chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
198 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Woods Of Desolation - The Falling Tide

Chronique

Woods Of Desolation The Falling Tide
Froid et grisaille immuables sont de retour, même l’arrivée des fêtes de Noël est prétexte pour certains à tomber dans une torpeur désenchantée… Voilà de quoi aider. Près de huit longues années ont passé depuis la sortie de As The Stars, véritable bijou mélancolique après un Torn Beyond Reason tout aussi bouleversant. Recruté par Season Of Mist (ainsi que son projet Unfelled), son géniteur D. va enfin pouvoir exposer Woods Of Desolation à sa juste valeur, trop injustement méconnu depuis sa formation en 2005. Pour ce quatrième album, D. s’occupera du chant, des guitares et de la basse, Vlad (Drudkh) sera à nouveau derrière les fûts (ainsi que le clavier). Quant à Lucas Ruggieri, il est rappelé pour signer l’artwork (responsable aussi de l’album de Remete).

A ce jour, Woods Of Desolation n’avait jamais réellement sorti deux fois le même album, préférant se renouveler à chaque nouvelle offrande. Mais pas cette fois. Ici le groupe australien ne chamboulera pas les adeptes laissés en 2014, The Falling Tide suit l’évolution “post” de As The Stars (tremoli aériens et breaks lumineux parfois à la limite du shoegaze) mais toujours dans une dominante très “directe” : mur de guitares à la production infiniment “raw” et frappes “enclume” de Vlad. D. ira cette fois pousser d’un bon cran le niveau de composition. La quantité de riffs (parfois quatre pistes de guitare en simultané), d’arrangements mais aussi les nappes discrètes de Vlad demanderont plusieurs écoutes avant de pouvoir digérer et assimiler toute la richesse de la galette. Le jeu de D. sera reconnaissable dès les premières secondes de “Far From Here”, le musicien ne perd pas ce don pour vous pondre dans une montée et explosion annihilatrice “ce” riff qui prend littéralement les tripes ( “Beneath A Sea Of Stars”, le break du morceau éponyme et la conclusion “Anew” en haut du panier)... Contrairement au chant.

Je pourrais ainsi citer les mêmes défauts que Into Endless Night et cela est à mon sens très important pour ce style de black metal, le chant. La discographie remise, la comparaison avec les anciens hurleurs Tim Yatras (Austere) et Old (Drohtnung) sera rude. Entre criard et guttural, les vocaux de D. paraîtront bien trop approximatifs, asthmatiques et dénués d’émotions. Quel dommage… Pas atroce non plus mais cela gâche pour ma part tout l’effort de composition. A vrai dire si je focalise mon attention dessus, je ne peux pas m’empêcher d’imaginer un gars complètement saoul en train de pleurer au karaoké… Oui, dur. Heureusement légèrement sous mixé et finalement peu utilisé (paroles du livret effectivement très concises). Comme sur l’album précédent l’album se termine abruptement, un morceau supplémentaire n’aurait clairement pas été de refus. Un peu avare après tant d’attente, quelques “surprises” ou prises de risque auraient pu surélever l’album. On remarquera ceci dit l’interlude instrumental “The Passing” limite “new wave” rétro plutôt intéressant mais qui fera plus office d’ornement ou encore les arpèges étonnants sur l’introduction de “Anew” (“What’s My Age Again?” de Blink-182 ?!).

Comme à son habitude Woods Of Desolation offre un black metal gorgé d’émotion et à l’efficience imposante. A l’heure où j’écris ces lignes The Falling Tide demeure l’album le plus abouti en termes de composition… Mais certainement pas de frisson. Le principal responsable étant malheureusement le chant poussif de D. … Un beau gâchis pour ma part. Certains riffs n’auront pas non plus l’aura antérieur, certains passages paraissant quelque peu convenus. D’ailleurs j’ai du mal à comprendre l’intérêt de tous ces projets de black metal de D. (Forest Mysticism, Remete et Unfelled), les différences entre Woods Of Desolation et Remete par exemple ne sont pas si grandes. Espérons que le bonhomme ne perde pas le fil et son inspiration pour celui-ci. Et surtout qu’il arrête le chant et laisse sa place… Reste que The Falling Tide est le parfait compagnon pour cette période morose, n’attendons pas huit années de plus pour la suite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Woods Of Desolation
Black Metal
2022 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  8.5/10

plus d'infos sur
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
Black Metal - 2005 - Australie
  

vidéos
Far from Here
Far from Here
Woods Of Desolation

Extrait de "The Falling Tide"
  

tracklist
01.   Far from Here  (07:02)
02.   Beneath a Sea of Stars  (07:24)
03.   Illumination  (05:02)
04.   The Falling Tide  (06:32)
05.   The Passing...  (03:45)
06.   Anew  (06:38)

Durée : 36:23

line up
  • D. / Chant, Guitare, Basse
  • Vlad / Batterie, Claviers

parution
9 Décembre 2022

voir aussi
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
As The Stars

2014 - Northern Silence Productions
  
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
Torn Beyond Reason

2011 - Northern Silence Productions
  
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
Toward The Depths

2008 - Hammer Of Damnation
  
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
Sorh (EP)

2009 - Eisenwald Tonschmiede
  

Essayez aussi
Arckanum
Arckanum
Fenris Kindir

2013 - Season Of Mist
  
One Tail, One Head
One Tail, One Head
One Tail, One Head (Compil.)

2011 - Terratur Possessions
  
Ende
Ende
Mörnöyr, bienvenue en terre du Diable

2020 - Obscure Abhorrence Productions
  
Lord Ketil
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves

2018 - Ogmios Underground
  
Norman Shores
Norman Shores
De l'ombre surgit la lumière

2019 - Ossuaire Records
  

Lithopedion
ex (EP)
Lire la chronique
Muvitium
Under Vemodets Töcken
Lire la chronique
Wolfnacht
Blutgebunden
Lire la chronique
Death Reich
The Final Plague (EP)
Lire la chronique
Les sorties de 2022
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Crusher
Corporal Punishment
Lire la chronique
Kamizol-K
Exile
Lire la chronique
Death Like Mass
Matka Na Sabacie (EP)
Lire la chronique
Kringa
All Stillborn Fires, Lick M...
Lire la chronique
Lacerated
The Vile Domain (EP)
Lire la chronique
Vrenth
Succumb To Chaos
Lire la chronique
Vanhävd
Vila
Lire la chronique
Maȟpíya Lúta
Wóohitike
Lire la chronique
Truth Decayed
Faded Visions I (EP)
Lire la chronique
Deströyer 666
Never Surrender
Lire la chronique
Grá
Lycaon
Lire la chronique
Trucido / Deterioration
Wet Brain / Smudge (Split-CD)
Lire la chronique
Suicidal Madness
Par-delà le bien et le mal
Lire la chronique
Nuclear Storm
Tales from the Depth
Lire la chronique
Medieval Demon
Black Coven
Lire la chronique
Dysmal
Gates To Apperception
Lire la chronique
Miscreance
Convergence
Lire la chronique
Hibernus Mortis
The Monoliths Of Cursed Slu...
Lire la chronique
Riverside
ID.Entity
Lire la chronique
Moonlight Sorcery
Piercing Through the Frozen...
Lire la chronique
Physiology of Darkness
Human Circle
Lire la chronique
Messe Mortuaire
Nocturnal Demonic Visitatio...
Lire la chronique
Appalling
Sacrilege
Lire la chronique
Helmet
Strap It On
Lire la chronique
Ebony Pendant / Lamp Of Murmuur
Plenilunar Requiems (Split-CD)
Lire la chronique