chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
182 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Friends Of Hell - Friends of Hell

Chronique

Friends Of Hell Friends of Hell
Grand fan de Sami Hynninen alias Albert Witchfinder, guettant régulièrement son actualité, je ne pouvais que me jeter sur ce premier album de Friends of Hell où il tient le micro, accompagné de Tas Danazoglou (Satan’s Wrath et ex-Electric Wizard, initiateur du projet), Taneli Jarva (ancien Sentenced et Impaled Nazarene) et Jondix (guitariste méconnu, membre du groupe de heavy metal Mercury Gates). D’autant plus que ce disque marque le retour au premier plan du label Rise Above, ces derniers temps plutôt discret, Tonton Lee ayant été visiblement plus occupé à la création de son magasin (Rise Above Records & Relics, situé à Londres).

L’histoire n’aura pas échappé aux amateurs de doom. Fondé il y a peu, Friends of Hell est né avec l’objectif de faire revivre une certaine idée du doom traditionnel, aujourd’hui tombée en désuétude. Rares sont de nos jours ceux décidant de faire brûler la flamme apportée par les Pentagram, Witchfinder General (dont les plus perspicaces auront compris que Friends of Hell rend directement hommage, son nom étant issu du deuxième album des Anglais), Saint Vitus, Trouble ou encore les débuts de Candlemass. C’est clairement dans cet héritage-là que s’inscrit le quatuor, celui s’étalant des années 80 au milieu des années 90, quelques influences du Cathedral époque Carnival Bizarre pouvant également se faire sentir (cf. « Evil They Call Us » par exemple).

Avec son line up présenté comme prestigieux – alors que, Albert excepté, les noms ne sont pas ici parmi les plus marquants –, on pourrait ranger rapidement ce premier album au sein de ces projets parallèles sans grand intérêt réunissant des vieux de la vieille capitalisant plus sur leur renommée que sur ce qu’il crée ensemble. Rien de tout cela en vérité, Friends of Hell laissant penser ici qu’il a choisi son nom non seulement en référence à une époque révolue du doom metal mais aussi pour appuyer l’amitié qui lie les personnes le constituant. Il y a ici une joie palpable de jouer les uns avec les autres, la bande usant avec un plaisir affiché des codes du genre (jusqu’à des paroles délicieusement kitsch rappelant l’humour particulier que le Finlandais appréciait déjà utilisé dans Reverend Bizarre). Clairement, ceux qui chercheront au sein de ces quarante minutes une sensation de nouveauté en seront pour leurs frais : avec ses riffs AOC, sa voix solennelle, tantôt perchée, tantôt incantatoire, sa batterie toute en régularité, mid-tempo groovy et accélérations rock, ce disque reste dans les clous scellant le cercueil de ce doom si typique. À vous de voir si cela est un problème pour vous ; pour moi, au contraire, réside ici une des qualités de cette musique faisant sienne la mission de ressusciter un style malheureusement trop absent de nos jours.

Surtout que c’est avec un talent certain que Friends of Hell use de cette charte éthique du « vrai doom metal ». Il est impossible de ne pas relever la tête de nombreuses fois, l’envie de chanter à tue-tête, notamment lors de refrains particulièrement réussis (mention spéciale à « Into My Coffin », « Gateless Gate » ou encore le morceau-titre), venant régulièrement. À ces lignes de chant mémorables (Sami n’est pas le plus technique des chanteurs du genre mais clairement un des plus charismatiques) s’ajoutent des guitares accrocheuses, chaque titre pouvant prétendre au statut de single. Aidé d’un format resserré visant le « All killer ; No filler », l’ensemble paraît ne jamais perdre son temps – on ne rigole pas au fond, c’est tout à fait possible dans le doom –, s’appuyant sur la diversité de ce doom pouvant se montrer, derrière les clichés monotones qu’on lui colle d’habitude, enfiévré, dansant, emphatique, fier, éploré… et constamment jouissif, à l’image du satanisme ému de « Orion’s Beast » montrant que la troupe n’est pas là que pour faire sourire béatement (une lourde atmosphère d’occultisme rance parsème l’ensemble, ajoutant ce qu’il faut de sérieux à ce jeu nostalgique).

De bonbon dédié aux amateurs d’un doom metal canonique dont on peine à trouver de quoi se rassasier aujourd’hui – hé ! Purification ne peut pas sortir un album toutes les deux semaines –, ce premier jet de Friends of Hell passe rapidement d’indispensable de cette année, tant il dépasse une première impression trop scolaire pour au final apprécier à quel point il s’est approprié son propre sujet imposé. S’il manque ici un peu d’ambition, possiblement un ou deux titres cherchant à montrer son amour pour le doom en grand format (encore que, « Wallachia » convainc sur ce point), cette révérence finit par s’imposer comme une belle manière de rendre hommage à ce style. Puisse-t-elle ne pas être la seule de leur part !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

