chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
102 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Evergrey - A Heartless Portrait (The Orphean Testament)

Chronique

Evergrey A Heartless Portrait (The Orphean Testament)
Par où commencer ? C'est qu'il y a un sacré gap entre la dernière chronique que Kleim Antyne, ancienne membre de votre webzine préféré, consacrait à Evergrey en 2006 et celle que je m'apprête à écrire bien des années plus tard. C'est bien la preuve que Thrashocore a traversé les époques... En ces temps plus propices aux découvertes enthousiasmantes, les Suédois étaient un groupe qui explosait tout sur son passage. Ils avaient déjà interpellé leur monde avec l'excellent In Search Of Truth (2001) au statut culte, fort justement sanctionné d'un 9/10 par ma collègue de l'époque, puis transformé l'essai avec leurs deux sorties suivantes : Recreation Day (2003), présenté par notre plume hespéridée comme « leur meilleur album à ce jour » et The Inner Circle (2004). Impossible de dire si le virage plus mélodique amorcé avec Monday Morning Apocalypse (2006) et confirmé par les sorties suivantes l'avait convaincue. Reste que Evergrey a continué le rythme effréné de ses parutions sans que Thrashocore ne puisse suivre la cadence. Avec The Atlantic (2019), le groupe atteignait probablement l'apogée de cette formule brevetée depuis des années, soit une ossature progressive et mélodique héritée de leurs débuts, permise par la technique éclatante de ses musiciens et habillée d'atours dark et metal cristallisés par une production de plus en plus massive. L'ensemble est porté depuis les débuts par l'aura de son leader, guitariste et compositeur Tom S. Eglund, qui s'est toujours entouré de membres fidèles : Henrik Danhage (guitare), Rikard Zander (claviers), Jonas Ekdahl (batterie) ou encore Johan Niemann (basse) qui le suivent tous plus ou moins depuis le début des années 2010.

Comme bien d'autres groupes malheureux comme la pierre durant la période de pandémie, cette petite troupe a combattu les vides de leur emploi du temps en composant du nouveau matériel toute la journée. Les Suédois ont tellement carburé qu'ils ont raffiné assez de gemmes pour sortir deux albums coup sur coup. Après Escape Of The Phoenix en février 2021, que les Suédois n'ont quasiment pas pu défendre sur scène en dehors de leur pays, voilà que A Heartless Portrait (The Orphean Testament) et sa sublime pochette aux nuances sombres et angéliques vient de nouveau envahir les platines au mois de mai de l'année suivante. Si le processus était courant dans les trois décennies précédentes, les regards soupçonneux ne manquent pas de pleuvoir sur le bataillon suédois. Et pour cause, il y en a effectivement quelques redites entre le précédent opus et celui-ci, tant le laps de temps entre les deux sorties paraît réduit. On retrouvera par exemple des éléments du refrain de « Nocturnal Eternal » maladroitement remodelés sur le morceau-titre « The Orphean Testament ». Oui, ce treizième opus n'est pas exempt de temps morts, comme ce « Heartless » un peu générique ou encore cette ballade finale un peu mièvre « Wildfires ». Tant et si bien que les premières écoutes pourront même donner l'impression aux badauds de passage (dont j'avoue avoir fait partie durant un temps) du simple « album de plus ».

Et pourtant, ne vous-y trompez pas, A Heartless Portrait (The Orphean Testament) mérite sa chance, tant il exploite bien les nombreuses qualités du groupe et surpasse par bien des aspects son prédécesseur qui était effectivement un peu fade (malgré la présence de l'auguste James LaBrie l'espace d'un morceau). En effet, Evergrey s'avère extrêmement doué quand il s'agit de façonner des mélodies accrocheuses, à grand renforts de « palm mutes » dévastateurs et de notes de claviers enchanteresses. Certes, les sonorités actuelles du groupe sont moins complexes et flirtent davantage avec le metal « easy listening » que la maestria progressive avec laquelle ils composaient à leurs débuts. Reste que cette tambouille moderne fonctionne tout de même très bien. Et tourne même à plein régime durant les premiers instants de l'opus, avec la magnifique ouverture « Save Us » qui ne prend pas de gant pour toucher directement au cœur avec sa rythmique carabinée, son refrain fédérateur renforcé par les choeurs martiaux des « die-hards » du groupe et les touches sur lesquelles appuie délicatement le toujours très efficace Rikard Zander. Il en va de même pour le très charmeur « Call Out The Dark », introduit par le claviériste à l'aide d'une mélodie instantanément imprimée dans l'inconscient, qui servira de contour obsédant à tout le morceau. Bien des instants du disque montrent qu'Evergrey n'a rien perdu de sa superbe et sait toujours installer une chape de plomb mélancolique en très peu de temps, capable d'atteindre prestement les cordes sensibles. « Ominous », par exemple, morceau qui traite du harcèlement, laisse apparaître une authentique noirceur, correspondant parfaitement à la direction artistique générale. Il s’en dégage une sorte de majesté mystérieuse que seules les écoutes répétées et rigoureuses pourront dévoiler. Même l'impersonnel « The Orphean Testament » qui revient sur le mythe d’Orphée et son tragique échec à sauver sa douche Eurydice des Enfers, se métamorphose en installant un sublime break d'inspiration doom qui parvient à le hisser cet édifice vers les temps forts du disque. Force est de reconnaître qu'il se passe clairement quelque-chose dans « The Great Unwashed » (vers 2'45''), qui émiette à plusieurs reprises ses sonorités orientalisantes, avant de laisser à Tom S. Eglund toute la marge de manœuvre, accompagné des quelques notes de Rikard Zander :

« We'll always unite in the end
We're stronger than most just pretend
We never mind the dark... »

Cette sorte de slogan qui pourrait résumer ce dernier album d'Evergrey fait très forte impression, juste avant ce solo magistral qui tracte l'ensemble vers l'ultime refrain aux airs de libération. De badaud de passage, je passe à groupie infernale pour entonner cette litanie accrocheuse aux côtés du charismatique frontman. De même, je ne manque pas d'être entraîné par les relents épiques que propose A Heartless Portrait (The Orphean Testament) à plusieurs reprises. Outre l'efficace « Midwinter Calls » qui a l'avantage d'être un hymne immédiat sur lequel le groupe a renouvelé son invitation à la centaine de fans venus hurler des toplines fédératrices, le turbo-énergique « Blindfolded », taillé pour le live avec son artillerie de « palm mutes » déchaînés et son solo de clavier en « ragtime » contribuent à raviver la flamme. Mais le véritable chef-d'oeuvre de cet opus reste « Save Us » et sa tonalité offensive soutenue par le jouissif tapis de double pédale envoyé par Jonas Ekdahl, comme pour appuyer ces paroles pleines d'urgence, dénonciatrices de réseaux sociaux qui ne font que voler le peu de temps que nous avons à passer sur terre. Là, Evergrey atteint la parfaite balance entre les atmosphères contemplatives et les coups de boutoir ravageurs, maîtrisés à la perfection. Bien aidé par une touche délicate d’auto-tune, Tom S. Eglund y est resplendissant lors de cet entêtant refrain qu'il prophétise avec sa classe habituelle, accompagné de sa chorale de fidèles :

« 'Cause we are wrong to feel
Like our hearts have all the time we need
Save us !
We must go on and dream
Save us
Save us ! »

Classieux, cet album l'est assurément. Comme la batterie de clips que les Suédois ont proposé pour assurer une promotion habile à A Heartless Portrait (The Orphean Testament), respectant à la lettre une direction artistique extrêmement cohérente, de cette pochette cosmique et ésotérique, certainement l'une des plus belles du groupe, aux mises en scène où les fumigènes et les foulards rouges sang viennent opportunément remplacer les masques chirurgicaux et raconter une histoire cohérente. Même si j'ai bien conscience que ce treizième opus n'est certainement pas leur meilleure sortie, il comporte quelques temps forts suffisamment immanquables pour le hisser vers le côté clair de leur discographie, la partie immergée d'un iceberg qui commence à prendre une bonne place dans les meubles à CD. Les années passent, Evergrey reste : il y a fort à parier que ce mélange entre metal moderne et prestations progressives, toujours luxueusement vêtu de cette couche sombre aussi immédiate que séduisante saura encore appâter bien d'autres badauds de passage.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Evergrey
Metal progressif
2022 - Napalm Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  8.5/10

plus d'infos sur
Evergrey
Evergrey
Metal progressif - 1995 - Suède
  

vidéos
Save Us
Save Us
Evergrey

Extrait de "A Heartless Portrait (The Orphean Testament)"
  
