chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
99 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Drudkh - Всі належать ночі (All Belong To The Night)

Chronique

Drudkh Всі належать ночі (All Belong To The Night)
Drudkh est de ces groupes phares, qui marquent indélébilement une scène. Un de ces groupes reconnaissables entre mille, où chaque titre, chaque note, chaque structure ouvrent une dimension parallèle, comme un vortex aspirant toute velléité contraire. Si la carrière des Ukrainiens est surtout marquée par ses premiers albums en format chef d’œuvre (Forgotten Legends, Autumn Aurora et Blood in our Wells), quelques sorties ont pu paraître davantage dispensables, comme si la barre fut placée trop haut dès l’origine, comme s’il fut impossible à jamais de retrouver des sommets demeurés assez largement inexplorés par 95% de la scène BM actuelle. The Swan Road, Songs of Grief and Solitude et Estrangement, à des degrés divers, ont ainsi paru bien fades en comparaison de certains de leurs ainés, la faute, je l’ai dit, à des débuts bien trop écrasants de talent.

La suite, excellente, n’a pourtant jamais permis de retrouver cette aura magique, complètement mystique, des débuts. Handful of Stars, Eternal Turn of the Wheel et A Furrow Cut Short, dans une moindre mesure pour ce dernier, avaient permis au combo slave de recouvrer une partie de sa prestance mais sans jamais que le déclic d’un retour aux sources n’apparaisse comme une évidence.

They Often See Dreams About the Spring, le dernier album, fut bien celui qui mis le feu aux poudres. Non pas, de nouveau, qu’il faille y voir un album capable de rivaliser avec sa trilogie dominatrice ; mais pour la première fois depuis des lustres, Drudkh apporta de la fraîcheur à ses compositions, des idées neuves et de petits arrangements dignes de relancer l’intérêt des structures proposées (chronique dans ces colonnes par votre serviteur).

All Belong to the Night débarque ainsi fièrement avant le bilan de Noël, tel un coquin. Et il faut le dire tout net : Drudkh est de retour avec un album Majeur. Comme une cerise géante sur le gros gâteau devenu écœurant du BM. Un album qui, en pleine guerre ukraino-russe, sonne comme un rappel à l’ordre, comme une volonté de remettre l’église au centre du village, si l’on peut dire.

Le cadre technique est posé et il donne une indication assez claire de ce qui va suivre. Ce nouvel album est composé de 4 morceaux, d’une moyenne de près de 12 minutes, histoire de laisser aux atmosphères, dont on connait l’immense richesse, le temps nécessaire à leur parfait développement. L’ouverture ne trompe pas ; The Nocturnal One déroule ses 10 minutes au rythme d’un BM très porté sur l’emphase, sur la profondeur et le tranchant. La structure est riche, surchargée en informations, mélodique et violente, aérienne et chaotique. Le mid-tempo, choix privilégié par le groupe depuis ses débuts, offre d’entendre le développement de la structure prog’ qui déroule son propos avec passion, soutenue par la voix haineuse habituelle de Thurios et les claquements d’une basse ultra ronde.

Mais ce sont surtout Windmills et le bien nommé November qui rapprochent cet opus des Grands débuts du groupe. Le premier est baigné dans une ambiance mystique que n’aurait pas renié Hate Forest, déversant sa haine au travers d’un chant littéralement possédé et hurlant son désespoir par le truchement de structures mélodiques étirées, magnifiées par l’emphase et la profondeur, encore, qui s’en dégagent. Le second est plus mélancolique encore mais trouve toujours la balance parfaite entre ce confort d’écoute et la violence larvée qui sourd presque systématiquement des structures. Puissamment nostalgique, November renoue avec le sentiment d’isolement, la volonté de proposer la vision musicale d’espaces colorés infinis, de forêts automnales profondes, comme si le combo souhaitait nous transporter à nouveau dans les grandes plaines ukrainiennes. Le final, qui sonne comme un feu de détresse, est saisissant de tristesse.

L’enchaînement avec Till We Become the Haze est également parfaitement pensé, très naturel, dans une veine similaire qui laisse à entendre une forme de continuité, une suite de la cavalcade dans les hautes steppes slaves.

