chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
135 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Achelous - The Icewind Chronicles

Chronique

Achelous The Icewind Chronicles
Comme dit précédemment, l’epic metal a le vent en poupe ces dernières années, avec pas mal de bonnes sorties et de groupes qui ont émergé un peu partout dans le monde, et pas uniquement de l’autre côté de l’Atlantique. Il n’est donc pas surprenant de voir des groupes en provenance de Grèce émerger durant la dernière décennie et évoluant dans ce style musical, avec des noms tels que Black Sword Thunder Attack, Hercules et Achelous qui nous concerne ici, même si l’on pourrait dire que c’est une scène qui a été active dès la fin des années mille neuf cent quatre vingt, avec des références telles que Battleroar, ou bien encore Alpha Centauri. À son origine, Achelous était le projet de Chris Achelous, qui sortit deux démos instrumentales tout seul, avant d’être rejoint par le chanteur Chris Kappas, puis par d’autres musiciens, même si le turn-over a été conséquent, les menant à sortir un premier EP, The Cold Winds of Olympus, en deux mille quinze, et un premier album Macedon, en deux mille dix huit, assez correct dans l’ensemble, non sans avoir écrit le générique d’un événement de la ligue de catch grecque entre temps. Les Grecs ont depuis lors quasiment stabilisé leur line-up, puisque entre la sortie de Macedon et la sortie du présent The Icewind Chronicles, le guitariste Haris Dinos a été remplacé par Vicky Demertzi. Voilà pour les présentations sommaires du groupe, qui, s’il est assez passé inaperçu pour le moment, pourrait toutefois surprendre avec ce second album.

Pourquoi je dis surprendre, et dans le bon sens du terme, et bien parce que Achelous nous propose ici un album assez plaisant et que, si l’on devait faire une comparaison avec son prédécesseur Achelon, la seule chose qui viendrait à l’esprit c’est celle-ci: plus fort, plus complet et plus mémorable. Le quintet reste ainsi fidèle à son epic metal dévoilé il y a quelques années, et l’on fait ici la part belle à des titres assez simples et directs, non dénoués de moments de bravoures, avec des refrains et des ponts qui restent bien en mémoire. L’on sent bien ici l’influence de grands noms tels que Omen, Brocas Helm, Manowar, et, plus proches de nous, avec les Italiens d’Holy Martyr, avec lesquels ils partagent pas mal de similitudes. À l’instar de ces derniers, l’on est plutôt conteur chez Achelous, et après avoir fait un album centré sur Alexandre le Grand sur Macedon, les Hellènes nous dévoilent ici un album centré sur le personnage Drizzt Do’Urden, le célèbre Elfe Noir des romans de Robert Anthony Salvatore. C’est sans doute cela qui nous donne une certaine fluidité entre les titres, et, surtout, une ligne directrice qui se ressent non seulement au niveau des paroles qu’au niveau musical, c’en est ainsi fini des incartades un peu grossières et hors de propos d’un Gaugamela du précédent effort. Il n’y a rien de tout ceci, et l’on navigue entre titres efficaces et directs, avec souvent des chœurs guerriers, et d’autres titres plus nostalgiques comme sur Mithril Hall et Outcast. Le tout est d’ailleurs porté par une production très opportune pour le genre, assez ample d’ailleurs, et qui rend justice à la musique d’Achelous.

SI les titres sont assez directs et très efficaces, n’excédant qu’à deux reprises les six minutes, cela ne sombre jamais dans une facilité affligeante. Le groupe a pris le temps pour soigner ses compositions, avec un beau travail aux guitares, les riffs étant bien acérés et les lignes mélodiques sont bien léchées, avec moult leads, harmonisations et soli qui viennent émailler chaque titre. Les tempi sont assez variés, volontiers dans un registre mid tempo, mais il y a suffisamment de variété pour ne pas se lasser, et l’on retrouve un peu cette veine héritée du power metal européen dans ces instants plus véloces, avec passages à la double grosse caisse, je pense notamment à Flames of War. Le groupe maîtrise aussi les passages plus posés et poignants qui sont souvent suivis de passages plus emportés. C’est une recette des plus convenues, mais cela fonctionne toujours aussi bien. Dans tous les cas cela reste très efficace, et il n’y a rarement de parties superflues ou inconvenantes, à part un petit passage vers la fin du titre Outcast. Encore une fois, qui dit simplicité, ne veut pas dire que le groupe se contente de choses frustres. Il a su peaufiner les quelques détails mélodiques qui donnent une belle emphase à ses compositions. Je pense notamment aux acoustiques présentes sur l’introduction de Northern Winds ou bien encore sur Savage King, ce piano sur Outcast qui n’arrive pas comme un cheveu sur la soupe. Autre beau moment sur cet album, cette introduction à la basse acoustique de Savage King, qui viendra nous rappeler aux bons souvenirs des titres épiques d’un Iron Maiden.

