chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
190 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Houle - Houle

Chronique

Houle Houle (EP)
Hé oui ! Encore un groupe estampillé Les Acteurs de l’Ombre que l’on va se fourrer dans les esgourdes et, pour celui-là, tu peux sortir une bonne bouteille de blanc sec parce qu’on va bouffer du bulot, des plateaux de fruits de mer à volonté.

HOULE s’est formé en 2021, vient de Paris, mais son truc c’est l’océan, les mondes marins engloutis. Evidemment, quand tu jettes un œil aux photos promotionnelles, ça ne pose pas dans les caves du neuf trois avec un pitbull ni de nuit dans la forêt de Rambouillet. Le groupe a sorti les cirés, les bottes en caoutchouc, les cordages, les marinières (maculées de sang certes), c’est pour le moins visuellement original… Bon, c’est vrai que si tu cherches la comparaison avec THE VISION BLEAK et son mémorable « The Deathship has a New Captain » ou encore CARACH ANGREN, tu vas peut-être trouver le décorum un peu cheap mais, d’une, ce n’est pas le sujet, de deux, les formations n'évoluent pas du tout dans les mêmes registres. Disons que l’on est plus proche du clochard des mers (clin d’œil appuyé à Monsieur Manatane, « Navigateur solitaire ») qui s’est entaillé la main en ouvrant des huîtres que de Jack Sparrow. L’esthétique reste intrigante, plutôt cool même, et elle a le mérite de trancher avec les clichés habituels.

Du côté de l’artwork, le pari est osé mais le résultat est vraiment réussi. Il y a ce logo qui donne une impression brusque de mouvement, comme des lettres tracées dans le sable et effacées par les embruns, la représentation grossière, presque enfantine, des vagues, la falaise en arrière-plan, il y a une approche à la fois dépouillée et stylisée avec un travail sur le noir et blanc qui me donne envie d’en apprendre plus sur la formation mais également de découvrir le travail de la créatrice Laure Jeandet.

Je vais quand même m’intéresser un peu à la musique, qui reste l’élément principal. HOULE nous propose dans ce premier EP éponyme sa vision d’un black metal mélodique au travers de quatre titres forts, riches de promesses. En cela, l’ouverture de « Le Continent » est idéale. Le cri des mouettes, un riff lancinant, une montée progressive puis l’explosion, le blast suivi du chant hurlé de Adsagsona, une voix dans la tourmente, lancinante comme un vent qui hurle, froide comme du givre. Sans dire que c’est là que réside la force du groupe, il est clair qu’une vocaliste de ce tonneau (de rhum, appelez-moi pour animer vos anniversaires), ça ne se trouve pas sous n’importe quel bloc d’écume de mer.

« Au loin la tempête » fait résonner les cloches d’une annonce funèbre, celle des hommes en mer pris dans les déferlantes et des familles restées à quai, recluses dans leur angoisse. La structure même de la composition, en alternant les blasts et les calmes arpèges, retranscrit bien le mouvement des flots, tantôt déchaînés, tantôt apaisés et même si l’usage des sons de vent, de pluie, de clapots, de bois qui craque, etc. peut sembler abusif (il y en a aussi en introduction de « La dernière traversée ») cela contribue cependant à créer un climat cohérent avec le concept développé. « La dernière traversée » justement… Sans doute la pièce maîtresse de ce disque avec ses près de dix minutes qui démontrent que HOULE en a dans la cale et est déjà en mesure d’écrire des œuvres musicales ambitieuses, même si les trois minutes finales auraient mérité d’être plus étoffées, la partie guitare solo particulièrement.

L’EP s’achève avec « Sous l’astre noir », un pur titre de black rapide, un peu plus rustre et basique que les chansons précédentes mais qui conclut idéalement cette première sortie discographique avec un chouette tapping final. Maintenant, si j’essaie d’élargir un peu mon propos et de prendre de la hauteur, je ne pense pas faire offense à HOULE en disant qu’ils ont encore une marge de progression, au niveau du chant déjà. Adsagsona donne tout ce qu’elle a mais je trouve que les compositions gagneraient paradoxalement en intensité s’il y avait davantage de passages purement instrumentaux et moins de présence vocale. De plus, si le timbre pouvait s’émanciper des intonations à la Alissa White-Gluz pour se rapprocher d’une Mélanie Mongeon voire renforcer les aspects pur black criard, on y gagnerait vraiment en termes de différenciation. De même, les quelques passages narrés en voix claire me semblent assez dispensables, ceci étant bien entendu totalement personnel. La chanteuse fait quoi qu’il en soit un super boulot : ses lignes vocales sont toujours bien placées, variées et les textes en français sont compréhensibles, un exercice toujours périlleux.

