chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
126 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Meshuggah - Immutable

Chronique

Meshuggah Immutable
25 mars 2021, Sweetspot Studio, Halmstad (Suède). Meshuggah se fend d'un communiqué laconique annonçant libérer de ses obligations le guitariste de session Per Nilsson pour retrouver Fredrik Thordendal, revenu parmi les siens après une pause de quatre ans. Avec la colonne vertébrale historique que forment ses trois principaux compositeurs, le guitariste Mårten Hagström, le bassiste Dick Lövgren et l'impressionnant batteur Tomas Haake, consolidée par le retour de l'enfant prodige et la présence du frontman Jens Kidman, le quintet annonçait aussi entrer en studio pour enregistrer son dixième album. Quelques jours plus tard, le 1er avril 2021, le groupe postait une photographie très symétrique de leur tentaculaire batteur à l'ouvrage.



Le train était lancé. Quelque-part dans l'Hexagone, deux chroniqueurs de votre webzine préféré guettaient cette activité et se laissaient aller à moult hypothèses, chacun à leur manière. Le premier, Neuro, d'un naturel globalement pessimiste, passablement déçu des précédentes œuvres du bataillon suédois comme en atteste son exigeante chronique de The Violent Sleep Of Reason (2016), n'a même pas le sourcil qui palpite. « De toutes façons, je suis sûr que Fredrik Thordendal aura la flemme de participer au processus créatif », se dit-il, un brin blasé. Le second, Voay, a le cœur qui bat la chamade par anticipation. C'est qu'il a tendance à s'exciter tout seul dans son coin, celui-là. Bon élève, il s'est retapé l'intégralité de la discographie du groupe histoire de pouvoir correctement tailler le bout de gras avec son camarade venu lui prêter main forte. Un an plus tard et après avoir fait monter la sauce avec trois extraits fort judicieusement choisis, Immutable et sa pochette aux faux airs de titan colossal atterrit dans les platines de ces deux hères. Dès la première écoute, une remarque leur percute l'esprit : quelle production incroyable! Les Suédois sont allé chercher une puissance sonore d'une qualité et d'une profondeur toutes deux indéniables. Au-delà de l'accordage déraisonnablement bas des guitares – constitutif de l'identité du groupe – ces basses d'une profondeur abyssale et d'une gravité religieuse contribuent à offrir une vraie cohérence à ce nouvel ouvrage. Mais cette production massive n'est-elle pas un trompe-l’œil que l'auditeur exigeant saura reprendre de volée ?

Si l’on met effectivement de côté l’impact sonore objectivement très impressionnant d’un groupe comme Meshuggah, en particulier pour le profane, les choses sont beaucoup plus nuancées. Nuancées, comme ce morceau introductif qu'est « Broken Cog », nous renvoyant aux moments les plus ambiancés de Catch 33 avec un certain intérêt. Mais cela sera l’un des rares cas où votre serviteur utilisera ce descriptif en des termes foncièrement positifs. La principale raison ayant été citée par notre estimé collègue, à savoir que si Fredrik Thordendal fait toujours parti du line-up du groupe, son absence officieuse n’aura jamais paru aussi évidente et osons le dire, cruelle. Sans celui qui s’est imposé comme le compositeur le plus pertinent d’un Meshuggah qui a pu précédemment marquer la scène metal pendant vingt ans, les Suédois semblent être durement revenus sur terre. La patte expérimentale et excitante qui les caractérisait s’est effacée pour laisser le champ libre à l’écriture d’un Mårten Hagström très présent. Immutable se présente alors comme un album cohérent, très orienté vers le groove et à l’efficacité certaine, non sans ignorer des envies mélodiques qui n’auront jamais été aussi affirmées ici, paradoxalement souvent amenées par les parties lead d’un Thordendal qui n’a ici que le rôle de « guest » de luxe (la ligne envoutante de « The Abysmal Eye »).

