Unanimated
Victory In Blood
Lire la chronique
Electric Wizard
Legalise Drugs & Murder (Si...
Lire la chronique
Archgoat
Worship The Eternal Darkness
Lire la chronique