chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
87 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Darkthrone - Astral Fortress

Chronique

Darkthrone Astral Fortress
Si les années passent et que les parutions s’enchaînent de manière régulière, la sortie d’un nouvel album de Darkthrone continue de constituer un petit évènement dans ce microcosme qui est le notre. Bien entendu, en adaptant sa formule au gré de ses humeurs et de ses envies, le duo norvégien a perdu quelques auditeurs pourtant dévoués en cours de route. Seulement voilà, après trente-cinq ans de carrière faite de hauts et de bas, qu’y a-t-il de plus normal que des amours qui se font et se défont ?

Un an et quatre mois après le sympathique Eternal Hails……, Darkthrone signe donc son retour avec la sortie relativement inattendue d’Astral Fortress, un vingtième album paru fin octobre sur le label anglais Peaceville Records. Probablement conscient qu’il est devenu depuis quelque temps déjà une vaste fumisterie aux yeux de certains, Darkthrone a décidé de leur donner du grain à moudre en faisant le choix d’illustrer ce nouvel album à l’aide d’une photographie en noir et blanc particulièrement cocasse sur laquelle figure non pas seulement un homme en train de pratiquer du patin à glace sur le lac gelé de Kolbotn mais un homme arborant également un sweat aux couleurs de l’album Panzerfaust. Plus qu’une fabrique à "memes" (merci Fenriz), Darkthrone excelle donc également dans l’art de troller son prochain.

Enregistré une fois de plus au Chaka Khan Studio sous la houlette des producteurs et techniciens Ole Øvstedal et Silje Høgevold, Astral Fortress bénéficie pourtant d’une production plus équilibrée que son prédécesseur avec notamment des guitares plus abrasives, une batterie plus en retrait, une basse moins brouillonne pour un rendu général finalement plus harmonieux là où Eternal Hails…… se montrait beaucoup plus compact et étouffé.

Pour le reste, pas de grosse surprise à l’horizon puisque Fenriz et Nocturno Culto récidivent avec ce proto-Black / Doom / Heavy Metal qu’ils perfectionnent depuis maintenant quelques albums. Le spectre de Celtic Frost continue donc de planer lourdement sur ces sept nouvelles compositions, que ce soit à travers ces riffs rudimentaires et répétitifs ou bien par les lignes de chants âpres d’un Nocturno Culto fatigué mais toujours aussi charismatique. Pour autant, si la formule reste effectivement inchangée, Astral Fortress ne souffre pas des mêmes maux que son prédécesseur. Certes, le caractère lancinant et primitif de l’ensemble rend l’appréciation toujours aussi périlleuse et délicate mais ces impressions de longueurs parfois excessives qui émanaient de Eternal Hails…… ne se font pas vraiment sentir aujourd’hui... Pourtant, de "Caravan Of Broken Ghosts" à "Impeccable Caverns Of Satan" en passant par "Stalagmite Necklace" ou "The Sea Beneath The Seas Of The Sea", le rythme général se montre plutôt lent et processionnaire avec ces riffs de quelques notes répétés ad-nauseam, cette batterie en apesanteur et cette voix nonchalante qui termine d’enrober le tout. Seulement voilà, Darkthrone a quelque peu revu sa copie, offrant ici davantage de titres (plus trois) pour une durée pourtant plus courte (quarante minutes contre quarante-deux pour son prédécesseur). Se faisant, les Norvégiens évitent de faire trainer les choses en longueur et renforcent au passage l’efficacité de leurs compositions.

Une efficacité qui doit également à ces nombreuses variations salutaires qui ponctuent plus ou moins significativement chaque composition. L’auditeur bercé par cette dynamique plombée et répétitive pourra en effet se délecter de ces quelques accélérations vraiment tranquilles menées sur "Caravan Of Broken Ghosts" à 3:03 et 4:16, "Impeccable Caverns Of Satan" à 1:06 et 2:57, "The Sea Beneath The Seas Of The Sea" à 4:13, "Kevorkian Times" à 2:10. De la même manière, on ne serra pas sans se réjouir de ces délicieux arrangements (l’introduction acoustique de "Caravan Of Broken Ghosts", ce mellotron et ces nappes de synthétiseur fantomatiques sur "Stalagmite Necklace", ce flanger sur "The Sea Beneath The Seas Of The Sea"...), leads, solos et autres variations thématiques ("Caravan Of Broken Ghosts" à 5:33, "Impeccable Caverns Of Satan" à 2:00, "Stalagmite Necklace" à 3:08, "The Sea Beneath The Seas Of The Sea" à 6:00...) qui ponctuent ce vingtième album et apportent à leurs manières toutes ces nuances nécessaires à sa bonne appréciation.

