chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
106 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Terror - Pain Into Power

Chronique

Terror Pain Into Power
Il y a quatre ans les Californiens de Terror sortaient leur septième album. Un disque intitulé Total Retaliation que j’ai pris en pleine poire un soir d’octobre 2019 sans me douter une seule seconde que celui-ci me ferait autant d’effet. Écouté depuis en long, en large et en travers, il était temps qu’arrive son successeur même s’il est vrai que l’on a tout de même pu se délecter fin 2020 du très court (mais vous verrez que tout ceci s’avère plutôt relatif) Sink To The Hell que je n’ai d’ailleurs jamais pris le temps de chroniquer (sans parler de cette compilation best-of intitulée Trapped In A World qui a vu à la surprise générale le retour du guitariste et membre fondateur Todd Jones (Nails) venu ré-enregistrer d’anciens titres sur lesquels il avait joué)... Bref, ce successeur le voici enfin puisqu’est sorti début mai chez Pure Noise Records le très attendu Pain Into Power.

Alors je préfère vous le dire tout de suite, attendez-vous à être quelque peu frustré par celui-ci puisqu’en effet ce huitième essai longue durée ne dure au final que dix-huit petites minutes, soit neuf de plus qu’un Sink To The Hell… Oui, c’est peu mais il faudra de toute façon savoir s’en contenter puisqu’il n’y a là rien d’autre à se mettre sous la dent. D’ailleurs, malgré cette frustration évidente, je préfère largement un album de dix-huit minutes de ce calibre qu’un album de Hardcore de trente-cinq minutes qui ne me donne pas spécialement envie de relancer une seconde lecture dans la foulée...

Enregistré par Todd Jones avec la complicité d’un certain Matt Hyde (Monster Magnet, Sum 41, Fu Manchu, Slayer...) avec lequel Terror avait déjà collaboré par le passé lors du mixage de Keepers Of The Faith, Pain Into Power voit également le retour du leader de Nails à la composition puisque celui-ci a effectivement participé à l’écriture de ce nouvel album. Du coup, le regain d’urgence et d’intensité qui s’en dégage fait finalement sens. On remarque également la présence de quelques invités de marque avec les participations de Madison Watkins de Year Of The Knife et Crystal Pak d’Iniate sur "Unashamed", de Todd Jones (évidemment) sur "The Hardest Truth" et, plus étonnant, de Georges "Corpsegrinder" Fisher de Cannibal Corpse sur "Can't Help But Hate".

Le résultat final est naturellement à la hauteur des chiffres annoncés. Une déferlante Hardcore particulièrement vindicative qui à défaut d’originalité vient à nouveau mettre les points sur "i" et rappeler aux imbéciles qui l’ignorent encore ou à tous ceux qui auraient pu en douter que Terror est, en dépit de toutes ces années qui épuisent et éliment, l’un des meilleurs représentants de la scène Hardcore d’aujourd’hui et probablement l’un des plus sincères et passionnés (oui, pour rappel, Scott Vogel était déjà là à brailler au milieu des années 90 avec des groupes tels que Slugfest, Despair ou Buried Alive). Sans originalité aucune et dans la droite ligné de tout ce que le groupe a pu proposer par le passé (avec cependant cette urgence et cette intensité décuplées en sus), Terror vient donc rappeler violemment qui est le patron ici. Pour cela, pas besoin d’en faire des tonnes. En effet, outre cette production abrasive et hyper Punk (batterie qui claque juste comme il faut, basse ultra saturée mais néanmoins équilibrée, guitares à l’héritage old school évident le tout servi avec cette modernité qui permet de coller à l’ère du temps...), la formule proposée par Terror reste peu ou prou la même avec ces riffs Punk / Hardcore à trois notes certes toujours très simples mais ô combien efficaces et imparables ("Pain Into Power", "Boundless Contempt", "One Thousand Lies", "Can't Let It Go", "The Hardest Truth", "On The Verge Of Violence"...), ces nombreuses accélérations radicales qui ponctuent chaque titre (parfois même à la limite du Powerviolence comme par exemple sur "Can't Let It Go" ou "Can’t Help But Hate" et la grosse voix bien épaisse d'un Corpsegrinder lui-aussi en très grande forme) et bien entendu tous ces fichus (pour rester poli) ralentissements taillés pour mosher et se taper la tête contre les murs avec vigueur ("Pain Into Power" à 0:22, "Unashamed" à 1:04, "Boundless Contempt" à 1:04, "One Thousand Lies" à 1:10, "Can't Help But Hate" à 1:09, "The Hardest Truth" à 0:44, "On The Verge Of Violence" à 1:25). Là-dessus vient se poser le chant rugueux et vindicatif d’un Scott Vogel toujours aussi en forme. Certes le message c’est quelque peu assombri parce que c’est la merde, tout simplement, mais le bonhomme en a encore sérieusement sous le capot et ne se fera mettre la dragée haute par personne, encore moins sur scène où il impression et tient son public comme il se doit.

