chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
196 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Miscreance - Convergence

Chronique

Miscreance Convergence
Difficile de résister à l’attrait d’un tel artwork pas vrai ? En ce qui me concerne, je suis certains que même si je n’avais pas déjà croisé la route de Miscreance par le passé, je me serais naturellement laissé tenter par la découverte de ce premier album merveilleusement illustré par un certain James McCarthy (Instagram) et cela, bien évidemment, sur la seule base de cet artwork incroyable. D’ailleurs, si d’après Metal Archives il s’agit là de sa toute première collaboration avec un groupe digne de figurer dans les colonnes de la fameuse encyclopédie en ligne, il y a tout de même fort à parier que ce ne sera pas la dernière tant ses univers surréalistes et colorés constituent de véritables invitations au voyage et à l’extraordinaire.

Pour ceux d’entre vous qui s’en souviennent, nous avions croisés la route de ces jeunes italiens à l’occasion d’un split en compagnie des excellents Vile Apparition. Une sortie extrêmement sympathique puisque le groupe y faisait d’ores et déjà montre de tout son talent à travers un Death / Thrash technique des plus efficaces. Une sortie qui a priori aura permis de mettre le groupe sur les radars du label Unspeakable Axe Records (Danex Records et Desert Wasteland Productions étant quant à eux toujours de la partie pour ce qui est des éditions vinyle et cassette) pour la sortie en septembre dernier de ce premier album intitulé Convergence que le groupe a enregistré au Bridge Produzioni Audio And Studio situé à Susegana.

Miscreance n’ayant pas spécialement les yeux plus gros que le ventre, c’est en trente-et-une minutes seulement qu’est bouclé ce premier album pour un total de huit nouvelles compositions parmi lesquelles un titre instrumental ("Requiem For Sanity") servant ici de conclusion à ces réjouissances hautes en couleurs. Sans surprise, ces quelques titres s’inscrivent dans la continuité des précédents travaux de la formation qui, sans pour autant manquer d’inspiration, marchaient déjà allègrement dans les pas de quelques grands anciens à commencer par Death, Pestilence et Atheist. Un héritage que les Italiens continuent d’entretenir sans honte mais avec beaucoup de talent à travers des morceaux toujours très techniques mais d’une fluidité et d’une efficacité qui rendent le tout particulièrement agréable et digeste. Il faut dire également que Miscreance nous facilite amplement la tâche grâce à des compositions dont la durée n’excède jamais les quatre minutes. Un sens de la concision qui rend effectivement encore un petit plus aisée leur assimilation.

Soutenues par une production qui ne souffre d’aucun véritables défauts et qui offre surtout à chaque instrument la possibilité de pouvoir s’exprimer librement pour un résultat équilibré et harmonieux, ces huit nouvelles compositions raviront à n’en point douter tous les amateurs des quelques groupes sus nommés. Car comme évoqué plus haut, Miscreance déroule une formule parfaitement rodée qui renvoie directement ou indirectement à cette fameuse scène floridienne qui, il y a déjà plus de trente ans, en a fait rêver plus d’un. De cette voix dont le timbre, les intonations et même certains gimmicks renvoient invariablement au regretté Chuck Schuldiner à cette basse délicieuse dont les rondeurs sexy devraient en affoler plus d’un en passant par ces riffs cosmico-techniques débordants de feeling, cette approche mélodique toujours aussi pertinente grâce naturellement à tout un tas de leads et autres solos absolument impeccables, ces accélérations thrashisantes appuyées ou bien encore le soin apporté à toutes ces ambiances cosmico-futuristes (malgré un clavier moins présent qu’autrefois), il est effectivement bien difficile de ne pas se montrer enthousiaste à l’égard de ce Convergence qui synthétise le meilleur de ces formations ayant marqué la scène Death Metal à l’orée des années 90.
Alors il est vrai que le nombre de formations marchant ouvertement dans les pas de Death, Cynic, Pestilence ou Atheist n’a cessé de croitre ces dernières années (Suppression, Ripper, Cryptic Shift, Venus Torment, Aggravator, Rude, Skelethal Remains et j’en passe) mais on sent tout de même chez les Italiens une envie de se distinguer, un petit peu… Cela se concrétise ici de manière très subtile avec notamment l’ajout de voix tantôt féminines et lointaines comme par exemple sur "Flame Of Consciousness" à 1:32, tantôt robotiques comme sur "The Garden" à 0:31, tantôt narrée comme sur "My Internment" à 0:09, 0:45 et 2:13. On appréciera également qu’en dépit de morceaux relativement courts, Miscreance n’hésite jamais à changer de vitesse comme bon lui semble en passant parfois un petit peu brutalement de séquences menées pied au plancher à des passages plus progressifs et mélodiques avant de repartir à l’assaut tête baissée comme si de rien n’était. De la même manière, les Italiens ont le bon goût de ne pas trop en faire niveau chant avec un Andrea Feltrin qui n’a aucun souci à se taire pour laisser à ses petits copains l’opportunité de briller et ainsi se mettre un petit peu plus en avant.

