chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
189 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hats Barn - Y.a.HW.e.H

Chronique

Hats Barn Y.a.HW.e.H
Il y a quatre ans, en 2018, j’ai chroniqué l’EP S.h.e.o.L de HATS BARN et il m’avait surpris. C’est surtout le fait que jusqu’à maintenant je voyais les Français comme un bon gros groupe de bourrins et que sur quelques passages il montrait un nouveau visage. C’était principalement sur le morceau « χήνα του Σατανά », avec de la mélancolie, du clavier et une voix douce parlée. Il était placé en dernière position, et il laissait donc l’auditeur dans le doute. Est-ce que c’était juste une petite folie passagère, ou bien est-ce que cela augurait d’une nouvelle orientation pour la suite des aventures de Psycho et de ses compères ?

Eh bien la réponse a été longue à nous parvenir ! 4 années ont passé pour qu’enfin nous puissions nous délecter de 11 nouvelles compositions. Et la première grosse surprise, c’est le nouveau label. HATS BARN a toujours eu la bougeotte, et je crois que malgré le fait qu’il ait 6 albums, il a toujours été sur une nouvelle écurie. Il y avait eu l’Américain Humanity’s Plague Production, le Français Those Opposed Records, le Coréen Misanthropic Art Productions… Eh bien Y.a.HW.e.H paraît quant à lui sur… Osmose Productions ! Ah oui, c’est quand même une certaine promotion de passer sur ce label cador ! C’est l’assurance d’une belle visibilité. Psycho (vocaux), Soggoth (guitares) et Kryos (batterie) peuvent être content de ce déménagement.

Côté visuel, pas beaucoup de risques. Une pochette bien typique qui laisse présager d’un album de black en l’honneur de Satan, sans doute dans une veine traditionnelle. Et pourtant, l’album commence tout de suite en prenant l’auditeur à contrepied. Il s’agit d’une introduction de presque trois minutes qui est particulièrement cinématographique. On ne s’imagine pas que c’est du trve black dévastateur qui nous attend. Il donne plutôt l’impression qu’il ouvre des portes vers du black épique ou même symphonique. Il a un côté angoissant, mais aussi très aventurier. Je verrais très bien cette introduction ouvrir un album de DIMMU BORGIR. La curiosité est titillée, mais tous les doutes sont balayés en cinq secondes. Les 5 premières secondes de « Baal-Zebub » sont éloquentes. La déferlante est lancée et c’est la chaos qui s’installe en un temps record. Quelle folie ! Le groupe a des couilles énormes, et il les exhibe fièrement, sûr de pouvoir rivaliser avec les groupes les plus poilus et les plus dévastateurs de notre monde. WATAIN ? Pour bercer les bébés ! MARDUK ? Pour endormir les EHPAD ! La rage est surpuissante sur ce titre, et encore plus sur certains qui vont suivre ! « Y.H.W.H » est inarrêtable dans le genre, « In Nomine Leprosy » détruit sans aucune pitié.

Et l’on se dit donc que les nuances qui étaient apparus sur l’EP il y a quelques années n’étaient que temporaires… Les seules traces de faiblesse qui apparaissent semblent être dans les vocaux, dans ce timbre qui cherche ses propres limites, en hurlant jusqu’à la saturation. Très bonne voix d’ailleurs, qui surprend, qui force le respect, qui amène des douleurs fortes... Et puis arrive la sixième piste, « Total Death Kult », le début des surprises ! Ce morceau montre le nouveau visage que l’on n’attendait plus, apportant des bourrasques glacées au milieu de la chaleur insoutenable. Il se permet aussi de ralentir le rythme à plusieurs reprises et d’ajouter des chœurs masculins. Mais attention, c’est fait dans un esprit toujours sombre ! Des nuances se dévoilent mais elles font plus penser à DODSFERD qu’à des groupes épiques ou dépressif ou atmosphériques. Et alors que l’on trouvait l’album bon mais que l’on craignait de bientôt se lasser si la suite allait être identique, tout est relancé, et les oreilles frémissent à nouveau. La suite de l’album va poursuivre cet élan et proposer à la fois ce trve black possédé infernal et des mini ajouts torturés. Car quand HATS BARN vacille et ne peut plus attaquer, ce n’est pas pour glisser de la lumière dans ses compositions, mais pour saigner, pour cracher, pour vomir.

