chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mara - Loka Mær

Chronique

Mara Loka Mær
S’il n’est pas encore le plus réputé des combos de son pays MARA est en revanche un des plus appliqué et impliqué vu qu’il revient régulièrement aux affaires avec un nouvel opus, et c’est encore le cas cette année avec son quatrième volet publié depuis 2015 - qui succède notamment aux réussis « Thursian Flame » et « RÖK » qui voyait la formation menée par Vindsval évoluer dans un Black Metal classique mais efficace, qui ne s’éternisait jamais en longueur. Car avec des albums tournants toujours à peine au-delà de la demi-heure ceux-ci avaient comme avantage de ne pas lasser l’auditeur, bien que tout cela avait un rendu très classique et générique mais sans pour autant être raté. Etant maintenant un groupe au complet et non plus un one-man band comme au début où (trois nouveaux membres sont arrivés depuis la dernière livraison en date), le désormais quatuor signe ici son œuvre la plus aboutie mais aussi paradoxalement la plus expéditive vu qu’on a droit à seulement six nouveaux titres pour à peine plus de vingt-cinq minutes de musique, un résultat à la limite du foutage de gueule pour un long-format.

Néanmoins on ne saura tenir rigueur à l’entité de ce point de détail (certes important) car il est clair qu’elle a franchi un cap tant elle montre une maturité plus importante et une musicalité plus affirmée, vu que même si ça sonne typiquement Suédois dans sa brutalité la plus vindicative ça sait aussi amener un soupçon de personnalité via l’apport de nombreux moments mélodiques où le tempo n’hésite pas à lever le pied. Si le démarrage (« Mara ») va se faire à fond la caisse et proposer du blast continu durant la majeure partie du temps cela ne va être nullement lassant, car porté par un riffing froid à l’ambiance hivernale l’ensemble va voir aussi quelques plans épiques apparaître pour amener une certaine aération au milieu du blizzard - avant que la haine et la tempête ne reviennent de façon toute aussi musclée. Ce schéma va d’ailleurs se retrouver tout à la fin sur la conclusion intitulée « Hel », où après quelques arpèges d’une grande douceur et gelés le tempo va osciller entre tabasse intensif et passages mid-tempos épiques pour un côté aventureux et guerrier imparable, où l’on se croirait prêt à prendre les armes et se rapprocher du valhalla. Porté par de longues plages instrumentales qui laissent ainsi le temps aux ambiances de se dévoiler entièrement cette compo de haute tenue clôt un disque sans fausses notes et qui n’a pas le temps de lasser, où l’on peut retrouver en son sein trois autres morceaux du même acabit et tout aussi accrocheurs. En effet qu’il joue sur la rapidité comme sur la lenteur la bande conserve toute son attractivité, comme on peut l’entendre sur le mélancolique et neigeux « Loka Mær » qui laisse de côté les passages endiablés pour mettre en avant les harmonies et la froideur, qui gagnent en force via l’apport de la basse chaude et bien mise en avant dans le mixage final. Si les blasts sont ici absents cela n’est pas poussif pour autant vu que les plans rampants donnent la sensation d’être prêts à exploser à tout instant, même si pour cela il va falloir attendre la fin de l’introduction du tout aussi réussi « Wolf » pour qu’elle retentisse de nouveau. Si elle va revenir de façon très classique et tout en variations avec des rythmiques médium et du court break pour souffler, c’est surtout le début de cette plage qui est particulièrement sympathique vu qu’on y entend des notes de guitare à la douceur générale et à la tristesse absolue, le tout aidé par une lenteur globale et des relents plaintifs qui tranchent avec la haine qui suit. Un mélange qui sera là-aussi à l’honneur sur le très bon « Thursaseiðr » aux deux parties distinctes et à l’accroche directe et généreuse, sans qu’on ne lâche l’écoute une fois rentré dedans.

