chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
128 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Godflesh - Pure

Chronique

Godflesh Pure
Pure, là où Godflesh commence ? C’est généralement ce que je pense de ce disque, bien différent de ses prédécesseurs.

Streetcleaner a mis fin aux tortueuses années 80, entamées par les muscles cyniques des Swans et terminées par les bombes de ce premier album de Justin et sa bande (ici accompagné de l’éternel Ben Green mais aussi de Robert Hampson, supplantant Paul Neville au rôle de deuxième guitariste). Une œuvre culte, à la fois définitive et définissant une certaine scène. Mais Pure donne une autre sensation, dès sa pochette où l’on pourra voir une main calcinée, reste d’une explosion atomique, mais où je perçois la naissance d’un homme-nouveau. Un exemple de plus de mon incompréhension envers ce qu’on attache généralement aux musiques industrielles, celles souvent décrites comme lourdes et noires, violentes d’une domination visant l’extinction, alors qu’elles transpirent une certaine forme de vie. Une vie mécanique et organique à la fois, appuyant une volonté d’existence jusqu’à la hurler avec toute sa force disponible, jusqu’à divaguer dans des nappes spirituelles étrangement atmosphériques.

Il y a de cela dans Pure, délaissant en partie le patronage de Michael Gira ou encore Throbbing Gristle pour embrasser celui de la scène Hip Hop de son époque. « Spite » et « Mothra » mettent directement dans le bain de cette nouvelle direction, les machines et guitares s’habillant d’un groove autoritaire. Pour autant, Godflesh ne s’arrête pas ici à une réinterprétation d’influences : il devient ce qu’il montrera pleinement être par la suite, à savoir un monstre d’émotions, emporté par un souffle le guidant même au sein des ruines créées par Streetcleaner. « I Wasn’t Born to Follow », « Monotremata » ou « Baby Blue Eyes » possèdent cette lumière particulière, fragile, se terrant derrière un son strident, un psychédélisme qui donne une texture presque aérienne à des compositions pourtant bétonnées (la guitare bourdonnante de Robert Hampson sur « Predominance » par exemple, répétant inlassablement les mêmes notes). Pour qui résume Godflesh à ses débuts, ce disque s’apparente à un croc-en-jambe où les quelques rappels d’autrefois (« Love, Hate (Slugbaiting) » prenant pour base un titre de Fall of Because) s’avèrent encore plus expérimentaux que le reste.

Oui, Pure est bien différent de Streetcleaner, raison pour laquelle beaucoup ne dépassent pas l’écoute du premier album de Godflesh. Il y a de quoi être désorienté au sein de cette musique pleine de détours, commençant à regarder vers des années 90 encore jeunes tout en développant son ailleurs à elle avec ferveur, quitte à laisser sur le bord de la route (le final « Pure II » et ses vingt minutes issues d’une improvisation d’une heure entre Justin et Robert, clairement un test de patience si on ne se laisse pas prendre par sa transe). Godflesh y casse alors cette image que l’on peut avoir de lui de loin, celle d’une arme de destruction massive froide et impassible. À partir de « Monotremata », on peut entendre les Anglais jalonner ce qui sera leur champs d’exploration pour les prochaines années, entre écrasement doom, stridences noise-rock, écorchage grunge et mysticisme ambiant. Tout cela afin d’atteindre une vitalité brisée, engourdie, d’une personnalité riche de son temps (une chose que développera davantage Selfless).

