chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
180 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Tzompantli - Tlazcaltiliztli

Chronique

Tzompantli Tlazcaltiliztli
De quoi adoucir la déception créée récemment par Nightfell ? Il y a un peu de ça, dans ce premier album en solitaire de Brian Ortiz (se renommant ici Huey Itztekwanotl o)))), bien connu pour être le guitariste de Xibalba. Après le retour en grâce qu’a été Años en Infierno, il était obligatoire de se jeter sur Tzompantli, malgré un nom imprononçable (une pensée pour les Youtubeurs qui s’oseraient à le conseiller sur leurs chaînes – l’écrit, ici comme ailleurs, montre sa supériorité sur l’oral).

Mais Tlazcaltiliztli (non franchement, si quelqu’un a une vidéo d’une personne cherchant à mâchouiller au moins le nom de l’album, je suis preneur) est bien plus qu’un palliatif, que cela soit pour rattraper des déconvenues ou même attendre le prochain assaut de la bande de Californie. Certes, on retrouvera sur ces trente-trois minutes – une durée courte percutante bien que laissant un peu sur sa faim – les éléments qui font le prix du projet principal dont Tzompantli peut se voir comme une excroissance death / doom portant encore plus haut l’influence du folklore des natifs américains. Que ce soit dans ces tremolos marchant au pas de Bolt Thrower, ces quelques mid-tempos frôlant de D-beat ou encore ce ton hostile et brûlant, l’amateur de Años en Infierno ne sera pas dépaysé.

Il trouvera cependant, en ambiance et en riffs, une version plus rustre, morbide, de la musique de Xibalba, embrassant le death / doom non seulement en terme de rythme – encore que, un peu comme chez Mortiferum, on trouve quelques surprenants coups de jus – mais également dans un propos se nourrissant d’images de feu, de sang et de mort. Les quelques passages marqués par des instruments traditionnels parcourant l’ensemble sont ainsi plus que de l’habillage (chose qui aurait été de trop sur un temps de jeu aussi restreint) : ils participent à l’aura macabre présente à chaque instant, y compris lors de leads typiques d’un doom fricotant avec l’extrême.

Une aura qui trouve sa pleine réalisation dans le conclusif « Yaotiacahuanetzli », titre évoquant les plongées mélancoliques dont on sait capable le Monsieur (souvenez-vous du diptyque « El Abismo » sur Años en Infierno), mêlant pour l’occasion son death / doom à un hardcore se débattant au ralenti, rappelant par certains aspects Hangman’s Chair (notamment ce début de morceau qui aurait pu être écrit pas les Français). Mais bien des choses se déroulent avant ce clou final, Tlazcaltiliztli possédant une bonne tenue d’ensemble où l’ennui pointe rarement le bout de son nez. On regrettera tout de même une baisse de régime sur « Tlamanalli », plus convenue que le reste, faisant rater de peu au disque la catégorie des meilleurs débuts de l’année.

Car on songe plus d’une fois à le mettre dans cette case, ce premier jet de Tzompantli montrant que Brian Ortiz reste particulièrement inspiré (le prochain album de Xibalba est attendu avec encore plus d’impatience). Doté d’une production lourde et étouffante tout en restant limpide, de moments forts ainsi que d’un concept aussi original que pertinent, il ne manque pas beaucoup à Tlazcaltiliztli – quelques secondes en moins et quelques minutes en plus – pour marquer durablement. N’hésitez donc pas à en parler autour de vous… et à m’envoyer une preuve sonore. C’est qu’on s’ennuie en ces temps de canicule !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tzompantli
Mesoamerican Death / Doom Metal
2022 - 20 Buck Spin Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  5/10
Webzines : (2)  7.75/10

plus d'infos sur
Tzompantli
Tzompantli
Mesoamerican Death / Doom Metal - 2019 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Yaohuehuetl  (01:18)
02.   Tlatzintilli  (04:34)
03.   Tlazcaltiliztli  (04:30)
04.   Eltequi  (04:42)
05.   Ohtlatocopailcahualuztli  (04:18)
06.   Tlamanalli  (05:53)
07.   Yaotiacahuanetzli  (07:38)

Durée : 32:53

line up
parution
6 Mai 2022

Plague Years
All Will Suffer (EP)
Lire la chronique
Hexing
Welcome To Salem
Lire la chronique
Evergrey
The Atlantic
Lire la chronique
Belphegor
The Devils
Lire la chronique
Schauer
Roaring Thunder of Days Lon...
Lire la chronique
Sirin
V Pamäti
Lire la chronique
Laudanum
The Coronation
Lire la chronique
Soreption
Jord
Lire la chronique
Laudanum
The Apotheker
Lire la chronique
Aara
Triade II: Hemera
Lire la chronique
Kreator
Hate Über Alles
Lire la chronique
Rotten Tomb
Visions Of Dismal Fate
Lire la chronique
Svart Crown
Les Terres Brûlées (EP)
Lire la chronique
Knoll
Metempiric
Lire la chronique
Graf Orlock
Destination Time Yesterday
Lire la chronique
Intoxicated
Watch You Burn
Lire la chronique
Artificial Brain
Artificial Brain
Lire la chronique
White Ward
False Light
Lire la chronique
Besna
Zverstvá
Lire la chronique
Temple Of Void
Summoning The Slayer
Lire la chronique
Suffering Sights
When Sanity Becomes Insanity
Lire la chronique
Ritual Necromancy / Fossilization
Ritual Necromancy / Fossili...
Lire la chronique
Kvöl
In Similitude of a Dream
Lire la chronique
Bloodsoaked Necrovoid
Expelled Into The Unknown D...
Lire la chronique
Tzompantli
Tlazcaltiliztli
Lire la chronique
Entrails
An Eternal Time Of Decay
Lire la chronique
Infectious Grooves
Groove Family Cyco (Snapped...
Lire la chronique
Le SAXO dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Fields of Mildew
The Complete Woes (Compil.)
Lire la chronique
Cathedral
Endtyme
Lire la chronique