chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
83 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Lord Belial - Rapture

Chronique

Lord Belial Rapture
Impossible pour moi de ne pas verser une larme devant ces groupes vénérés redevenus récemment “actifs” : Mörk Gryning, Sacramentum puis Lord Belial… Comme un retour à cette belle époque “nineties” de feu No Fashion Records, quintessence du black/death suédois. Le duo Micke Backelin et Pepa “jammant” pour leur projet Vassago, l’inspiration et l’envie sont revenues naturellement pour ressusciter Lord Belial mis en veille depuis The Black Curse (2008 déjà) et cela malgré quelques bribes d’annonces sur Facebook finalement avortées. La bande suédoise est devenue trio, perdant son bassiste Anders “Bloodlord” Backelin (Trident) et désormais sous l’étendard Hammerheart Records, label étoffant chaque année son écurie de pépites “oldies” (le dernier Sarcasm). Le seigneur du vice revient avec ce neuvième album intitulé Rapture à l’artwork (“Abusé par un démon” #MeToo) de Mike Hrubovcak (frontman de Monstrosity par ailleurs, que les adeptes de Sinister connaissent bien) et la production de l’habituel Andy LaRocque (derrière la console de Unholy Crusade à Revelation).

Cela fait vingt-cinq ans que cela dure et la question se pose à chaque nouvel opus : Lord Belial a-t-il pondu un album égalant son cultissime Enter The Moonlight Gate ? L’arlésienne continue malheureusement ici encore mais la qualité laissée sur The Black Curse subsiste. Le demi-siècle atteint pour certains (Pepa), les musiciens ne se sont aucunement assagis, bien au contraire, la découverte de Rapture sera plutôt “frontale”. Démarrage rugueux dès l’ouverture “Legion” pour une violence qui ne prendra finalement fin qu’au bout de la galette. Mes oreilles de batteur trouveront certes le jeu de Micke des plus rudimentaires mais totalement dans l’esprit “black metal furieux” de l’album. La production et le mixage du Sonic Train Studios sont juste parfaits (idéal pour se délecter des innombrables arrangements et de la puissance de frappe), à des années lumière d’un traumatisant Angelgrinder (oui c’est bien le même studio). Nul doute que l’exhumation de Vassago a laissé des traces pour un rendu a priori “spontané” mais qui finalement en creusant n’a clairement rien de décérébré. En lisant les différents interviews, on sent que les musiciens ont tout autant bossé la thématique de chaque morceau. “Fun fact”, chaque première lettre des titres donne un acrostiche (mot à placer en soirée) “LORD BELIAL”.

Lord Belial ne suit aucun schéma de composition binaire, le groupe aime le contraste dans ses atmosphères (le jalon The Seal Of Belial), il variera ses débits et balancera des breaks ou refrains à total contre pied. Typiquement “On A Throne Of Souls” (gros gros clin d’oeil à Naglfar) pour finalement arriver à quelque chose de plus ambiancé ou “Lux Luciferi” qui vire sur des nappes de claviers. Harmoniques, arpèges (ce beau final de “Lamentations” ), “spoken word” et évidemment le chant écorché puissant de Thomas (n’hésitant pas à pousser dans le guttural) qui vous transperce le corps. Et que dire des mélodies ? Une saveur “à l’ancienne” comme ont pu le faire ses comparses de Necrophobic et Mörk Gryning dernièrement. Glaciales et frissonnantes, je placerai au-dessus du lot le refrain de “Destruction”, “Evil Incarnate” ou l’entêtante et imparable “Infinite Darkness and Death”. Peut-être maigre par rapport à ce que nous avait habitué le groupe, surtout si l’on compare au précédent opus. Pas de réels hits à proprement parlé mais une qualité qui reste constante.

Paradoxe, Rapture ou l’album le plus agressif mais aussi le plus fouillé et fluide de Lord Belial à ce jour. 49 minutes sans temps mort et à la composition léchée pour un black/death suédois haut de gamme. On sent que le trio suédois a souhaité revenir à quelque chose de typique des années 90, une musique “spontanée” et “émotive” . En fermant les yeux le résultat semble presque atteint, on ressentira tout le long cette légère “retenue” qui ne les fait pas lâcher prise. Que ce soit dans la violence, l’ambiance ou l’accroche. A voir si la galette passe l’épreuve du temps. Le prochain album étant déjà composé, nous devrions avoir confirmation de ce retour en grande pompe.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

THUNDER citer
THUNDER
28/06/2022 14:52
Tout à fait d'accord avec Chris. Les titres calmes ou plus mélodiques ont au final plus retenu mon attention que les autres.