Il y a malgré tout des titres implacables sur Pure, notamment au sein de sa première partie. Mais là n’est qu’une part du talent de Godflesh, qui entête, questionne parfois, fait toujours voir un univers mental tel qu’on n’en rencontre pas autre-part. Ce qui fait de cette grosse heure une des plus difficiles d’accès de la bande, aussi fondatrice que fuyante, l’esprit s’écrasant et s’envolant, s’enfermant dans ses obsessions et respirant à trop grande bouffée, une douleur existentielle devenant douleur corporelle. L’histoire veut que Justin ait trouvé le patronyme de la formation dans l’idée que la musique est la voix de Dieu donnant accès à l’élévation spirituelle, l’ajout de la notion de chair étant là pour signaler l’intention d’obtenir cet effet à un niveau physique. Cela en tête, on peut dire que Pure est l’œuvre où Godflesh a mérité son nom.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
20/01/2022 10:31
note: 9.5/10
Ça fait vraiment plaisir de voir cet album chroniqué, de bien belle manière d'ailleurs.
J'ai longtemps hésité pour la note, le 10 étant très sérieusement envisagé. Mon premier album de Godflesh, ce qui explique sûrement.
Très particulier avec ses rythmiques "mécaniques" et finalement contre toute attente une vraie réussite en live (cf. Roadburn 2013, album joué en intégralité avec Robert Hampson en guest).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Godflesh
Industrial
1992 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (2)  9/10
Webzines : (4)  8.13/10

plus d'infos sur
Godflesh
Godflesh
Industrial - 1988 - Royaume-Uni
  

vidéos
Mothra
Mothra
Godflesh

Extrait de "Pure"
  

tracklist
01.   Spite  (4:31)
02.   Mothra  (4:31)
03.   I Wasn't Born to Follow  (7:22)
04.   Predominance  (6:15)
05.   Pure  (5:02)
06.   Monotremata  (9:20)
07.   Baby Blue Eyes  (4:39)
08.   Don't Bring Me Flowers  (6:48)
09.   Love, Hate (Slugbaiting)  (9:57)
10.   Pure II  (21:16)

Durée : 79:41

line up
parution
13 Avril 1992

voir aussi
Godflesh
Godflesh
Streetcleaner

1989 - Earache Records
  
Godflesh
Godflesh
Post Self

2017 - Avalanche Recordings
  

Essayez aussi
Yerûšelem
Yerûšelem
The Sublime

2019 - Debemur Morti Productions
  
The Body
The Body
Master, We Perish (EP)

2013 - At A Loss Recordings
  
Fange
Fange
Poigne (EP)

2020 - Throatruiner Records
  
The Body
The Body
O God who avenges, shine forth. Rise up, Judge of the Earth; pay back to the ...

2018 - Autoproduction
  

Black Sabbath
Headless Cross
Lire la chronique
Remornia
Tales of the Abandoned Places
Lire la chronique
Concilivm
A Monument In Darkness
Lire la chronique
Zero Hour
Agenda 21
Lire la chronique
Demonical
Mass Destroyer
Lire la chronique
Svet
The Truth
Lire la chronique
Whitehorse
Raised Into Darkness
Lire la chronique
Gloson
The Rift
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Spirit Adrift + Yob
Lire le live report
Black Sabbath
Technical Ecstasy
Lire la chronique
Seum
Blueberry Cash (EP)
Lire la chronique
Necrom
All Paths Are Left Here...
Lire la chronique
Candelabrum
Nocturnal Trance
Lire la chronique
(DOLCH)
Nacht
Lire la chronique
Helms Alee
Keep This Be the Way
Lire la chronique
Interview de DAWOHL pour l'album "Leviathan"
Lire l'interview
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Dawohl
Leviathan
Lire la chronique
Nightfell
Never Comes the Storm
Lire la chronique
Funérarium
1692
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Black Sabbath
Sabbath Bloody Sabbath
Lire la chronique
Big Scenic Nowhere
The Long Morrow
Lire la chronique
Mouflon
Pure Filth
Lire la chronique
Achelous
The Icewind Chronicles
Lire la chronique
Wolves' Winter
Qayin Coronatvs
Lire la chronique
Miseration
Black Miracles and Dark Won...
Lire la chronique
Talmas
A Call From The Forest (Com...
Lire la chronique
Abhorration
After Winter Comes War (Démo)
Lire la chronique