chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
186 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

מזמור (Mizmor) / Thou - Myopia

Chronique

מזמור (Mizmor) / Thou Myopia (Coll.)
Forcément, cette chronique ne sera que partielle. Partielle car je ne connais Mizmor que de nom malgré le succès d’estime qu’a le projet mené en solitaire par A.L.N.. C’est bien en fan de Thou – et plus particulièrement de ses collaborations – que je suis allé vers Myopia, disque-surprise sorti peu de temps avant la prestation des deux formations au festival Roadburn. Pris de court par une œuvre aussi longue, mon temps a été surtout occupé par son écoute chaque fois exigeante et jusqu’à récemment me laissant entre deux rives.

Mais heureusement, cette chronique ne sera pas impartiale. Comment donc rester neutre face à ce rêve éveillé qu’est Myopia, lui qui fait passer Thou de l’autre côté ? Cette traversée qu’on a toujours voulu entendre chez les Ricains, à savoir mordre directement dans ce black metal dont on les sentait plus d’une fois se diriger avec appétit, trouve corps ici, sans dénaturer ce qui fait la beauté de leur musique. Au revoir les expériences doucereuses, grunge et mélancoliques, menées avec Emma Ruth Rundle ; bienvenue dans le songe d’un paysage touffu parcouru comme le Grand Nord, les frères doom et sludge s’habillant en tenue druidique.

L’illustration de Aaron Horkey devient alors la couverture de ce conte que l’on lit soixante-quatorze minutes durant. Myopia tient de la pérégrination sans destination, voyage effectué pour soi à la richesse bien suffisante. On retrouve ainsi tout l’univers de Thou, au point de penser que là où il était autrefois manipulé (les différentes collaborations avec The Body), là où il cherchait le point d’équilibre dans l’union des contraires (celles avec Emma Ruth Rundle), il prend désormais le poste de guide, doom tutélaire, sludge atmosphérique, légères influences drone et noise, évoquant les randonnées passées de Magus et Heathen. Paradoxalement l’œuvre la plus simple d’effets de sa part depuis un moment (aucun invité en plus des présents), elle est aussi une des plus complexes à appréhender : telle nudité dans l’exercice, telle confiance en ses riffs, celles-ci développées sur autant de temps, laissent nécessairement déboussolé. Certes, les moments de bravoure sont légion, accrochant directement un auditeur qui aurait sinon bien vite rendu les armes (l’assaut de « Prefect » ; l’épopée de « Indignance » ; les mélodies où Crowbar mène la barre de « Subordinate »…). Mais c’est dans la répétition que Thou – et Mizmor, que j’ai tendance à oublier bien qu’il ne soit pas pour rien dans ce succès (beau grognement ouvrant grand le portail des rêves, Monsieur) – subjugue et obsède une nouvelle fois, dans cette ambiance américaine et naturaliste, quasi-mythologique et au bord du psychédélice (on en viendrait presque à vérifier si Enslaved n’est pas allé chercher sa carte verte dans cet album).

Définitivement, trop n’est pas assez ici. Si on accorde une importance excessive à l’investissement que demande Myopia au départ, à l’uniformisation des sentiments que sa durée créé, enchanté puis mis à distance au fur et à mesure, le déclic que tel manifeste demande finit par arriver. On devient alors fan de son envie de ne jamais s’arrêter, de sa longueur qui s’ébroue avec majesté dans l’univers porté par les deux entités, comme une qualité en soi d’un disque qui se donne tous les moyens de personnifier les montagnes et forêts dont il s’inspire. Cette sorte de black metal joué – majoritairement – au ralenti rejoint alors les rares à vraiment transmettre une atmosphère américaine, à la fois rugueuse et verdoyante, chaude et impitoyable, entre contemplation et asservissement, solitude durant « Manifold Lens » ou « The Host » et plénitude pendant « Drover of Man » et le final de « The Root ».

