chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Panopticon - ...and Again into the Light

Chronique

Panopticon ...and Again into the Light
Le projet Panopticon est assurément devenu aujourd’hui l’un des plus scrutés de la scène black metal underground. Paradoxalement, au fur et à mesure que sa popularité grandissait, les thématiques de ses albums sont devenues de plus en personnelles. La dénonciation politique et la critique sociale ont laissé place à des œuvres intimes, jusqu’à pousser leur géniteur Austin Lunn à garder les paroles de ses morceaux secrètes, ou encore annoncer explicitement ne pas souhaiter lire de reviews de ses sorties. Si The Scars of Man on the Once Nameless Wilderness était un double-album assez audacieux, voulant scinder black metal et musique américaine plus traditionnelle, …and Again into the Light revient à un format et même une musicalité très classique pour Panopticon.

Le mélange des genres est ici de nouveau à l’honneur, à travers une musique que Lunn a voulu certes sombre pour évoquer ses luttes personnelles, mais dotée d’une production claire et massive dans le but de rendre l’introspection recherchée ici la plus saisissante possible. Enfin, la clarté est ici toute relative à l’écoute de la production assez particulière de Colin Marston, qui œuvrait déjà sur l’album précédent. Les guitares sont lourdes mais aussi tellement amples que le son en devient presque diffus voire chaotique, comme si Marston avait souhaité atteindre un rendu proche d’une tempête battant son plein. Les amateurs d’espaces sonores marqués et de textures riches (on y compte votre serviteur) seront ici comblés, notamment pendant le paroxysmique « A Snowless Winter », mais ce parti-pris ne mettra probablement pas tout le monde d’accord.

Pour ce qui est des compositions, Panopticon ne change pas vraiment et n’a surtout pas adouci sa formule. Le black metal atmosphérique, mélodique mais aussi violent du projet, aura rarement paru aussi naturel et pertinent que sur cet …and Again into the Light Que cela soit pendant la fureur de « Rope Burn Exit » ou « Moth Eaten Soul », qui tend vers un black/death où les blast fusent comme rarement, on sent bien que Lunn a eu à cœur de perfectionner son art depuis le tournant qu’a représenté Kentucky dans sa discographie. La prestation touchante au possible de Erik Moggridge durant la première moitié de la semi-ballade bucolique « The Embers at Dawn », où son timbre fait des merveilles, atteste d'une maitrise certaine des émotions contradictoires, idéal souvent recherché mais finalement rarement atteint par la scène actuelle. A ce titre, des violons imposants viennent régulièrement habiller les moments forts des morceaux, sans que cela ne paraisse jamais maladroit ou forcé. L’immersion dans la nature « locale » tant adorée par Lunn est très audible avec une nouvelle fois de nombreux chants d’oiseaux (des huards à colliers notamment, « Dead Loons » leur étant visiblement dédié). Le voyage s’achève par un « Know Hope » dantesque, où une mélodie aérienne flirtant avec le post-rock cohabite avec des riffs si intenses qu’ils en deviennent éblouissants, solaires même. L’un des plus beaux moments de la discographie du projet.

…and Again into the Light est un album en forme de bilan du chemin parcouru pour Panopticon musicalement, mais aussi un symbole d’espoir pour tous ceux traversant de grandes difficultés dans leur vie. Un message certes commun, mais dont la sincérité ne pourrait être remise en cause ici vu la qualité de l’ensemble, malgré quelques longueurs difficilement évitables, et la conviction de son interprète principal. Précieux dans une scène metal se complaisant trop souvent dans le simulacre d’une mélancolie bien vaine et peu crédible. Lunn, dans un souci de faire profiter la communauté de sa réussite, reversera une partie des bénéfices de cette œuvre à une association s’occupant de personnes souffrant de troubles mentaux. Encore une bonne raison de mettre la main sur un des meilleurs albums de l’année écoulée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
15/01/2022 11:55
En tout cas, je suis bien content de pouvoir lire une de tes chroniques ici.
Neuro citer
Neuro
15/01/2022 10:36
Merci du rappel, c'est corrigé. Pour cette production clivante on en avait déjà eu un gros avant goût sur l'album précédent je trouve, même si effectivement les guitares étaient plus distinctes c'est vrai.
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
15/01/2022 08:51
Très bel album effectivement, mais la production trop brouillonne et surtout trop gonflée en basse pour les guitares, - dont les riffs deviennent difficilement perceptibles alors que c'est pourtant l'une des forces du projet -, lui fait perdre de sa superbe et sur un titre comme Dead Loons l'on a l'impression que c'est mixé avec les pieds, je pense notamment à ce passages sur le début quand les violons reviennent et qu'ils couvrent les guitares. Pour moi cette production c'est le gros point noir de cet album et que du coup, même si les titres sont excellents, je pense que certaines longueurs de l'album seraient bien plus supportables et même moins fatigante à l'oreille avec une production comme il avait sur les trois précédents albums. C'est dommage car il y a des titres fabuleux sur cet album.
Petite précision, c'est Erik Moggridge - Aerial Ruin, Stygian Bough - qui chante sur le début de The Embers at Dawn.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Panopticon
Black Metal Atmosphérique
2021 - Bindrune Recordings
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Panopticon
Panopticon
Black Metal Atmosphérique - 2007 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   ...and Again into the Light
02.   Dead Loons
03.   Rope Burn Exit
04.   A Snowless Winter
05.   Moth Eaten Soul
06.   As Golden Laughter Echoes (Reva's Song)
07.   The Embers at Dawn
08.   Know Hope

Durée : 71:05

line up
parution
15 Mai 2021

voir aussi
Panopticon
Panopticon
The Scars of Man on the Once Nameless Wilderness

2018 - Bindrune Recordings
  
Panopticon
Panopticon
Autumn Eternal

2015 - Bindrune Recordings
  

Essayez aussi
Schattenvald
Schattenvald
V

2017 - Kristallblut Records
  
Moongates Guardian
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin

2020 - More Hate Productions
  
Nordgeist
Nordgeist
Frostwinter

2021 - Kunsthall Produktionen
  
Vallendusk
Vallendusk
Fortress of Primal Grace

2018 - Northern Silence Productions
  
Earth and Pillars
Earth and Pillars
Pillars I

2016 - Avantgarde Music
  

Lalu
Paint The Sky
Lire la chronique
Black Metal Awards 2022 (6ème édition)
Lire le podcast
Godflesh
Pure
Lire la chronique
Cadaveric Fumes
Echoing Chambers Of Soul
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Bloody Remembrance of the N...
Lire la chronique
Significant Point
Into the Storm
Lire la chronique
Otargos
Xeno Kaos
Lire la chronique
Aorlhac
Pierres Brûlées
Lire la chronique
Wound
Serpent Crown
Lire la chronique
Bilan 2021
Lire le bilan
Thyrathen
Thanatopsis
Lire la chronique
Beneath the Sod
Beneath the Sod (EP)
Lire la chronique
Panopticon
...and Again into the Light
Lire la chronique
Just Before Dawn
In The Realm Of Ash And Sor...
Lire la chronique
Fluids / Pharmacist
Feeling Young (Split 12")
Lire la chronique
Bornholm
Apotheosis
Lire la chronique
Ossaert
Pelgrimsoord
Lire la chronique
Charnel Altar
Abatement Of The Sun
Lire la chronique
Pain of Salvation
Scarsick
Lire la chronique
Cepheide
Les Echappées
Lire la chronique
Whoredom Rife
Winds Of Wrath
Lire la chronique
Noothgrush
Noothgrush (Démo)
Lire la chronique
Ertéktelen
Mértéktelen
Lire la chronique
Avskräde
Det stora tunga sjuka
Lire la chronique
Portal
Hagbulbia
Lire la chronique
Pure
Seeds of Despair
Lire la chronique
Ossuaire
Triumvirat (EP)
Lire la chronique
Unanimated
Victory In Blood
Lire la chronique
Electric Wizard
Legalise Drugs & Murder (Si...
Lire la chronique
Archgoat
Worship The Eternal Darkness
Lire la chronique