chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
190 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Helmet - Strap It On

Chronique

Helmet Strap It On
À vouloir coller au plus près de l’actualité, on en oublie parfois de rendre à César ce qui appartient à César. Aussi, après vous avoir parlé avec un enthousiasme non feint des deux premiers albums de Wrong et mentionner son nom dans tout un tas d’autres chroniques (je pense par exemple à celles de Pigs et de Narrow Head), il était temps de rendre hommage à ce groupe par qui beaucoup de choses sont arrivées et dont l’influence sur les scènes Noise et Post-Hardcore demeurent encore aujourd’hui une évidence.

Formé à New-York en 1989 par Page Hamilton juste après son départ du groupe Band Of Susans, la première mouture d’Helmet embarque dans ses rangs le guitariste Peter Mengede, le bassiste Henry Bodgan et le batteur John Stanier. Après une première démo éponyme parue la même année, la jeune formation est rapidement repérée par Tom Hazelmyer, chanteur et guitariste du groupe Halo Of Flies, qui s’empressera de les signer sur son label Amphetamine Reptile Records (Today Is The Day, The Melvins, Chokebore, Hammerhead, Tar, Surgery…). Outre deux menues parutions (un EP intitulé Born Annoying / Rumble et un split en compagnie de Gas Huffer, The Melvins et The Dwarves), cette union donnera également lieu dès mars 1990 à la sortie d’un premier album intitulé Strap It On. Un disque qui ne passera absolument pas inaperçu puisqu’Helmet sera débauché dans la foulée par Interscope Records qui, toujours dès 1990, apposera son nom et son logo sur les rééditions de ce premier essai longue-durée.

Enfin, longue-durée, il faut le dire vite puisque Strap It On ne dure que trente petites minutes et pas une de plus. Enregistré en seulement dix jours pour la modique somme de 2500$ par Wharton Tiers aux célèbres Fun City Studios (Sonic Youth, Dinosaur Jr., Prong, Swans, Cop Shoot Cop...) qu’il a lui-même fondé en 1982, ce premier jet jouit d’une production à la fois brute et dépouillée qui ne pouvait pas mieux coller à ce mélange primitif de Noise, de Hardcore et de Metal Alternatif. Dès ses premiers balbutiements et même si celle-ci sera largement peaufinée par la suite, Helmet a su se construire une véritable identité sonore grâce à quelques choix très marqués. En premier lieu on pense évidemment à ces guitares lourdes et abrasives aux sonorités Metal évidentes mais aussi et surtout à ce riffing nerveux en staccato, véritable marque de fabrique de Page Hamilton, qui va ainsi entretenir cette dynamique et cette cadence entêtante et si particulière. Pour autant, si ces guitares sont effectivement l’une des marques de fabrique du groupe new-yorkais, il convient de ne pas négliger l’impact qu’ont également cette basse généreuse et vibrante aux lignes épaisses et pleines de groove (même si celles-ci manquent encore de précision) ou bien cette batterie dépouillée et sans artifice dont la production très sèche participe également à la dynamique redoutable de ce premier album (quel régal que cette caisse claire qui claque juste comme il faut). Bref, quelques éléments qui pris indépendamment les uns des autres pourraient sembler relativement anecdotiques (d’autant plus qu’ils constituent la base de bons nombres de groupes estampillés du sceau Noise Rock / Noise Hardcore) mais qui concourent pourtant à faire d’Helmet ce groupe à la personnalité si affirmée.

Déjà bien en place avec vraisemblablement une idée plus que précise de ce à quoi il aspire, Helmet nous offre sur Strap It On des compositions d’ores et déjà particulièrement solides. Certes, tout n’y est pas parfait, certaines séquences se faisant plus anecdotiques que d’autres (certains riffs et lignes de chant sur "Sinatra" ou bien encore « Murder » et ses excès de dissonances qui n'apportent pas grand chose) mais dans l’ensemble, on trouve déjà ici tout ce qui fera plus tard le charme des New-Yorkais. De ces compositions nerveuses et incisives ("Repetition", "Rude", "FBLA", "Blacktop"...) à celles plus mélodiques ("Bad Mood" et "Make Room"...) ou encore plus sinueuses ("Sinatra" et "Murder") en passant évidemment par ces riffs abrasifs et dissonants, cette rythmique particulièrement entêtante, cette basse encore un petit peu brouillonne mais au groove néanmoins généreux, ces nombreux solos et autres leads au caractère bruitiste bien trempé ("Repetition" à 2:08, "Rude" à 2:22, "Bad Mood" à 1:09, "FBLA" à 1:33, "Blacktop" à 1:58...) ou bien encore un Page Hamilton déjà bien en voix puisque capable de hurler à la mort comme de chanter d’une voix plus claire et agréable ("Bad Mood", "Make Room"), Strap It On n’a certainement pas à rougir de son statut de premier album puisqu’il offre ici une version effectivement encore un petit peu verte du Helmet en devenir (celui qui rencontrera quelques années plus tard un énorme succès grâce à ses deux albums suivants) mais une version néanmoins particulièrement convaincante qui, trente-trois ans plus tard, demeure toujours aussi pertinente.

