chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
108 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Gohrgone - Fulgur Imperii

Chronique

Gohrgone Fulgur Imperii
Fêtant en ce moment ces dix ans d’existence le combo Parisien s’est progressivement fait un nom sur la scène hexagonale à la force du poignet et de disques impeccables, où son Death Metal tout en sobriété a pris pour habitude de balancer des parpaings dans la tronche, sans excès sonores ni surenchère technique. Continuant avec ce qui a fait sa réputation il revient avec son quatrième album (dans la droite ligne des très bons « Finis Ixion » et « In Oculis »), le premier sous la forme d’un quatuor vu qu’il a été décidé de ne pas remplacer dans l’immédiat Johan Bijaoui… ce qui va n’avoir finalement aucune influence sur l’habituelle qualité musicale de l’entité. En effet nulles surprises ne sont à attendre ici vu qu’on y retrouve les mêmes éléments typiques de la bande surtout durant la première partie de cet opus, qui va parfaitement faire le job et enchaîner accélérations redoutables épiques et passages écrasants qui annihilent toute volonté de résistance. Car le fait de se retrouver à un seul guitariste n’a eu absolument aucun impact sur la puissance du groupe, qui y gagne même en force de par l’apport substantiel de la basse qu’on ne cesse d’entendre dans le mixage et amène une profondeur supplémentaire et de la chaleur en bonus.

Ce point va s’entendre dès la fin de l’introduction orageuse avec l’arrivée du syncopé et groovesque « Father Of A Coming God » qui sert de parfait condensé de ce à quoi on a l’habitude avec les franciliens, vu qu’ils nous sortent toute leur palette technique où l’on a envie de secouer la tête au milieu de gros riffs bien massifs et de passages tribaux écrasants. Cela sera aussi le cas du court et redoutable « Ultimate Patricide » qui remue à mort, à l’instar du sombre et lumineux « Divine Incest » qui joue sur les deux tableaux et clôt un premier cycle parfaitement réussi au classicisme affirmé mais impeccable. Et puis une fois l’interlude (« March Of Zeus ») passé le rendu va prendre une tout autre ampleur, à la fois au niveau de la durée qui va se rallonger comme au sein de l’écriture qui va offrir une densité rarement entendue auparavant chez les gars, et ce dès les premières notes de « Poisoned Gift ». Offrant ici un éloge de la lourdeur bienvenu et pénétrant cette plage légèrement atmosphérique va pourtant voir défiler tous les tempos possibles, et ce bien que tout reste incroyablement écrasant de par le jeu des instruments accordés très bas et d’un frappeur qui sait se faire discret afin d’offrir un mur sonore très noir mais d’où la lumière semble vouloir émerger. Pourtant celle-ci ne va faire qu’une courte apparition au sein de cette ambiance générale, vu qu’elle disparait dès le titre suivant (« The Sacred Torchbearer ») qui mise sur le bridage en règle et quasiment intégral, et crée ainsi un rendu suffocant et impénétrable qui prend l’auditeur en étau sans jamais le lâcher jusqu’à l’ultime seconde. En effet si cette compo est probablement la plus massive de tout ce long-format la doublette qui va conclure les hostilités va garder cette force d’attraction et ce ressenti de vide intégral autour de soi… comme va le dévoiler l’excellentissime « Storm Of Defeat ». Remettant sur le devant de la scène la traditionnelle alternance entre accélérations et ralentissements, il va également laisser le temps aux longues plages instrumentales de se dévoiler entièrement et ainsi offrir un voyage tortueux et mystique auprès des Dieux de la Grèce antique.

