chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
97 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Windhelm - Au crépuscule de l'existence

Chronique

Windhelm Au crépuscule de l'existence
Franchement… Sincèrement… Je n’avais pas envie de mettre une mauvaise note à WINDHELM… C’est un one man’s band français que je suis depuis (presque) ses débuts et que j’ai toujours aimé découvrir. J’avais d’ailleurs fait une vidéo à son sujet en 2018 et je me demandais s’il n’était pas un bon candidat à la relève dans le black metal français. J’étais conforté dans cette impression en voyant récemment qu’il signait chez le label français culte Drakkar. Alors je me suis empressé de commander ce Au crépuscule de l’existence, je l’ai écouté, et… j’ai ragé.

Pourtant je n’ai pas de critique à faire sur grand-chose. Je suis même enchanté par beaucoup d’aspects. J’aime le visuel qui installe déjà des ambiances sombres, isolées et torturées. Bien entendu on pense déjà au vieux black des années 90, et beaucoup à nos Légions Noires. Et puis la musique en elle-même confirme bien tout cela. Pendant 13 pistes, le black metal est sincère, tour à tour douloureux, rampant, malsain et un poil mélancolique. On a l’impression que ces compositions s’échappent d’une cave d’église, dans laquelle vit terré un homme tiraillé entre l’envie d’en sortir et le besoin d’éviter la puante humanité. Un orgue apparaît par moments, apportant une touche « Nosferatu » à l’ancienne. Du coup, musicalement je serai tenté de mettre une bonne note. Un 8/10 ne serait pas volé.

Mais toutes ces qualités, toutes ces ambiances… elles sont sabotées par un élément, un seul. Mais quel élément important, puisque ce sont les vocaux. Aldric en est bien sûr à l’origine étant donné qu’il fait tout et absolument tout dans ce projet. J’espère qu’il pardonnera mes mots et je ne souhaite absolument pas le blesser, mais je pense qu’il devrait trouver quelqu’un pour le remplacer au micro. Juste ça, juste le micro. C’est vrai que dans le black metal, il y a des chants qui sont très laids, mais ils collent à des atmosphères, et ils ajoutent de la saleté ou un côté malsain. Je suis le premier à jouir quand c’est le cas. Ici, les vocaux sont laids mais malheureusement ils ne collent pas à la musique. Je n’apprécie pas le timbre qui ne transmet aucune émotion. Ni haine, ni colère, ni mélancolie, ni rien. Juste une voix grave qui lutte pour placer les textes. Car c’est là le deuxième problème des vocaux : ils cherchent constamment à raconter ce qui a été écrit. La voix se fait alors poussivement audible et perd totalement en spontanéité. On dirait un texte lu qui essaie de suivre le rythme des morceaux, sans toujours y parvenir. À plusieurs reprises on sent qu’il y a trop de mots à dire par rapport à la place laissée par la musique, et que le chanteur est donc obligé de chanter de façon aléatoire. Il ne respecte pas le rythme de sa propre musique parce que ses paroles ont trop de pieds. Du coup, c’est très fastidieux…

Du coup, je rage… contre les vocaux. Le ton, le timbre, la prononciation, le rythme… rien ne va et tout gâche la musique. Ou alors je ne sais pas, c’est peut-être trop subjectif et c’est moi qui fais simplement un blocage ? Du coup j’aimerais bien l’opinion de tout le monde, pour savoir si je suis trop strict cette fois-ci…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

MédisanteMédusa citer
MédisanteMédusa
15/06/2022 16:41
Nickel !
Edit sauvage : Je te rejoins, Sakrifiss, sur la question sensible des vocaux. Je ne suis pas fan non plus du timbre. Trop monolithique. Ce qui est ennuyeux puisque la voix est très présente. Y'a aussi un truc qui colle pas rythmiquement. Souvent, le débit et la scansion tombent à côté. Soit trop tôt, soit trop tard (et c'est audible dès "Sur les chemins tordus...", l'intro de "Boire le calice..."). C'est peut-être voulu. Parce que tu trouves ça aussi sur les pistes instrumentales. Par exemple, les attaques de clavier sur "Les souvenirs d'une sombre existence". Ou le solo de guitare sur "Le Black Metal est mort". Idem pour certains breaks de batterie. Sinon, musicalement, il y a des choses vraiment pas mal mais ce côté "off beat" reste, en ce qui me concerne, assez dérangeant.
dolmorgoth citer
dolmorgoth
14/06/2022 08:32
Sakrifiss a écrit : asghaard666 a écrit : le lien audio ne fonctionne pas pour moi !

