chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bilwis - Pan

Chronique

Bilwis Pan
Ah, enfin le premier album tant attendu de BILWIS est sorti ! Bon... L’attente a été raisonnable depuis le premier EP, chroniqué il y a un peu plus d’un an ici, mais j’étais impatient parce que j’avais été complètement conquis. Conquis à tel point qu’il avait presque eu la note maximum : 4.5/5. Qu’est-ce qu’il lui manquait ? Eh bien au début je pensais qu’il lui manquait surtout du temps. Plusieurs mois sont généralement nécessaires pour vérifier et confirmer la valeur finale d’une pépite et pour lui attribuer le top des sésames. Mais en découvrant Pan, j’ai compris que le 4.5 n’allait pas être changé, parce que sa production est meilleure, et que j’ai senti que l’EP aurait pu être encore meilleur s’il en avait lui aussi bénéficié. Ah oui, une nouvelle étape a été franchie dans le son, et donc dans l’efficacité, de ces 8 nouvelles compositions.

Et cette impression s’impose dès le début de l’album. Le ton est donné sur « Sagenwelt », un instrumental qui incorpore percussions, clavier et chœurs légers pour immédiatement planter un décor. Un décor qui peut varier selon l’auditeur, surtout s’il n’a pas pris connaissance du concept. Il pourrait ainsi voir des étendues de nature ou bien imaginer des scènes de guerres intenses… Ou bien la succession des unes et des autres, parce qu’en fait BILWIS parvient à mêler la hargne à la douceur, à les faire se suivre ou alors à les ajuster délicieusement. Le black metal atmosphérique de l’Allemand ne peut alors que charmer et conquérir. Les oreilles dans un premier temps, le cœur ensuite. Car c’est véritablement magnifique, et très intelligent. Je suis personnellement bouleversé comme je peux l’être avec NARGAROTH ou BILSKIRNIR, les compatriotes germaniques de ce one man’s band.

Le talent de BILWIS est de maintenir un haut niveau d’agressivité avec des vocaux principaux masculins qui ne montrent jamais de signes de faiblesse, tout en faisant appel à des claviers, à des vocaux féminins ou encore à des samples de sons de la nature. Très souvent ces éléments polissent trop la musique d’un groupe, et risquent de les rendre doux et inoffensif. Jamais sur cet album. Ils représentent beaucoup de clarté, mais ils sont comme celle de la foudre, qui ne fait qu’illuminer des scènes désolantes lors d’un orage puissant. La magie opère et c’est tout simplement beau, et encore plus sur « Der Mond am Himmel », morceau qui m’a tellement séduit que je l’ai écouté jusqu’à l’épuisement plusieurs jours d’affilée. Et puis il y a le long morceau qui clôt l’album, « Pan », qui est aussi très touchant, dans un rythme plus lent, avec une atmosphère propice à l’introspection. Il fait 16 minutes, mais c’est surtout parce qu’à partir de sa moitié il se transforme en un instrumental triste, et d’une mélancolie contagieuse. Très belle fin d’album qui termine même avec les rires d’une enfant. Mais ils sont présentés de telle manière qu’ils donnent l’impression qu’ils ne sont que des réminiscences d’un temps perdu. Au contraire, « Wieland » met l’accent sur l’agressivité et se montre plus déchaîné que le reste, débouchant même sur des solos de guitares qu’on n’attendaient pas, et qui montrent que le musicien derrière le groupe est assez malin pour sortir de la technique uniquement quand il sent que cela apporte quelque chose à son propos. Excellentes cavalcades !

Du coup, les images varieront selon les titres et selon l’imagination de l’auditeur. Et pourant les thématiques sont annoncées et bien mises en avant dans les paroles, ainsi que dans quelques samples ajoutés : BILWIS parle de mythes et légendes européennes. D’où le titre « Pan », en référence à la divinité cornue mi-homme mi-bouc. Les textes vont tour à tour s’intéresser aux loups, aux dwarfs, aux trolls, aux vampires, aux géants… au folklore donc ! C’était dangereux parce que ça pouvait vite glisser vers du fantaisiste enfantin, mais absolument pas. La musique et les ambiances restent sobres, belles, et surtout très fortes. Je suis ravi de ce premier album, qui m’a marqué et restera très longtemps dans ma mémoire !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Lestat citer
Lestat
16/08/2022 00:15
note: 8/10
[quote="Vartruk"]Tu vises dans le mile avec ta chronique, et le sous-titre m'as tué... Ahahahahah!