Rien que pour les vocaux, cet album mérite l’attention de tous. Pour son énergie extrêmement contagieuse, il mérite l’attention des gros durs. Pour sa capacité à venir trifouiller dans les tripes, il mérite l’attention de ceux qui aiment se faire mal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Sagamore citer
Sagamore
02/07/2022 13:15
Effectivement, le chant est assez excellent, très fan des glapissements qui viennent apporter une belle dimension démente aux titres. Pour le reste, j'ai vraiment du mal à m'enthousiasmer, je trouve ça très convenu, et la production très plate n'arrange rien...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hats Barn
Trve Black Metal
2022 - Osmose Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Hats Barn
Hats Barn
Trve Black Metal - 2005 - France
  

tracklist
01.   Opening - Ten Psalms of Death and Khaos
02.   Baal-Zebub
03.   Y.H.W.H
04.   In Nomine Leprosy
05.   Under the Pillars of Daath
06.   Total Death Kult
07.   L'enfant doit mourir
08.   Walpurgis of Seth
09.   Absence of Faith
10.   Que le sang coule dans les fleuves
11.   The Man Returns to Dust

Durée : 45:43

parution
24 Juin 2022

voir aussi
Hats Barn
Hats Barn
S.h.e.o.L (EP)

2018 - Ogmios Underground
  
Hats Barn
Hats Barn
A Necessary Dehumanization

2014 - Misanthropic Art Productions
  

Essayez aussi
Asagraum
Asagraum
Dawn of Infinite Fire

2019 - Edged Circle Productions
  
Plaga
Plaga
Trąby Zagłady / Pożeracze Słońc (Compil.)

2014 - Hellfire Records
  
Nakkiga
Nakkiga
Amerasu

2013 - Darkwood
  
Ormgård
Ormgård
Ormblot

2014 - Forever Plagued Records
  
Deathcult
Deathcult
Cult Of The Goat

2017 - Soulseller Records
  

Evergrey
The Atlantic
Lire la chronique
Belphegor
The Devils
Lire la chronique
Schauer
Roaring Thunder of Days Lon...
Lire la chronique
Sirin
V Pamäti
Lire la chronique
Laudanum
The Coronation
Lire la chronique
Soreption
Jord
Lire la chronique
Laudanum
The Apotheker
Lire la chronique
Aara
Triade II: Hemera
Lire la chronique
Kreator
Hate Über Alles
Lire la chronique
Rotten Tomb
Visions Of Dismal Fate
Lire la chronique
Svart Crown
Les Terres Brûlées (EP)
Lire la chronique
Knoll
Metempiric
Lire la chronique
Graf Orlock
Destination Time Yesterday
Lire la chronique
Intoxicated
Watch You Burn
Lire la chronique
Artificial Brain
Artificial Brain
Lire la chronique
White Ward
False Light
Lire la chronique
Besna
Zverstvá
Lire la chronique
Temple Of Void
Summoning The Slayer
Lire la chronique
Suffering Sights
When Sanity Becomes Insanity
Lire la chronique
Ritual Necromancy / Fossilization
Ritual Necromancy / Fossili...
Lire la chronique
Kvöl
In Similitude of a Dream
Lire la chronique
Bloodsoaked Necrovoid
Expelled Into The Unknown D...
Lire la chronique
Tzompantli
Tlazcaltiliztli
Lire la chronique
Entrails
An Eternal Time Of Decay
Lire la chronique
Infectious Grooves
Groove Family Cyco (Snapped...
Lire la chronique
Le SAXO dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Fields of Mildew
The Complete Woes (Compil.)
Lire la chronique
Cathedral
Endtyme
Lire la chronique
Porcupine Tree
Closure / Continuation
Lire la chronique
Negative Plane
The Pact
Lire la chronique