chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
186 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hibernus Mortis - The Monoliths Of Cursed Slumber

Chronique

Hibernus Mortis The Monoliths Of Cursed Slumber
Parmi les innombrables formations venues de Floride certaines sont connues de tous à travers le monde… alors que d’autres semblent être restées coincées aux frontières de leurs villes respectives durant une très longue période, avant d’enfin en sortir au bout d’un temps incalculable. Cette situation reflète parfaitement l’histoire de ce quatuor basé à Hialeah qui malgré un quart de siècle d’existence aura mis vingt ans à sortir son deuxième album - et douze années depuis sa reformation pour sortir enfin de nouvelles compositions, et essayer ainsi d’entrevoir une lumière inespérée. Car musicalement on est très loin des ambiances solaires et lumineuses vu que le combo est plutôt inspiré par la brume, l’humidité et la noirceur impénétrable le tout avec une production rugueuse sonnant presque live et au rendu hermétique et homogène, ce qui va amener une certaine profondeur mais aussi un sentiment légitime d’interchangeabilité. Si tout cela est parfaitement bien mené et joué avec une exécution sans failles il faut bien reconnaître malgré tout qu’on va avoir la sensation par moment d’écouter plus ou moins la même chose, surtout à mesure que l’on va avancer vers la fin de l’écoute.

Cela ne va cependant pas s’entendre de suite vu que ça va démarrer sous les meilleurs auspices avec « Endless Dawns Of Somnambulant Exorcisms » qui va dévoiler d’entrée toute la palette technique de l’entité, qui mise sur le tabassage incessant et des plans écrasants qui sentent bon le Doom le plus graisseux et imposant, amenant de fait une ambiance putride au brouillard prépondérant tout en jouant sur le grand-écart. Voyant ici l’équilibre des forces être constant celui-ci va pourtant s’effacer rapidement au profit d’une violence débridée et plus marquée comme sur « To Drink The Blood Of The Black Sleep » et « Grotesque Perishment Into The Miasma Of Darkness Everlasting » où elle est prépondérante, même si elle sait habilement s’effacer pour laisser place à des moments suffocants d’une pression continue. D’ailleurs si ce point va être constamment présent il va trouver son paroxysme sur le furibard « Ascending The Catacombs » au groove incandescent et aux plans mid-tempo inspirés, qui donnent instantanément envie de headbanguer au milieu de cette pénombre et de l’orage qui menace afin d’offrir clairement un des meilleurs moments de ce disque complété aussi par les très bons et frontaux « Vomitus Imperium » et « Enshrined In Spiritual Atrophy ». Ces deux réalisations outre ne pas s’éterniser en longueur vont avoir comme point commun celui d’aller un peu plus à l’essentiel avec une virulence haineuse qui se fait plus marquée, à l’instar d’accents martiaux et courts instants massifs pour calmer le jeu et mieux préparer l’auditeur au retour de l’explosivité et des tornades diaboliques qui s’amoncellent tout autour.