Celui-ci va d’ailleurs s’achever avec la pièce-maîtresse de cette galette le bien-nommé « Return To Chaos » à l’attractivité incandescente et au feeling de tous les instants, où se mêlent des accents guerriers sur fond d’ambiances stellaires où la glace extrême côtoie un vivier plus chaud où la pression monte progressivement grâce notamment à un dynamisme de haute-volée (Christophe Lacombe derrière son kit se fait franchement plaisir en se lâchant totalement et offrant un rendu d’une grande densité à la fois classique) et qui sort légèrement des sentiers battus, même si ça reste balisé histoire de ne pas perdurer l’auditoire et surtout d’éviter la sortie de route dommageable. Heureusement cela n’arrive jamais et à l’instar de ses précédentes réalisations la formation offre une réalisation impeccable et sans faute de goût qui s’écoute facilement, et qui est sans doute la meilleure jamais réalisée à ce jour par ses soins. Continuant son petit bonhomme de chemin et son parcours à travers le Styx, le Royaume d’Hadès et les lieux emblématiques de Zeus, Poséidon et tant d’autres… le quartet signe une œuvre toujours aussi moderne dans l’esprit (et le son), cohérente et fluide qui passera facilement le cap des écoutes sans y perdre en attractivité. Cela est donc la preuve de sa redoutable efficacité confirmant aussi que GOHRGONE est bel et bien parmi les meilleurs rejetons de la scène extrême nationale, et qu’il mérite clairement une meilleure exposition et reconnaissance qu’il n’en a actuellement… chose qui ne devrait pas tarder à changer, du moins espérons-le !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gohrgone
Death Metal
2022 - M&O Music
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8.5/10

plus d'infos sur
Gohrgone
Gohrgone
Death Metal - 2012 - France
  

tracklist
01.   Fulgur Imperii
02.   Father Of A Coming God
03.   Ultimate Patricide
04.   Divine Incest
05.   March Of Zeus
06.   Poisoned Gift
07.   The Sacred Torchbearer
08.   Storm Of Defeat
09.   Return To Chaos
10.   Oblivion

Durée : 48 minutes

parution
7 Octobre 2022

voir aussi
Gohrgone
Gohrgone
Finis Ixion

2016 - Great Dane Records
  
Gohrgone
Gohrgone
In Oculis

2019 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Ritual Chamber
Ritual Chamber
The Pits of Tentacled Screams (Démo)

2015 - Hellthrasher Productions
  
Necrot
Necrot
Mortal

2020 - Tankcrimes Records
  
Bloodbath
Bloodbath
The Wacken Carnage (Live)

2008 - Peaceville Records
  
Sněť
Sněť
Mokvání V Okovech

2021 - Blood Harvest Records
  
Scorched
Scorched
Ecliptic Butchery

2018 - 20 Buck Spin Records
  

Caïnan Dawn
Lagu
Lire la chronique
Virgil
Acheron
Lire la chronique
Houle
Houle (EP)
Lire la chronique
Baron Fantôme
La Nuit Fantastique
Lire la chronique
Etat Limite
L'affrontement de l'intime
Lire la chronique
Sepulchral Zeal
Open (Démo)
Lire la chronique
Interview de HERESIE pour l'album "Par-Delà Les Vents"
Lire l'interview
Heresie
Par​-​Delà Les Vents
Lire la chronique
Molder
Engrossed In Decay
Lire la chronique
OTDHR
Maraud
Lire la chronique
Vananidr
Beneath the Mold
Lire la chronique
Triumvir Foul
Onslaught To Seraphim
Lire la chronique
Krisiun + Nile
Lire le live report
Doomsday
Depictions Of Chaos (EP)
Lire la chronique
Threshold
Dividing Lines
Lire la chronique
Autopsy
Morbidity Triumphant
Lire la chronique
Trouble
Run To The Light
Lire la chronique
Drudkh
Всі належать ночі (All Belo...
Lire la chronique
Ofdrykkja
After the Storm
Lire la chronique
Oaken Skull
L'excellence du vice
Lire la chronique
Ungfell
Demo(lition) (Démo)
Lire la chronique
Hadopelagyal
Nereidean Seismic End
Lire la chronique
Ellende
Ellenbogengesellschaft
Lire la chronique
Gohrgone
Fulgur Imperii
Lire la chronique
Qrixkuor
Poison Palinopsia
Lire la chronique
Zemial
To Slay With Silent Dagger ...
Lire la chronique
Waves Idle Symmetry
Thalassa (EP)
Lire la chronique
Darkthrone
Astral Fortress
Lire la chronique
Exhumed
To The Dead
Lire la chronique
Ensanguinate
Eldritch Anatomy
Lire la chronique