chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Proudhon - Social Tympanum

Chronique

Proudhon Social Tympanum
L’avantage avec un groupe tel que PROUDHON, c’est que j’ai dû commencer par effectuer quelques recherches. Bon, le tympanum, je connaissais bien évidemment l’instrument. Mais comme j’avais du mal à comprendre en quoi le tambourin pouvait être qualifié de « social », je me suis dit que ce mot hérité du grec ancien avait peut-être d’autres significations. Effectivement : son sens figuré désigne une chose ronde et / ou plate (quelque chose d’efféminé, une roue pleine, une grue, un tympan en architecture, un panneau de porte). Bon, je ne suis pas plus avancé et, à moins d’extrapoler des théories tirées par les cheveux, ça ne serait pas une mauvaise chose que les musiciens nous expliquent un peu mieux le concept derrière le titre « Social Tympanum ».

Proudhon (l’homme), je ne vais pas recopier sa page Wikipédia. Je noterai juste qu’il est amusant que cette figure littéraire française ait également inspiré des textes à Famine sur le dernier PESTE NOIRE, « Le retour des pastoureaux », alors que PROUDHON (le groupe) et KPN sont probablement aux antipodes idéologiquement parlant. Du point de vue de la richesse d’une pensée et des multiples lectures que l’on peut en faire, c’est fascinant (et non pas fascisant).

La culture de la formation ne s’arrête pourtant pas là, son nom et le titre de ce premier album (après les EP « The Damaged Bodies » et « K.U.N.S.T » en 2021) n’étant finalement qu’un préambule, les prolégomènes à ce qui va suivre. Car si le duo Thomas Hagmann (chant, batterie) et Antoine Hillion (guitare, basse) pratique bien le death metal le plus rustre qui soit, les idées quant à elles élèvent notre esprit. Nous découvrons de nouveaux mots (enfin, moi je découvre) tels que « Anthracologie » (analyse des charbons de bois afin de déterminer les essences d’arbre dont ils proviennent), l’écrivain hollandais du dix-septième siècle Bernard Mandeville, penseur de la théorie économique du ruissellement et influenceur d’Adam Smith ou Keynes (je vous renvoie à vos cours d’économie pour comprendre la chanson « La fable des abeilles »). Bref, en synthèse, PROUDHON a tout de la formation politisée qui n’a pas envie d’épuiser sa salive sur des thématiques aussi triviales que le gore, la mort et le cannibalisme, ça nous change un peu.

Bon, il reste que « Social Tympanum », c’est d’abord et avant tout de la musique. Dix-sept titres, moins de trente minutes, le message est brutal, concis, radical, sans quoi que ce soit de superflu. On se bouffe donc une mandale de grind (sur le fond) death (sur la forme), bien mise en relief par une production très américaine, massive et compressée. Le choix parfait pour habiller des rythmiques épaisses et des riffs tantôt en forme d’enclume, tantôt hyper speed. A ce titre, il me semble que la basse joue d’ailleurs un rôle essentiel dans la structure même des titres, elle est le liant qui fait que la béchamel n’est pas trop liquide. Quant à la batterie, c’est la Grosse Bertha que l’on était en droit d’attendre, pas particulièrement technique mais systématiquement dans les bons coups pour appuyer là où ça fait mal.

Côté chant, c’est évidemment guttural mais plus dans l’esprit des vocalistes 90’s que dans la mouvance du pig squeal actuel, souvent un peu usant sur le long terme. Et bien évidemment, la solidarité underground est là en la présence de Pibe (WHORESNATION entre autres, dont le dernier album « Dearth » déboîte sec) sur le titre « Cyber Nuke ».

Je terminerai en saluant la superbe pochette réalisée par Steph du Disvlar Studio. Même si sa mise en page avec ce bandeau noir sur le côté droit et le logo au-dessus m’évoquent davantage du black metal que du death (j’en ai vu passer plein des comme ça, même si les noms m’échappent à cet instant), elle est tout simplement canon, proche de l’idée que je me fais de certains personnages de Zola.

