chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
90 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Grima - Frostbitten

Chronique

Grima Frostbitten
Déjà une suite à Rotten Garden ! Mais ma parole, on n’arrête plus les frères jumeaux Morbius et Vilhelm ! Ils avaient pris l’habitude d’un album tous les deux ans depuis 2015 mais là ils ont pris de l’avance et c’est un peu moins d’une année et demi seulement que nous les avions quittés ! On ne s’en plaindra pas nécessairement, parce que GRIMA est rapidement devenu une figure importante du black metal atmosphérique. Il a trouvé un vrai succès international, mérité, et il multiplie depuis quelques mois les apparitions scéniques, gonflant encore plus sa horde de fans. Et là, personne n’a crié au scandale ou au boycott en prenant la nationalité du duo comme prétexte. Oui, certains auraient aimé que toute personne russe soit bannie, punie, ou tout simplement ignorée à cause de l’actualité mondiale. GRIMA a peut-être bénéficié de sa légère mais très claire communication à ce sujet : « opposé à ce qui se passe ».

Il faut dire que GRIMA n’est pas un groupe ancré dans son époque, à l’affut de ce qui se passe dans le monde et toujours prêt à donner son avis. Il est isolé, perdu dans l’univers qu’il s’est fabriqué, dans un lieu et une époque qui n’existent que pour lui et pour les auditeurs qui auront trouvé la clé pour y entrer. La clé, elle est pourtant facile à dénicher, et il s’agit de la musique délivrée à chaque sortie. Les frères poursuivent leur carrière sans effectuer de réel changement aux ambiances qui les ont rendus si appréciés. Les 7 nouvelles pistes nous embarquent à nouveau dans un monde froid, désert de glace à la fois hostile et reposant. Ce monde est encore plus triste et glacé qu’à l’acoutumée, et l’on ne ressent que rarement la présence de la forêt, des plantes et de la nature épanouie. Sans doute parce que les morceaux paraissent plus épurés dans leur ensemble. On y retrouve évidemment les éléments magiques qui font l’identité de GRIMA, mais utilisés de manière moins systématique. L’accordéon en fait partie. On s’attendait à l’entendre plus, finalement on l’entend moins. Il se fait ainsi plus précieux, et amène obligatoirement un beau pincement au cœur à chaque utilisation. Pour être précis, il s’agit d’ailleurs d’un bayan, accordéon spécial nommé ainsi en hommage à un chanteur russe du XIème siècle…

GRIMA prouve que ce n’est pas l’usage de cet accordéon qui le rend si efficace, charismatique et attachant, et que même sans lui, il peut forger des images fortes. Les vocaux implacables, les mélodies envolées mais désespérées, la manière de développer un titre de façon quasi-narrative… Tout donne envie de chausser les gants, les vêtements chauds, les bottes de neige, et d’aller affronter les mondes des glaces et apprivoiser leurs dangers et leur beauté.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

rudler242 citer
rudler242
19/11/2022 19:16
Ils sont russes… et alors, moi aussi j’ai des slips roses…
Bon, cet album est tout simplement excellent, et je trouve qu’il y un petit changement de ton.
C’est les guitares qui introduisent chaque morceau et donnent le LA, et quel LA mes amis !!!! J’ai parfois l’impression qu’ils ont découvert AARA…..
Gloomy heart…. Arpège sur une explosion
Giant eternal… balade glissée avec solo
Into the twilight…. arpège un peu bateau sur le début mais qui appuyé par un riff décolle, des super chœurs, mais surtout ça explose pendant toute la chanson
Unger God… baterie et guitare martelante…
Enfin, je vais pas faire toutes les chansons, mais oui ça hurle, ça blast, ça growl, ça explose, ça envole à la GRIMA.
Donc cet album m’a surpris avec cette construction, alors que sur les précédents albums, tout était déclenché direct.

Et merci pour leur concert à Paris dans des conditions pas très cools (sur une péniche et une putain de chaleur).


Dark Nico citer
Dark Nico
15/11/2022 10:52
Je ne sais pas quoi penser de cet album... Autant le titre sorti en avance de phase (Giant's Eternal Sleep) est de mon point de vue leur meilleur, autant dans le reste il y a un peu de tout en terme de qualité et souvent à l’intérieur d'un même morceau (le 1e par exemple). J'y reviens régulièrement j'espère que le déclic se fera sur cet album.
Solarian citer
Solarian
11/11/2022 17:17
note: 7/10
Sakrifiss a écrit : Je comprends ton point de vue à l'instant présent. Mais je suis sûr que si on le reprend plus tard, quand on a bien digéré les anciens, on retrouve un réel plaisir. Le fait que ce soit trop proche de l'album précédent est un critère trop "présent".
Ensuite, j'ai été déçu à la première écoute du fait que ce soit moins envolé, mais finalement j'ai succombé à la froideur, et aux riffs...


Ouais je comprends. J'y reviendrai certainement un peu plus tard histoire de voir si mes premières impressions se confirment. Mon jugement évoluera peut-être mais j'en doute un peu car il n'a pas franchement évolué vis-à-vis de WOTP, disque qui pour moi restait déjà bien en dessous de la cuvée précédente.
Mais bon comme je l'ai dit ça reste quand même bien cool et globalement au-dessus de la masse, même si je continue de reprocher une certaine linéarité des riffs et l'absence de génie mélodique, contrairement par exemple à Rotten Garden avec un "At the foot of the red mountains" excellent de bout en bout, ou encore la fin carrément éjaculatoire de "Grom" à partir de 3:35, morceau que je peux d'ailleurs faire tourner en boucle pendant des heures en prenant toujours le même pied.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
11/11/2022 13:08
note: 9/10
Solarian a écrit :
Le souci c'est que la recette est quand même moins bandante que celle de l'an dernier. Elle retombe selon moi dans les travers d'un WOTP qui m'avait laissé sur ma faim : inspiration générale en retrait, mélodies plus convenues et moins accrocheuses, ambiance moins immersive faute de moments vraiment évocateurs... Globalement les morceaux ont tendance à trop trainer en longueur sans passages vraiment marquants, du coup l'attention se relâche et on a du mal à tenir sans piquer du nez au bout d'un moment.