Au final, même si un titre comme "Kolbotn, West Of The Vast Forests" pourra interroger sur sa pertinence (courte composition instrumentale menée par un piano désaccordé et dissonant qui n’apporte pas grand chose si ce n’est un peu d’air vicié entre les deux titres qui l’entourent), Astral Fortress se révèle rapidement comme un très bon cru de ce Darkthrone à la sauce "mid/late 80’s". Bien entendu, Celtic Frost demeure l’influence la plus évidente, celle qui vous saute aux yeux et oreilles mais ce clin d’oeil fait par Darkthrone à l’album Panzerfaust n’est pas non plus tout à fait anodin puisque l’on retrouve effectivement ici et là de nombreux éléments évoquants notamment des titres tels que "Triumphant Gleam", "The Hordes Of Nebulah", "Beholding The Throne Of Might" ou "Quintessence". Bref, si nous savions Darkthrone résolument tourné vers le passé, nous avions peut-être tendance à oublier que ce virage rétrograde, il l’avait déjà amorcé plus subtilement il y a déjà près de trente ans. Naturellement, cette version primitive proto-Black / Doom / Heavy Metal de Darkthrone ne fera jamais l’unanimité parce qu’il ne s’agit pas du Darkthrone qui a marqué de son sceau l’histoire du Black Metal. Il n’empêche pour autant que ce Astral Fortress est dans son genre une belle réussite avec des titres certes rudimentaires et primitifs mais néanmoins prenants et addictifs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

MédisanteMédusa citer
MédisanteMédusa
18/11/2022 09:27
Malgré mes efforts, je n'ai pas réussi à rentrer dedans.
Dans la suite de ce que souligne AxGxB, j'ai vraiment l'impression de mon côté d'entendre un Celtic Frost paresseux avec un Nocturno Culto en mode Tom Gabriel poussif.
Peut-être que Darkthrone devrait prendre une vraie pause pour revenir avec une proposition plus mûrie... La machine à riffs montre ici un peu ses limites.
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
17/11/2022 22:45
note: 9/10
Solarian a écrit : Caïn Marchenoir a écrit : Solarian a écrit : Darkthrone et moi ça s'arrête à Total Death, dernier album potable après des monuments qu'il est inutile de citer.
Le reste est systématiquement vomi par mes oreilles. Mais bon j'ai jamais pu piffer les effluves punk et tout ce qui va avec, et CF m'a toujours royalement fait chier donc ceci explique cela.


Tu n'aimes pas Celtic Frost mais tu arrives à apprécier Panzerfaust?


Pas exactement. J'en ai pas parlé car j'avais complètement zappé cet album où seuls "En vind av sorg" et bizarrement l'hypnotique "Quintessence" (figurant également en mieux sur le Nordavind de Storm) trouvent grâce à mes oreilles. Le reste je ne me sens pas concerné.
Mais de mon point de vue, Panzerfaust reste pourtant largement supérieur à tous les machins post Total Death.


N'y vois pas de malice de ma part, mais ça me semble plus cohérent cette précision.
Solarian citer
Solarian
17/11/2022 21:14
Caïn Marchenoir a écrit : Solarian a écrit : Darkthrone et moi ça s'arrête à Total Death, dernier album potable après des monuments qu'il est inutile de citer.
Le reste est systématiquement vomi par mes oreilles. Mais bon j'ai jamais pu piffer les effluves punk et tout ce qui va avec, et CF m'a toujours royalement fait chier donc ceci explique cela.


Tu n'aimes pas Celtic Frost mais tu arrives à apprécier Panzerfaust?


Pas exactement. J'en ai pas parlé car j'avais complètement zappé cet album où seuls "En vind av sorg" et bizarrement l'hypnotique "Quintessence" (figurant également en mieux sur le Nordavind de Storm) trouvent grâce à mes oreilles. Le reste je ne me sens pas concerné.
Mais de mon point de vue, Panzerfaust reste pourtant largement supérieur à tous les machins post Total Death.
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
17/11/2022 20:16
note: 9/10
Solarian a écrit : Darkthrone et moi ça s'arrête à Total Death, dernier album potable après des monuments qu'il est inutile de citer.
Le reste est systématiquement vomi par mes oreilles. Mais bon j'ai jamais pu piffer les effluves punk et tout ce qui va avec, et CF m'a toujours royalement fait chier donc ceci explique cela.