Pour le reste, on reste dans la lignée de The black curse: c'est bien mais rien d'incroyable.
Chri$ citer
Chri$
24/06/2022 16:41
Un peu déçu aussi... j'en attendais beaucoup, et j'étais hypé par ce comeback depuis des mois, mais je ne retrouve ni le côté naîf mais rigolo/attachant de Nocturnal Beast & Revelation ni la magie évidemment de leur première époque..
Je trouve que le groupe brille quand il ralentit le tempo et laisse de la place aux mélodies, ils ont quand même un sacré talent dans ce domaine; du coup c'est plutot les titres "calmes" qui retiennent mon attention. Le côté brutal black OK ça surprend et ça rassure sur leur capacité à distribuer encore des mandales malgré le poids des années mais je préfères Naglfar dans ce cas là. Et comme mon collègue Solarian, le comeback de Mörk Gryning a mis la barre tellement haut pour LB..!
Avant de noter définitivement l'album je vais persévérer car je n'ai que 2 écoutes vinyl au compteur quand même. Sinon la pochette est du plus bel effet, comme d'hab Sourire Et sympa l'acrostiche, je n'avais pas fait attention.
Solarian citer
Solarian
15/06/2022 22:05
Mouais bof pas de quoi tomber de l'armoire.
De toute façon ce groupe ne m'a vraiment impressionné que le temps d'ETMG et de la bastos suivante Unholy crusade qui lui collait au cul de très près. Le reste m'emmerde royalement. Du Black/Death en toc avec des mélodies inoffensives et chiantes comme la pluie, une batterie linéaire au possible et une ambiance proche du néant.
Celui-là ne fait pas exception à la règle malgré le fait que le père Pepa et ses sbires bombent davantage le torse. On est quand même loin du dernier Mörk Gryning qui a eu au moins le mérite de maintenir une certaine inspiration, une qualité de composition et une énergie digne des grandes heures !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lord Belial
Black/Death
2022 - Hammerheart Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  7.94/10

plus d'infos sur
Lord Belial
Lord Belial
Black/Death - 1992 - Suède
  

tracklist
01.   Legion  (03:30)
02.   On a Throne of Souls  (05:21)
03.   Rapture of Belial  (06:23)
04.   Destruction  (03:49)
05.   Belie All Gods  (05:05)
06.   Evil Incarnate  (04:45)
07.   Lux Luciferi  (05:27)
08.   Infinite Darkness and Death  (06:40)
09.   Alpha and Omega  (04:27)
10.   Lamentations  (04:26)

Durée : 49:53

line up
parution
27 Mai 2022

voir aussi
Lord Belial
Lord Belial
Nocturnal Beast

2005 - Regain Records
  
Lord Belial
Lord Belial
Enter The Moonlight Gate

1997 - No Fashion Records
  
Lord Belial
Lord Belial
Angelgrinder

2002 - No Fashion Records
  
Lord Belial
Lord Belial
Kiss The Goat

1995 - No Fashion Records
  
Lord Belial
Lord Belial
Unholy Crusade

1999 - No Fashion Records
  

Essayez aussi
Bryan Eckermann
Bryan Eckermann
Plague Bringers

2021 - Autoproduction
  
Sarpanitum
Sarpanitum
Blessed Be My Brothers

2015 - Willowtip Records
  
In Aeternum
In Aeternum
The Blasphemy Returns (EP)

2016 - Pulverised Records
  
Necrophobic
Necrophobic
Hrimthursum

2006 - Regain Records
  
Infernaeon
Infernaeon
A Symphony Of Suffering

2007 - Prosthetic Records
  

Hats Barn
Y.a.HW.e.H
Lire la chronique
Runespell / Forest Mysticism
Wandering Forlorn (Split-CD)
Lire la chronique
Interview de MISGIVINGS pour l'album éponyme
Lire l'interview
Soldier - Tower
Mars Exulte! (EP)
Lire la chronique
Blut Aus Nord
Disharmonium (Undreamable A...
Lire la chronique
Misgivings
Misgivings
Lire la chronique
Le Black Metal en français... C'est mal ?
Lire le podcast
The Third Eye Rapists
Deathtrip Transcendence / M...
Lire la chronique
Sick Sinus Syndrome
Rotten to the Core
Lire la chronique
Scumslaught
Knives And Amphetamines
Lire la chronique
Bergsvriden
Gastkramad
Lire la chronique
Burying Place
In The Light Of Burning Chu...
Lire la chronique
Gauntlet Ring
Tyrannical Bloodlust
Lire la chronique
Disiplin
Disiplin (Rééd.)
Lire la chronique
Desecresy
Unveil In The Abyss
Lire la chronique
Dodsferd
Suicide and the Rest of You...
Lire la chronique
Somme
Prussian Blood (EP)
Lire la chronique
Deathawaits
XX
Lire la chronique
Eggs Of Gomorrh
Wombspreader
Lire la chronique
Skaur
Reis te Haelvete
Lire la chronique
Somme
Somme (EP)
Lire la chronique
Shed The Skin
Thaumogenesis
Lire la chronique
Come to Grief
When the World Dies
Lire la chronique
Expression Of Pain
Expression Of Pain
Lire la chronique
Slipknot
We Are Not Your Kind
Lire la chronique
Destruction Ritual
Destruction Ritual (Démo)
Lire la chronique
Cult Of Luna
The Long Road North
Lire la chronique
Drudensang
Tuiflsrijtt
Lire la chronique
Shadow's Mortuary
Unohdettu Maa
Lire la chronique
Purgatory
Apotheosis Of Anti Light
Lire la chronique