chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
192 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Chat Pile - God's Country

Chronique

Chat Pile God's Country
Et si Alexis Marshall, chanteur de Daughters, avait mis toute sa perversité dans son chant et non dans sa vie sexuelle ? Et si Godflesh était né dans les années 2020, dans des États-Unis post-mouvements sociaux, pré-fin du monde, en plein dans le néo-libéralisme ? Et si Korn s’était retrouvé au fond d’un caniveau sludge après s’être bourré la gueule avec Jesus Lizard ? Et si, et si…

Arrêtons ici la fiche promotionnelle. La réponse est ici, dans ce premier album de Chat Pile attendu à raison par de nombreuses personnes après deux EPs prometteurs et qui – chez moi – a été une surprise de taille. Pourtant, je me méfie toujours des groupes signés sur le label The Flenser, avec ses sorties à prix exorbitant (dont les rééditions ultra-limitées de Have A Nice Life sont l’exemple le plus indécent), son côté cool et volontairement confidentiel, expert des projets avant-gardistes et inaccessibles, d’une certaine manière l’équivalent musical de ce que fait la boite de production A24 pour le cinéma.

Mais, du moins pour Chat Pile, l’analogie vaut aussi pour la qualité des créations choisies, à la fois furieusement expérimentales et pertinentes. Clairement, God's Country ne se destine pas à tout le monde : sur une base noise rock fricotant avec le metal (pour la puissance du son, prêt à faire craquer les amplis à chaque instant), le groupe d’Oklahoma City alterne influences industrielles (impossible de ne pas penser au projet-phare de Justin Broadrick sur « Why » par exemple), sludge (pour l’ambiance de société décadente, pas loin d’un Upsidedown Cross sur « The Mask »), voire neo-metal lors de certains riffs bounçant leur graisse d’un Taco Bell à un autre (l’ombre de Jonathan Davis et ses pairs plane sur la deuxième partie de « Tropical Beaches, Inc. »). Un programme chargé sur le papier mais dont la bande fait magiquement œuvre de synthèse, frôlant le syncrétisme de la musique de babtou fragile contemporain, geek névrosé sur-qualifié et sous-payé, frustré et déconstruit, la morale en bandoulière et les horreurs qui traversent malgré tout la tête.

Oui, cela sonne indubitablement prétentieux. Pourtant – ne vous laissez pas avoir par ce texte, issu d’un homme habitué à voir trop de choses quand un disque lui parle particulièrement –, c’est avec une rage jouissive que Chat Pile transmet son atmosphère de menace constante, d’envie de répondre par la violence à ce monde urbain ultra-connecté et ultra-solitaire. On tique sur ce logo black metal ; il est un indice parmi d’autres de l’absence d’empathie avec laquelle nous traitent les Ricains. La prestation de Raygun Busch est sans aucun doute l’élément le plus parlant : sa voix maltraitée, hurlée, chantée, scandée, susurrée, à côté de ses pompes et soumises à ses émotions, résume à elle seule la fascination que l’on ressent à l’écoute de ces quarante minutes. Évoquant les dérives noise-rock de Oxbow, il charrie un univers de pérégrinations sans but, de naufrages à scroller trop longtemps sur son téléphone, d’une fenêtre à l’autre, voyeurisme de tout et rien, de malaise post-moderne où « Signe ma pétition », « Venez comme vous êtes », « Just Do It » deviennent des affirmations de soi.

Il fallait qu’une musique comme celle-ci arrive, une musique qui exprime le mieux possible la pathologie naissant des réseaux sociaux et d’un internet ayant pris place jusqu’à notre réalité, au point de nous laisser pixelisé, morcelé, les êtres humains comme une succession de photos Instagram, de liens vers d’autres sites, de débats sur Twitter, de listes de recommandations sur Rate Your Music, de rappels au corps via Pornhub. Froid, hargneux, étouffé par son gavage qu’il régurgite à la face, Chat Pile se voit comme une conséquence de cela. On comprend alors pourquoi God’s Country connait un succès qui, malgré ce que l’on peut penser, n’a finalement rien d’une surprise, tant il exprime un non-dit de notre époque.

