chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
115 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Otargos - Xeno Kaos

Chronique

Otargos Xeno Kaos
Si « Apex Terror » avait vu OTARGOS démarrer un nouveau chapitre de son existence (aussi bien musical que conceptuel) cette nouvelle orientation avait cependant troublé les fans de la première heure, en effet après avoir délaissé le Black des débuts le quartet évoluait vers quelquechose de plus futuriste et moderne, ce qui est encore le cas ici et même de façon plus poussée encore. En effet Dagoth et ses sbires se sont inspirés cette fois-ci de la thématique de la cosmologie et de l’univers de Warhammer 40 K, ce qui donne à cet opus un côté très science-fiction et robotique grâce notamment à l’utilisation de samples à l’ambiance très froide et synthétique. En revanche ce qui ne change pas c’est l’habituel remue-ménage en interne tout d’abord avec la signature chez les nordistes de Kaotoxin, et surtout le remplacement de l’intégralité des membres autour de Dagoth qui s’est d’ailleurs chargé de tout l’artwork, qui reflète assez bien la vision spatiale de ce sixième album paré d’une production très sèche et naturelle au rendu assez convaincant. Ce qu’il est intéressant de noter c’est que le combo tout en poussant plus loin sa nouvelle identité n’a pas omis d’intégrer des passages de son ancienne vie qui n’auraient pas fait tache sur « Ten-Eyed Nemesis » et « Kinetic Zero », tout en allant à l’essentiel et sans fioritures car la majorité de ces nouvelles compos oscillent aux alentours des 3-4 minutes maximum.

D’entrée le quatuor nous balance sa facette actuelle avec le très épique « Dominatrix » qui après son introduction puissante nous envoie un déluge de blasts en alternance avec des parties rapides, avant de s’alourdir sur la fin par un mur de double écrasant qui clôt les débats avec réussite, et se révèle parfait pour démarrer. Dans cette même veine on trouve « Realm Of The Dead » (dont l’intro devait initialement figurer sur un titre du précédent long-format et qui n’avait finalement pas été retenue) très lourd et au mid-tempo majoritaire, car là nulle trace de blast remplacé par un côté brise-nuques massif (tout juste stoppé par un break central où se conjugue un riff principal répété en boucle couplé à des bruits électroniques), et qui revient pour terminer l’ensemble comme il a commencé. Au milieu de tout cela le glacial et réussi « The Ruinous Powers » fait également son effet (en étant basé sur une alternance de rythme et de puissance), à l’instar du direct et brutal « Xeno Kaos » qui va droit au but en détruisant tout sur son passage par sa rage destructrice, tout comme « Human Terminate » qui parle comme son nom l’indique de la fin de l’espèce humaine en balançant la purée de façon directe et intense. Tout le contraire du redoutable « Phase Shifters » dont le tempo de sénateur explose lors de sa conclusion et casse le train-train instauré pendant la majorité du temps de ce dernier, créant un grand-écart et une densité imparable… constat partagé sur « Chariots Ov The Godz » plus rétro dans l’esprit et qui fait le métier comme il faut.

