chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Carnal Savagery - Worm Eaten

Chronique

Carnal Savagery Worm Eaten
Si on avait déjà remarqué que le quatuor n’était pas du genre à faire traîner les choses lors de chacune de ses sorties il s’est cette fois-ci franchement surpassé, vu qu’à peine sept mois se sont écoulés depuis la sortie de « Scent Of Death » et à peine plus d’un an et demi si on prend en compte le prédécesseur de celui-ci (« Fiendish »), pour compter désormais quatre albums enregistrés en moins de trois années… une frénésie musicale qui va finir sans doute par lui être préjudiciable (à l’instar de WOMBBATH ?!). Car depuis ses débuts le combo nous offre la même recette avec sans cesse les mêmes bons et mauvais points, à savoir des disques dans la plus pure tradition Suédoise mais trop déséquilibrés et souffrants de longueurs évitables qui finissent par faire somnoler l’auditeur comme lui donner envie de revenir auprès des incontournables. Du coup on pouvait franchement se demander si ça n’allait pas être le cas encore une fois et si le dicton de confondre vitesse et précipitation serait ici de rigueur, chose qui leur a déjà été signifié auparavant et ce même si la dernière livraison en date voyait apparaître un léger mieux et de fait émerger un certain espoir avec ce nouveau chapitre.

Désormais réduit à un binôme (le batteur s’occupant également de la guitare et de la basse) le groupe n’a rien perdu au niveau de son style comme de son rendu général, et celui-ci va être mitigé au départ avec les massifs mais redondants « Masticating Maggots » et « Baptized In Mutilated Innards » qui jouent trop sur la lenteur et le mid-tempo balourd et bridé, donnant ainsi vite l’impression de se répéter et de ne jamais vraiment décoller. Pourtant après ce démarrage franchement poussif et qui ne présageait rien de génial la suite va progressivement s’améliorer, et en premier lieu sur le dynamique et agréable « Edible Cranium » avant que les gars ne se lâchent sur l’excellent « Disemboweled » où la vitesse est enfin présente et aidée par un groove intense qui fait bien mal aux cervicales et qu’on apprécie écouter. Si évidemment tout cela sent la resucée ça n’en reste pas moins très efficace et varié et ce constat va s’appliquer sur les tout aussi réussis « Return Of The Rotten Dead » et « Worm Eaten » qui jouent majoritairement sur une rythmique pachydermique et rampante, mais particulièrement remuante et attractive où la noirceur se voit renforcée à l’instar de la froideur constante et pénétrante où ça dégouline de graisse de partout. Et puis comme les bonnes choses sont souvent faites pour durer le duo nous balance juste après cette doublette le rutilant et débridé « Revel In Madness » qui sent le Punk par tous les bouts (notamment sa durée très courte) et qui ne débande pas une seconde en misant tout sur la rapidité et la simplicité, vu que l’écriture s’y montre plus primitive encore pour un rendu excellentissime et qu’on aurait aimé entendre plus souvent.

D’ailleurs cette seconde moitié de galette va se révéler être hyper plaisante et sans faiblesses notables (hormis peut-être le quelconque « Inhuman Sacrifice »), en terminant les hostilités par les groovesques et entêtants « Perpetual Suffering » et « Miasma Of Putrid Decay » où tempos médium et enlevés ne cessent de se côtoyer et se mélanger avec une vraie fluidité (provoquant ainsi un headbanging furieux et contagieux), et ce bien que ce soit très calibré et sonne déjà énormément entendu par le passé. Du coup même si évidemment ça ne fera pas avancer le style d’un pouce l’ensemble se montre relativement convaincant, à défaut de d’être incontournable et de marquer l’année de son empreinte (à l’instar de ses prédécesseurs). Poursuivant les bonnes choses entrevues en avril cette bonne petite livraison réalisée avec soin sans tambours ni trompettes confirme le statut de ses géniteurs dans la deuxième division du genre, même s’ils semblent avoir appris de leurs erreurs pour offrir un long-format sérieux et le meilleur jamais réalisés par leurs soins, et ce même s’il leur manque encore un truc pour vraiment décoller et devenir incontournable (notamment à cause de l’absence de compositions vraiment mémorables et qui se démarquent du reste). Néanmoins tout cela a des arguments à faire valoir histoire de passer un bon moment sans prétention ni prise de tête, même si on restera loin des GRAVE, ENTOMBED, DISMEMBER et consorts… mais ça n’est pas ce qu’on demande au duo finalement et c’est amplement suffisant vu que leur mission est quand même dans l’ensemble relativement accomplie.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Carnal Savagery
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Carnal Savagery
Carnal Savagery
Swedeath - 2017 - Suède
  

