chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Etat Limite - L'affrontement de l'intime

Chronique

Etat Limite L'affrontement de l'intime
ETAT LIMITE est un jeune groupe français créé à l’origine par Wintersieg en 2020. L’homme, déjà trentenaire, n’en est pas à son premier coup d’essai et il est même actif dans le black metal depuis bientôt 20 ans. Il s’est débattu dans l’underground toutes ces années principalement au sein de DEINOS MASTEMA, groupe qu’il tenait tout seul et auquel il vient de mettre fin, en 2022. Il se lance donc dans une nouvelle aventure, et après des débuts seul, il s’est trouvé un compère pour s’occuper du chant : Usher. Ils ont peaufiné ensemble le travail qui avait déjà été enclenché et qui était déjà pratiquement terminé. Effectivement, les 9 morceaux de ce premier album paru d'abord chez les amis de France Black Death Grind, et ensuite, le 1er mai 2022, sur le label Huard Productions avaient déjà été enregistrés, dès 2020. Le nouveau chanteur y a donc ajouté sa voix, tout en participant à l’écriture des paroles.

Ce que je garde en mémoire tout de suite après l’écoute de L’affrontement de l’intime, c’est avant tout un groupe érudit et mature. Il montre un intérêt et des connaissances pour des supports très variés, mais avec tous pour point commun la condition humaine et particulièrement la folie, les problèmes mentaux ou tout simplement les tortures de l’esprit. Et cela commence dès l’introduction de l’album avec « L’idée positive » qui reprend un monologue d’Emil Cioran au sujet du suicide. Sur des ajouts de friture sonore et de notes de piano mélancolique, nous entendons le philosophe expliquer que « la pensée du suicide » est une idée positive puisqu’elle offre une liberté, une possibilité de s’échapper de par soi-même.

« Ce qui m’a sauvé, c’est l’idée du suicide. Et sans l’idée du suicide je me serai sûrement tué. Ce qui m’a permis de vivre, c’est que j’avais ce recours toujours en vue. Et vraiment sans cette idée, je n’aurais pas pu supporter la vie. L’impression d’être coincé ici-bas, je ne sais pas quoi. C’est toujours pour moi l’idée du suicide, il y a l’idée de liberté. (...) Ce n’est pas l’acte du suicide, c’est l’idée ! Il ne faut pas banir cette idée, au contraire il faut exploiter cette idée (...) C’est grâce à cette idée que j’ai pu atteindre cet âge. Jamais je n’aurais pu arriver à 60 ans sans cette idée... Jamais. Donc c’est une idée positive. »

Et ailleurs sur l’album, on trouve l’utilisation de poèmes d’Emily Dickinson, la poétesse qui inspire parfois des groupes de black ou de doom, comme l’Américain POET qui a sorti en 2020 un album intitulé justement Emily... Les écrits de la femme sont effectivement un très bon vivier pour nos styles de prédilection musicaux, non seulement parce qu’elle traitait beaucoup de la mort, mais aussi à cause du fait qu’elle n’a jamais connu la gloire de son vivant. Elle cachait ses écrits, et c’est des décennies après sa mort qu’elle a été reconnue comme une artiste majeure. ETAT LIMITE utilise trois poèmes sur le morceau « L’Affrontement de l’Intime » : 355, 407 et 650. Les voici dans leur version d’origine :

355 :
« It was not Death, for I stood up,
And all the Dead, lie down -
It was not Night, for all the Bells
Put out their Tongues, for Noon.

It was not Frost, for on my Flesh
I felt Siroccos - crawl -
Nor Fire - for just my marble feet
Could keep a Chancel, cool -

And yet, it tasted, like them all,
The Figures I have seen
Set orderly, for Burial
Reminded me, of mine -

As if my life were shaven,
And fitted to a frame,
And could not breathe without a key,
And ’twas like Midnight, some -

When everything that ticked - has stopped -
And space stares - all around -
Or Grisly frosts - first Autumn morns,
Repeal the Beating Ground -

But most, like Chaos - Stopless - cool -
Without a Chance, or spar -
Or even a Report of Land -
To justify - Despair. »


407 :
One need not be a Chamber - to be Haunted -
One need not be a House
The Brain has Corridors - surpassing
Material Place -

Far safer, of a midnight meting
External Ghost
Than it's interior confronting -
That cooler Host

Far safer, through an Abbey gallop,
The Stones a'chase -
Than unarmed, one's a'self encounter -
In lonesome Place -

Ourself behind Ourself, concealed -
Should startle most -
Assassin hid in our Apartment -
Be Horror's least -

The Body - borrows a Revolver -
He bolts the Door -
O'erlooking a superior spectre -
Or More -


650 :
Pain—has an Element of Blank—
It cannot recollect
When it begun—or if there were
A time when it was not—

It has no Future—but itself—
Its Infinite contain
Its Past—enlightened to perceive
New Periods—of Pain.