Si l’on regrettera d’être arrivé beaucoup trop rapidement au bout de cette galette (on aurait clairement repris un peu de rabe) on n’aura en revanche aucune impression de lassitude ou de redondance, ce qui permet ainsi de mieux faire avaler la pilule. Particulièrement dense et homogène et n’ayant pas de faiblesses majeures dans l’écriture ce cru 2022 est de loin le meilleur jamais sorti par sa tête-pensant et ses désormais acolytes, qui offrent un son tout en sobriété et à l’efficacité sans bornes qui donnera clairement envie de se défouler en secouant la tête comme de rêver un peu. Sans fioritures ni excès techniques tout cela montre qu’une étape a été franchie et que désormais l’entité n’a rien à envier à certains grands noms de son pays qui confirme son renouveau dans le Metal après une période de vaches maigres… aidé par des nouveaux venus montrant de biens belles qualités et qui font preuve d’un classicisme assumé. Ceux-ci rendant à tour de bras un hommage sincère aux grands anciens qui ont marqué leur royaume dans les années 90 et 2000, et qui en ont fait pendant une décennie une place forte incontournable du genre… point qui redevient de plus en plus envisageable à l’heure actuelle et l’on ne va pas s’en plaindre, tant à ce petit jeu la concurrence y est exacerbée amenant une vraie créativité à l’instar de cet enregistrement impeccable et qui s’écoute d’un seul bloc.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mara
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Mara
Mara
Black Metal - 2010 - Suède
  

tracklist
01.   Myrkriða
02.   Mara
03.   Loka Mær
04.   Wolf
05.   Thursaseiðr
06.   Hel

Durée : 26 minutes

line up
parution
11 Juillet 2022

voir aussi
Mara
Mara
Thursian Flame

2018 - Throats Productions
  

Essayez aussi
Revenant Marquis
Revenant Marquis
Below The Landsker Line

2021 - Inferna Profundus Records
  
Pyriphlegethon
Pyriphlegethon
The Murky Black of Eternal Night

2017 - Iron Bonehead Productions
  
Autarcie
Autarcie
Apogée.Ivresse.Agonie.

2021 - Purity Through Fire
  
Aosoth
Aosoth
III

2011 - Agonia Records
  
Candelabrum
Candelabrum
Portals

2018 - Altare Productions
  

Muvitium
Under Vemodets Töcken
Lire la chronique
Wolfnacht
Blutgebunden
Lire la chronique
Death Reich
The Final Plague (EP)
Lire la chronique
Les sorties de 2022
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Crusher
Corporal Punishment
Lire la chronique
Kamizol-K
Exile
Lire la chronique
Death Like Mass
Matka Na Sabacie (EP)
Lire la chronique
Kringa
All Stillborn Fires, Lick M...
Lire la chronique
Lacerated
The Vile Domain (EP)
Lire la chronique
Vrenth
Succumb To Chaos
Lire la chronique
Vanhävd
Vila
Lire la chronique
Maȟpíya Lúta
Wóohitike
Lire la chronique
Truth Decayed
Faded Visions I (EP)
Lire la chronique
Deströyer 666
Never Surrender
Lire la chronique
Grá
Lycaon
Lire la chronique
Trucido / Deterioration
Wet Brain / Smudge (Split-CD)
Lire la chronique
Suicidal Madness
Par-delà le bien et le mal
Lire la chronique
Nuclear Storm
Tales from the Depth
Lire la chronique
Medieval Demon
Black Coven
Lire la chronique
Dysmal
Gates To Apperception
Lire la chronique
Miscreance
Convergence
Lire la chronique
Hibernus Mortis
The Monoliths Of Cursed Slu...
Lire la chronique
Riverside
ID.Entity
Lire la chronique
Moonlight Sorcery
Piercing Through the Frozen...
Lire la chronique
Physiology of Darkness
Human Circle
Lire la chronique
Messe Mortuaire
Nocturnal Demonic Visitatio...
Lire la chronique
Appalling
Sacrilege
Lire la chronique
Helmet
Strap It On
Lire la chronique
Ebony Pendant / Lamp Of Murmuur
Plenilunar Requiems (Split-CD)
Lire la chronique
In Pain
The Thing From The Grave
Lire la chronique