Les influences sont ainsi évidentes, mais elles sont très bien digérées et l’on a ici un groupe avec une personnalité affirmée et qui a su prendre du recul par rapport à sa musique pour en corriger ses quelques défauts, et, encore mieux, étoffer ses compositions. Je pense ainsi à plusieurs éléments qui viennent diversifier les titres et rendent ainsi cet album assez attachant. Il y a par exemple ces phrasés plus folkloriques sur Savage King ou sur The Crystal Shard, qui donnent une coloration assez intéressante à l’ensemble, un peu inhérente à son origine géographique si je devais faire des ponts avec d’autres références plus extrêmes. Plus marquant sans doute, ce chant féminin sur Mithril Hall, un titre plus mélancolique, et qui est non seulement très bien tenu par Christina Petrogianni et qui apporte une touche plus nostalgique et un peu rêveuse à l’ensemble, ce qui sera la même chose pour ce qui est de ses interventions sur le titre Outcast. Le chant, c’est souvent ce qui va faire la différence pour ce qui est de l’epic metal. Et dans ce registre Chris Kappas s’en sort très bien avec un chant clair dans un registre médian, mais très puissant et avec une réelle personnalité, qui me rappelle un peu Alessandron Mereu de Holy Martyr, notamment dans ce côté plus granuleux, un peu comme Paul Di’Anno. Et il faut avouer que les compositions, en dehors de leurs forces propres, mettent en valeur sa voix, avec notamment pas mal de refrains ultra accrocheurs. Le groupe a d’ailleurs apporté un soin particulier aux chœurs, présents fréquemment, où les voix sont souvent doublées, parfois avec du chant féminin: ceci apporte ainsi une certaines profondeur à l’ensemble, sans sombrer dans les excès de certaines formations qui en usent et en abusent.

Il va sans dire que tous ces éléments nous donnent un album plus que plaisant et qui a un potentiel de grower au jeu au fil des écoutes, là où une première écoute pourrait laissait croire à quelque chose d’assez quelconque, il n’est en est rien au final. Si sa durée est assez courte, à peine une quarantaine de minutes, The Icewind Chronicles a au moins le mérite de ne point contenir de titres plus faibles, et le tout s’enchaine de manière assez plaisante, et l’on se laisse ainsi prendre rapidement au jeu de ces différentes péripéties de l’Elfe Noir qui nous sont narrées ici. Achelous ne révolutionne aucunement le genre avec cet album, c’est acquis, mais il a pourtant réalisé un album très plaisant avec ses charmes et ses armes et c’est très enthousiasmant de constater qu’il y a encore des musiciens capables de faire une musique sans fioritures et sans un certain côté tapageur, mais qui tient la longueur et sait nous tenir en haleine. C’est cela qu’il faut retenir de ce bel album, ce d’autant que le groupe y affiche de très nets progrès par rapport à sa précédente réalisation, et qu’il devrait ravir tout amateur de heavy metal, épique ou non, car outre le fait de savoir allier efficacité et musicalité, les Hellènes ne sombrent jamais dans le côté pré-mâché et carton pâte de bons nombres de ses contemporains. Et rien que pour cela, The Icewind Chronicles mérite que l’on s’attarde dessus, tant Achelous a su faire preuve d’honnêteté, de travail et d’intégrité dans sa musique.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Achelous
Epic Heavy Metal
2022 - No Remorse Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (6)  7.81/10

plus d'infos sur
Achelous
Achelous
Epic Heavy Metal - 2011 - Grèce
  

tracklist
01.   Northern Winds  (06:06)
02.  Flames of War  (04:08)
03.   Savage King  (04:52)
04.   Mithril Hall  (04:19)
05.   The Crystal Shard  (05:18)
06.   Halfling’s Gem  (04:12)
07.   Face the Storm  (04:17)
08.   Outcast  (07:32)

Durée : 40:44

line up
parution
17 Mars 2022

Essayez aussi
Doomsword
Doomsword
The Eternal Battle

2011 - Dragonheart Records
  
Ironsword
Ironsword
Servants Of Steel

2020 - Alma Mater Records
  
Atlantean Kodex
Atlantean Kodex
The Pnakotic Demos (Démo)

2007 - Cruz Del Sur Music / Ván Records / New Iron Age Records / Iron Kodex Records
  
Phaëthon
Phaëthon
Sacrifice Doth Call (EP)

2021 - Gates Of Hell Records
  
Isen Torr
Isen Torr
Mighty & Superior (EP)

2004 - Shadow Kingdom Records / Metal Supremacy
  

Black Sabbath
Headless Cross
Lire la chronique
Remornia
Tales of the Abandoned Places
Lire la chronique
Concilivm
A Monument In Darkness
Lire la chronique
Zero Hour
Agenda 21
Lire la chronique
Demonical
Mass Destroyer
Lire la chronique
Svet
The Truth
Lire la chronique
Whitehorse
Raised Into Darkness
Lire la chronique
Gloson
The Rift
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Spirit Adrift + Yob
Lire le live report
Black Sabbath
Technical Ecstasy
Lire la chronique
Seum
Blueberry Cash (EP)
Lire la chronique
Necrom
All Paths Are Left Here...
Lire la chronique
Candelabrum
Nocturnal Trance
Lire la chronique
(DOLCH)
Nacht
Lire la chronique
Helms Alee
Keep This Be the Way
Lire la chronique
Interview de DAWOHL pour l'album "Leviathan"
Lire l'interview
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Dawohl
Leviathan
Lire la chronique
Nightfell
Never Comes the Storm
Lire la chronique
Funérarium
1692
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Black Sabbath
Sabbath Bloody Sabbath
Lire la chronique
Big Scenic Nowhere
The Long Morrow
Lire la chronique
Mouflon
Pure Filth
Lire la chronique
Achelous
The Icewind Chronicles
Lire la chronique
Wolves' Winter
Qayin Coronatvs
Lire la chronique
Miseration
Black Miracles and Dark Won...
Lire la chronique
Talmas
A Call From The Forest (Com...
Lire la chronique
Abhorration
After Winter Comes War (Démo)
Lire la chronique