C'est certainement ce tropisme mélodique allié à cette maîtrise du groove qui donne à Immutable ce petit goût de reviens-y. Oui, à 3'02'' de « Broken Cog », l'auditeur – profane comme chevronné – sera forcément plongé dans la fournaise caractéristique des Scandinaves, à la faveur d'un riff au goût d'apocalypse qui respecte fort bien le contrat passé entre Meshuggah et ses ouailles des années durant. D'autres morceaux de bravoure succèdent à cette pesanteur cohérente : à la gravité infinie d'un « Ligature Marks », répond la profondeur abyssale de « The Faultless », marqué lui aussi de sonorités granitiques et d'une signature rythmique impressionnante. Mais malgré quelques éclaircies venant opportunément percer cette massive couche d'ozone, comme les gracieuses harmoniques de « Phantoms », l'accélération salvatrice de « Armies Of The Preposterous », rouleau compresseur tardif, ou encore la massive cavalcade et la gradation mélodique vertigineuse proposée par « Light The Shortening Fuse », Immutable n'est pas infatigable, loin de là. Comme le relevait le lucide Neuro, ce dixième opus manque cruellement de folie. L'absence d'un morceau majeur, tête de gondole où tous ces savoureux ingrédients du groupe seraient poussés à leur paroxysme, avec une signature rythmique irréelle alliée à une ligne de batterie invraisemblable (comme le faisait magistralement « Clockworks » sur l'album précédent) se fait durement ressentir. Il semblerait, triste constat, que les Suédois n'en aient plus les moyens : Tomas Haake n'est plus le batteur qu'il était auparavant, remplaçant ses trouvailles révolutionnaires par une frappe certes imposante, mais sans génie. Si elle conserve ses qualités, cette évolution dans la direction artistique est à double tranchant et donne l'impression que Meshuggah semble ici ronronner plus qu'innover. Ce n'est pas le long instrumental un brin fainéant « They Move Below » ou encore ces interludes une nouvelle fois mal gérées qui pourront contredire ce propos. Mais qu'est-ce que c'est que ce « Black Cathedral », tentative périmée de black metal répétée jusqu'à la garde ? Il y a des courants d'air dans cette noble bâtisse... Et pourquoi donc allonger l'outro « Past Tense » ainsi ? Malgré son motif charmeur, ces cinq dernières minutes interminables viennent achever l'album d'une douloureuse agonie. En ne variant que très peu son tempo, en répétant à l'envi des motifs déjà entendus ou étirant sa durée de manière superficielle, Immutable s'essouffle bien vite...

Derrière ce constat sévère mais juste, se trouve avant tout la déception de deux paires d’oreilles nourries aux années fastes d’un groupe dont les plus grandes heures sont indiscutablement passées. Les difficultés annoncées par certains après un obZen définitif, album déjà en forme de synthèse, sont bien advenues. Meshuggah fait d’ailleurs lui-même l’aveu de son désormais douloureux immobilisme à travers une communication presque ouvertement pessimiste et étrangement sincère. Et ce ne sont pas les impressions de redites particulièrement suspectes sur ce Immutable qui leur donneront tort. Malgré tous ces griefs, il n’est point à en douter que comme chaque nouvelle sortie des Suédois, leurs qualités naturelles leur permettront d’imposer sans difficulté un lot de titres efficaces auprès d’un public toujours avides de sensations métalliques au demeurant, il faut le reconnaitre, assez hors-normes. Que cela soit les riffs chaloupés de « Phantoms », l'acharnement de « The Abysmal Eye », la singularité de « Broken Cog » ou encore la lourdeur de « Ligature Marks », beaucoup d’auditeurs auront leur moment où Meshuggah provoquera cette excitation si particulière, bien connue des amateurs de musique qui stimulent à défaut d’émouvoir.

« Whispers, murmurs, voices, voices...
Whispers, purpose, voices, murmurs...
Whispers, murmurs, voices, voices...
Whispers, murmurs, voices, purpose... »

Des instants bien souvent catalysés par ce nouveau mandat de Jens Kidman, plus inspiré dans ses intentions et mieux mis en valeur par cette production maousse que sur The Violent Sleep Of Reason (2016). Il fait davantage d'efforts sur ce Immutable, en poussant sa voix déchirée dans ses derniers retranchements. En incarnant à la perfection ces massifs colosses intemporels, témoins du délitement cosmique du monde que le « I » caractéristique des paroles cryptiques de Meshuggah semble souvent mettre en scène, il crache son fatalisme, sa rage et son dégoût de l'espèce humaine avec une conviction rehaussée, susurre sa souffrance avec dévotion et participe autant à cette marche martiale permanente qu'au rythme quelque-peu lancinant de ce nouvel opus, se perdant à son tour dans ses moments plus anonymes (« Kaleidoscope »). Plusieurs de ses diatribes ne manqueront pas de tamponner le coeur, comme ce phrasé sinistre adopté à la fin de « The Faultless », l'agressivité ravageuse impulsée à « I Am That Thirst » (il sauve presque à lui tout seul ce morceau un peu random) ou encore le douloureux épilogue de « Ligature Marks », rempli de tremblements organiques :

« Empty sheet, nothing left to deplete
The loop becomes complete
The void will swallow the melting stars
Suspended in emptiness
Torment turns to bliss
A stillborn genesis »

