chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
96 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bloodbath - Survival of the Sickest

Chronique

Bloodbath Survival of the Sickest
Quatre années ont passé depuis The Arrow of Satan Is Drawn et comme à chaque nouveau “bain de sang” ce triste constat : indubitablement du swedeath raffiné “Nutriscore A” mais qui ne fera malheureusement que garnir votre étagère. Un son cataclysmique mais des compositions trop inégales et entachées d’un passage éclair de Joakim Karlsson (Craft) clairement sous-exploité (responsable de quatre morceaux dont deux bonus…). Bloodbath recrutera officiellement Tomas Åkvik (LIK), déjà guitariste live depuis 2017 (ainsi que Katatonia). Espérons juste que cela ne fasse pas doublon avec son autre bande jouant dans la même cour. Ciao Peaceville Records pour cette sixième galette, benvenuto Napalm Records. Impossible de ne pas bloquer sur ce classieux artwork (plus “death” tu meurs) du fameux Wes Benscoter (Autopsy, Cattle Decapitation, Mortician, Sinister, Slayer, Vader, la cultissime pochette Carnivorous Erection de Regurgigate...) qui s’était déjà occupé de Nightmares Made Flesh. Par contre il faudra m’expliquer la typographie du titre (police brouillon Word) de l’album, Napalm Records aurait été trop vite en besogne ? Allez, au bain.

Le premier extrait dévoilé “Zombie Inferno” (classique mais imparable) et la fiche promo le confirment, Bloodbath souhaite revenir à ses racines : “straight for the jugular in true old school fashion” ! Le son de Monsieur Darkane Lawrence Mackrory (responsable de la discographie de LIK) paraîtra bien moins “raw” que sur la précédente galette mais tout autant jouissif. Au menu habituel riffs surgras “triple whopper HM-2” pour un death metal jonglant entre “headbang”, mélodies et ambiance. Toujours pas le niveau des deux premières galettes en terme de hit mais on sent que les gaillards ont affûté leurs compositions pour capter notre nuque : “Malignant Maggot Therapy”, “Affliction of Extinction” (ce riff mélodique imparable) ou “Environcide” à citer en priorité. Anders et Jonas ont clairement ce don pour vous balancer un break “de la mort qui tue” et cela sur chaque morceau (ah “Dead Parade” à 3:19), suivi d’une belle rafale de Martin "Axe" Axenrot.

Le chant asthmatique décrié de Nick Holmes (enfin particulièrement ses prestations live) sera lui encore bien aidé par la production (effets rajoutés) et le mixage (toujours légèrement en retrait) accompagné de guests “de luxe”, les potes quinquagénaires Marc Grewe (Morgoth), Luc Lemay (Gorguts) et Barney Greenway (Napalm Death). Pour ma part il sied encore parfaitement à l’atmosphère “horrifique” du brûlot. Un brûlot qui suit malheureusement la malédiction crispante de ses prédécesseurs : trop inégal. Des morceaux qui font très clairement le job pour le style proposé (à des années lumières dans le boulot de composition par rapport à la concurrence) mais forcément on attend toujours un peu plus part des maîtres Bloodbath. Certains couplets sembleront parfois trop génériques et pataux (“Carved”, “Tales Of Melting Flesh”, le final doomy de “No God Before Me”) relancés par un break monstrueux. Compliqué donc d’écouter d’une traite l’album sans faire la moue. Moins de remplissage et plus de “up-tempo” peut-être pour me combler ?

Bloodbath revient à une musique plus proche de ses prémices “old school”, nettement plus “directe” et taillée pour les cervicales avec quelques morceaux et passages à placer parmi les meilleurs de sa discographie. Mais ma conclusion sera identique à celles des chroniques post-Unblessing The Purity. Des compositions affûtées (clairement en haut de la pile du genre) et au son écrasant mais à l’efficience toujours en dents de scie. Clairement Anders et Jonas excellent dans les breaks et le travail d’ambiance, pour ce qui est de la partie “pure” swedeath, des camarades comme LIK ou Demonical paraîtront bien plus redoutables (pour la case “hors-Suède” Sentient Horror ou Nightbearer sont aussi à citer parmi d’autres). Le spa swedeath pour la prochaine offrande ? On y croit.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Solarian citer
Solarian
13/11/2022 14:50
note: 5/10
Vachement déçu pour ma part. J'avais pourtant bien kiffé le précédent où je m'étais régalé avec un "Fleischmann" dément, un "Boodicide" bien gras ou encore un "March of the crucifiers" groovy en diable, mais là ça le fait pas du tout : riffing pauvre et impersonnel, ambiances cryptiques et mélodies sinistres aux abonnées absentes, et pour couronner le tout la bonne vieille HM-2 est reléguée aux oubliettes.

