chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
193 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

White Ward - False Light

Chronique

White Ward False Light
Oh putain, j’avais bien fait ! Ah si, si, si, j’avais vraiment bien fait ! De quoi ? Bah de mettre 8.5/10 à l’album précédent de WHITE WARD, Love Exchange Failure, en 2019. Sinon, j’aurais fait comment si j’avais cédé à l’envie de lui mettre plus ? J’aurais été particulièrement embêté au moment de mettre une note à False Light si je ne m’étais pas laissé encore une petite marge qui s’approche du 10 ! Car oui, voilà, on vend la mêche mais ce nouvel album a réussi à dépasser encore d’un poil ce que les Ukrainiens avaient fait il y a trois ans !

Oui, oui, Ukrainien. Apparemment le pays existe encore au moment où j’écris ces lignes, au 157ème jour du conflit. Et même s’il est sorti en juin, l’album était bien entendu totalement terminé et prêt à sortir lorsque la guerre a éclaté. Les membres postent d’ailleurs quelques informations sur les réseaux et ne vous attendez pas à des messages appelant au « padamalgam » de leur part. J’ai vu un imbécile particulièrement culotté leur conseiller de prendre du recul au sujet des Russes... Il aurait dû s’abstenir ou se rendre compte qu’ils avaient posté ce genre d’annonce :

« We won't be doing any posts about our music or plans today.
We hope that you still remember that Ukraine has been at war with fascist russia for 5 months. And all this time, russia is constantly shelling our cities with missiles, killing civilians - creating terrorist acts. Imagine that terrorist acts with mass murders of civilians occur every day in your country. Sound surreal? This is our reality.
While you listening to our music, we always have a chance to be killed by the russians at any moment. And not only us - every Ukrainian.
At the same time, the majority of "russians who do not support putin and the war" continue to book and play concerts and festivals in Moscow and other cities, drink their craft beer and do absolutely nothing to stop this war.
99% of Russians are guilty of this - directly or through their silent inaction. And all of them must be held responsible for this in one way or another.
CANCELL ALL RUSSIAN! »

Du coup, ils ne devraient pas nécessairement mettre un pouce en l’air pour ta photo du concert de GRIMA, passé en France, près de chez toi, cette semaine... Hein ? Oh, GRIMA avait fait un message d’opposition à la guerre menée par Poutine ? OK, ils font donc partie des 1% cités dans le message du coup. Du coup, c’est plutôt Sakrifiss qui ne vaut pas mieux que toi... il est tranquillement assis sur son siège confortable, en train d’écouter un album de post-black metal à saxophone...

Parce que WHITE WARD n’a pas vraiment changé en quelques mois, ou en tout cas il n’a pas abandonné l’élément qui le caractérise depuis déjà plusieurs opus. C’est un groupe qui a décidé de faire du saxophone sa marque de fabrique, et qui l’emploie sur pratiquement chacune de ses compositions. Il avait réussi à en sublimer l’utilisation sur Love Exchange Failure, faisant redécouvrir les qualités de l’instrument aux amateurs de sons encore originaux dans le black metal. Il était donc déjà au maximum de son talent, et ce n’est pas lui qui m’autorise à améliorer la note sur ces 8 nouvelles compositions, c’est plutôt la qualité du reste. Ce reste qui était déjà bon est encore meilleur. La musique s’ouvre encore plus qu’avant et propose des ambiances aussi agressives et douces à la fois qu’un DEAFHEAVEN. Le black metal domine, mais sans être exclusif. Des incursions death, heavy et thrash viennent nous cueillir à plusieurs reprises sans aucune maladresse. Les ambiances, les rythmes, les variations se succèdent encore plus naturellement. Et les vocaux jouent avec les timbres encore plus efficacement qu’auparavant. Le groupe est tout simplement parvenu à encore se perfectionner, s’affuter et il arrive à créer des hymnes musicaux monstrueux. De post-black. Donc si le post-black ça t’agace, il ne faut même pas essayer. Mais sinon, c’est sans aucun doute une pièce maîtresse qui est proposée là par les Ukrainiens. Un album qui deviendra indispensable.

Bravo à toute l’équipe donc, à commencer par Yuriy Kazaryan qui est le guitariste membre fondateur et donc présent depuis 2012, puis au chanteur-bassiste Andrey Pechatkin présent depuis 2015, à Yevhenii Karamushko batteur depuis 2017, à Mykola Jack qui est un nouveau guitariste depuis 2019, et enfin au saxophoniste Dima Dudko qui est un énorme artisan de la réussite de WHITE WARD depuis l’album précédent. Merci aussi à tous les autres invités qui ont contribué à cette réussite, les vocalistes au timbre clair Vitaliy Havrilenko, l’Américain Jay Gambit de CROWHURST, et l’Anglais Adam Symonds de LATITUDES, le trompettiste Jerome Burns, le pianiste (et accessoirement lui aussi saxophoniste à ses heures) Mykola Lebed et le contrebassiste Yaroslav Tovarianskyi.