C'est Omar qui a rédigé le sous-titre
Lestat citer
Lestat
16/08/2022 21:26
note: 8/10
Malci de la découverte.
Oui, sympa/dérangeant les rires à la fin. @Sakrifiss, est-ce que Françoise ricane comme ça ?
Vartruk citer
Vartruk
23/03/2022 18:50
Tu vises dans le mile avec ta chronique, et le sous-titre m'as tué... Ahahahahah!

Sans rire c'est un énorme coup de coeur pour moi également, j'avais trouvais l'EP sympa, on sentait le potentiel, mais sans plus (la prod un peu légère peut-être), là ça rivalise directement avec les cadors du genre, incroyable de fluidité et d'efficacité, et avec une prod au poil c'est que du bonheur, album indispensable!
Fabulon citer
Fabulon
21/03/2022 11:38
Très bon effectivement!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bilwis
Black Metal Atmosphérique
2022 - Northern Silence Productions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Bilwis
Bilwis
Black Metal Atmosphérique - 2020 - Allemagne
  

écoutez
tracklist
01.   Sagenwelt
02.   Wassermann
03.   Schlafes Bruder
04.   Azrael
05.   Der Mond am Himmel
06.   Wieland
07.   Walpurgisnacht
08.   Pan

Durée : 51:21

parution
11 Mars 2022

voir aussi
Bilwis
Bilwis
Sagenwelt (EP)

2021 - Northern Silence Productions
  

Essayez aussi
Golden Ashes
Golden Ashes
In the Lugubrious Silence of Eternal Night

2020 - Indépendant
  
Eïs
Eïs
Wetterkreuz

2012 - Prophecy Productions
  
Empyrium
Empyrium
Songs Of Moors And Misty Fields

1997 - Prophecy Productions
  
Darkestrah
Darkestrah
Turan

2016 - Osmose Productions
  
Turia
Turia
Degen van Licht

2020 - Eisenwald Tonschmiede
  

Wayward Dawn
All-Consuming Void
Lire la chronique
Bloodbath
Survival of the Sickest
Lire la chronique
Allocer Wolfe
A Man Made for Nowhere
Lire la chronique
Horror Within
Awaiting Extinction (EP)
Lire la chronique
Karmic Void
Armageddon Sun (Démo)
Lire la chronique
Wyrms
Sarkhral Lumænor - La lueur...
Lire la chronique
Kommand
The Demos (Compil.)
Lire la chronique
Phobophilic
Enveloping Absurdity
Lire la chronique
Miasmes
Vermines (EP)
Lire la chronique
Undr
Undr (EP)
Lire la chronique
Bones
Sombre Opulence
Lire la chronique
Mystic Circle
Mystic Circle
Lire la chronique
Cathartic
Through The Abysmal Gates O...
Lire la chronique
Broyeur d'Enfance
Suicide social
Lire la chronique
Trucido
A Collection Of Self​-​Dest...
Lire la chronique
Mineral Reflectance
Des chemins de vie
Lire la chronique
Proudhon
Social Tympanum
Lire la chronique
Prieuré
Nos prières (EP)
Lire la chronique
Egggore / Pharmacist
Paranoid Personality Disord...
Lire la chronique
Nuit Macabre
Chapitre III - Odeur de mort
Lire la chronique
Plague Patrol
Demo 2021 (Démo)
Lire la chronique
Sale Freux
Le corbeau clandestin
Lire la chronique
Innumerable Forms
Punishment In Flesh
Lire la chronique
Heresie
Poésie Noire (EP)
Lire la chronique
Hyperdontia / Septage
Hyperdontia / Septage (Spli...
Lire la chronique
European Tour MMXXII
Faceless Burial + Innumerab...
Lire le live report
Ritualization
Hema Ignis Necros (EP)
Lire la chronique
Herbstlethargie
Melancholie im Blattfall
Lire la chronique
Chat Pile
God's Country
Lire la chronique
Lacrima Mortis
Posthumous
Lire la chronique