Bref, vous l’aurez compris, Miscreance n’a pas manqué son retour et surtout n’a pas manqué l’étape importante du premier album. Certes, d’autres groupes plus emblématiques ayant effectivement marqué l’histoire de cette musique sont déjà passés par là bien avant lui mais il n’empêche que les Italiens maitrisent leur sujet sur le bout des ongles. Compositions léchées, interprétation solide et soignée, équilibre parfaitement dosé entre le niveau technique avancé, le travail d’ambiance effectué et l’efficacité indéniable de chaque titre... Non, en effet, il n’y a pas grand chose à reprocher à Convergence (je n'aurai cependant pas dit non à un instrumental plus généreux ou à un morceau supplémentaire) qui brille par la qualité de ses compositions et ce puissant goût de reviens-y qui reste une bouche une fois l’écoute terminée. Certes, la formation aura besoin de sortir un peu plus ouvertement des sentiers battus si elle souhaite véritablement se démarquer face à une concurrence aujourd’hui sacrément compétitive mais en l’état ce premier album n’en demeure pas moins une très belle démonstration de tout le talent de ces jeunes italiens décidément très à l’aise dans l’exercice de leur fonction.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Clodfransoa citer
Clodfransoa
30/01/2023 16:32
Très bonne surprise ce Convergence.
La voix aux intonations de Chuck Schuldiner et certains patterns vous ramènent effectivement 30 ans en arrière, mais c’est particulièrement bien fait.
Un vrai plaisir cette basse.
X-Death citer
X-Death
21/01/2023 14:44
note: 8/10
Album reçu hier, il méritait sa place sur l'étagère. Efficace et "lisible", tout est dit dans la chronique ^^

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Miscreance
Death / Thrash
2022 - Unspeakable Axe Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Miscreance
Miscreance
Death / Thrash - 2018 - Italie
  

tracklist
01.   Flame Of Consciousness  (04:10)
02.   Fall Apart  (04:49)
03.   Incubo  (04:44)
04.   No Empathy  (04:47)
05.   The Garden  (04:03)
06.   Alchemy  (03:59)
07.   My Internment  (03:38)
08.   Requiem For Sanity  (01:27)

Durée : 31:37

line up
parution
19 Septembre 2022

voir aussi
Vile Apparition / Miscreance
Vile Apparition / Miscreance
Vile Apparition / Miscreance (Split-CD)

2021 - Desert Wastelands Productions
  

Essayez aussi
Darkane
Darkane
Insanity

2001 - Nuclear Blast Records
  
Soilwork
Soilwork
A Predator's Portrait

2001 - Nuclear Blast Records
  
Through The Eyes Of The Dead
Through The Eyes Of The Dead
Malice

2007 - Prosthetic Records
  
Protector
Protector
Leviathan's Desire (EP)

1990 - Atom H
  
Dystopy
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)

2018 - Autoproduction
  

Lithopedion
ex (EP)
Lire la chronique
Muvitium
Under Vemodets Töcken
Lire la chronique
Wolfnacht
Blutgebunden
Lire la chronique
Death Reich
The Final Plague (EP)
Lire la chronique
Les sorties de 2022
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Crusher
Corporal Punishment
Lire la chronique
Kamizol-K
Exile
Lire la chronique
Death Like Mass
Matka Na Sabacie (EP)
Lire la chronique
Kringa
All Stillborn Fires, Lick M...
Lire la chronique
Lacerated
The Vile Domain (EP)
Lire la chronique
Vrenth
Succumb To Chaos
Lire la chronique
Vanhävd
Vila
Lire la chronique
Maȟpíya Lúta
Wóohitike
Lire la chronique
Truth Decayed
Faded Visions I (EP)
Lire la chronique
Deströyer 666
Never Surrender
Lire la chronique
Grá
Lycaon
Lire la chronique
Trucido / Deterioration
Wet Brain / Smudge (Split-CD)
Lire la chronique
Suicidal Madness
Par-delà le bien et le mal
Lire la chronique
Nuclear Storm
Tales from the Depth
Lire la chronique
Medieval Demon
Black Coven
Lire la chronique
Dysmal
Gates To Apperception
Lire la chronique
Miscreance
Convergence
Lire la chronique
Hibernus Mortis
The Monoliths Of Cursed Slu...
Lire la chronique
Riverside
ID.Entity
Lire la chronique
Moonlight Sorcery
Piercing Through the Frozen...
Lire la chronique
Physiology of Darkness
Human Circle
Lire la chronique
Messe Mortuaire
Nocturnal Demonic Visitatio...
Lire la chronique
Appalling
Sacrilege
Lire la chronique
Helmet
Strap It On
Lire la chronique
Ebony Pendant / Lamp Of Murmuur
Plenilunar Requiems (Split-CD)
Lire la chronique