Du côté de l’instrumentation, il manque peut-être encore quelques riffs ou des mélodies épiques plus mémorisables, les quatre chansons marquant surtout les esprits par leur cohérence interne mais elles ne laissent au final qu’une impression globale sans que l’on puisse vraiment se remémorer un passage en particulier. Par conséquent, « Houle » s’avère être un très bon disque pour débuter une carrière et il sera intéressant de voir la formation en ouverture de GRIMA dès janvier 2023 mais je vais cependant attendre la sortie d’un LP pour voir si le projet ne prend pas l’eau en haute mer. Evidemment, c’est à suivre et à encourager des deux mains.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Dantefever citer
Dantefever
28/11/2022 10:20
Sympathique en effet. Ya un aspect un peu téléphoné mais ça reste efficace. Pas certain que ça tienne sur un album en l'état, comme le dit Sosthène, mais c'est un premier EP.
Sosthène citer
Sosthène
27/11/2022 17:03
note: 3.5/5
Voilà, c'est prometteur. Comme c'est français, j'ai tendance à gonfler un peu la note pour encourager et par pur chauvinisme mais il faudra que le prochain soit au-dessus car un LP uniquement dans ce style et avec le même niveau proposé, ça risque de sembler un peu long.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
27/11/2022 13:03
note: 3.5/5
Un peu du même avis que toi, une très bonne découverte qui mélange intelligemment les moments calmes et mélodiques avec ceux plus violents. Si ça manque en effet de passages mémorables et d'un peu de maturité il y'a quand même de très belles choses à l'intérieur et on sent que le groupe a une bonne marge de progression... prometteur pour la suite en tout cas ! Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Houle
Black Metal Mélodique
2022 - Les Acteurs de l'Ombre
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs : (1)  3.5/5
Webzines : (2)  4.13/5

plus d'infos sur
Houle
Houle
Black Metal Mélodique - 2021 - France
  

formats
tracklist
01.   Le continent  (07:57)
02.   Au loin la tempête  (05:45)
03.   La dernière traversée  (09:45)
04.   Sous l'astre noir  (05:28)

Durée : 28:15

parution
18 Novembre 2022

Essayez aussi
Mystic Circle
Mystic Circle
Mystic Circle

2022 - Atomic Fire Records
  
Cardinal Sin
Cardinal Sin
Spiteful Intents (EP)

1996 - Wrong Again Records
  
Iskald
Iskald
Nedom Og Nord

2014 - Indie Recordings
  
Selvans
Selvans
Lupercalia

2015 - Avantgarde Music
  
Holdaar
Holdaar
Aegishjalmur

2015 - More Hate Productions
  

Lithopedion
ex (EP)
Lire la chronique
Muvitium
Under Vemodets Töcken
Lire la chronique
Wolfnacht
Blutgebunden
Lire la chronique
Death Reich
The Final Plague (EP)
Lire la chronique
Les sorties de 2022
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Crusher
Corporal Punishment
Lire la chronique
Kamizol-K
Exile
Lire la chronique
Death Like Mass
Matka Na Sabacie (EP)
Lire la chronique
Kringa
All Stillborn Fires, Lick M...
Lire la chronique
Lacerated
The Vile Domain (EP)
Lire la chronique
Vrenth
Succumb To Chaos
Lire la chronique
Vanhävd
Vila
Lire la chronique
Maȟpíya Lúta
Wóohitike
Lire la chronique
Truth Decayed
Faded Visions I (EP)
Lire la chronique
Deströyer 666
Never Surrender
Lire la chronique
Grá
Lycaon
Lire la chronique
Trucido / Deterioration
Wet Brain / Smudge (Split-CD)
Lire la chronique
Suicidal Madness
Par-delà le bien et le mal
Lire la chronique
Nuclear Storm
Tales from the Depth
Lire la chronique
Medieval Demon
Black Coven
Lire la chronique
Dysmal
Gates To Apperception
Lire la chronique
Miscreance
Convergence
Lire la chronique
Hibernus Mortis
The Monoliths Of Cursed Slu...
Lire la chronique
Riverside
ID.Entity
Lire la chronique
Moonlight Sorcery
Piercing Through the Frozen...
Lire la chronique
Physiology of Darkness
Human Circle
Lire la chronique
Messe Mortuaire
Nocturnal Demonic Visitatio...
Lire la chronique
Appalling
Sacrilege
Lire la chronique
Helmet
Strap It On
Lire la chronique
Ebony Pendant / Lamp Of Murmuur
Plenilunar Requiems (Split-CD)
Lire la chronique