En plus ça sonne beaucoup trop ricain pour moi. L'impression que les mecs ont juste raclé les fonds de gamelles de quelques fossiles du pays de l'oncle Sam sans réellement songer à composer et à planter de bonnes ambiances, celles qui faisaient tout l'intérêt du projet et qui parvenaient encore à faire remuer la queue sur TAOSID...
Allez je passe mon tour. Ça tombe pas plus mal mon porte-monnaie me dit merci.
Clodfransoa citer
Clodfransoa
26/11/2022 12:31
Il fonctionne franchement bien sur moi ce nouvel album!
Je trouve la prod bien équilibrée, avec une batterie puissante mais que ne prend pas toute la place. Quant au chant de Nick Holmes, entièrement d’accord avec la chro, il colle parfaitement avec le style voulu. Je trouve qu’il apporte une sacrée personnalité en s’intégrant, s’immisçant sans couvrir les autres instruments, quand bien même la voix a été voulue mixée en avant.
Étant dans une période où j’approfondis ma culture Death Tech, j’intercale régulièrement cet album pour procéder à un reset auditif.
Deathrash citer
Deathrash
18/10/2022 12:12
Oui c'est pas mauvais, ce qu'ils ont sorti de mieux depuis "The Fathomless Mastery" même.
Mais c'est vraiment un groupe de clowns, impossible de les prendre au sérieux.
Maintenant ils se la jouent imagerie Autopsy/Exhumed avec des paroles à la Scream Bloody Gore.

Puis l'autre pitre de Nick Holmes qui a troqué sa toge de prêtre sombre des précédents albums pour mettre un perf avec un t-shirt Possessed.
Plus aucune personnalité dans ce groupe, j'y crois plus du tout, et en live je compte pas les revoir, mais je suis persuadé que ça restera toujours aussi navrant.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
26/09/2022 13:11
note: 7.5/10
Un retour en forme qui fait plaisir après des derniers opus en roue-libre voire même poussifs. Sans se réinventer le groupe a retrouvé l'énergie et des morceaux inspirés et clairement cet album se place parmi les meilleurs du combo.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bloodbath
Death Metal
2022 - Napalm Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  7/10
Webzines : (3)  7.64/10

plus d'infos sur
Bloodbath
Bloodbath
Death Metal - 1998 - Suède
  

vidéos
Zombie Inferno
Zombie Inferno
Bloodbath

Extrait de "Survival of the Sickest"
  
Putrefying Corpse
Putrefying Corpse
Bloodbath

Extrait de "Survival of the Sickest"
  

tracklist
01.   Zombie Inferno  (04:07)
02.   Putrefying Corpse  (03:52)
03.   Dead Parade  (04:39)
04.   Malignant Maggot Therapy  (03:05)
05.   Carved  (03:28)
06.   Born Infernal  (04:00)
07.   To Die  (03:41)
08.   Affliction of Extinction  (04:10)
09.   Tales of Melting Flesh  (04:05)
10.   Environcide  (03:57)
11.   No God Before Me  (05:45)

Durée : 44:49

line up
parution
9 Septembre 2022

voir aussi
Bloodbath
Bloodbath
The Arrow Of Satan Is Drawn

2018 - Peaceville Records
  
Bloodbath
Bloodbath
Breeding Death (EP)

2000 - Century Media Records
  
Bloodbath
Bloodbath
The Wacken Carnage (Live)

2008 - Peaceville Records
  
Bloodbath
Bloodbath
The Fathomless Mastery

2008 - Peaceville Records
  
Bloodbath
Bloodbath
Nightmares Made Flesh

2004 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Smothered
Smothered
The Inevitable End

2013 - Soulseller Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Domination

1995 - Earache Records
  
Dies Irae
Dies Irae
Immolated

2001 - Metal Blade Records
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Who Dares Win (Compil.)

1998 - Earache Records
  
Carbonized
Carbonized
For The Security

1991 - Thrash Records
  

Caïnan Dawn
Lagu
Lire la chronique
Virgil
Acheron
Lire la chronique
Houle
Houle (EP)
Lire la chronique
Baron Fantôme
La Nuit Fantastique
Lire la chronique
Etat Limite
L'affrontement de l'intime
Lire la chronique
Sepulchral Zeal
Open (Démo)
Lire la chronique
Interview de HERESIE pour l'album "Par-Delà Les Vents"
Lire l'interview
Heresie
Par​-​Delà Les Vents
Lire la chronique
Molder
Engrossed In Decay
Lire la chronique
OTDHR
Maraud
Lire la chronique
Vananidr
Beneath the Mold
Lire la chronique
Triumvir Foul
Onslaught To Seraphim
Lire la chronique
Krisiun + Nile
Lire le live report
Doomsday
Depictions Of Chaos (EP)
Lire la chronique
Threshold
Dividing Lines
Lire la chronique
Autopsy
Morbidity Triumphant
Lire la chronique
Trouble
Run To The Light
Lire la chronique
Drudkh
Всі належать ночі (All Belo...
Lire la chronique
Ofdrykkja
After the Storm
Lire la chronique
Oaken Skull
L'excellence du vice
Lire la chronique
Ungfell
Demo(lition) (Démo)
Lire la chronique
Hadopelagyal
Nereidean Seismic End
Lire la chronique
Ellende
Ellenbogengesellschaft
Lire la chronique
Gohrgone
Fulgur Imperii
Lire la chronique
Qrixkuor
Poison Palinopsia
Lire la chronique
Zemial
To Slay With Silent Dagger ...
Lire la chronique
Waves Idle Symmetry
Thalassa (EP)
Lire la chronique
Darkthrone
Astral Fortress
Lire la chronique
Exhumed
To The Dead
Lire la chronique
Ensanguinate
Eldritch Anatomy
Lire la chronique