Néanmoins si la majorité des plages passent comme une lettre à la poste il y’a cependant quelques petites fautes de goût principalement sur le pépère « Dark Mechanicus » trop long et qui ne décolle jamais, mais qui est finalement le seul reproche qu’on pourrait faire à ce disque impeccable de bout en bout mais parfois un peu trop hermétique et moins immédiat que ses prédécesseurs. Cependant histoire de surprendre une ultime fois l’entité en guise de conclusion a ressorti une vieillerie exhumée de l’EP « Codex 666 – Infernal Legions Strike » sorti en 2004, mais réécrite pour l’occasion par leur ancien bassiste XXX afin d’en faire une version plus en phase avec la vision actuelle de son ancien frère d’arme. Renommée « Infernal Legions Strike A.E. » elle garde sa puissance originelle et est donc parfaite pour clôturer les hostilités, du moins le croit-on car après un blanc de presque deux minutes voilà que la musique réapparaît à la fois très lente et massive pour faire office d’outro, et ainsi réellement finir un très bon disque qui demandera quand même de la patience pour être totalement appréhendé tant il est moins frontal et plus élaboré. Poursuivant son petit bonhomme de chemin sans se soucier des critiques sa tête pensante semble avoir définitivement tourné le dos à sa musicalité originelle (mais sans la renier complètement), même si ce qu’il produit dorénavant n’en reste pas moins intéressant et surtout réussi, ce qui n’était pas gagné tant l’idéologie et le concept de ce projet pouvait se révéler casse-gueule sur la longueur, mais dont la courte durée générale lui permet d’être assimilé facilement.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Otargos
Black Metal
2015 - Xenokorp
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  8/10

plus d'infos sur
Otargos
Otargos
Black Metal - 2001 - France
  

tracklist
01.   Dominatrix
02.   The Ruinous Powers
03.   Chariots Ov The Godz
04.   Dark Mechanicus
05.   Phase Shifters
06.   Xeno Kaos
07.   Realm Of The Dead
08.   Human Terminate
09.   Infernal Legions Strike A.E. / Ω

Durée : 46 minutes

line up
parution
13 Novembre 2015

voir aussi
Otargos
Otargos
Ten-Eyed Nemesis

2006 - Several Bleeds Records
  
Otargos
Otargos
Fleshborer Soulflayer

2021 - Xenokorp
  
Otargos
Otargos
No God, No Satan

2010 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Aurvandil
Aurvandil
Thrones

2013 - Psychic Violence Records
  
Darvaza
Darvaza
Darkness In Turmoil (EP)

2018 - Terratur Possessions
  
Black Witchery / Revenge
Black Witchery / Revenge
Holocaustic Death March To Humanity's Doom (Split-CD)

2015 - Nuclear War Now! Productions
  
Adherent
Adherent
Demo MMXVII (Démo)

2017 - Solar Asceticists Productions
  
Anguis Dei / I'm Ruins / Chemin de haine
Anguis Dei / I'm Ruins / Chemin de haine
N.O.I.R. volume II (Split-CD)

2021 - Those Opposed Records
  

Black Sabbath
Headless Cross
Lire la chronique
Remornia
Tales of the Abandoned Places
Lire la chronique
Concilivm
A Monument In Darkness
Lire la chronique
Zero Hour
Agenda 21
Lire la chronique
Demonical
Mass Destroyer
Lire la chronique
Svet
The Truth
Lire la chronique
Whitehorse
Raised Into Darkness
Lire la chronique
Gloson
The Rift
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Spirit Adrift + Yob
Lire le live report
Black Sabbath
Technical Ecstasy
Lire la chronique
Seum
Blueberry Cash (EP)
Lire la chronique
Necrom
All Paths Are Left Here...
Lire la chronique
Candelabrum
Nocturnal Trance
Lire la chronique
(DOLCH)
Nacht
Lire la chronique
Helms Alee
Keep This Be the Way
Lire la chronique
Interview de DAWOHL pour l'album "Leviathan"
Lire l'interview
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Dawohl
Leviathan
Lire la chronique
Nightfell
Never Comes the Storm
Lire la chronique
Funérarium
1692
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Black Sabbath
Sabbath Bloody Sabbath
Lire la chronique
Big Scenic Nowhere
The Long Morrow
Lire la chronique
Mouflon
Pure Filth
Lire la chronique
Achelous
The Icewind Chronicles
Lire la chronique
Wolves' Winter
Qayin Coronatvs
Lire la chronique
Miseration
Black Miracles and Dark Won...
Lire la chronique
Talmas
A Call From The Forest (Com...
Lire la chronique
Abhorration
After Winter Comes War (Démo)
Lire la chronique