chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
191 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bleed - Somebody's Closer

Chronique

Bleed Somebody's Closer (EP)
Réhabiliter le Neo Metal dans sa forme la moins putassière, voilà semble-t-il le leitmotiv que se sont fixés les jeunes Texans de Bleed que l’on a vu débarquer l’année dernière avec sous le coude un premier EP auto-produit intitulé Something’s Closer. Un parti-pris audacieux même si avec cette résurgence de jeunes formations versées dans un Rock Alternatif (pour ne pas dire Grunge) à tendance Shoegaze, ce retour au Neo Metal semblait après tout inévitable (reste à voir s’il sera suivi mais étant donné l’engouement suscité par Bleed, le contraire serait étonnant). Si tout cela à donc de quoi surprendre, sachez que vous n’êtes pas encore tout à fait au bout de vos surprises puisque ce groupe à récemment trouvé refuge chez 20 Buck Spin, label que l’on sait doté d’un véritable flair (Tomb Mold, Obsequiae, VoidCeremony, Dream Unending, Worm, Cerebral Rot, Ænigmatum...) mais dont les domaines de prédilections s’avèrent tout de même très éloignés de ce genre de musique…

Réunissant quatre garçons trop jeunes pour avoir connu l’âge d’or du Neo Metal et du Rock Alternatif des années 90, Bleed n’en reste pas moins un groupe d’expérience puisque l’on retrouve notamment dans ses rangs la présence de Carson Wilcox (batterie) et Ryan Hughes (chant, guitare) qui, tous les deux, ont fait leurs premières armes au sein des excellents Narrow Head (si Ryan Hughes a déjà plié ses gaules depuis maintenant quelques années, ce n’est pas le cas de Carson Wilcox qui continue d’y officier en tant que batteur). Un line-up tout ce qu’il y a de plus engageant et à qui l’on doit cette première sortie qui l’est assurément tout autant.

Ce retour dans les années 90, Bleed l’opère en premier lieu à travers un artwork qui par cette superposition de logos, de titres et autres pixels colorés évoquent en effet à la perfection une époque aujourd’hui révolue. On pense ainsi beaucoup aux artworks des EPs Digital Bath et Back To School (Mini Maggit) de Deftones ou bien encore à celui de Vapor Transmission d’Orgy et plus globalement à un esthétisme aujourd’hui particulièrement daté mais symptomatique, pour le meilleur comme pour le pire, de cette période allant de la fin des années 90 jusqu’à la première moitié des années 2000.
Cette plongée dans une période que je ne savais même pas vouloir revivre (même s’il est vrai que je ne refuse jamais de me replonger dans un album de Korn, Limp Bizkit et autres plaisirs de ce genre faisant remonter chez moi un brin de nostalgie), si elle est d’abord visuelle, s’accompagne très vite d’une leçon de style particulièrement bluffante pour un groupe aussi récent. Naturellement, les petits gars de Bleed n’ont rien inventé et se contentent de reprendre à leur compte une formule et des gimmicks vus et entendus des millions de fois auparavant. Pour autant, ce serait mentir de dire que le charme n’opère pas et cela dès les premières secondes d’un "Burnt (By The Sun)" aussi efficace qu’irrésistible. Sans crier gare, les Texans balancent ainsi leurs riffs abrasifs mêlants influences Post-Hardcore / Alternative Rock / Grunge / Neo Metal sur des rythmiques particulièrement cadencées avec en toile de fond un chant mélodique et légèrement vaporeux. Évidemment, le tout est flanqué de refrains imparables qui finissent de rendre la formule particulièrement convaincante et addictive. Une mise en bouche qui fonctionnera telle une machine à remonter le temps et à laquelle succèderont trois titres tout aussi bien ficelés attestant ainsi de la parfaite légitimité de cet enthousiasme.

Pour parfaire l’illusion de revivre cette délicieuse période où baggys plus larges les uns que les autres, cheveux peroxydés coiffés en pics, chaines de porte-feuilles pendant jusqu’aux genoux et autres chaussures de skate particulièrement bouffies (DC Shoes, DVS, Vans, Globe...) constituaient la base vestimentaire de n’importe quel adolescent versé dans ce genre de musique, Bleed a fait le choix d’une production soignée fidèle aux canons de l’époque avec en premier lieu des guitares particulièrement rugueuses et abrasives évoquant les premiers albums de Deftones. À celles-ci viennent s’ajouter une batterie au naturelle avec notamment cette caisse claire légèrement bardée de réverb’ qui va venir claquer bien comme il faut, une basse discrète mais dont les rondeurs pleines de peps apportent ce qu’il faut de groove et d’énergie supplémentaire et enfin ce chant mélodique et impeccable dont les nombreux échos donnent ce côté vaporeux, presque Shoegaze à l’ensemble. Bref, une formule qui a largement fait ses preuves par le passé et marche ici à plein tube !

