chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
85 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mournful Congregation - The Exuviae of Gods - Part I

Chronique

Mournful Congregation The Exuviae of Gods - Part I (EP)
Mournful Congregation n’est pas comme les bons vins. Il ne se bonifie pas en vieillissant. C’est la conséquence inévitable quand tu démarres au sommet de l’Olympe et que tu y restes toute ta vie musicale. Quand tu es le seul – ou presque – mètre-étalon d’un style, le funeral doom. La carrière des Australiens est de celles qui forcent le respect. De Tears from a Grieving Heart, déjà formidable, à la pierre angulaire The Monad of Creation, en passant par les rais lumineux – un tournant dans l’histoire du groupe – que sont The June Frost, The Book of Kings et The Incubus of Karma, rien ne dénote, tout porte à la perfection, dans la moindre mesure, dans la moindre structure.

The Exuviae of Gods - Part I n’est qu’un EP… de 37 minutes tout de même. Mais il se présente avec la même classe que ses grands frères. Dès Mountainous Shadows, Cast Through Time, le premier des trois titres de ce mini, l’enveloppe religieuse absorbe d’emblée l’auditeur avant que la structure ne l’immerge totalement dans une atmosphère cotonneuse et lourde à la fois, d’une profondeur « marque de fabrique » du combo où le son ultra soyeux le dispute à la voix ultra gutturale de Damon Good. La mélodie, autre très grande qualité du combo Aussie, se marie de nouveau à la perfection avec une structure prog’ qui évolue à mi-chemin entre abysses et lumière. Sublime, ce premier titre s’inscrit dans la droite ligne des derniers albums du groupe, où la lenteur et la lourdeur du propos permettent de mettre en parfait relief les nombreux arrangements et la mélancolie qui sourdent de la structure. Sans compter, en pont quasi central, des solis de dingue qui transpercent l’atmosphère comme des hallebardes de feu.

Toute la science de Mournful Congregation est là ; faire défiler 14 minutes de funeral doom sans qu’une seule seconde tu ne doutes de ce que tu entends, sans qu’un instant, tu ne découvres une mélodie, un solo, une cassure subreptice qui t’emportent.

The Exuviae of Gods, l’instrumental qui constitue le cœur de l’EP, est en revanche tout en fragilité, en retenue, en immersion quasi « aquatique ». La guitare sèche occupe l’essentiel du propos, à peine noyée dans un écho qui renvoie à l’impression d’une descente dans une grotte immergée ou encore, qui évoque la mélancolie d’un voyage sans retour. De nouveau, quelques soli sublimes, aériens et cristallins, viennent enjoliver une structure déjà fortement portée sur l’emphase. Comme un repos, une halte contemplative, The Exuviae of Gos permet de basculer en douceur vers An Epic Dream of Desire, la dernière grosse pièce du mini.

Fort de ses près de 15 minutes, ce morceau tranche encore puisque la totalité des vocaux sont davantage déclamés que véritablement hurlés et donc growlés. La guitare sèche s’entremêle ici plus volontiers avec la guitare électrique pour un résultat étonnant, plus sombre, plus rampant. Il s’agit là d’un réenregistrement d’un titre de la demo du même nom, initialement sorti en 1995, ce qui explique que le funeral ici présenté est plus « basique », plus simple, plus proche de The Monad of Creation mais tout aussi habité.

On ne trouvera rien à reprocher à ce EP si ce n’est qu’il appelle une Part II et que la conjonction des deux dans un même album nous aurait fait gagner du temps. Mais le temps, dans le funeral doom, est une question tellement incongrue qu’on se contentera de déguster ce nouveau mets de choix.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
01/10/2022 12:31
Encore une très belle réalisation des Australiens, avec un premier titre haut de gamme. L'instrumental m'a rappelé au bon souvenir du titre The June Frost. Je formulerai juste un léger bémol à tout ceci, je regrette le départ du batteur Adrian Bickle qui avait le jeu parfait pour ce groupe. Non pas que Tim Call soit mauvais, mais il manque un petit quelque chose dans les patterns. Quoi qu'il en soit, cela reste tellement au-dessus de la concurrence en la matière, que c'est bien un détail mineur.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mournful Congregation
Funeral doom
2022 - 20 Buck Spin Records
notes
Chroniqueur : 4.25/5
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  4.17/5

plus d'infos sur
Mournful Congregation
Mournful Congregation
Funeral doom - 1993 - Australie
  

tracklist
01.   Mountainous Shadows, Cast Through Time
02.   The Exuviae of Gods
03.   An Epic Dream of Desire

Durée : 37:03

parution
27 Mai 2022

voir aussi
Mournful Congregation
Mournful Congregation
The Monad of Creation

2005 - Weird Truth Productions
  
Mournful Congregation
Mournful Congregation
The June Frost

2009 - Weird Truth Productions
  
Mournful Congregation
Mournful Congregation
The Incubus of Karma

2018 - Osmose Productions
  

Essayez aussi
Wastes
Wastes
Into the Void of Human Vacuity

2017 - Aural music
  
Elysian Blaze
Elysian Blaze
Blood Geometry

2012 - Osmose Productions
  
Atavist
Atavist
III: Absolution

2020 - Candlelight Records / Spinefarm Records
  
Convocation
Convocation
Ashes Coalesce

2020 - Everlasting Spew Records
  
Evoken
Evoken
Embrace the Emptiness

1998 - Elegy Records
  

Caïnan Dawn
Lagu
Lire la chronique
Virgil
Acheron
Lire la chronique
Houle
Houle (EP)
Lire la chronique
Baron Fantôme
La Nuit Fantastique
Lire la chronique
Etat Limite
L'affrontement de l'intime
Lire la chronique
Sepulchral Zeal
Open (Démo)
Lire la chronique
Interview de HERESIE pour l'album "Par-Delà Les Vents"
Lire l'interview
Heresie
Par​-​Delà Les Vents
Lire la chronique
Molder
Engrossed In Decay
Lire la chronique
OTDHR
Maraud
Lire la chronique
Vananidr
Beneath the Mold
Lire la chronique
Triumvir Foul
Onslaught To Seraphim
Lire la chronique
Krisiun + Nile
Lire le live report
Doomsday
Depictions Of Chaos (EP)
Lire la chronique
Threshold
Dividing Lines
Lire la chronique
Autopsy
Morbidity Triumphant
Lire la chronique
Trouble
Run To The Light
Lire la chronique
Drudkh
Всі належать ночі (All Belo...
Lire la chronique
Ofdrykkja
After the Storm
Lire la chronique
Oaken Skull
L'excellence du vice
Lire la chronique
Ungfell
Demo(lition) (Démo)
Lire la chronique
Hadopelagyal
Nereidean Seismic End
Lire la chronique
Ellende
Ellenbogengesellschaft
Lire la chronique
Gohrgone
Fulgur Imperii
Lire la chronique
Qrixkuor
Poison Palinopsia
Lire la chronique
Zemial
To Slay With Silent Dagger ...
Lire la chronique
Waves Idle Symmetry
Thalassa (EP)
Lire la chronique
Darkthrone
Astral Fortress
Lire la chronique
Exhumed
To The Dead
Lire la chronique
Ensanguinate
Eldritch Anatomy
Lire la chronique