Mindwinter Calls
Mindwinter Calls
Evergrey

Extrait de "A Heartless Portrait (The Orphean Testament)"
  
Blindfolded
Blindfolded
Evergrey

Extrait de "A Heartless Portrait (The Orphean Testament)"
  

tracklist
01.   Save Us  (04:45)
02.   Midwinter Calls  (05:06)
03.   Ominous  (06:10)
04.   Call Out the Dark  (04:23)
05.   The Orphean Testament  (06:30)
06.   Reawakening  (04:15)
07.   The Great Unwashed  (06:03)
08.   Heartless  (05:09)
09.   Blindfolded  (04:13)
10.   Wildfires  (03:40)

Durée : 50:14

line up
parution
20 Mai 2022

voir aussi
Evergrey
Evergrey
In Search Of Truth

2001 - InsideOut Music
  
Evergrey
Evergrey
Solitude - Dominance - Tragedy

1999 - Hall Of Sermon
  
Evergrey
Evergrey
The Dark Discovery

1998 - InsideOut Music
  

Essayez aussi
Dream Theater
Dream Theater
A Dramatic Turn of Events

2011 - Roadrunner Records
  
Dream Theater
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes from a Memory

1999 - Elektra Records
  
Vanden Plas
Vanden Plas
Christ Φ

2006 - InsideOut Music
  
Symphony X
Symphony X
The Odyssey

2002 - InsideOut Music
  
To-Mera
To-Mera
Transcendental

2006 - Candlelight Records
  

Hats Barn
Y.a.HW.e.H
Lire la chronique
Runespell / Forest Mysticism
Wandering Forlorn (Split-CD)
Lire la chronique
Interview de MISGIVINGS pour l'album éponyme
Lire l'interview
Soldier - Tower
Mars Exulte! (EP)
Lire la chronique
Blut Aus Nord
Disharmonium (Undreamable A...
Lire la chronique
Misgivings
Misgivings
Lire la chronique
Le Black Metal en français... C'est mal ?
Lire le podcast
The Third Eye Rapists
Deathtrip Transcendence / M...
Lire la chronique
Sick Sinus Syndrome
Rotten to the Core
Lire la chronique
Scumslaught
Knives And Amphetamines
Lire la chronique
Bergsvriden
Gastkramad
Lire la chronique
Burying Place
In The Light Of Burning Chu...
Lire la chronique
Gauntlet Ring
Tyrannical Bloodlust
Lire la chronique
Disiplin
Disiplin (Rééd.)
Lire la chronique
Desecresy
Unveil In The Abyss
Lire la chronique
Dodsferd
Suicide and the Rest of You...
Lire la chronique
Somme
Prussian Blood (EP)
Lire la chronique
Deathawaits
XX
Lire la chronique
Eggs Of Gomorrh
Wombspreader
Lire la chronique
Skaur
Reis te Haelvete
Lire la chronique
Somme
Somme (EP)
Lire la chronique
Shed The Skin
Thaumogenesis
Lire la chronique
Come to Grief
When the World Dies
Lire la chronique
Expression Of Pain
Expression Of Pain
Lire la chronique
Slipknot
We Are Not Your Kind
Lire la chronique
Destruction Ritual
Destruction Ritual (Démo)
Lire la chronique
Cult Of Luna
The Long Road North
Lire la chronique
Drudensang
Tuiflsrijtt
Lire la chronique
Shadow's Mortuary
Unohdettu Maa
Lire la chronique
Purgatory
Apotheosis Of Anti Light
Lire la chronique