chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
198 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Devin Townsend - Lightwork

Chronique

Devin Townsend Lightwork
« Love is the way... love is the only way out... »

Tel est le mantra qu'a voulu appliquer Devin Townsend à son nouvel album. Si l'on connaissait déjà quelques-uns de ses démons, bien documentés sur votre webzine préféré qui a accusé réception de ses sorties violentes et torturées de début de carrière (Strapping Young Lad notamment), l'hyperactif Canadien semble s'en être sorti. Pourtant, la période de pandémie mondiale et la privation d'activités qu'elle a engendré a probablement contribué à en faire ressortir quelques-uns du placard dans lequel il les avait enfermé des années auparavant. Pas question de tourner en rond. La création du film The Puzzle (2021) et de sa bande son totalement expérimentale a aidé le Canadien à les exorciser. Composé et bricolé avec moult cerveaux, il était l'occasion pour notre créatif invétéré de coucher les troubles développés durant cette période sur une partition extrêmement complexe et – disons-le clairement – difficilement lisible pour le premier quidam venu. Repli sur soi, pensées intrusives, insomnies chroniques et négativité permanente composent la bande-son de cette catharsis intime qui s'est imposée comme une pièce totalement à part dans sa discographie. Mais Devin Townsend a l'habitude d'être sur tous les fronts. En parallèle de cette aventure très particulière, témoignage de la période « pendant » la pandémie, il s'est employé à composer l'album de « l'après ». Là où The Puzzle (2021) avait des allures de sortie confidentielle, réservée aux initiés, Lightwork se veut plus « mainstream », facile d'accès, ouvert à toutes et à tous. L'un est le tunnel, l'autre la lumière. Toujours soucieux de se challenger, le Canadien a fait appel à un compatriote et ami, Garth « GGGarth » Richardson pour produire ses nouvelles créations et mieux cadrer son propos. Force est de reconnaître que le dernier « vrai » full-length, l'excellent Empath (2019), partait un peu dans tous les sens (pour mon plus grand bonheur). Pour la première fois de sa carrière, Devin Townsend se risquait à travailler avec un producteur... si attaché à son indépendance, voilà qu'il change tout. Entouré de beaucoup de musiciens de session, il a reconnu à plusieurs reprises que cette aventure n'avait pas été de tout repos. Est-ce que ça valait le coup ?

En partie. Lightwork est totalement cohérent avec ses intentions : c'est une petite douceur inspirante et sucrée qui se déguste jusque dans son artwork minimaliste signé Travis Smith. C'est un album éminemment « chill », qui incarne le calme après la tempête et surfe sur des thématiques résolument positives. Parvenir à incarner la joie en musique est un processus extrêmement difficile. Votre webzine préféré est là pour en témoigner : la noirceur semble bien plus inspirante pour les artistes de metal que la lumière et la gaité. Lightwork relève ce défi avec brio, semblant suivre avec candeur le mouvement d'un ascenseur émotionnel qui gravit plusieurs étages d'un coup. Il faut dire que Devin Townsend excelle dans les montées d'adrénaline épiques qu'il sait encore impulser à ses morceaux. « Lightworker » encercle l'auditeur avec sa production généreuse, lorsque le vocaliste toujours au sommet de son art fait décoller cette magnifique ode à l'amour, la paix et la fraternité...