Si Strap It On n’est généralement pas le premier album que les gens choisiront de retenir de la discographie d’Helmet, il n’en demeure pas moins une entrée en matière tout ce qu’il y a de plus sympathique et réussie. Certes, la formule est à ce stade encore à l’étape du rodage dans la mesure où effectivement certaines choses paraissent plus ou moins perfectibles mais dans l’ensemble, Page Hamilton et ses acolytes de l’époque, ont déjà en leur possession toutes les clefs du succès. Un succès que le groupe ne tardera pas à rencontrer avec la sortie en 1992 de Meantime qui reste d’ailleurs à ce jour l’album le plus vendu par les New-Yorkais avec tout de même plus de 500000 exemplaires écoulés rien qu’aux États-Unis. Bref, si à titre personnel je lui préfère évidemment les deux albums qui lui succéderont, difficile de ne pas se montrer enthousiaste face à une telle entrée en matière.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Raziel citer
Raziel
18/01/2023 07:32
Un groupe absolument majeur. Cardinal, au sens plein du terme, tout genre confondu.

Une sorte d'OVNI, plus hardcore que noise, fondamentalement metal, avec une touche de punk moins marquée par la suite.

Puis ce riffing, que tu soulignes, tellement authentique, tellement marquant.

Le meilleur ? Meantime bien sûr. Que du brûlot !
Sosthène citer
Sosthène
17/01/2023 15:00
"Betty" reste définitivement mon favori. Son énorme, batterie qui claque, solos noisy, au final il n'y a guère que le chant qui m'a toujours empêché de mettre 10/10 à ce disque, même s'il fait partie de l'identité même du groupe.
AxGxB citer
AxGxB
17/01/2023 14:16
KHÂ-O a écrit : Vas savoir pourquoi, je confond toujours Helmet et Minor Threat.

N'ayant jamais écouté ce premier album je reviendrai le noter plus tard.

Est-ce que tu te lances dans le projet de chroniquer toute la discographie du groupe?


Toute la discographie, je ne sais pas, au moins les 2/3 albums qui ont suivi.

Minor Threat : Punk / Hardcore de la fin des années 80 à qui l'ont doit le terme Straight Edge.
Helmet : Post-Hardcore / Noise à la fibre Metal évidente Clin d'oeil

Bonne découverte en tout cas !
KHÂ-O citer
KHÂ-O
17/01/2023 14:07
Vas savoir pourquoi, je confond toujours Helmet et Minor Threat.

N'ayant jamais écouté ce premier album je reviendrai le noter plus tard.

Est-ce que tu te lances dans le projet de chroniquer toute la discographie du groupe?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Helmet
Post-Hardcore / Noise
1990 - Amphetamine Reptile Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  6.06/10

plus d'infos sur
Helmet
Helmet
Post-Hardcore / Noise - 1989 - Etats-Unis
  

vidéos
Blacktop
Blacktop
Helmet

Extrait de "Strap It On"
  

tracklist
01.   Repetition  (03:00)
02.   Rude  (04:13)
03.   Bad Mood  (02:15)
04.   Sinatra  (04:31)
05.   FBLA  (02:40)
06.   Blacktop  (03:20)
07.   Distracted  (03:12)
08.   Make Room  (03:28)
09.   Murder  (04:03)

Durée : 30:49

line up
parution
1 Mars 1990

Lithopedion
ex (EP)
Lire la chronique
Muvitium
Under Vemodets Töcken
Lire la chronique
Wolfnacht
Blutgebunden
Lire la chronique
Death Reich
The Final Plague (EP)
Lire la chronique
Les sorties de 2022
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Crusher
Corporal Punishment
Lire la chronique
Kamizol-K
Exile
Lire la chronique
Death Like Mass
Matka Na Sabacie (EP)
Lire la chronique
Kringa
All Stillborn Fires, Lick M...
Lire la chronique
Lacerated
The Vile Domain (EP)
Lire la chronique
Vrenth
Succumb To Chaos
Lire la chronique
Vanhävd
Vila
Lire la chronique
Maȟpíya Lúta
Wóohitike
Lire la chronique
Truth Decayed
Faded Visions I (EP)
Lire la chronique
Deströyer 666
Never Surrender
Lire la chronique
Grá
Lycaon
Lire la chronique
Trucido / Deterioration
Wet Brain / Smudge (Split-CD)
Lire la chronique
Suicidal Madness
Par-delà le bien et le mal
Lire la chronique
Nuclear Storm
Tales from the Depth
Lire la chronique
Medieval Demon
Black Coven
Lire la chronique
Dysmal
Gates To Apperception
Lire la chronique
Miscreance
Convergence
Lire la chronique
Hibernus Mortis
The Monoliths Of Cursed Slu...
Lire la chronique
Riverside
ID.Entity
Lire la chronique
Moonlight Sorcery
Piercing Through the Frozen...
Lire la chronique
Physiology of Darkness
Human Circle
Lire la chronique
Messe Mortuaire
Nocturnal Demonic Visitatio...
Lire la chronique
Appalling
Sacrilege
Lire la chronique
Helmet
Strap It On
Lire la chronique
Ebony Pendant / Lamp Of Murmuur
Plenilunar Requiems (Split-CD)
Lire la chronique