Drudkh signe là un retour magnifique, qui renoue en partie avec l’aura des débuts et une forme de nostalgie mystique qui fait plaisir à entendre. Dans le contexte de la guerre en Ukraine, cet album sonne également comme une volonté d’affirmer son identité et son désespoir tout autant que de saluer la beauté des paysages ukrainiens, ravagés par les bombes. Une sorte de rhétorique musicale, qui ne manquera pas de vous persuader.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Vartruk citer
Vartruk
22/11/2022 16:47
Tenté par la chronique, je l'ai écouté et, miracle, je ne me suis pas ennuyé, ce n'était pas arrivé depuis Estrangement! Album beaucoup plus couillu que leurs dernières fournées qui m'a même filé quelques frissons, même si... ça donne toujours furieusement envie de remettre Blood in our Wells, je vais quand même lui laisser sa chance.
Solarian citer
Solarian
21/11/2022 16:01
Drudkh, à part quelques pistes issues de The Swan Road et Blood in Our Wells j'accroche pas des masses.
J'ai essayé plein de fois de me mettre dans le bain pour tenter de choper ce "chais pas quoi" de magique que tout le monde vante depuis des lustres, mais rien à faire ça passe pas. Je jetterai quand même une oreille sur celui-là à l'occase mais bon, j'en attends rien de particulier.
Sosthène citer
Sosthène
20/11/2022 17:19
Je reste un inconditionnel de "Blood in Our Wells" mais les sorties les plus récentes (en gros, post 2010) m'ont un peu laissé sur ma faim. Cet article me donne envie de replonger :-)
Sagamore citer
Sagamore
20/11/2022 11:15
note: 8/10
Un grand disque, pour un grand groupe. Riche et ambitieux, il va très certainement rejoindre les meilleurs albums de la formation. Même si, comme tu le soulignes, ils n'arriveront jamais à faire mieux que leurs débuts...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Drudkh
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines : (1)  8.5/10

plus d'infos sur
Drudkh
Drudkh
Black Metal - 2002 -
  

nouveaute
A paraître le 11 Novembre 2022

tracklist
01.   Нічний (The Nocturnal One)  (10:22)
02.   Млини (Windmills)  (11:35)
03.   Листопад (November)  (08:25)
04.   Поки зникнем у млі (Till We Become The Haze)  (15:33)

Durée : 45:51

voir aussi
Drudkh
Drudkh
Songs Of Grief And Solitude

2006 - Supernal Music
  
Drudkh / Paysage D'Hiver
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (Split-CD)

2017 - Underground Activists
  
Drudkh
Drudkh
Microcosmos

2009 - Underground Activists
  
Drudkh
Drudkh
A Furrow Cut Short
(Борозна обірвалася)

2015 - Season Of Mist
  
Drudkh
Drudkh
Estrangement

2007 - Supernal Music
  

Essayez aussi
Yellow Eyes
Yellow Eyes
Silence Threads the Evening’s Cloth

2012 - Sol y Nieve
  
DunkelNacht
DunkelNacht
Atheist Dezekration

2009 - Autoproduction
  
Sinmara
Sinmara
Hvísl Stjarnanna

2019 - Ván Records
  
Nehëmah
Nehëmah
Requiem Tenebrae

2004 - Oaken Shield
  
The Third Eye Rapists
The Third Eye Rapists
Deathtrip Transcendence / Magicians Of The Holocaust (Compil.)

2020 - Amor Fati Productions
  

Caïnan Dawn
Lagu
Lire la chronique
Virgil
Acheron
Lire la chronique
Houle
Houle (EP)
Lire la chronique
Baron Fantôme
La Nuit Fantastique
Lire la chronique
Etat Limite
L'affrontement de l'intime
Lire la chronique
Sepulchral Zeal
Open (Démo)
Lire la chronique
Interview de HERESIE pour l'album "Par-Delà Les Vents"
Lire l'interview
Heresie
Par​-​Delà Les Vents
Lire la chronique
Molder
Engrossed In Decay
Lire la chronique
OTDHR
Maraud
Lire la chronique
Vananidr
Beneath the Mold
Lire la chronique
Triumvir Foul
Onslaught To Seraphim
Lire la chronique
Krisiun + Nile
Lire le live report
Doomsday
Depictions Of Chaos (EP)
Lire la chronique
Threshold
Dividing Lines
Lire la chronique
Autopsy
Morbidity Triumphant
Lire la chronique
Trouble
Run To The Light
Lire la chronique
Drudkh
Всі належать ночі (All Belo...
Lire la chronique
Ofdrykkja
After the Storm
Lire la chronique
Oaken Skull
L'excellence du vice
Lire la chronique
Ungfell
Demo(lition) (Démo)
Lire la chronique
Hadopelagyal
Nereidean Seismic End
Lire la chronique
Ellende
Ellenbogengesellschaft
Lire la chronique
Gohrgone
Fulgur Imperii
Lire la chronique
Qrixkuor
Poison Palinopsia
Lire la chronique
Zemial
To Slay With Silent Dagger ...
Lire la chronique
Waves Idle Symmetry
Thalassa (EP)
Lire la chronique
Darkthrone
Astral Fortress
Lire la chronique
Exhumed
To The Dead
Lire la chronique
Ensanguinate
Eldritch Anatomy
Lire la chronique