Malgré des moments universellement réussis qui agitent fièrement la bannière des Suédois, Immutable n'a pas pleinement conquis ces deux chroniqueurs qui s'étaient donné mission de le réceptionner sur votre webzine préféré. La faute à un tempo et une créativité qui restent trop fermement amarrés à la lithosphère, surface à laquelle semble se cantonner Meshuggah depuis plusieurs albums. Comment Immutable parviendra-t-il à survivre au recul du temps ? L'habile camouflage créé par sa rutilante production n'empêchera certainement pas de nombreux amateurs drogués à ces riffs massifs et à ces signatures rythmiques aventureuses de ranger bien vite ce dixième opus dans l'étagère, au profit des quelques classiques indépassables avec lesquels nous ont nourri les Scandinaves pendant des années. Espérons qu'il n'y prenne pas trop la poussière...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Holmy citer
Holmy
11/05/2022 11:52
note: 7.5/10
Jean-Clint a écrit : Je vous trouve bien sévères, effectivement c'est totalement en roue-libre et ça donne la sensation de se répéter mais le résultat est assez cohérent dans l'ensemble et surtout plus inspiré que les deux précédents opus. Rien de nouveau mais ça le fait toujours, même si effectivement on aimerait un peu plus de folie de la part des suédois

Tout pareil. Chronique un poil sévère, bien que nuancée et argumentée.

Un bon 7,5/10 également, qui lorgne même vers un 8/10 au regard des deux précédents.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
11/05/2022 11:36
note: 7.5/10
Je vous trouve bien sévères, effectivement c'est totalement en roue-libre et ça donne la sensation de se répéter mais le résultat est assez cohérent dans l'ensemble et surtout plus inspiré que les deux précédents opus. Rien de nouveau mais ça le fait toujours, même si effectivement on aimerait un peu plus de folie de la part des suédois

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Meshuggah
Metal progressif
2022 - Atomic Fire Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (4)  7.63/10
Webzines : (5)  8.3/10

plus d'infos sur
Meshuggah
Meshuggah
Metal progressif - 1987 - Suède
  

vidéos
Broken Cog
Broken Cog
Meshuggah

Extrait de "Immutable"
  
The Abysmal Eye
The Abysmal Eye
Meshuggah

Extrait de "Immutable"
  

tracklist
01.   Broken Cog  (05:35)
02.   The Abysmal Eye  (04:55)
03.   Light the Shortening Fuse  (04:28)
04.   Phantoms  (04:53)
05.   Ligature Marks  (05:13)
06.   God He Sees in Mirrors  (05:28)
07.   They Move Below  (09:35)
08.   Kaleidoscope  (04:07)
09.   Black Cathedral  (02:00)
10.   I Am That Thirst  (04:40)
11.   The Faultless  (04:48)
12.   Armies of the Preposterous  (05:15)
13.   Past Tense  (05:46)

Durée : 01:06:43

line up
parution
1 Avril 2022

voir aussi
Meshuggah
Meshuggah
Nothing

2002 - Nuclear Blast Records
  
Meshuggah
Meshuggah
Contradictions Collapse

1991 - Nuclear Blast Records
  
Meshuggah
Meshuggah
obZen

2008 - Nuclear Blast Records
  
Meshuggah
Meshuggah
Catch 33

2005 - Nuclear Blast Records
  
Meshuggah
Meshuggah
Rare Trax (Compil.)

2001 - Nuclear Blast Records
  

Essayez plutôt
Pain of Salvation
Pain of Salvation
Remedy Lane

2002 - InsideOut Music
  
Ayreon
Ayreon
01011001

2008 - InsideOut Music
  
Pain of Salvation
Pain of Salvation
Scarsick

2007 - InsideOut Music
  
Fates Warning
Fates Warning
A Pleasant Shade Of Grey

1997 - Metal Blade Records
  
Fates Warning
Fates Warning
Theories Of Flight

2016 - InsideOut Music
  

Black Sabbath
Headless Cross
Lire la chronique
Remornia
Tales of the Abandoned Places
Lire la chronique
Concilivm
A Monument In Darkness
Lire la chronique
Zero Hour
Agenda 21
Lire la chronique
Demonical
Mass Destroyer
Lire la chronique
Svet
The Truth
Lire la chronique
Whitehorse
Raised Into Darkness
Lire la chronique
Gloson
The Rift
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Spirit Adrift + Yob
Lire le live report
Black Sabbath
Technical Ecstasy
Lire la chronique
Seum
Blueberry Cash (EP)
Lire la chronique
Necrom
All Paths Are Left Here...
Lire la chronique
Candelabrum
Nocturnal Trance
Lire la chronique
(DOLCH)
Nacht
Lire la chronique
Helms Alee
Keep This Be the Way
Lire la chronique
Interview de DAWOHL pour l'album "Leviathan"
Lire l'interview
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Dawohl
Leviathan
Lire la chronique
Nightfell
Never Comes the Storm
Lire la chronique
Funérarium
1692
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Black Sabbath
Sabbath Bloody Sabbath
Lire la chronique
Big Scenic Nowhere
The Long Morrow
Lire la chronique
Mouflon
Pure Filth
Lire la chronique
Achelous
The Icewind Chronicles
Lire la chronique
Wolves' Winter
Qayin Coronatvs
Lire la chronique
Miseration
Black Miracles and Dark Won...
Lire la chronique
Talmas
A Call From The Forest (Com...
Lire la chronique
Abhorration
After Winter Comes War (Démo)
Lire la chronique