Si personne n’a jamais véritablement milité pour un retour du Neo Metal sous quelque forme que ce soit, le genre continue pourtant d’exister et se porte même plutôt bien à en juger par les derniers albums en date des grandes figures du style (Deftones, Korn et Limp Bizkit). Dans l’ombre de ces vétérans, on trouve surtout quelques jeunes formations soucieuses de bien faire à l’image des Texans de Bleed qui en l’espace de quatre titres nous ramènent avec beaucoup de talent et d’efficacité près de vint-cinq ans en arrière. Something’s Closer s’impose dès lors comme un délicieux clin d’oeil à une époque certes révolue mais qui aura néanmoins marqué un paquet d’adolescents. En attendant que les Américains nous reviennent avec un premier album que l’on a très hâte de découvrir, voici un EP qui pourrait très bien vous réconcilier avec le genre et qui surtout s’impose sans mal comme l’une des meilleures sorties Post-Hardcore / Alternative Rock / Grunge / Neo Metal de ces dernières années. Vivement la suite !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

northstar citer
northstar
04/07/2022 23:28
note: 4.5/5
Oui vivement la suite !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bleed
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (1)  4.5/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Bleed
Bleed
Grunge / Neo Metal - Etats-Unis
  

formats
  • Digital / 12/09/2021 - Autoproduction
  • K7 / 25/03/2022 - 20 Buck Spin Records
  • Vinyl / 26/08/2022 - 20 Buck Spin Records

tracklist
01.   Burnt (By The Sun)  (02:51)
02.   Silver  (03:11)
03.   Enervation  (03:34)
04.   Somebody's Closer  (04:13)

line up
parution
12 Septembre 2021

Essayez aussi
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog

1991 - A&M Records
  
Jerry Cantrell
Jerry Cantrell
Brighten

2021 - Autoproduction
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Pearl Jam

2006 - J Records
  
Thou / Emma Ruth Rundle
Thou / Emma Ruth Rundle
May Our Chambers Be Full (Coll.)

2020 - Sacred Bones Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Merkin Ball (EP)

1995 - Epic Records
  

Evergrey
The Atlantic
Lire la chronique
Belphegor
The Devils
Lire la chronique
Schauer
Roaring Thunder of Days Lon...
Lire la chronique
Sirin
V Pamäti
Lire la chronique
Laudanum
The Coronation
Lire la chronique
Soreption
Jord
Lire la chronique
Laudanum
The Apotheker
Lire la chronique
Aara
Triade II: Hemera
Lire la chronique
Kreator
Hate Über Alles
Lire la chronique
Rotten Tomb
Visions Of Dismal Fate
Lire la chronique
Svart Crown
Les Terres Brûlées (EP)
Lire la chronique
Knoll
Metempiric
Lire la chronique
Graf Orlock
Destination Time Yesterday
Lire la chronique
Intoxicated
Watch You Burn
Lire la chronique
Artificial Brain
Artificial Brain
Lire la chronique
White Ward
False Light
Lire la chronique
Besna
Zverstvá
Lire la chronique
Temple Of Void
Summoning The Slayer
Lire la chronique
Suffering Sights
When Sanity Becomes Insanity
Lire la chronique
Ritual Necromancy / Fossilization
Ritual Necromancy / Fossili...
Lire la chronique
Kvöl
In Similitude of a Dream
Lire la chronique
Bloodsoaked Necrovoid
Expelled Into The Unknown D...
Lire la chronique
Tzompantli
Tlazcaltiliztli
Lire la chronique
Entrails
An Eternal Time Of Decay
Lire la chronique
Infectious Grooves
Groove Family Cyco (Snapped...
Lire la chronique
Le SAXO dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Fields of Mildew
The Complete Woes (Compil.)
Lire la chronique
Cathedral
Endtyme
Lire la chronique
Porcupine Tree
Closure / Continuation
Lire la chronique
Negative Plane
The Pact
Lire la chronique