tracklist
01.   Masticating Maggots
02.   Baptized In Mutilated Innards
03.   Edible Cranium
04.   Disemboweled
05.   Return Of The Rotten Dead
06.   Worm Eaten
07.   Revel In Madness
08.   Inhuman Sacrifice
09.   Perpetual Suffering
10.   Miasma Of Putrid Decay
11.   Evil Incarnate
12.   Slaughtered Dead

Durée : 38 minutes

line up
parution
25 Novembre 2022

voir aussi
Carnal Savagery
Carnal Savagery
Scent Of Death

2022 - Moribund Records
  
Carnal Savagery
Carnal Savagery
Fiendish

2021 - Chaos Records
  

Essayez aussi
Feral
Feral
Flesh For Funerals Eternal

2018 - Transcending Obscurity
  
Hatemonger
Hatemonger
The Vile Maxim (EP)

2021 - Redefining Darkness Records
  
Feral
Feral
From The Mortuary (EP)

2016 - Cyclone Empire Records
  
Molis Sepulcrum
Molis Sepulcrum
Left For The Worms (EP)

2021 - Pulverised Records
  
Necrom
Necrom
All Paths Are Left Here...

2022 - Osmose Productions
  

Lithopedion
ex (EP)
Lire la chronique
Muvitium
Under Vemodets Töcken
Lire la chronique
Wolfnacht
Blutgebunden
Lire la chronique
Death Reich
The Final Plague (EP)
Lire la chronique
Les sorties de 2022
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Crusher
Corporal Punishment
Lire la chronique
Kamizol-K
Exile
Lire la chronique
Death Like Mass
Matka Na Sabacie (EP)
Lire la chronique
Kringa
All Stillborn Fires, Lick M...
Lire la chronique
Lacerated
The Vile Domain (EP)
Lire la chronique
Vrenth
Succumb To Chaos
Lire la chronique
Vanhävd
Vila
Lire la chronique
Maȟpíya Lúta
Wóohitike
Lire la chronique
Truth Decayed
Faded Visions I (EP)
Lire la chronique
Deströyer 666
Never Surrender
Lire la chronique
Grá
Lycaon
Lire la chronique
Trucido / Deterioration
Wet Brain / Smudge (Split-CD)
Lire la chronique
Suicidal Madness
Par-delà le bien et le mal
Lire la chronique
Nuclear Storm
Tales from the Depth
Lire la chronique
Medieval Demon
Black Coven
Lire la chronique
Dysmal
Gates To Apperception
Lire la chronique
Miscreance
Convergence
Lire la chronique
Hibernus Mortis
The Monoliths Of Cursed Slu...
Lire la chronique
Riverside
ID.Entity
Lire la chronique
Moonlight Sorcery
Piercing Through the Frozen...
Lire la chronique
Physiology of Darkness
Human Circle
Lire la chronique
Messe Mortuaire
Nocturnal Demonic Visitatio...
Lire la chronique
Appalling
Sacrilege
Lire la chronique
Helmet
Strap It On
Lire la chronique
Ebony Pendant / Lamp Of Murmuur
Plenilunar Requiems (Split-CD)
Lire la chronique