Pour ce énième retour aux affaires, Terror ne déçoit pas (une fois de plus). Certes, on aurait effectivement aimé en avoir davantage à se caler sous la dent (deux titres cela aurait amplement suffit) mais en l’état Pain Into Power est un disque absolument redoutable qui balance à l’auditeur bourre-pif sur bourre-pif sans lui laisser une chance de reprendre son souffle. Court, direct et particulièrement vindicatif, il représente la quintessence même de ce que doit être un disque de Hardcore; Simple, efficace et sans concession aucune. Bref, une fois encore Terror a assuré.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Terror
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines : (2)  9.09/10

plus d'infos sur
Terror
Terror
Hardcore - 2002 - Etats-Unis
  

vidéos
Can't Help But Hate (featuring Corpsegrinder)
Can't Help But Hate (featuring Corpsegrinder)
Terror

Extrait de "Pain Into Power"
  
Unashamed (featuring Crystal Pak & Madison Watkins)
Unashamed (featuring Crystal Pak & Madison Watkins)
Terror

Extrait de "Pain Into Power"
  

tracklist
01.   Pain Into Power  (00:53)
02.   Unashamed (featuring Crystal Pak & Madison Watkins)  (01:59)
03.   Boundless Contempt  (02:02)
04.   Outside The Lies  (00:44)
05.   One Thousand Lies  (02:28)
06.   Can't Let It Go  (01:15)
07.   Can't Help But Hate (featuring Corpsegrinder)  (01:26)
08.   The Hardest Truth (featuring Todd Jones)  (02:38)
09.   On The Verge Of Violence  (01:58)
10.   Prepare For The Worst  (02:48)

Durée : 18:11

line up
parution
6 Mai 2022

voir aussi
Terror
Terror
Total Retaliation

2018 - Pure Noise Records
  

Essayez aussi
Bloodlet
Bloodlet
The Seraphim Fall

1998 - Victory Records
  
Turnstile
Turnstile
Step 2 Rhythm (EP)

2013 - Reaper Records
  
One Life Crew
One Life Crew
Crime Ridden Society

1995 - Victory Records
  
Incendiary
Incendiary
Cost Of Living

2013 - Closed Casket Activities
  
Inclination
Inclination
When Fear Turns To Confidence (EP)

2019 - Pure Noise Records
  

Hats Barn
Y.a.HW.e.H
Lire la chronique
Runespell / Forest Mysticism
Wandering Forlorn (Split-CD)
Lire la chronique
Interview de MISGIVINGS pour l'album éponyme
Lire l'interview
Soldier - Tower
Mars Exulte! (EP)
Lire la chronique
Blut Aus Nord
Disharmonium (Undreamable A...
Lire la chronique
Misgivings
Misgivings
Lire la chronique
Le Black Metal en français... C'est mal ?
Lire le podcast
The Third Eye Rapists
Deathtrip Transcendence / M...
Lire la chronique
Sick Sinus Syndrome
Rotten to the Core
Lire la chronique
Scumslaught
Knives And Amphetamines
Lire la chronique
Bergsvriden
Gastkramad
Lire la chronique
Burying Place
In The Light Of Burning Chu...
Lire la chronique
Gauntlet Ring
Tyrannical Bloodlust
Lire la chronique
Disiplin
Disiplin (Rééd.)
Lire la chronique
Desecresy
Unveil In The Abyss
Lire la chronique
Dodsferd
Suicide and the Rest of You...
Lire la chronique
Somme
Prussian Blood (EP)
Lire la chronique
Deathawaits
XX
Lire la chronique
Eggs Of Gomorrh
Wombspreader
Lire la chronique
Skaur
Reis te Haelvete
Lire la chronique
Somme
Somme (EP)
Lire la chronique
Shed The Skin
Thaumogenesis
Lire la chronique
Come to Grief
When the World Dies
Lire la chronique
Expression Of Pain
Expression Of Pain
Lire la chronique
Slipknot
We Are Not Your Kind
Lire la chronique
Destruction Ritual
Destruction Ritual (Démo)
Lire la chronique
Cult Of Luna
The Long Road North
Lire la chronique
Drudensang
Tuiflsrijtt
Lire la chronique
Shadow's Mortuary
Unohdettu Maa
Lire la chronique
Purgatory
Apotheosis Of Anti Light
Lire la chronique