Pour autant, même si ce disque fera date (un potentiel classique instantané, ce que je ressens rarement à l’écoute d’une nouveauté), il ne m’enthousiasme pas autant que j’aurais aimé. Peut-être est-ce son manque de cohérence au sein de la variété, rappelant également les heures à tromper l’ennui de sites en vidéos en sites en vidéos, peut-être est-ce l’absence d’un morceau vraiment tuant (même si « grimace_smoking_weed.jpeg » ou « Anywhere » ne sont pas loin de remplir cet objectif), toujours est-il que l’on a bien l’impression d’être face au début de quelque chose avec God’s Country, avec tout ce que cela comporte de fraîcheur, de charme et de pas-tout-à-fait. Un possible grand groupe est né, un groupe qui, déjà, montre toute sa nécessité, en tout cas plus novateur et marqueur de notre vie quotidienne que ce que vous pourrez trouver ailleurs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
14/09/2022 12:00
note: 8/10
Un peu comme lkea dans son dernier paragraphe mais pas aussi catégorique que Krokodil.
J'ai vraiment envie de l'aimer cet album mais le résultat n'est pas tout à fait au niveau de mes attentes.
Krokodil citer
Krokodil
13/09/2022 08:38
note: 5/10
Un des gros pétards mouillés de l'année, çui-là. Niveau subversion et révolte les paroles volent rarement au-dessus des pâquerettes, me suis souvent cru au beau milieu d'une AG de l'UNEF quoi. Dommage pour certaines instrus qui valent clairement le détour...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Chat Pile
Industrial Noise Rock / Metal
2022 - The Flenser
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  6.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Chat Pile
Chat Pile
Industrial Noise Rock / Metal - 2019 - Etats-Unis
  

vidéos
Slaughterhouse
Slaughterhouse
Chat Pile

Extrait de "God's Country"
  
Wicked Puppet Dance
Wicked Puppet Dance
Chat Pile

Extrait de "God's Country"
  

tracklist
01.   Slaughterhouse  (4:12)
02.   Why  (3:31)
03.  Pamela  (4:57)
04.   Wicked Puppet Dance  (3:07)
05.   Anywhere  (5:47)
06.   Tropical Beaches, Inc.  (3:46)
07.   The Mask  (2:57)
08.   I Don't Care If I Burn  (2:54)
09.   grimace_smoking_weed.jpeg  (9:05)

Durée : 40:21

line up
parution
29 Juillet 2022

Essayez aussi
Bodychoke
Bodychoke
Cold River Songs

1998 - Relapse Records / Purity
  
Saison de Rouille
Saison de Rouille
Déroutes Sans Fin

2014 - Autoproduction
  
Uniform
Uniform
The Long Walk

2018 - Sacred Bones Records
  
Daughters
Daughters
You Won't Get What You Want

2018 - Ipecac Recordings
  

Wayward Dawn
All-Consuming Void
Lire la chronique
Bloodbath
Survival of the Sickest
Lire la chronique
Allocer Wolfe
A Man Made for Nowhere
Lire la chronique
Horror Within
Awaiting Extinction (EP)
Lire la chronique
Karmic Void
Armageddon Sun (Démo)
Lire la chronique
Wyrms
Sarkhral Lumænor - La lueur...
Lire la chronique
Kommand
The Demos (Compil.)
Lire la chronique
Phobophilic
Enveloping Absurdity
Lire la chronique
Miasmes
Vermines (EP)
Lire la chronique
Undr
Undr (EP)
Lire la chronique
Bones
Sombre Opulence
Lire la chronique
Mystic Circle
Mystic Circle
Lire la chronique
Cathartic
Through The Abysmal Gates O...
Lire la chronique
Broyeur d'Enfance
Suicide social
Lire la chronique
Trucido
A Collection Of Self​-​Dest...
Lire la chronique
Mineral Reflectance
Des chemins de vie
Lire la chronique
Proudhon
Social Tympanum
Lire la chronique
Prieuré
Nos prières (EP)
Lire la chronique
Egggore / Pharmacist
Paranoid Personality Disord...
Lire la chronique
Nuit Macabre
Chapitre III - Odeur de mort
Lire la chronique
Plague Patrol
Demo 2021 (Démo)
Lire la chronique
Sale Freux
Le corbeau clandestin
Lire la chronique
Innumerable Forms
Punishment In Flesh
Lire la chronique
Heresie
Poésie Noire (EP)
Lire la chronique
Hyperdontia / Septage
Hyperdontia / Septage (Spli...
Lire la chronique
European Tour MMXXII
Faceless Burial + Innumerab...
Lire le live report
Ritualization
Hema Ignis Necros (EP)
Lire la chronique
Herbstlethargie
Melancholie im Blattfall
Lire la chronique
Chat Pile
God's Country
Lire la chronique
Lacrima Mortis
Posthumous
Lire la chronique