De mon côté, ça fonctionne. Les autres ?


Aucun souci pour moi
Sakrifiss citer
Sakrifiss
13/06/2022 15:10
asghaard666 a écrit : le lien audio ne fonctionne pas pour moi !

De mon côté, ça fonctionne. Les autres ?
asghaard666 citer
asghaard666
13/06/2022 12:15
le lien audio ne fonctionne pas pour moi !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Windhelm
Black Metal
2022 - Drakkar Productions
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Windhelm
Windhelm
Black Metal - 2016 - France
  

tracklist
01.   Prélude...Une offrande
02.   Sur les chemins tordus de la nuit
03.   Sous la bannière funèbre
04.   Les souvenirs d'une sombre existence
05.   Boire le calice de destruction
06.   La chapelle oubliée
07.   Le village endormi
08.   Les anges sans ailes
09.   Le black metal est mort
10.   Au crépuscule de l'existence
11.   L'éternel m'attend
12.   Necronirisme
13.   Quand un âge prend fin

Durée : 57:01

line up
  • Aldric / Chant, Guitare, Basse, Batterie

parution
15 Avril 2022

Essayez plutôt
Sad
Sad
Misty Breath of Ancient Forests

2020 - Purity Through Fire
  
Revenge
Revenge
Scum.Collapse.Eradication.

2012 - Osmose Productions
  
Pyriphlegethon
Pyriphlegethon
The Murky Black of Eternal Night

2017 - Iron Bonehead Productions
  
Hunok
Hunok
Megrendíthetetlenség

2016 - Werewolf Records / Tour de Garde
  
Fallen Forest
Fallen Forest
Giants Frost Battered (Compil.)

2021 - Livor Mortis
  

Hats Barn
Y.a.HW.e.H
Lire la chronique
Runespell / Forest Mysticism
Wandering Forlorn (Split-CD)
Lire la chronique
Interview de MISGIVINGS pour l'album éponyme
Lire l'interview
Soldier - Tower
Mars Exulte! (EP)
Lire la chronique
Blut Aus Nord
Disharmonium (Undreamable A...
Lire la chronique
Misgivings
Misgivings
Lire la chronique
Le Black Metal en français... C'est mal ?
Lire le podcast
The Third Eye Rapists
Deathtrip Transcendence / M...
Lire la chronique
Sick Sinus Syndrome
Rotten to the Core
Lire la chronique
Scumslaught
Knives And Amphetamines
Lire la chronique
Bergsvriden
Gastkramad
Lire la chronique
Burying Place
In The Light Of Burning Chu...
Lire la chronique
Gauntlet Ring
Tyrannical Bloodlust
Lire la chronique
Disiplin
Disiplin (Rééd.)
Lire la chronique
Desecresy
Unveil In The Abyss
Lire la chronique
Dodsferd
Suicide and the Rest of You...
Lire la chronique
Somme
Prussian Blood (EP)
Lire la chronique
Deathawaits
XX
Lire la chronique
Eggs Of Gomorrh
Wombspreader
Lire la chronique
Skaur
Reis te Haelvete
Lire la chronique
Somme
Somme (EP)
Lire la chronique
Shed The Skin
Thaumogenesis
Lire la chronique
Come to Grief
When the World Dies
Lire la chronique
Expression Of Pain
Expression Of Pain
Lire la chronique
Slipknot
We Are Not Your Kind
Lire la chronique
Destruction Ritual
Destruction Ritual (Démo)
Lire la chronique
Cult Of Luna
The Long Road North
Lire la chronique
Drudensang
Tuiflsrijtt
Lire la chronique
Shadow's Mortuary
Unohdettu Maa
Lire la chronique
Purgatory
Apotheosis Of Anti Light
Lire la chronique