chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
197 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Lacrima Mortis - Posthumous

Chronique

Lacrima Mortis Posthumous
Des groupes de doom / death qui viennent du Brésil, tu n’en connais pas beaucoup. Moi non plus. C’est l’occasion de réparer le mal en découvrant Lacrima Mortis. Posthumous, son unique album longue durée datant de 2020, s’accompagne de formats plus atypiques, le groupe semblant privilégier les EP, split et autres singles.

Posthumous s’articule autour de 9 titres assez ramassés pour le genre, pour une durée totale de 47 minutes environ, ce qui reste très en deçà des canons du style. Seule la chapelle sombre, blottie au fond du cimetière, qui figure sur la pochette donne le ton et semble indiquer la direction.

Le doom / death des Brésiliens n’a rien de très original, soyons francs. Cela n’enlève rien, toutefois, au plaisir que procure leur album. Miserere et The Ruins of Desolation ouvrent ainsi les hostilités sous les auspices d’un doom / death profond, au son suffisamment clair et réverbéré pour donner emphase et puissance au morceau. La voix, ultra gutturale, accompagne une structure ultra trainante, proche de Shape of Despair ou de la mouvance funeral en général. Le mélange d’atmosphères sombre et lumineuse à la fois, lourde et gracieuse, accouche bien souvent de morceaux plaisants, riches et immersifs (Miserere, Distress and Decadence, Words of Blood).

La mélodie joue, d’une manière classique pour le style, un rôle plein. Miserere, par exemple, est assis sur une mélancolie qui happe littéralement l’auditeur ce d’autant que, sur le pont central, une accélération inattendue en renforce le relief. Distress and Decadence démarre sur une structure plutôt death avant de couper brutalement son effort pour réintégrer une mélodie lourde et abyssale ; le morceau s’achève pourtant sur un rythme élevé qui offre de nouveau du contraste aux mélodies. Quant à l’instrumental qui coupe l’album, la pause qu’il offre permet de basculer en douceur sur la seconde partie de Posthumous. De nouveau, mi-lumineux, mi-menaçant, Saudade montre l’équilibre permanent atteint par les Brésiliens dans leur approche de leur doom / death. L’outro, Dereliquit Deum, participe de la même idée.

Ainsi, dès Imprisoned in Death, qui amorce la dernière partie de l’album, le rythme, le son, la structure se font plus lourds, plus grondants, presque plus martiaux. La mélodie est désormais plus en retrait, sans être évacuée. Imprisoned in Death et Shades of Destiny sont ainsi plus death que doom, même si ces caractéristiques ne disparaissent jamais. Optare Mortem est abyssal, plus funeral doom que doom / death, qui va chercher dans les profondeurs de la Terre, accompagné d’une voix au diapason. Proche d’un Mournful Congregation ou d’un Disenbowelment, ce titre est de loin le plus lourd et le plus menaçant de l’album. La mélodie y est noyée dans un océan de noirceur.

Posthumous est un album très plaisant qui offre non pas une vision nouvelle du doom/ death, mais qui, par sa variété, ravira tous les amateurs du style, happant sur son passage la frange plus extrême des fans de funeral doom. Equilibré, parfaitement composé, ce premier effort des Brésiliens mérite amplement que vous lui laissez sa chance. Vous ne serez pas déçus.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lacrima Mortis
Doom/death
2020 - Talheim Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  6.67/10

plus d'infos sur
Lacrima Mortis
Lacrima Mortis
Doom/death - 2016 - Brésil
  

tracklist
01.   Miserere
02.   The Ruins of Desolation
03.   Distress & Decadence
04.   Words of Blood
05.   Saudade
06.   Imprisoned in Death
07.   Optare Mortem
08.   Shades of Destiny
09.   Dereliquit Deum (outro)

Durée : 47:57

parution
27 Mai 2020

Essayez aussi
Sorrow
Sorrow
Hatred And Disgust

1992 - Roadrunner Records
  
Bilocate
Bilocate
Summoning The Bygones

2012 - Code666
  
The Fall of Every Season
The Fall of Every Season
Amends

2013 - Grau Records
  
Grief Symposium
Grief Symposium
Monolithic Dark Metal (Démo)

2021 - Indépendant
  
Misanthrope
Misanthrope
Variation On Inductive Theories
(Architecture Screenplans)

1993 - Holy Records
  

Wayward Dawn
All-Consuming Void
Lire la chronique
Bloodbath
Survival of the Sickest
Lire la chronique
Allocer Wolfe
A Man Made for Nowhere
Lire la chronique
Horror Within
Awaiting Extinction (EP)
Lire la chronique
Karmic Void
Armageddon Sun (Démo)
Lire la chronique
Wyrms
Sarkhral Lumænor - La lueur...
Lire la chronique
Kommand
The Demos (Compil.)
Lire la chronique
Phobophilic
Enveloping Absurdity
Lire la chronique
Miasmes
Vermines (EP)
Lire la chronique
Undr
Undr (EP)
Lire la chronique
Bones
Sombre Opulence
Lire la chronique
Mystic Circle
Mystic Circle
Lire la chronique
Cathartic
Through The Abysmal Gates O...
Lire la chronique
Broyeur d'Enfance
Suicide social
Lire la chronique
Trucido
A Collection Of Self​-​Dest...
Lire la chronique
Mineral Reflectance
Des chemins de vie
Lire la chronique
Proudhon
Social Tympanum
Lire la chronique
Prieuré
Nos prières (EP)
Lire la chronique
Egggore / Pharmacist
Paranoid Personality Disord...
Lire la chronique
Nuit Macabre
Chapitre III - Odeur de mort
Lire la chronique
Plague Patrol
Demo 2021 (Démo)
Lire la chronique
Sale Freux
Le corbeau clandestin
Lire la chronique
Innumerable Forms
Punishment In Flesh
Lire la chronique
Heresie
Poésie Noire (EP)
Lire la chronique
Hyperdontia / Septage
Hyperdontia / Septage (Spli...
Lire la chronique
European Tour MMXXII
Faceless Burial + Innumerab...
Lire le live report
Ritualization
Hema Ignis Necros (EP)
Lire la chronique
Herbstlethargie
Melancholie im Blattfall
Lire la chronique
Chat Pile
God's Country
Lire la chronique
Lacrima Mortis
Posthumous
Lire la chronique