chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
190 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Scumslaught - Knives And Amphetamines

Chronique

Scumslaught Knives And Amphetamines
Même si je n’en ai encore jamais parlé auparavant sur Thrashocore, les débuts de Scumslaught ne datent pas vraiment d’hier. Enfin, pas tout à fait... Formé à Rennes en 2020, le groupe réunit aujourd’hui dans ses rangs Kev Desecrator (Sépulcre, Venefixion, Deströyer 666, ex-Demonic Oath...), Jon Whiplash (Sépulcre, ex-Skelethal...) et Léo Brard (Repugnizer, ex-Cadaveric Fumes). Trois garçons plein d’avenir dont les curriculums-vitae s’avèrent suffisamment éloquents pour qu’à ce stade de ma chronique vous en ayez normalement déjà l’eau à la bouche.
La première sortie de ces Bretons fût une courte démo de onze minutes intitulée High On Death (dont on retrouve d’ailleurs deux titres ici avec "Baptized In Piss" et "Unholy Feast For Flies") proposée en premier lieu sur Bandcamp avant d’être finalement éditée au format cassette quelques mois plus tard par le label français Triumph Ov Death (Death Power, Demonic Oath, Hexecutor, Mutilated...). Deux ans et demi et une crise sanitaire mondiale plus tard, le trio de choc est aujourd’hui de retour avec sous le coude un mini-album intitulé Knives And Amphetamines paru cette fois-ci sous les couleurs du label américain Caligari Records.

À la lecture des forces en présence et étant donné ce goût prononcé qu’elles partagent pour tout ce qui a pu sortir dans les années 80 (au moins en matière de musiques dites extrêmes), n’attendez pas de Scumslaught qu’il révolutionne quoi que ce soit. Torché en un petit peu plus de vingt-deux minutes, Knives And Amphetamines (dont on appréciera pour commencer cet artwork coloré à l’aura Punk relativement évidente) voit le trio évoluer dans un registre mêlant Death Metal primitif évoquant quelques groupes précurseurs tels que Repulsion et autre Slaughter mais également (Proto) Black / Thrash rappelant par certains aspects d’autres formations tout aussi fondatrices comme Hellhammer ou Celtic Frost. De fait, difficile de ne pas tracer un parallèle entre la musique des Rennais et celles d’entités plus contemporaines telles que Nekrofilth ou Scumripper avec qui Scumslaught partage ce goût pour la crasse, ces accélérations de punk à chien menées le couteau entre les dents ("Knives And Amphetamines" à 0:20, "Degenerate Fiends" à 0:21, "Die You Subhuman Cunt" à 0:39...), ces attaques frontales façon Repulsion ("Degenerate Fiends" à 0:06, "Die You Subhuman Cunt" à 0:28, "Aching Jaw" à 1:10...), ces riffs à trois notes aussi simples que redoutables d’efficacité ("Degenerate Fiends", "Baptized In Piss", "Unholy Feast For Flies"...), ces solos fulgurants et/ou chaotico-mélodiques ("Knives And Amphetamines" à 1:50, "Degenerate Fiends" à 1:14, "Die You Subhuman Cunt" à 1:24...), ces changements de rythmes au groove particulièrement brise-nuque ("Knives And Amphetamines" à 1:17, "Degenerate Fiends" à 0:46, "Aching Jaw" à 1:22...) ainsi que ces ambiances « sleaze » et dépravées…

Une formule naturellement sans grande originalité mais qui en vingt-deux minutes à le mérite de ne jamais s’essouffler en se concentrant bien évidemment sur l’essentiel. Pied au plancher, Scumslaught balance ainsi ses brulots bâtards et crasseux à qui voudra bien les écouter. Un trip ultra régressif où l’auditeur passera son temps à headbanger le poing serré à l’écoute de ces hymnes aussi bêtes que méchants. Et comment les blâmer alors que les Bretons enchainent les coups de boutoirs et autres bourres-pifs particulièrement jouissifs et rétrogrades aux intitulés particulièrement imagés ("Knives And Amphetamines", "Die You Subhuman Cunt", "Baptized In Piss", "Dirty Whore 666", "Born In A Sewer") ? S’il mène son assaut sans discontinuer ou presque, Scumslaught n’est pas pour autant sans lever le pied ici et là. Il n’est pas rare ainsi que la formation fasse preuve, au moins brièvement, d’un poil moins de virulence comme c’est le cas notamment (mais pas que) lors des premières secondes de "Knives And Amphetamines", "Die You Subhuman Cunt", "Baptized In Piss" ou "Aching Jaw". Des instants fugaces qui finalement ne font qu’annoncer les mises au point à venir (et au passage permettre de reprendre un peu de souffle avant ces nouvelles salves) mais qui néanmoins permettent d’apprécier le riffing vicieux et sournois dont fait preuve Scumslaught. Bref, qu’il cavale ou non, Scumslaught convainc et c’est bien là l’essentiel.

