chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
91 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Diablation - Par le feu

Chronique

Diablation Par le feu
Il y a un an et demi, DIABLATION faisait une entrée fracassante sur la scène black metal avec un premier album de très bonne facture, signé sur Antiq Records. Eh bien il n’a pas tardé pour proposer la suite et Par le feu déboule fin mars 2023 sur un autre label français : Osmose Productions ! Et que ceux qui craignaient que cette courte durée entre les deux albums semblait précipitée soient rassurés, ils vont retrouver la bande à Vicomte Vampyr Arkames et V. Orias A. en pleine forme ! Et si ce sont les deux que je cite en premier, c’est que ce chanteur et son ami guitariste / claviériste se connaissent et agissent ensemble depuis bien longtemps, devenus la véritable ossature de DIABLATION. Cette entité créée récemment a décidé de remonter le temps et de revenir à ce que les deux gaillards accomplissaient aux débuts d’AD INFERNA, en 2002, lorsque L’empire des sens sortait en parfaite suite de ce SETH que le Vicomte avait quitté peu avant. Ils avaient cependant décidé dès l’album suivant de partir dans une orientation complètement différente, délaissant le black symphonique pour des ambiances électro-industrielles qui mettaient la plupart des vieux fans sur la touche. Ils ont proposé 8 albums entre 2009 et 2019, et je mentirai si je disais que je les avais tous écoutés, n’étant pas touché par leurs sonorités. Il ne faut jamais perdre espoir puisque les compères sont revenus à leur premier amour. Et désormais, ils sont accompagnés de Maximilien B. de BA'A à la basse, et de X à la batterie.

Et Par le feu est une suite très logique à Allégeance, proposant la même dynamique sombre, les mêmes envolées magistrales, les mêmes riffs mélodiques imparables. Mais l’une de ses plus grosses qualités est de ne pas donner l’impression d’avoir une redite, et à aucun moment on n’a envie de comparer avec les compositions précédents, à aucun moment on ne ressent l’ombre d’une lassitude. Surtout parce que cet album commence sur les chapeaux de roue. Tout d’abord il y a une petite introduction de moins d’une minute qui rappelle toutes celles qui ouvraient les albums de black sympho dans les années 90, et elle a le bon goût de se clore par des déclamations en français bien audibles : « Par le feu, par le sang, par la haine ! ». Et là, le meilleur morceau du groupe à ce jour explose subitement : « Vox Diaboli ». Oh oui, j’ose dire qu’il est d’un niveau d’exception. Les mélodies tuent, les vocaux tuent, les légers chœurs tuent, les passages saccadés tuent… Mais purée, ce titre tue tout ! 10/10 pour cette composition, sans la moindre hésitation ! Après lui, 4 morceaux poursuivent le travail avec une formule claire et nette. Ils sont peut-être un petit cran en-dessous de « Vox Diaboli », mais les éléments jouissifs sont en place, et ils valent de bons 8/10 minimum ! Leur durée moyenne est de 5 minutes, ce qui tranche avec le dernier titre, « Mort, marche avec moi », qui surprend avec plus de 13 minutes. Sur Allégeance la composition la plus longue ne faisait « que » 7 minutes. Sur le papier, on peut un peu s’inquiéter, parce que le black sympho de DIABLATION est censé être plus direct et ne pas s’éterniser dans des ambiances trop développées. Au final ? Il a failli être trop long, mais c’est juste au moment où l’on commence à se poser la question qu’un break relance bien la machine. Il devient alors une bonne longue conclusion à cet opus où le chaos symphoniques est l’un des plus réussis de ces dernières années. J’ai cependant une toute petite crainte, mais elle concerne l’avenir, car j’ai l’impression que le groupe arrive de moins en moins à cacher sa vieille passion pour les machines, et quand j’entends le martèlement clinique des batteries sur cet album, je me dis que la longue parenthèse AD INFERNA goût électro n’est jamais très loin… En tout cas, pour cet album, ça passe, et ça passe même très bien !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Lestat citer
Lestat
31/05/2023 23:05
Merci Sakrifiss, c'est ma découverte coup de coeur du moment !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Diablation
Black Metal Symphonique
2023 - Osmose Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Diablation
Diablation
Black Metal Symphonique - 2020 - France
  

écoutez
tracklist
01.   Inferi Ostium
02.   Vox Diaboli
03.   L'unique merveille
04.   Au bord du gouffre
05.   Crépuscule doré
06.   Testament de l'humanité
07.   Mort, marche avec moi

Durée : 39:50

parution
31 Mars 2023

voir aussi
Diablation
Diablation
Allégeance

2021 - Antiq Records
  

Essayez aussi
Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Cryptoriana
(The Seductiveness of Decay)

2017 - Nuclear Blast Records
  
Dimmu Borgir
Dimmu Borgir
For All Tid

1995 - No Colours Records
  
Limbonic Art
Limbonic Art
Phantasmagoria

2010 - Candlelight Records
  
Apotheosis
Apotheosis
Farthest From The Sun

2002 - Nocturnal Art Productions
  
Embryonic Cells
Embryonic Cells
Horizon

2018 - Apathia Records
  

Todesstoss
Das Liebweh​-​Dekret
Lire la chronique
Tzompantli
Beating The Drums Of Ancest...
Lire la chronique
Replacire
The Center That Cannot Hold
Lire la chronique
Scurrilous
Necromantik Self Devourment...
Lire la chronique
Ahab
The Coral Tombs
Lire la chronique
Incipient Chaos
Incipient Chaos
Lire la chronique
Mad Throng
Retribution is at Hand
Lire la chronique
Tomb
The Dark Subconscious (EP)
Lire la chronique
Xasthur
Disharmonic Variations
Lire la chronique
Oozing from the Netherworld
Cryptworm + Slimelord
Lire le live report
Exhumation
Master's Personae
Lire la chronique
Jenner
Prove Them Wrong
Lire la chronique
Nightside
Death From The North
Lire la chronique
Yattering
Human’s Pain
Lire la chronique
Speed
Only One Mode
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Earth Crisis
All Out War (EP)
Lire la chronique
Uttertomb
Nebulas Of Self-Desecration
Lire la chronique
Konkhra
Weed Out the Weak
Lire la chronique
Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique
Yattering
Murder’s Concept
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique