chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Noothgrush - Noothgrush

Chronique

Noothgrush Noothgrush (Démo)
Peut-être connaissez-vous Noothgrush comme un des noms à citer quand on parle de sludge historique, celui des années 90 où se côtoient Grief, Eyehategod, Buzzoven, Dystopia et compagnie. Un nom que je laisse pourtant à part, les Ricains ne m’ayant jamais particulièrement convaincu au-delà d’une esthétique qu’ils ont aidé à forger, leur sludge me semblant anecdotique en comparaison de celui plus nocif ou extrême pratiqué par d’autres formations de la même époque.

Pourtant, il y a eu une époque où Noothgrush était tout sauf cette formation de sludge parmi d’autres, où ce qu’il jouait était tout sauf transparent. Une époque dont on peut remercier le label Fuck Yoga de donner une existence digne de ce nom par une réédition aux formats CD et vinyle : celle qui n’aura duré le temps que d’une démo, créée peu après la naissance du groupe en 1994.

En effet, qui aura découvert la bande avec ses EPs mis ensemble au sein de diverses compilations – Erode the Person et Failing Early, Failing Often – trouvera ici un sentiment d’étrange familiarité, dans ces quarante-quatre minutes d’une musique qui, si elle contient déjà certains éléments que Noothgrush développera plus tard (cf. « Deterioration » qui sera présente dans une version remaniée dans différentes créations des Californiens), s’inscrit dans un style tout autre que ce qui lui succédera. Comment décrire ce que jouait alors le groupe, lui qui deviendra si sludge qu’il ne donnera pas la sensation d’avoir une identité propre ? Ce son lo-fi typique d’une démo qui devient étrangement squelettique et enveloppant, du doom réduit à son plus simple appareil ; ce chant qui oscille entre les plaintes canoniques d’Ozzy Osbourne et celles plus contemporaines de Layne Staley ; cette atmosphère préhistorique et brumeuse où un projet jeune essaye d’être aussi vieux que possible… Si les démos peuvent être marquées par une recherche de son propre son, alors celle-ci fait de cette errance un univers en soi, flottant au-dessus de plusieurs genres sans l’appuyer outre-mesure.

Une modestie d’apparence qui est une force, l’image d’un monde alternatif où le grunge et le doom se marieraient pour la meilleure évocation du pire découlant de ces riffs ternes et répétitifs, de cette voix noyée dans les flots des autres instruments, de cette poussière qui paraît habillée chaque mélodie déjà fossilisée. On note pourtant de nombreuses variations malgré une unicité de thème, comme les relents orientaux de « Dungeon » ou la basse vrombissante de « Failure ». Enfin, impossible de passer sous silence les vingt-deux minutes de « 8D8 » s’étalant à ne plus finir d’expérimentations et de collages, pour un résultat psychédélique terminant d’emporter dans le vent des âges ce doom metal osseux et rongé au point d’en paraître aérien.

Cependant, même si la tentation de voir ici une démo aussi incroyable que méconnue et grande, Noothgrush possède bien quelques défauts de jeunesse, à commencer par des compositions un peu hasardeuses (« Life Shatters into Pieces of Anguish ») ainsi que des prolongations qui peuvent ennuyer (« 8D8 » étant hypnotisante ou trop lénifiante selon les occasions). Il n’empêche que son ambiance particulière, finalement plus proche de groupes ayant fait de l’ennui leur opioïde (des flashs de The Gault ou Atriarch surviennent durant l’écoute), ainsi que des réussites telles que « Dungeon » (valant à elle seule l’achat de cette réédition) font de cette première sortie exhumée une petite pépite capable d’étonner positivement même les plus récalcitrants au groupe d’Oakland. J’en sais quelque chose.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
09/01/2022 16:43
note: 4/5
Pour info, la pochette est celle de la réédition (impossible de trouver celle d'origine) et on la doit à Jason Barnett (ayant également dessiné pour Fistula et Grime).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Noothgrush
Psychedelic Doom Metal
1994 - Autoproduction
2011 - Fuck Yoga Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Noothgrush
Noothgrush
Psychedelic Doom Metal - 1994 - Etats-Unis
  

formats
  • K7 / 1994 - Autoproduction
  • CD, Vinyl / 2011 - Fuck Yoga Records

tracklist
01.   Life Shatters into Pieces of Anguish  (05:13)
02.   Failure  (05:16)
03.   Dungeon  (06:47)
04.   Deterioration  (04:23)
05.   8D8  (22:01)

Durée : 43:40

line up
Essayez aussi
Obelyskkh
Obelyskkh
The Providence

2017 - Exil on Mainstream Records
  
Witchthroat Serpent
Witchthroat Serpent
Swallow the Venom

2018 - Svart Records
  
Yob
Yob
Clearing the Path to Ascend

2014 - Neurot Recordings
  
Uncle Acid And The Deadbeats
Uncle Acid And The Deadbeats
Wasteland

2018 - Rise Above Records
  
Ghold
Ghold
PYR

2016 - Ritual Productions
  

Lalu
Paint The Sky
Lire la chronique
Black Metal Awards 2022 (6ème édition)
Lire le podcast
Godflesh
Pure
Lire la chronique
Cadaveric Fumes
Echoing Chambers Of Soul
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Bloody Remembrance of the N...
Lire la chronique
Significant Point
Into the Storm
Lire la chronique
Otargos
Xeno Kaos
Lire la chronique
Aorlhac
Pierres Brûlées
Lire la chronique
Wound
Serpent Crown
Lire la chronique
Bilan 2021
Lire le bilan
Thyrathen
Thanatopsis
Lire la chronique
Beneath the Sod
Beneath the Sod (EP)
Lire la chronique
Panopticon
...and Again into the Light
Lire la chronique
Just Before Dawn
In The Realm Of Ash And Sor...
Lire la chronique
Fluids / Pharmacist
Feeling Young (Split 12")
Lire la chronique
Bornholm
Apotheosis
Lire la chronique
Ossaert
Pelgrimsoord
Lire la chronique
Charnel Altar
Abatement Of The Sun
Lire la chronique
Pain of Salvation
Scarsick
Lire la chronique
Cepheide
Les Echappées
Lire la chronique
Whoredom Rife
Winds Of Wrath
Lire la chronique
Noothgrush
Noothgrush (Démo)
Lire la chronique
Ertéktelen
Mértéktelen
Lire la chronique
Avskräde
Det stora tunga sjuka
Lire la chronique
Portal
Hagbulbia
Lire la chronique
Pure
Seeds of Despair
Lire la chronique
Ossuaire
Triumvirat (EP)
Lire la chronique
Unanimated
Victory In Blood
Lire la chronique
Electric Wizard
Legalise Drugs & Murder (Si...
Lire la chronique
Archgoat
Worship The Eternal Darkness
Lire la chronique