rudler242 citer
rudler242
08/08/2022 23:43
note: 9/10
Bon, j'ai acheté suite à une chronique sur "bangerTV", vite écouté en streaming... j'ai sauté dessus, puis j'ai attendu de recevoir celui-ci.
Reçu aujourd'hui, il a passé l'après midi sur ma platine, et....
Enfer et damnation, chaque morceau m'a mis une claque !!!
Des intro diaboliques, des riffs sortis de je ne sais où, si simples mais tellement groovy, des arrangements genre coeur subtiles pour appuyer un refrain.
Les mecs se sont défoncés pour arriver à un résultat pareil, chaque instrument a sa place, le basse est excellente sur "Into my coffin" (entre autre), la batterie est fine, riche, et apporte plein de nuance aux morceaux, j'ai même pas de mot pour la voix.
Je suis pas un spécialiste du genre, mais c'est un de mes disques de l'année.
Je lui mets 9 car c'est trop court, écouter ces perles de "The Gateless Gate", "Orion beast" et dites moi que vous regrettez pas ces fin, quoi maintenant !!! NOONNN !!! j'en veux encore...


lkea citer
lkea
18/07/2022 14:51
note: 8/10
Je te conseille de lui laisser un peu de temps ! Je l'ai trouvé « juste bon » au départ, puis il a grimpé en qualité au fur et à mesure ☺
Rigs Mordo citer
Rigs Mordo
18/07/2022 12:54
note: 7/10
Belle chronique pour un album que j'aime bien... mais que je pensais aimer plus. Bon, je ne lui ai accordé que deux écoutes, peut-être que la troisième sera la bonne, et peut-être aussi que mes attentes étaient un peu hautes car comme toi j'aime beaucoup Albert Witchfinder (son art mais aussi sa personnalité, sa franchise). Mais bon album de doom tout de même.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Friends Of Hell
Traditional Doom Metal
2022 - Rise Above Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines : (1)  7.33/10

plus d'infos sur
Friends Of Hell
Friends Of Hell
Traditional Doom Metal - 2021 - International
  

vidéos
Shadow of the Impaler
Shadow of the Impaler
Friends Of Hell

Extrait de "Friends of Hell"
  

tracklist
01.   Out with the Wolves  (04:11)
02.   Shadow of the Impaler  (04:12)
03.   Into My Coffin  (04:01)
04.   Friends of Hell  (03:52)
05.   Gateless Gate  (04:21)
06.   Evil They Call Us  (04:09)
07.   Orion’s Beast  (04:01)
08.   Belial’s Bell  (04:52)
09.   Wallachia  (06:23)

Durée : 40:02

line up
parution
18 Mars 2022

Essayez aussi
Pilgrim
Pilgrim
II: Void Worship

2014 - Metal Blade Records
  
The Gates Of Slumber
The Gates Of Slumber
...the Awakening

2004 - Final Chapter Records
  
The Gates Of Slumber
The Gates Of Slumber
The Wretch

2011 - Rise Above Records
  
The Gates Of Slumber
The Gates Of Slumber
Suffer No Guilt

2006 - I Hate Records
  
The Wizar'd
The Wizar'd
Infernal Wizardry

2008 - Rusty Axe Records
  

Wayward Dawn
All-Consuming Void
Lire la chronique
Bloodbath
Survival of the Sickest
Lire la chronique
Allocer Wolfe
A Man Made for Nowhere
Lire la chronique
Horror Within
Awaiting Extinction (EP)
Lire la chronique
Karmic Void
Armageddon Sun (Démo)
Lire la chronique
Wyrms
Sarkhral Lumænor - La lueur...
Lire la chronique
Kommand
The Demos (Compil.)
Lire la chronique
Phobophilic
Enveloping Absurdity
Lire la chronique
Miasmes
Vermines (EP)
Lire la chronique
Undr
Undr (EP)
Lire la chronique
Bones
Sombre Opulence
Lire la chronique
Mystic Circle
Mystic Circle
Lire la chronique
Cathartic
Through The Abysmal Gates O...
Lire la chronique
Broyeur d'Enfance
Suicide social
Lire la chronique
Trucido
A Collection Of Self​-​Dest...
Lire la chronique
Mineral Reflectance
Des chemins de vie
Lire la chronique
Proudhon
Social Tympanum
Lire la chronique
Prieuré
Nos prières (EP)
Lire la chronique
Egggore / Pharmacist
Paranoid Personality Disord...
Lire la chronique
Nuit Macabre
Chapitre III - Odeur de mort
Lire la chronique
Plague Patrol
Demo 2021 (Démo)
Lire la chronique
Sale Freux
Le corbeau clandestin
Lire la chronique
Innumerable Forms
Punishment In Flesh
Lire la chronique
Heresie
Poésie Noire (EP)
Lire la chronique
Hyperdontia / Septage
Hyperdontia / Septage (Spli...
Lire la chronique
European Tour MMXXII
Faceless Burial + Innumerab...
Lire le live report
Ritualization
Hema Ignis Necros (EP)
Lire la chronique
Herbstlethargie
Melancholie im Blattfall
Lire la chronique
Chat Pile
God's Country
Lire la chronique
Lacrima Mortis
Posthumous
Lire la chronique