Je comprends ton point de vue à l'instant présent. Mais je suis sûr que si on le reprend plus tard, quand on a bien digéré les anciens, on retrouve un réel plaisir. Le fait que ce soit trop proche de l'album précédent est un critère trop "présent".
Ensuite, j'ai été déçu à la première écoute du fait que ce soit moins envolé, mais finalement j'ai succombé à la froideur, et aux riffs...
Solarian citer
Solarian
11/11/2022 11:19
note: 7/10
Content d'avoir des nouvelles de Grima et de son BM forestier unique malgré le contexte géopolitique actuel, certains soi-disant grands démocrates pratiquant par les temps qui courent une russophobie primaire allant même jusqu'à refuser des voyages scolaires à des mômes en raison de leur origine. M'enfin passons...

Bref, les frères Sysoev balancent un nouveau fragment de leur art universel inspiré par la beauté et la rudesse de leur environnement, et c'est tant mieux.
Le souci c'est que la recette est quand même moins bandante que celle de l'an dernier. Elle retombe selon moi dans les travers d'un WOTP qui m'avait laissé sur ma faim : inspiration générale en retrait, mélodies plus convenues et moins accrocheuses, ambiance moins immersive faute de moments vraiment évocateurs... Globalement les morceaux ont tendance à trop trainer en longueur sans passages vraiment marquants, du coup l'attention se relâche et on a du mal à tenir sans piquer du nez au bout d'un moment.

Après ça reste bien foutu et agréable, mais franchement pas à la hauteur du taf habituel et surtout du potentiel créatif des deux frangins. Une petite pose serait peut-être de rigueur pour revenir gonflé à bloc et nous pondre à nouveau de l'excellence comme ils savent pourtant le faire.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Grima
Black Metal Atmosphérique
2022 - Naturmacht Productions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Grima
Grima
Black Metal Atmosphérique - 2014 - Russie
  

vidéos
Giant's Eternal Sleep
Giant's Eternal Sleep
Grima

Extrait de "Frostbitten"
  

tracklist
01.   Gloomy Heart of the Coldest Land
02.   Giant's Eternal Sleep
03.   Into the Twilight
04.   Hunger God
05.   Moonspell and Grief
06.   Winter Morning Tower
07.   Mana

Durée : 48:55

voir aussi
Grima
Grima
Rotten Garden

2021 - Naturmacht Productions
  
Grima
Grima
Will of the Primordial

2019 - Naturmacht Productions
  
Grima
Grima
Tales of the Enchanted Woods

2017 - Naturmacht Productions
  

Essayez aussi
Darkestrah
Darkestrah
Manas
(Манас)

2013 - Osmose Productions
  
Pure
Pure
Kingdom of Wrath

2014 - Humanity's Plague Productions
  
Forest Silence
Forest Silence
Philosophy Of Winter

2006 - Candlelight Records
  
Agalloch
Agalloch
Faustian Echoes (EP)

2012 - Dämmerung Arts
  
Soupir Astral
Soupir Astral
L'Eternelle Traversée

2017 - Talheim Records
  

Caïnan Dawn
Lagu
Lire la chronique
Virgil
Acheron
Lire la chronique
Houle
Houle (EP)
Lire la chronique
Baron Fantôme
La Nuit Fantastique
Lire la chronique
Etat Limite
L'affrontement de l'intime
Lire la chronique
Sepulchral Zeal
Open (Démo)
Lire la chronique
Interview de HERESIE pour l'album "Par-Delà Les Vents"
Lire l'interview
Heresie
Par​-​Delà Les Vents
Lire la chronique
Molder
Engrossed In Decay
Lire la chronique
OTDHR
Maraud
Lire la chronique
Vananidr
Beneath the Mold
Lire la chronique
Triumvir Foul
Onslaught To Seraphim
Lire la chronique
Krisiun + Nile
Lire le live report
Doomsday
Depictions Of Chaos (EP)
Lire la chronique
Threshold
Dividing Lines
Lire la chronique
Autopsy
Morbidity Triumphant
Lire la chronique
Trouble
Run To The Light
Lire la chronique
Drudkh
Всі належать ночі (All Belo...
Lire la chronique
Ofdrykkja
After the Storm
Lire la chronique
Oaken Skull
L'excellence du vice
Lire la chronique
Ungfell
Demo(lition) (Démo)
Lire la chronique
Hadopelagyal
Nereidean Seismic End
Lire la chronique
Ellende
Ellenbogengesellschaft
Lire la chronique
Gohrgone
Fulgur Imperii
Lire la chronique
Qrixkuor
Poison Palinopsia
Lire la chronique
Zemial
To Slay With Silent Dagger ...
Lire la chronique
Waves Idle Symmetry
Thalassa (EP)
Lire la chronique
Darkthrone
Astral Fortress
Lire la chronique
Exhumed
To The Dead
Lire la chronique
Ensanguinate
Eldritch Anatomy
Lire la chronique