chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
113 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nightrage - Abyss Rising

Chronique

Nightrage Abyss Rising
Vous n’échapperez pas à mon radotage à chaque nouvelle chronique d’un album de Nightrage. Pour moi la bande restera toujours liée à cet été 2003 caniculaire post-Bac à jouer au PC (les perles Vice City et Frozen Throne) dans le noir en slip derrière un ventilateur, quitte même à profiter de la climatisation des cinémas (ah ce Terminator 3…). Comme musique de fond (parmi d’autres, un bon crû, vraiment), ce premier opus Sweet Vengeance. De beaux souvenirs. Dix neuf années plus tard, Marios Iliopoulos mène toujours la danse de ce death mélodique “suédois à l’ancienne” né des cendres de Exhumation, le line-up semble désormais stable, les musiciens de Wolf To Man rempilent pour cette neuvième galette.

C’est un fait, très souvent le démarrage d’un album donne un grand sourire (“oh album de l’année!”) pour finalement se dessiner en vilaine moue (typiquement le dernier Allegaeon). Ici, les défauts apparaîtront dès l’ouverture éponyme. Une habitude depuis sept ans, les hurlements poussifs du frontman qui étrangement me paraîtront moins irritants (ou alors mes tympans ont été anesthésiés par les pleurs de mon fils) sur la longueur. Gros bémol par contre sur les quelques passages en chant clair bien bancals (là j’ai vraiment du mal). M’est avis que le gus est aussi responsable (compositeur aussi) des riffs metalcore parsemés pour combler le manque d’inspiration de Marios. Une nouvelle fois le syndrome Arch Enemy (désolé mais je ne sais pas si je serai capable de chroniquer leur nouvel affront), des soli/leads bossés au détriment de tout le reste. Du “randomising” de riffs mélodiques sur les couplets pas franchement acceptable de la part du quinqua. Des tares pourtant bien gommées sur le précédent album mais ravivées à notre plus grand malheur. Agaçant.

Malgré cela, ce Abyss Rising n’est pas franchement déplaisant à l’écoute. Originalité de côté, les compositions restent ultra carrées et percutantes. La batterie paraît plus fouillée et recherchée que sur la galette précédente avec un effet “boost” des plus agréables (“Pest Ridden Tide”). Aidée en grande partie par une production quasi parfaite et le mixage/mastering de maître Fredrik Nordström. Mais là on retrouvait timidement les mélodies ensoleillées et accrocheuses des beaux jours sur Wolf To Man (“Disconnecting The Dots”), là elles paraîtront bien moins “catchy” et travaillées. On retiendra de brèves percées (l’entêtante “Falsifying Life” et “Cursed by the Gift of Sight” particulièrement) mais bien trop succinctes pour donner un goût de “reviens-y”.

Abyss Rising ou une sorte de Wolf To Man épuré, trop peut-être. Fluide, il s’écoutera volontiers en musique de fond sans réels accrocs mais dont ne retiendra absolument rien… Pourtant le death mélodique est plutôt bien ficelé mais clairement en pilotage automatique sans quelconque “réels” sursauts (refrain, mélodies, solo, break… cela reste très maigre). Forcément avec une telle discographie on ne pourra qu’être déçu, surtout après un Wolf To Man assez prometteur. Retour à la case départ “seconde zone”.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
14/05/2022 13:15
Alors pour le coup, je ne vous demanderai pas de me croire sur parole, l'album est vraiment bien voire très bon MAIS
...
La plupart des leads et soli de l'album sont repompés d'au moins un ancien album : A New Disease Is Born. C'est absolument incroyable. A la note près en plus ! Je me souviens d'un de leur single où deux soli de ANDIB avaient été accolé (partie 1 puis 2 du solo) à la note près !
Je crois que même les japonais qui se tentaient au melodeath début 2000 n'ont jamais été aussi loin. A chaque chanson quasiment, j'avais un sursaut façon Di Caprio. Mais si vous savez bien... Le doigt pointé en avant sur son fauteuil. C'est bon vous l'avez ?
Alors, c'est pas toujours évident, y a des rythmiques particulières et la batterie est différente (et très très bonne), donc les repères changent. Parfois c'est des bouts de mélodies ou des mélodies entières, des riffs, des soli, bref c'est partout !
C'est honteux, Illipoulos nous la met à l'envers au calme, sans sourciller. Je pense que cet album, ANDIB, est son plus grand regret car trop influencé par les autres membres de l'époque en qui il pensait avoir confiance. Il a ressorti alors l'album plus dans sa vision à lui. Je ne vois pas d'autres explications, ça où une amnésie traumatique. Même le chant, le gros point noir du groupe sur les derniers albums, est meilleur et très "Tompa-esque".