Après une première démo engageante bien que passée ici sous silence, les Bretons persistent et signent avec ce mini-album aussi court que jouissif. Certes, ces vingt-deux minutes s’avèrent quelque peu frustrantes dans la mesure où on en aurait bien repris pour une petite dizaine de minutes supplémentaires mais en l’état il n’y pas vraiment de raison de râler. Au contraire, la scène hexagonale et bretonne en particulier prouve encore une fois qu’elle se porte à ravir même si, il est vrai, que ce sont effectivement un petit peu toujours les mêmes larrons que l’on retrouve embarqués dans ces histoires. En attendant, Knives And Amphetamines séduit et réjoui par sa formule outrancière et tout en excès de Rock’n’Roll. Non, tout cela n’invente rien mais putain, qu’est-ce que c’est bon !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Scumslaught
Death / Thrash
2022 - Caligari Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Scumslaught
Scumslaught
Death / Thrash - 2020 - France
  

tracklist
01.   Knives And Amphetamines  (02:41)
02.   Degenerate Fiends  (01:44)
03.   Die You Subhuman Cunt  (01:51)
04.   Baptized In Piss  (02:33)
05.   Dirty Whore 666  (02:33)
06.   Aching Jaw  (02:31)
07.   Emesis Bile  (02:20)
08.   Born In A Sewer  (01:01)
09.   Unholy Feast For Flies  (05:00)

Durée : 22:14

line up
parution
23 Juin 2022

Essayez aussi
Voidhanger
Voidhanger
Dark Days Of The Soul

2018 - Agonia Records
  
Oath Of Cruelty
Oath Of Cruelty
Summary Execution At Dawn

2019 - Dark Descent Records
  
Horn Of The Rhino
Horn Of The Rhino
Grengus

2012 - Doomentia Records
  
HateSphere
HateSphere
Ballet Of The Brute

2004 - Scarlet Records
  
Nekrofilth
Nekrofilth
Devil's Breath

2013 - Hells Headbangers Records
  

Evergrey
The Atlantic
Lire la chronique
Belphegor
The Devils
Lire la chronique
Schauer
Roaring Thunder of Days Lon...
Lire la chronique
Sirin
V Pamäti
Lire la chronique
Laudanum
The Coronation
Lire la chronique
Soreption
Jord
Lire la chronique
Laudanum
The Apotheker
Lire la chronique
Aara
Triade II: Hemera
Lire la chronique
Kreator
Hate Über Alles
Lire la chronique
Rotten Tomb
Visions Of Dismal Fate
Lire la chronique
Svart Crown
Les Terres Brûlées (EP)
Lire la chronique
Knoll
Metempiric
Lire la chronique
Graf Orlock
Destination Time Yesterday
Lire la chronique
Intoxicated
Watch You Burn
Lire la chronique
Artificial Brain
Artificial Brain
Lire la chronique
White Ward
False Light
Lire la chronique
Besna
Zverstvá
Lire la chronique
Temple Of Void
Summoning The Slayer
Lire la chronique
Suffering Sights
When Sanity Becomes Insanity
Lire la chronique
Ritual Necromancy / Fossilization
Ritual Necromancy / Fossili...
Lire la chronique
Kvöl
In Similitude of a Dream
Lire la chronique
Bloodsoaked Necrovoid
Expelled Into The Unknown D...
Lire la chronique
Tzompantli
Tlazcaltiliztli
Lire la chronique
Entrails
An Eternal Time Of Decay
Lire la chronique
Infectious Grooves
Groove Family Cyco (Snapped...
Lire la chronique
Le SAXO dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Fields of Mildew
The Complete Woes (Compil.)
Lire la chronique
Cathedral
Endtyme
Lire la chronique
Porcupine Tree
Closure / Continuation
Lire la chronique
Negative Plane
The Pact
Lire la chronique