chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
193 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Deströyer 666 - Never Surrender

Chronique

Deströyer 666 Never Surrender
On ne sait pas trop ce qui se passe dans la tête de K.K. Warslut depuis quelques temps, vu que celui-ci semble avoir perdu la formule magique qui a fait la notoriété de sa formation et l’a amené particulièrement haut dans la hiérarchie. Car ces dernières années ont été celles d’un déclin progressif qui avait commencé sur « Wildfire » - qui bien qu’étant encore assez réussi montrait de nets signes de fatigue, un sentiment confirmé sur l’Ep « Call Of The Wild » relativement sympathique mais qui au fil des écoutes se montrait mollasson au possible et relativement peu inspiré. Du coup on pouvait légitimement se poser des questions sur ce sixième album qui a encore vu des mouvements en interne, avec l’arrivée de notre local Kev Desecrator (VENEFIXION, SEPULCRE, ex-NECROWRETCH) derrière les fûts et qui malgré tout son talent ne va pas sauver ce disque d’un ratage annoncé et malheureusement prévisible. Car malgré quelques bonnes choses disséminées ici et là l’ensemble va être beaucoup trop en roue-libre pour captiver sur la durée, surtout qu’aucun des titres ne va faire office de futur classique tant ils vont être rapidement oubliés. On va en effet avoir de suite la désagréable sensation persistante que la tête-pensante se contente de reprendre ce qui a fait la gloire de son bébé, mais de façon nettement moins inspirée et convaincante… à l’instar de cette pochette immonde au possible et qui semble être une vieille photocopie d’un dessin de Démo bricolé en trois coups de crayon.

Il faut dire que dès le départ on va avoir un sentiment bizarre en écoutant « Never Surrender » et « Andraste » qui sonnent de suite en pilotage automatique et manquent clairement d’entrain et d’accroche, car ces deux morceaux vont se répéter trop rapidement et n’offrent rien de folichon pour l’auditeur qui va vite s’ennuyer et avoir envie de passer à autre chose. Pourtant après ce marasme initial l’intérêt va un petit peu remonter via la doublette « Guillotine » / « Pitch Black Night » qui sans faire sauter au plafond se montre intéressante de par son côté épique à fond et entraînant au maximum, même si c’est sans aucune prise de risque et qu’on a entendu cela de meilleure façon auparavant. En effet on a encore et toujours ce sentiment de facilité voire même de désinvolture vu qu’on a l’impression régulièrement que tout a été écrit et enregistré à l’arrache, constat amplifié par cette production très granuleuse et directe qui finit presque par donner mal à la tête à la longue. Car avec « Mirror’s Edge » on va avoir pleinement ce ressenti et ce malgré des passages mid-tempo convaincants… mais hélas l’ensemble s’étire à n’en plus finir, et clôt une première moitié d’album finalement assez anonyme et très mitigée.

Pourtant curieusement le reste à venir va se montrer plus à la hauteur de la qualité de line-up, même si là-encore il ne faut pas s’attendre à avoir des hymnes imparables dignes de « Phoenix Rising » bien que tout cela ne débute de façon fort agréable avec « Grave Raiders » tout en simplicité et en vitesse constante. Néanmoins cette dernière va s’effacer doucement sur le très sombre « Savage Rights » qui va légèrement lever le pied sans pour autant mettre l’explosivité sur le bord de la route et offrant un rendu agréable… un constat partagé sur « Rather Death » qui joue sur les variations. Se faisant autant remuante que massive quand il le faut cette plage aux accents désertiques et nocturnes nous renvoie automatiquement aux débuts de l’entité, à l’époque où ça sentait autant les road-train que Mad Max et où surtout l’attractivité était au rendez-vous. Bien que là-encore ce soit totalement réchauffé et surtout sans vraiment donner le sentiment de s’être foulé le rendu est quand même agréable, et prouve que les gars en ont encore sous la semelle quand ils se décident à se bouger un peu et sortir de leur léthargie collective. D’ailleurs « Batavia’s Graveyard » finira de convaincre les derniers réticents à ce sujet tant le rendu est ici totalement à part avec le reste, de par la douceur qui s’en dégage et par ses arpèges posés par-dessus le vent chaud qui se mêle à une rythmique bridée aux solos mélodiques à souhait et aux bonnes idées mises en avant. On finit d’ailleurs par regretter qu’ils n’aient pas plus insisté dans cette voie tant celle-ci à des choses à offrir et il serait peut-être bon pour eux qu’ils essayent plus cela la prochaine fois, et surtout qu’ils retrouvent des couleurs et du panache.