Donc là, je viens de trouver pire que Thulcandra pour se faire un blind test entre fans de melodeath, un groupe avec sa propre sous-catégorie s'il vous plait !
"Je suis la Nuit, je suis la vengeance, je suis Nightrage"

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nightrage
Death mélodique
2022 - Despotz Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  8.06/10

plus d'infos sur
Nightrage
Nightrage
Death mélodique - 2000 - Suède
  

vidéos
Abyss Rising
Abyss Rising
Nightrage

Extrait de "Abyss Rising"
  
Nauseating Oblivion
Nauseating Oblivion
Nightrage

Extrait de "Abyss Rising"
  
Falsifying Life
Falsifying Life
Nightrage

Extrait de "Abyss Rising"
  

tracklist
01.   Abyss Rising  (03:29)
02.   Swallow Me  (03:39)
03.   Nauseating Oblivion  (03:15)
04.   Dance of Cerberus  (03:34)
05.   Falsifying Life  (03:36)
06.   Portal of Dismay (Interlude)  (00:59)
07.   Shadows Embrace Me  (04:14)
08.   9th Circle of Hell  (03:24)
09.   The Divergent  (01:54)
10.   Cursed by the Gift of Sight  (03:16)
11.   False Gods  (03:46)
12.   Pest Ridden Tide  (02:49)
13.   Silence of the Darkened Soul  (01:01)

Durée : 38:56

parution
18 Février 2022

voir aussi
Nightrage
Nightrage
Sweet Vengeance

2003 - Century Media Records
  
Nightrage
Nightrage
Wearing A Martyr's Crown

2009 - Lifeforce Records
  
Nightrage
Nightrage
The Venomous

2017 - Despotz Records
  
Nightrage
Nightrage
The Puritan

2015 - Despotz Records
  
Nightrage
Nightrage
A New Disease Is Born

2007 - Lifeforce Records
  

Essayez plutôt
Endless Chaos
Endless Chaos
Paths To Contentment

2017 - Autoproduction
  
Windfaerer
Windfaerer
Tenebrosum

2015 - Autoproduction
  
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Hinsides Vrede

2020 - Season Of Mist
  
Son Of Aurelius
Son Of Aurelius
Under A Western Sun

2014 - Autoproduction
  
Catalyst
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords

2019 - Great Dane Records
  

Black Sabbath
Headless Cross
Lire la chronique
Remornia
Tales of the Abandoned Places
Lire la chronique
Concilivm
A Monument In Darkness
Lire la chronique
Zero Hour
Agenda 21
Lire la chronique
Demonical
Mass Destroyer
Lire la chronique
Svet
The Truth
Lire la chronique
Whitehorse
Raised Into Darkness
Lire la chronique
Gloson
The Rift
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Spirit Adrift + Yob
Lire le live report
Black Sabbath
Technical Ecstasy
Lire la chronique
Seum
Blueberry Cash (EP)
Lire la chronique
Necrom
All Paths Are Left Here...
Lire la chronique
Candelabrum
Nocturnal Trance
Lire la chronique
(DOLCH)
Nacht
Lire la chronique
Helms Alee
Keep This Be the Way
Lire la chronique
Interview de DAWOHL pour l'album "Leviathan"
Lire l'interview
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Dawohl
Leviathan
Lire la chronique
Nightfell
Never Comes the Storm
Lire la chronique
Funérarium
1692
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Black Sabbath
Sabbath Bloody Sabbath
Lire la chronique
Big Scenic Nowhere
The Long Morrow
Lire la chronique
Mouflon
Pure Filth
Lire la chronique
Achelous
The Icewind Chronicles
Lire la chronique
Wolves' Winter
Qayin Coronatvs
Lire la chronique
Miseration
Black Miracles and Dark Won...
Lire la chronique
Talmas
A Call From The Forest (Com...
Lire la chronique
Abhorration
After Winter Comes War (Démo)
Lire la chronique