Soyons juste : Myopia réussit l’exploit de tourner régulièrement en dépit de la place qu’il prend dans l’agenda mais il n’est pas sans aucune faute pour autant. Ainsi, la deuxième partie de l’album, étirant encore davantage le propos, fait décrocher plus d’une fois, quelques claques nous maintenant tout de même éveillé sur notre siège (le début doomesque du morceau-titre par exemple). Cela n’enlève en rien à l’ébahissement devant l’incroyable pari qu’ont fait ici Thou et Mizmor, créant ensemble plus d’une heure d’une musique homogène, pleine de ferveur envers les musiques lentes, tirant un trait d’union entre classicisme et expérimentations pour aboutir à un des plus marquants albums de metal à décor américain qu’il m’a été donné d’écouter ces dernières années (Cobalt et Wolves in the Throne Room : prenez notes). Il s’agit simplement d’une petite remarque si jamais ces deux formations décident de refaire et parfaire ce chemin pris ensemble. Une chose que je souhaite ardemment.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
מזמור (Mizmor) / Thou
Sludge / Doom / Black Metal
2022 - Gilead Media
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Thou
Thou
Sludge atmosphérique - 2005 - Etats-Unis
  
מזמור (Mizmor)
מזמור (Mizmor)
Sludge / Doom / Black Metal - 2012 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Prefect  (06:10)
02.   Subordinate  (07:12)
03.   Drover of Man  (09:56)
04.   The Host  (09:38)
05.   Indignance  (10:37)
06.   Manifold Lens  (08:52)
07.   Myopia  (10:21)
08.   The Root  (10:53)

Durée : 73:39

parution
22 Avril 2022

voir aussi
Thou
Thou
Magus

2018 - Sacred Bones Records
  
Thou / The Body
Thou / The Body
You, Whom I Have Always Hated (Coll.)

2015 - Thrill Jockey Records
  
Thou
Thou
Rhea Sylvia (EP)

2018 - Deathwish Inc. / Gilead Media
  
Thou
Thou
Inconsolable (EP)

2018 - Community Records
  
Thou
Thou
Heathen

2014 - Gilead Media
  

Essayez aussi
Indian
Indian
From All Purity

2014 - Relapse Records
  
Vous Autres
Vous Autres
Champ Du Sang

2019 - Sleeping Church Records / Sludgelord Records
  
Eibon
Eibon
Entering Darkness

2010 - Aesthetic Death
  
Withered
Withered
Dualitas

2010 - Prosthetic Records
  
Mudbath
Mudbath
Corrado Zeller

2015 - Lost Pilgrims
  

Evergrey
The Atlantic
Lire la chronique
Belphegor
The Devils
Lire la chronique
Schauer
Roaring Thunder of Days Lon...
Lire la chronique
Sirin
V Pamäti
Lire la chronique
Laudanum
The Coronation
Lire la chronique
Soreption
Jord
Lire la chronique
Laudanum
The Apotheker
Lire la chronique
Aara
Triade II: Hemera
Lire la chronique
Kreator
Hate Über Alles
Lire la chronique
Rotten Tomb
Visions Of Dismal Fate
Lire la chronique
Svart Crown
Les Terres Brûlées (EP)
Lire la chronique
Knoll
Metempiric
Lire la chronique
Graf Orlock
Destination Time Yesterday
Lire la chronique
Intoxicated
Watch You Burn
Lire la chronique
Artificial Brain
Artificial Brain
Lire la chronique
White Ward
False Light
Lire la chronique
Besna
Zverstvá
Lire la chronique
Temple Of Void
Summoning The Slayer
Lire la chronique
Suffering Sights
When Sanity Becomes Insanity
Lire la chronique
Ritual Necromancy / Fossilization
Ritual Necromancy / Fossili...
Lire la chronique
Kvöl
In Similitude of a Dream
Lire la chronique
Bloodsoaked Necrovoid
Expelled Into The Unknown D...
Lire la chronique
Tzompantli
Tlazcaltiliztli
Lire la chronique
Entrails
An Eternal Time Of Decay
Lire la chronique
Infectious Grooves
Groove Family Cyco (Snapped...
Lire la chronique
Le SAXO dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Fields of Mildew
The Complete Woes (Compil.)
Lire la chronique
Cathedral
Endtyme
Lire la chronique
Porcupine Tree
Closure / Continuation
Lire la chronique
Negative Plane
The Pact
Lire la chronique