Le groupe est très pertinent dans ses choix, respectant une thématique fil conducteur, mais sans s’enfermer dans une seule et unique approche. Il termine d’ailleurs l’album avec une minute trente déchirantes, à nouveau au piano mais cette fois-ci accompagné de cris désespérés. Ils sont d’autant plus touchants qu’ils sont tirés d’un documentaire tourné dans un hôpital psychiatrique. C’était en 1978, proposé par la chaîne américaine CBS, et ça peut se voir ici-même :



Voilà en ce qui concerne le décor de ce groupe français... Voilà son univers, et voilà plus ou moins ses atmosphères. Et je dis bien « plus ou moins ses atmosphères » parce que je suis persuadé que celui qui n’aura pas encore écouté l’album pensera qu’ETAT LIMITE est plutôt orienté musique dépressive. Surtout si en plus il sait que ce nom de groupe est un terme qui, en psychiatrie, « définit des personnalités avec une grande instabilité des relations affectives interpersonnelles et de l'image de soi associée à une impulsivité marquée ». Et pourtant non, ces 67 minutes ne se rangent pas dans le DSBM. On trouve évidemment des passages touchants ou mélancoliques sur lesquels le piano réapparaît, sur lesquels des mélodies plus douces apportent une légère caresse plus chaleureuse, sur lesquels le rythme faiblit considérablement... mais ce ne sont que des souffles au milieu d’un tumulte et d’un désordre torturés, qui m’ont rappelé INFESTUS à plusieurs reprises... Et la formule fonctionne bien. Il y a certes quelques parties qui sont un peu longues, mais sans nécessairement lasser. C’est juste qu’il est difficile de maintenir quelqu’un concentré aussi longtemps avec des compositions qui titillent autant l’âme... Le prochain album est déjà sorti, mais il reprend pratiquement le même format, avec 9 pistes et plus d’une heure de jeu. Nous en parlerons le moment venu...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Etat Limite
Black Metal
2022 - Huard Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  10/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Etat Limite
Etat Limite
Black Metal - 2020 - France
  

tracklist
01.   L'idée positive
02.   État limite
03.   Sortez les infirmières de mon monde
04.   Sous l'influence du chaos rampant
05.   L'homme sans visage
06.   De paradis artificiels en enfers dysphoriques
07.   Lame sœur
08.   L'affrontement de l'intime
09.   Le damné hanté

Durée : 66:54

parution
1 Mai 2022

Essayez aussi
Los Males Del Mundo
Los Males Del Mundo
Descent Towards Death

2021 - Northern Silence Productions
  
Warmoon Lord
Warmoon Lord
Battlespells

2021 - Werewolf Records
  
Riivaus
Riivaus
Lyöden Taudein Ja Kirouksin

2017 - Wolfspell Records
  
Shadow's Mortuary
Shadow's Mortuary
Kuoleman Portit

2019 - Purity Through Fire
  
Borknagar
Borknagar
Quintessence

2000 - Century Media Records
  

Lithopedion
ex (EP)
Lire la chronique
Muvitium
Under Vemodets Töcken
Lire la chronique
Wolfnacht
Blutgebunden
Lire la chronique
Death Reich
The Final Plague (EP)
Lire la chronique
Les sorties de 2022
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Crusher
Corporal Punishment
Lire la chronique
Kamizol-K
Exile
Lire la chronique
Death Like Mass
Matka Na Sabacie (EP)
Lire la chronique
Kringa
All Stillborn Fires, Lick M...
Lire la chronique
Lacerated
The Vile Domain (EP)
Lire la chronique
Vrenth
Succumb To Chaos
Lire la chronique
Vanhävd
Vila
Lire la chronique
Maȟpíya Lúta
Wóohitike
Lire la chronique
Truth Decayed
Faded Visions I (EP)
Lire la chronique
Deströyer 666
Never Surrender
Lire la chronique
Grá
Lycaon
Lire la chronique
Trucido / Deterioration
Wet Brain / Smudge (Split-CD)
Lire la chronique
Suicidal Madness
Par-delà le bien et le mal
Lire la chronique
Nuclear Storm
Tales from the Depth
Lire la chronique
Medieval Demon
Black Coven
Lire la chronique
Dysmal
Gates To Apperception
Lire la chronique
Miscreance
Convergence
Lire la chronique
Hibernus Mortis
The Monoliths Of Cursed Slu...
Lire la chronique
Riverside
ID.Entity
Lire la chronique
Moonlight Sorcery
Piercing Through the Frozen...
Lire la chronique
Physiology of Darkness
Human Circle
Lire la chronique
Messe Mortuaire
Nocturnal Demonic Visitatio...
Lire la chronique
Appalling
Sacrilege
Lire la chronique
Helmet
Strap It On
Lire la chronique
Ebony Pendant / Lamp Of Murmuur
Plenilunar Requiems (Split-CD)
Lire la chronique