« Social Tympanum », c’est une bonne claque, de celle qui amène parfois à une prise de conscience. L’objectif est noble.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Proudhon
Death Metal
2022 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Proudhon
Proudhon
Death Metal - 2020 - France
  

formats
  • CD / 20/03/2022 - Duality Records
  • CD / 20/03/2022 - Indépendant (Edition limitée à 230 copies)
  • Digital / 20/03/2022 - Indépendant (Bandcamp)

vidéos
Industrial Necrosis
Industrial Necrosis
Proudhon

Extrait de "Social Tympanum"
  

tracklist
01.   Cheulard  (01:37)
02.   Malfaiteur rustique  (01:08)
03.   Industrial Necrosis  (01:33)
04.   Everything Is Possible But Nothing Is Allowed  (01:23)
05.   Arsenic  (01:16)
06.   The Blond Beast  (01:08)
07.   Hung Upside Down  (00:56)
08.   Day of Glory  (01:05)
09.   Marx On Mars  (01:48)
10.   Last Chirp  (01:13)
11.   La fable des abeilles  (01:06)
12.   Anthracologie  (01:02)
13.   Promised Land  (01:45)
14.   Pante Self-Management  (01:06)
15.   Sult  (01:47)
16.   Cyber Nuke (feat. Pibe)  (00:59)
17.   Les temps modernes  (03:12)

Durée : 24:04

line up
parution
20 Mars 2022

voir aussi
Proudhon
Proudhon
The Damaged Bodies (EP)

2021 - Indépendant
  

Essayez aussi
Decrepisy
Decrepisy
Emetic Communion

2021 - Chaos Records
  
Infra
Infra
Initiation On The Ordeals Of Lower Vibrations (EP)

2014 - Nuclear War Now! Productions
  
Anthropophagous
Anthropophagous
Spoiled Marrow (Démo)

2019 - Blood Harvest Records
  
Valgrind
Valgrind
Morning Will Come No More

2012 - Godeater Records
  
Carnifex
Carnifex
Pathological Rites (Compil.)

2018 - Xtreem Music
  

Wayward Dawn
All-Consuming Void
Lire la chronique
Bloodbath
Survival of the Sickest
Lire la chronique
Allocer Wolfe
A Man Made for Nowhere
Lire la chronique
Horror Within
Awaiting Extinction (EP)
Lire la chronique
Karmic Void
Armageddon Sun (Démo)
Lire la chronique
Wyrms
Sarkhral Lumænor - La lueur...
Lire la chronique
Kommand
The Demos (Compil.)
Lire la chronique
Phobophilic
Enveloping Absurdity
Lire la chronique
Miasmes
Vermines (EP)
Lire la chronique
Undr
Undr (EP)
Lire la chronique
Bones
Sombre Opulence
Lire la chronique
Mystic Circle
Mystic Circle
Lire la chronique
Cathartic
Through The Abysmal Gates O...
Lire la chronique
Broyeur d'Enfance
Suicide social
Lire la chronique
Trucido
A Collection Of Self​-​Dest...
Lire la chronique
Mineral Reflectance
Des chemins de vie
Lire la chronique
Proudhon
Social Tympanum
Lire la chronique
Prieuré
Nos prières (EP)
Lire la chronique
Egggore / Pharmacist
Paranoid Personality Disord...
Lire la chronique
Nuit Macabre
Chapitre III - Odeur de mort
Lire la chronique
Plague Patrol
Demo 2021 (Démo)
Lire la chronique
Sale Freux
Le corbeau clandestin
Lire la chronique
Innumerable Forms
Punishment In Flesh
Lire la chronique
Heresie
Poésie Noire (EP)
Lire la chronique
Hyperdontia / Septage
Hyperdontia / Septage (Spli...
Lire la chronique
European Tour MMXXII
Faceless Burial + Innumerab...
Lire le live report
Ritualization
Hema Ignis Necros (EP)
Lire la chronique
Herbstlethargie
Melancholie im Blattfall
Lire la chronique
Chat Pile
God's Country
Lire la chronique
Lacrima Mortis
Posthumous
Lire la chronique