Tu n'aimes pas Celtic Frost mais tu arrives à apprécier Panzerfaust?
Solarian citer
Solarian
17/11/2022 15:42
Darkthrone et moi ça s'arrête à Total Death, dernier album potable après des monuments qu'il est inutile de citer.
Le reste est systématiquement vomi par mes oreilles. Mais bon j'ai jamais pu piffer les effluves punk et tout ce qui va avec, et CF m'a toujours royalement fait chier donc ceci explique cela.
Dantefever citer
Dantefever
17/11/2022 12:38
Comme souvent avec les Darkthrone récents, je suis d'abord hyper conquis, puis plus mesuré, et ça se décante souvent sur plusieurs mois ensuite pour l'apprécier à sa juste valeur. Je commence la phase de descente, mais je sens que la remontée sera bien satisfaisante d'ici quelques lunes.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Darkthrone
Black Metal
2022 - Peaceville Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (4)  7.75/10
Webzines : (3)  7.61/10

plus d'infos sur
Darkthrone
Darkthrone
Black Metal - 1987 - Norvège
  

tracklist
01.   Caravan Of Broken Ghosts  (07:53)
02.   Impeccable Caverns Of Satan  (05:34)
03.   Stalagmite Necklace  (05:22)
04.   The Sea Beneath The Seas Of The Sea  (10:10)
05.   Kevorkian Times  (04:27)
06.   Kolbotn, West Of The Vast Forests  (01:54)
07.   Eon 2  (04:40)

Durée : 40:00

line up
parution
28 Octobre 2022

voir aussi
Darkthrone
Darkthrone
The Cult Is Alive

2006 - Peaceville Records
  
Darkthrone
Darkthrone
Old Star

2019 - Peaceville Records
  
Darkthrone
Darkthrone
Eternal Hails......

2021 - Peaceville Records
  
Darkthrone
Darkthrone
Transilvanian Hunger

1994 - Peaceville Records
  
Darkthrone
Darkthrone
The Underground Resistance

2013 - Peaceville Records
  

Essayez aussi
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
The Rise Of Lucifer (EP)

2015 - Under The Sign Of Garazel Productions
  
Drudkh
Drudkh
Handful Of Stars

2010 - Underground Activists
  
Gorgoroth
Gorgoroth
Incipit Satan

2000 - Nuclear Blast Records
  
Steingrab
Steingrab
Jahre nach der Pest

2018 - Soundage Productions
  
Ninkharsag
Ninkharsag
The Blood of Celestial Kings

2015 - Candlelight Records
  

Caïnan Dawn
Lagu
Lire la chronique
Virgil
Acheron
Lire la chronique
Houle
Houle (EP)
Lire la chronique
Baron Fantôme
La Nuit Fantastique
Lire la chronique
Etat Limite
L'affrontement de l'intime
Lire la chronique
Sepulchral Zeal
Open (Démo)
Lire la chronique
Interview de HERESIE pour l'album "Par-Delà Les Vents"
Lire l'interview
Heresie
Par​-​Delà Les Vents
Lire la chronique
Molder
Engrossed In Decay
Lire la chronique
OTDHR
Maraud
Lire la chronique
Vananidr
Beneath the Mold
Lire la chronique
Triumvir Foul
Onslaught To Seraphim
Lire la chronique
Krisiun + Nile
Lire le live report
Doomsday
Depictions Of Chaos (EP)
Lire la chronique
Threshold
Dividing Lines
Lire la chronique
Autopsy
Morbidity Triumphant
Lire la chronique
Trouble
Run To The Light
Lire la chronique
Drudkh
Всі належать ночі (All Belo...
Lire la chronique
Ofdrykkja
After the Storm
Lire la chronique
Oaken Skull
L'excellence du vice
Lire la chronique
Ungfell
Demo(lition) (Démo)
Lire la chronique
Hadopelagyal
Nereidean Seismic End
Lire la chronique
Ellende
Ellenbogengesellschaft
Lire la chronique
Gohrgone
Fulgur Imperii
Lire la chronique
Qrixkuor
Poison Palinopsia
Lire la chronique
Zemial
To Slay With Silent Dagger ...
Lire la chronique
Waves Idle Symmetry
Thalassa (EP)
Lire la chronique
Darkthrone
Astral Fortress
Lire la chronique
Exhumed
To The Dead
Lire la chronique
Ensanguinate
Eldritch Anatomy
Lire la chronique