chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
114 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Whitehorse - Raised Into Darkness

Chronique

Whitehorse Raised Into Darkness
Il m’aura fallu du temps pour apprécier toute la chance d’avoir un groupe comme Whitehorse aujourd’hui. Pourtant clairement dans mes goûts sur le papier – de son style extrême à son esthétique, en passant par une amitié avec les terroristes de The Body (toujours un bon signe) –, le projet ne m’avait jamais emballé autant que j’espérais, finissant dans la pile des formations à retenter. Une pile qui, soyons honnête, est souvent chez moi une manière d’exprimer un certain respect envers la musique jouée sans nécessairement avoir envie d’y revenir.

Mais déclic il y a eu, soit en raison d’un temps propice à éprouver pleinement ce sludge / doom si atypique, soit poussé par le manque de sludgeux vraiment extrêmes actuellement, de ceux qui font du long et lent sans tomber dans une stérilité de surface. Certes, les nouveaux venus cherchant à faire vivre un certain nihilisme issu des premiers Grief, s’étant frappé le crâne à coup de Khanate, vont et viennent encore de nos jours. Cependant, rares sont ceux qui proposent autre chose qu’une séance de masochisme monotone et mononote, crânes partout et chair nulle part, la longueur du propos rappelant cette expression sur la culture et la confiture. Whitehorse, donc, n’est pas de « ceux-là » : il y a quelque chose d’autre qui se terre sur Raised Into Darkness, ses trente-sept minutes implacables, rectilignes et oubliant toutes idées de riff au point de toucher à l’abstrait, sans intellectualisme outrancier mais avec assez de réflexion pour éviter les écueils.

Pour autant, les amateurs d’un sludge / doom lourd au point d’être physique seront aux anges à l’écoute de Raised Into Darkness. Ce son imposant, rugueux, parlera au petit cœur empoisonné de celui qui n’a pas oublié les premières œuvres d’Atavist, les instants les plus plombés d’Indian, l’époque où Come to Grief était un point de départ vers un voyage toxique et irréel. Les Australiens de Whitehorse évoquent cela dans leur recherche de textures plutôt que de mélodies, sans toutefois tomber dans le pur drone metal. Constamment sludge – la voix de Peter Hyde est un modèle du genre, personnifiant à elle seule des torrents de boue et de merde –, la troupe avance d’un pas pesant tout en déjouant les sensations que l’on peut escompter envers telle création. Étrangement atmosphérique, survolant le sol tout en le contemplant avec fascination, ce petit disque use de peu d’effets avec maîtrise, des passages prenant directement à la gorge malgré une linéarité de surface (la fin de « Sixteen » par exemple).

Une science de la descente comme montée perpétuelle, aussi menaçante que surprenante, qui sera développé davantage dans Death Weight, dernière œuvre en date de Whitehorse, mais qui fonctionne déjà parfaitement ici. Raised Into Darkness profite du peu de temps qu’il se donne pour se déployer, allant d’emblée dans le cœur du sujet : l’écrasement, le pessimisme, la volonté de se redresser sans jamais toutefois y parvenir. Sludge / doom, cette musique l’est sans détour, exprimant une ambiance funéraire aussi mentale que concrète, la lutte de soi avec soi, la lourdeur de son corps devenant celle du monde.

Ce qui, il faut bien le reconnaître, n’est pas rien de la part d’un groupe qui semble attaché à « faire du sludge / doom ». Finalement, plus qu’un héritier des temps anciens, Whitehorse se rattache en effet à ses camarades de The Body, de même qu’à ses intrus partis trop tôt (des flashs de Laudanum durant l’écoute) faisant du sludge une pâte avec laquelle sculpter ses propres visions. Des visions qui, si elles manquent un chouïa de précision – mais pas de corps, encore moins quand on a James Plotkin à la mastérisation – et de durée (Death Weight corrigera ce souci de belle manière), font rejoindre les Australiens les rangs de ces quelques projets actuels précieux pour qui aime s’embourber, au propre comme au figuré. Une révélation arrivée bien trop tard.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Whitehorse
Extreme Sludge / Drone / Doom Metal
2014 - Vendetta Records / Sweat Lung Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Whitehorse
Whitehorse
Extreme Sludge / Drone / Doom Metal - 2004 - Australie
  

tracklist
01.   Raised Into Darkness  (13:29)
02.   Sixteen  (08:17)
03.   Lone Descent  (14:53)

Durée : 36:39

line up
parution
15 Mai 2014

Black Sabbath
Headless Cross
Lire la chronique
Remornia
Tales of the Abandoned Places
Lire la chronique
Concilivm
A Monument In Darkness
Lire la chronique
Zero Hour
Agenda 21
Lire la chronique
Demonical
Mass Destroyer
Lire la chronique
Svet
The Truth
Lire la chronique
Whitehorse
Raised Into Darkness
Lire la chronique
Gloson
The Rift
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Spirit Adrift + Yob
Lire le live report
Black Sabbath
Technical Ecstasy
Lire la chronique
Seum
Blueberry Cash (EP)
Lire la chronique
Necrom
All Paths Are Left Here...
Lire la chronique
Candelabrum
Nocturnal Trance
Lire la chronique
(DOLCH)
Nacht
Lire la chronique
Helms Alee
Keep This Be the Way
Lire la chronique
Interview de DAWOHL pour l'album "Leviathan"
Lire l'interview
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Dawohl
Leviathan
Lire la chronique
Nightfell
Never Comes the Storm
Lire la chronique
Funérarium
1692
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Black Sabbath
Sabbath Bloody Sabbath
Lire la chronique
Big Scenic Nowhere
The Long Morrow
Lire la chronique
Mouflon
Pure Filth
Lire la chronique
Achelous
The Icewind Chronicles
Lire la chronique
Wolves' Winter
Qayin Coronatvs
Lire la chronique
Miseration
Black Miracles and Dark Won...
Lire la chronique
Talmas
A Call From The Forest (Com...
Lire la chronique
Abhorration
After Winter Comes War (Démo)
Lire la chronique