Marquant cet opus de son empreinte cette doublette signe également son chant du cygne vu qu’ensuite le reste à venir va perdre un peu en intérêt comme en qualité, à cause de longueurs évitables et une durée globale trop élevée qui finit par faire un peu décrocher en cours de route même les fans les plus acharnés. Preuve en est « Invocations Of Never » et surtout « Vestigial Currents That Transcend The Ether Of Tenebrous Unconsciousness Embedded Deep Within The Smoldering Embers Of Sempiternal Dusk (Outro) » absolument interminable avec son ambiance de film d’horreur et d’orgue digne de la Hammer qui s’étire sans raison valable, avant qu’au bout de cinq minutes n’apparaisse le retour des gars avec du gros son débridé à outrance qui fracasse fort et vite avec une inspiration tirée des premiers MORBID ANGEL. Alors certes une fois terminé il faut bien reconnaître que tout cela n’a rien de mémorable ni d’exceptionnel mais ça fait quand même tranquillement le boulot avec sérieux et efficacité, bien que le bon ressenti initial s’étiole progressivement et qu’on finisse par avoir hâte que cela se termine. Bonne petite livraison de la deuxième division locale cette galette imparfaite (on aurait aimé l’intégration de solos) est malgré tout trop juste pour captiver au-delà d’un cercle de puristes restreint, même s’il y’a quand même de quoi largement les combler de par sa relative homogénéité et l’amour du travail bien fait de ses membres, qui espérons-le ne mettront pas encore deux décennies pour donner un successeur à ce bon petit enregistrement qui sent autant leur climat local que celui plus froid de la Suède, mais auquel il manque un truc pour clairement s’extirper du lot.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hibernus Mortis
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Hibernus Mortis
Hibernus Mortis
Death Metal - 1996 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Funebre:The Eternal Sleep (Intro)
02.   Endless Dawns Of Somnambulant Exorcisms
03.   To Drink The Blood Of The Black Sleep
04.   Ascending The Catacombs
05.   Grotesque Perishment Into The Miasma Of Darkness Everlasting
06.   Vomitus Imperium
07.   Enshrined In Spiritual Atrophy
08.   Invocations Of Never
09.   Vestigial Currents That Transcend The Ether Of Tenebrous Unconsciousness Embedded Deep Within The Smoldering Embers Of Sempiternal Dusk (Outro)

Durée : 38 minutes

line up
parution
25 Novembre 2022

Essayez aussi
Ignivomous
Ignivomous
Death Transmutation

2009 - Nuclear War Now! Productions
  
Behemoth
Behemoth
Thelema.6

2000 - Avantgarde Music
  
Verminous
Verminous
Impious Sacrilege

2003 - Xtreem Music
  
Obscenity
Obscenity
Where Sinners Bleed

2006 - Armageddon Music
  
Venefixion
Venefixion
Defixio (Démo)

2015 - Iron Bonehead Productions
  

Lithopedion
ex (EP)
Lire la chronique
Muvitium
Under Vemodets Töcken
Lire la chronique
Wolfnacht
Blutgebunden
Lire la chronique
Death Reich
The Final Plague (EP)
Lire la chronique
Les sorties de 2022
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Crusher
Corporal Punishment
Lire la chronique
Kamizol-K
Exile
Lire la chronique
Death Like Mass
Matka Na Sabacie (EP)
Lire la chronique
Kringa
All Stillborn Fires, Lick M...
Lire la chronique
Lacerated
The Vile Domain (EP)
Lire la chronique
Vrenth
Succumb To Chaos
Lire la chronique
Vanhävd
Vila
Lire la chronique
Maȟpíya Lúta
Wóohitike
Lire la chronique
Truth Decayed
Faded Visions I (EP)
Lire la chronique
Deströyer 666
Never Surrender
Lire la chronique
Grá
Lycaon
Lire la chronique
Trucido / Deterioration
Wet Brain / Smudge (Split-CD)
Lire la chronique
Suicidal Madness
Par-delà le bien et le mal
Lire la chronique
Nuclear Storm
Tales from the Depth
Lire la chronique
Medieval Demon
Black Coven
Lire la chronique
Dysmal
Gates To Apperception
Lire la chronique
Miscreance
Convergence
Lire la chronique
Hibernus Mortis
The Monoliths Of Cursed Slu...
Lire la chronique
Riverside
ID.Entity
Lire la chronique
Moonlight Sorcery
Piercing Through the Frozen...
Lire la chronique
Physiology of Darkness
Human Circle
Lire la chronique
Messe Mortuaire
Nocturnal Demonic Visitatio...
Lire la chronique
Appalling
Sacrilege
Lire la chronique
Helmet
Strap It On
Lire la chronique
Ebony Pendant / Lamp Of Murmuur
Plenilunar Requiems (Split-CD)
Lire la chronique