Est-ce qu’ils sont encore capables de cela ? Telle est la question qui se pose désormais tant on peut être tenté de croire qu’ils ont tout dit, et que dorénavant la chute est engagée de façon irréversible. Ce ressenti ne manquera pas de faire débat auprès des fans tant ce long-format est incontestablement le plus faible jamais sorti par la bande, qui ne dévoile que trop peu de bonnes choses pour marquer les esprits et sera totalement oublié d’ici quelques temps. A voir ce que lui réserve donc le futur mais il va clairement falloir qu’elle se remette sérieusement en question et au travail si elle veut rester parmi les ténors du genre, tant sa réputation et son aura se sont ternis ces dernières années et il ne faudrait pas que ça continue tant ça serait dommage et regrettable pour tout le monde.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
24/01/2023 08:01
note: 8/10
Alors pour moi c'est une bonne surprise. Je m'attendais à une bouse vu les récentes réalisations mais le groupe s'est bien repris. Il n'y a clairement plus la rage et la violence d'antan, c'est à peine du black/thrash et ça on peut le regretter, mais l'inspiration mélodique fait plaisir à entendre. Pour aimer cet album il faut aimer le heavy metal en fait, notamment Running Wild dont je trouve l'influence très présente ici.
Sosthène citer
Sosthène
23/01/2023 14:59
S'il n'y avait qu'un seul titre à retenir : https://www.youtube.com/watch?v=nlHH4JFlPyo
Jean-Clint citer
Jean-Clint
23/01/2023 14:50
note: 6.5/10
KHÂ-O a écrit : Dommage car on m'avait plutôt bien vendu Destroyer 666, mais ça ne m'a pas donner envie de creuser plus loin.

Clairement c'est leur album le plus faible, tu peux essayer "Phoenix Rising" et "Cold Steel...For An Iron Age" qui sont nettement meilleurs ! Clin d'oeil
KHÂ-O citer
KHÂ-O
23/01/2023 14:29
note: 6/10
Je découvre le groupe avec cet album et à part le dernier morceaux qui m'a bien botté, je n'ai rien trouver de très original sur ce disque.
Dommage car on m'avait plutôt bien vendu Destroyer 666, mais ça ne m'a pas donner envie de creuser plus loin.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Deströyer 666
Black/Thrash
2022 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (2)  7/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Deströyer 666
Deströyer 666
Black/Thrash - 1994 - Australie
  

tracklist
01.   Never Surrender
02.   Andraste
03.   Guillotine
04.   Pitch Black Night
05.   Mirror's Edge
06.   Grave Raiders
07.   Savage Rights
08.   Rather Death
09.   Batavia's Graveyard

Durée : 40 minutes

line up
parution
2 Décembre 2022

voir aussi
Deströyer 666
Deströyer 666
Defiance

2009 - Season Of Mist
  
Deströyer 666
Deströyer 666
Call Of The Wild (EP)

2018 - Season Of Mist
  
Deströyer 666
Deströyer 666
Unchain The Wolves

1997 - Modern Invasion Music
  
Deströyer 666
Deströyer 666
Cold Steel... For An Iron Age

2002 - Season Of Mist
  
Deströyer 666
Deströyer 666
Phoenix Rising

2000 - Season Of Mist
  

Essayez plutôt
Frosthelm
Frosthelm
The Northwinds Rend Flesh (EP)

2012 - Autoproduction
  
Insulters
Insulters
We Are The Plague

2013 - Unholy Prophecies
  
Goatwhore
Goatwhore
Blood For The Master

2012 - Metal Blade Records
  
Merciless
Merciless
The Awakening

1990 - Deathlike Silence Productions
  
Inculter
Inculter
Fatal Visions

2019 - Edged Circle Productions
  

Lithopedion
ex (EP)
Lire la chronique
Muvitium
Under Vemodets Töcken
Lire la chronique
Wolfnacht
Blutgebunden
Lire la chronique
Death Reich
The Final Plague (EP)
Lire la chronique
Les sorties de 2022
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Crusher
Corporal Punishment
Lire la chronique
Kamizol-K
Exile
Lire la chronique
Death Like Mass
Matka Na Sabacie (EP)
Lire la chronique
Kringa
All Stillborn Fires, Lick M...
Lire la chronique
Lacerated
The Vile Domain (EP)
Lire la chronique
Vrenth
Succumb To Chaos
Lire la chronique
Vanhävd
Vila
Lire la chronique
Maȟpíya Lúta
Wóohitike
Lire la chronique
Truth Decayed
Faded Visions I (EP)
Lire la chronique
Deströyer 666
Never Surrender
Lire la chronique
Grá
Lycaon
Lire la chronique
Trucido / Deterioration
Wet Brain / Smudge (Split-CD)
Lire la chronique
Suicidal Madness
Par-delà le bien et le mal
Lire la chronique
Nuclear Storm
Tales from the Depth
Lire la chronique
Medieval Demon
Black Coven
Lire la chronique
Dysmal
Gates To Apperception
Lire la chronique
Miscreance
Convergence
Lire la chronique
Hibernus Mortis
The Monoliths Of Cursed Slu...
Lire la chronique
Riverside
ID.Entity
Lire la chronique
Moonlight Sorcery
Piercing Through the Frozen...
Lire la chronique
Physiology of Darkness
Human Circle
Lire la chronique
Messe Mortuaire
Nocturnal Demonic Visitatio...
Lire la chronique
Appalling
Sacrilege
Lire la chronique
Helmet
Strap It On
Lire la chronique
Ebony Pendant / Lamp Of Murmuur
Plenilunar Requiems (Split-CD)
Lire la chronique