Quoi ? C’est fini sans aucune critique ? Bon allez... Le visuel de l’album, le livret tout ça, même si cela colle aux ambiances souhaitées par le groupe, ne correspondent pas à ce que j’imagine et vois à l’écoute des compositions. Je continue de ressentir des ambiances nocturnes, et pas vraiment toute cette clarté proposée sur la pochette...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Kurtz citer
Kurtz
02/08/2022 19:39
Un chef d oeuvre.. me le passe en boucle depuis 15 jours
AdicTo citer
AdicTo
01/08/2022 21:39
Pure chef d’œuvre. Les compos, le background, l’objet qui favorise l’immersion… Bijou.
AdicTo citer
AdicTo
01/08/2022 21:39
Pure chef d’œuvre. Les compos, le background, l’objet qui favorise l’immersion… Bijou.
mayhem13 citer
mayhem13
01/08/2022 11:02
note: 9.5/10
Autant j'ai adoré les deux premiers albums, autant là, ça dépasse tout, et de loin. Album titanesque.
Holmy citer
Holmy
31/07/2022 09:19
note: 9/10
False Light est ma porte d'entrée dans l'univers de White Ward.

Rebuté au début, à deux doigts de laisser le groupe de côté. Fasciné et complétement accro à la fin. J'ai depuis commandé et reçu le reste de leur discographie.

Je ne rajouterai pas grand chose à la prose du sieur Sakrifiss. Leur musique est à la fois très difficile à décrire et pourtant étonnamment "évidente" une fois qu'on en a trouvé les clés.

Seul tout petit point de désaccord, je trouve que le visuel colle très bien à la musique. J'imagine bien entrer dans cette maison délabrée et angoissante, avec juste le vent de la plaine et le craquement des planches. Découvrir que la maison est vide, mais que peu de temps avant, il s'est passé quelque chose (la dernière photo du livret, le sang sur le frigo). Se sentir observé, mais ne voir personne.

C'est d'ailleurs un point commun à toutes les photos de tous leurs albums : le vide. Aucun être vivant sur les photos (animal ou humain), juste des endroits vides, mais encore "habités". Ça donne un "effet Prypiat" assez dérangeant. Et leur musique rend bien ce sentiment. Ou sont les gens ? Les animaux ? Pourquoi n'y a t'il personne alors que les lumières sont allumées (album Love Exchange Failure) ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
White Ward
Post Black Metal à Saxophone
2022 - Debemur Morti Productions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (4)  9.25/10
Webzines : (1)  9.5/10

plus d'infos sur
White Ward
White Ward
Post Black Metal à Saxophone - 2012 -
  

écoutez
tracklist
01.   Leviathan
02.   Salt Paradise
03.   Phoenix
04.   Silence Circles
05.   Echoes in Eternity
06.   Cronus
07.   False Light
08.   Downfall

Durée : 76:23

parution
17 Juin 2022

voir aussi
White Ward
White Ward
Futility Report

2017 - Debemur Morti Productions
  
White Ward
White Ward
Love Exchange Failure

2019 - Debemur Morti Productions
  

Plague Years
All Will Suffer (EP)
Lire la chronique
Hexing
Welcome To Salem
Lire la chronique
Evergrey
The Atlantic
Lire la chronique
Belphegor
The Devils
Lire la chronique
Schauer
Roaring Thunder of Days Lon...
Lire la chronique
Sirin
V Pamäti
Lire la chronique
Laudanum
The Coronation
Lire la chronique
Soreption
Jord
Lire la chronique
Laudanum
The Apotheker
Lire la chronique
Aara
Triade II: Hemera
Lire la chronique
Kreator
Hate Über Alles
Lire la chronique
Rotten Tomb
Visions Of Dismal Fate
Lire la chronique
Svart Crown
Les Terres Brûlées (EP)
Lire la chronique
Knoll
Metempiric
Lire la chronique
Graf Orlock
Destination Time Yesterday
Lire la chronique
Intoxicated
Watch You Burn
Lire la chronique
Artificial Brain
Artificial Brain
Lire la chronique
White Ward
False Light
Lire la chronique
Besna
Zverstvá
Lire la chronique
Temple Of Void
Summoning The Slayer
Lire la chronique
Suffering Sights
When Sanity Becomes Insanity
Lire la chronique
Ritual Necromancy / Fossilization
Ritual Necromancy / Fossili...
Lire la chronique
Kvöl
In Similitude of a Dream
Lire la chronique
Bloodsoaked Necrovoid
Expelled Into The Unknown D...
Lire la chronique
Tzompantli
Tlazcaltiliztli
Lire la chronique
Entrails
An Eternal Time Of Decay
Lire la chronique
Infectious Grooves
Groove Family Cyco (Snapped...
Lire la chronique
Le SAXO dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Fields of Mildew
The Complete Woes (Compil.)
Lire la chronique
Cathedral
Endtyme
Lire la chronique