« Tell me there’s another
Lead me to the mother
We are all of us
Tell me there’s another
Lean into it brother,
We are all of us »

… on se sent immédiatement lové dans les bras du Canadien. Difficile de rester de marbre face à certaines mélodies enchanteresses qui travaillent avec beaucoup de finesse le registre pop, avec des phases qui évoquent parfois Tears For Fears. Le lumineux « Call Of The Void » et son leitmotiv obsédant (« freak out ! ») ou encore le super sucré « Vacation » qui se retient instantanément... voilà bien un morceau d'apparence anecdotique qui a le potentiel pour devenir un tube à la « Hyperdrive ». Devin Townsend ne se renie pas pour autant, incorporant quelques gimmicks habituels à cette nouvelle orientation. « Celestial Signals » retrouve l'emphase caractéristique de son metal progressif, avec ses refrains gravitationnels emblématiques. Malgré son apparence solaire, « Heartbreaker » instaure une complexité bienvenue, avec une juxtaposition de mélodies que viennent transcender les chœurs féminins, comme sur « Heavy Burden », où ils cohabitent avec des « palm mutes » ciselés. Au milieu de ces créations moelleuses, l'énergique « Dimensions » et son côté martial sur lequel le frontman laisse s'exprimer sa voix criée ferait presque figure d'intrus dans cette atmosphère apaisée, toute à la célébration de pensées positives. Le grandiose « Children Of God » en forme d'anthologie conclut cet ensemble avec beaucoup de solennité. Pas de doute, Lightwork compile et expose avec habileté les qualités de Devin Townsend, en mettant ses mélodies séduisantes au service d'un registre facile d'accès et « radio-friendly ». Cet album au processus si difficile, maintes fois retouché et réarrangé, jusqu'à retarder sa sortie de six mois, est donc une réussite...

Partielle. Si Lightwork retrouve des sonorités pop que le Canadien avait exploré à l'aide du Devin Townsend Project dans Addicted (2009), il a parfois – tout comme ce précédent projet – un côté anecdotique et limité. Dès les premières écoutes, un goût d'inachevé a tendance à rester en bouche et à persister dans le temps. Outre plusieurs redites qui placent les auditeurs en terrain connu, voire même déjà entendu (« Moonpeople ») et d'autres morceaux relativement random, il manque à cet opus précisément ce que Devin Townsend a voulu lui enlever : le mur de guitares ou encore le côté surprenant et déjanté du Canadien ont été tous deux évacués, sans doute aidé par moult coups de balais de Garth Richardson. « Stop it ! », se dit-il sèchement dans « Moonpeople », comme pour se censurer lui-même et empêcher certaines « dérives » de sortir. Reste qu'écrire un album aussi positif et bienveillant est une démarche admirable qui honore son maître à penser. Elle implique toutefois des limites qui le cantonneront à une place spécifique dans sa pléthorique discographie. « Mes fans les plus jusqu'au-boutistes vont le tolérer » affirmait-il, lucide, en interview. C'est exactement ça, Lightwork est un album tolérable, voire même agréable dans certains contextes. Une porte d'entrée idéale pour les néophytes ? Assurément. On pourra aussi en prescrire une dose en cas de petit coup de blues pour aider à remonter la pente. Mais s'il y a besoin de quelque-chose de plus fort, il faudra aller chercher ailleurs. Heureusement, l'armoire à pharmacie du docteur Devin Townsend est extrêmement bien fournie.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
09/12/2022 08:26
note: 8.5/10
Pour moi cet album est l'entre-deux parfait : le côté balade matinale sereine, la beauté d'un lever de soleil, le vent dans les arbres, un côté "Ki" tranquille, amical... Un petit air d'album mineur, popounet, donc ? Oui mais non : il y a la profondeur, le grandiose des meilleures créations townsendiennes, celles qui n'en collent pas partout n'importe comment, pour épater la galerie. C'est ce genre d'album dont les compos semblent tellement évidentes et naturelles... alors qu'elles sont le fruit d'un impressionnant travail de collage. Il y a du Terria, du Addicted dans Lightwork. La puissance tranquille, la tranquillité puissante, décrivez ça comme vous le voulez : Devin est grand, toujours autant, après tout ce temps....

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Devin Townsend
Metal progressif
2022 - InsideOut Music
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (2)  9.25/10
Webzines : (4)  8.26/10

plus d'infos sur
Devin Townsend
Devin Townsend
Metal progressif - 1997 - Canada
  

vidéos
Moonpeople
Moonpeople
Devin Townsend

Extrait de "Lightwork"
  
Call Of The Void
Call Of The Void
Devin Townsend

Extrait de "Lightwork"
  
Lightworker
Lightworker
Devin Townsend

Extrait de "Lightwork"
  

tracklist
01.   Moonpeople  (04:43)
02.   Lightworker  (05:29)
03.   Equinox  (04:38)
04.   Call of the Void  (05:53)
05.   Heartbreaker  (06:59)
06.   Dimensions  (05:23)
07.   Celestial Signals  (05:12)
08.   Heavy Burden  (04:22)
09.   Vacation  (03:10)
10.   Children of God  (10:05)

Durée : 55:54

line up
parution
4 Novembre 2022

voir aussi
Devin Townsend Project / Devin Townsend
Devin Townsend Project / Devin Townsend
Deconstruction

2011 - InsideOut Music
  
Devin Townsend Project / Devin Townsend
Devin Townsend Project / Devin Townsend
Ki

2009 - InsideOut Music
  
The Devin Townsend Band / Devin Townsend
The Devin Townsend Band / Devin Townsend
Synchestra

2006 - InsideOut Music
  
Devin Townsend
Devin Townsend
Empath

2019 - InsideOut Music
  
Devin Townsend
Devin Townsend
Acoustically Inclined - Live in Leeds (Live)

2021 - InsideOut Music
  

Essayez plutôt
Tool
Tool
Undertow

1993 - Volcano Entertainment
  
Animals as Leaders
Animals as Leaders
Parrhesia

2022 - Sumerian Records
  
Witherscape
Witherscape
The Inheritance

2013 - Century Media Records
  
The Devin Townsend Band / Devin Townsend
The Devin Townsend Band / Devin Townsend
Accelerated Evolution

2003 - HevyDevy Records
  
Michael Romeo
Michael Romeo
War Of The Worlds // Pt.2

2022 - InsideOut Music
  

Lithopedion
ex (EP)
Lire la chronique
Muvitium
Under Vemodets Töcken
Lire la chronique
Wolfnacht
Blutgebunden
Lire la chronique
Death Reich
The Final Plague (EP)
Lire la chronique
Les sorties de 2022
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Crusher
Corporal Punishment
Lire la chronique
Kamizol-K
Exile
Lire la chronique
Death Like Mass
Matka Na Sabacie (EP)
Lire la chronique
Kringa
All Stillborn Fires, Lick M...
Lire la chronique
Lacerated
The Vile Domain (EP)
Lire la chronique
Vrenth
Succumb To Chaos
Lire la chronique
Vanhävd
Vila
Lire la chronique
Maȟpíya Lúta
Wóohitike
Lire la chronique
Truth Decayed
Faded Visions I (EP)
Lire la chronique
Deströyer 666
Never Surrender
Lire la chronique
Grá
Lycaon
Lire la chronique
Trucido / Deterioration
Wet Brain / Smudge (Split-CD)
Lire la chronique
Suicidal Madness
Par-delà le bien et le mal
Lire la chronique
Nuclear Storm
Tales from the Depth
Lire la chronique
Medieval Demon
Black Coven
Lire la chronique
Dysmal
Gates To Apperception
Lire la chronique
Miscreance
Convergence
Lire la chronique
Hibernus Mortis
The Monoliths Of Cursed Slu...
Lire la chronique
Riverside
ID.Entity
Lire la chronique
Moonlight Sorcery
Piercing Through the Frozen...
Lire la chronique
Physiology of Darkness
Human Circle
Lire la chronique
Messe Mortuaire
Nocturnal Demonic Visitatio...
Lire la chronique
Appalling
Sacrilege
Lire la chronique
Helmet
Strap It On
Lire la chronique
Ebony Pendant / Lamp Of Murmuur
Plenilunar Requiems (Split-CD)
Lire la chronique