chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
158 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Deftones - Adrenaline

Chronique

Deftones Adrenaline
Déjà 10 ans que cet album est sorti. C'est pas vraiment que je sois vieux, mais ça ne me rajeunit quand même pas tout ça. Il faut dire que c'est un des premiers albums de metal que j'ai eu l'occasion de découvrir et en le réécoutant, c'est toujours le même effet, la même puissance, le même sentiment indescriptible de toucher à la perfection. C'est en 1995 que Deftones, tout jeune groupe de Californie sort son premier album "Adrenaline" qui porte décidément bien son nom. Et pour frapper un grand coup, on peut vraiment dire que le groupe a frappé un grand coup.

Pas étonnant que le groupe accède vite au succès avec un album de cette qualité. Il faut dire que "Adrenaline" met directement dans l'ambiance avec le titre le plus emblématique du groupe, "Bored" (qui lui collera à la peau jusqu'à la fin de ses jours) et sa rythmique imparable. On découvre alors un son, un style et une voix que les nombreux pastiches du genre qui suivront n'arriveront jamais à imiter. Musicalement, la recette est simple : les riffs sont très basiques mais efficaces et originaux, produisant une musique hargneuse et sombre, s'échouant parfois sur des moments plus planants pour mieux vous en remettre plein la gueule. Et pourtant, malgré sa relative simplicité, les compositions possèdent une profondeur dont la prestation des musiciens joue pour beaucoup. Pas de débauche de technique, d'effets en tous genres : l'album est très naturel, le groupe ne triche pas, prouvant simplement que chacun de ses membres possède un grand feeling car tout est parfait, des déviances guitaristiques de Stephen, aux battages de futs de Abe. Mais bien sûr, tout ceci n'aurait pas la même saveur sans la voix de Chino Moreno, absolument bluffant sur ce premier essai, aussi à l'aise en chant que dans ses hurlements. Sa manière de chanter si particulière colle magnifiquement au style et imprime au fer rouge le style des américains. A l'écouter, on ressent d'ailleurs une grande sincérité, une grande honnêteté qui vous prennent directement aux tripes, vous donnant envie de hurler et de pleurer avec lui.

Les titres s'enchainent dans une homogénéité et une cohérence qui vous fait souvent renoncer à le couper avant la fin. Aucun moment de lassitude ne s'installe, aucun titre n'a pas sa place, des albums comme celui-ci se font bien rares. On parle souvent de "Bored", mais on pourrait aussi bien parler des excellents "Minus Blindfold", "Root" ou encore "7 Words". Personnellement, c'est le titre de cloture "Fireal" qui me troue le cul à chaque fois de part son ambiance, et son ton un peu spécial au milieu de cette débauche de violence. Et quel break !!! En plus des 10 titres affichés au compteur se cache une excellente bonus track en onzième plage (bien plus pratique que d'avoir 20 minutes de silence), quasi-instrumentale et planante au possible, concluant parfaitement l'album après l'énorme "Fireal". La production signée Terry Date n'est en plus pas dégueux du tout, bien grasse et écrasante, même s'il est clair que celles qui suivront seront bien meilleures.

Premier Deftones que j'ai eu l'occasion d'écouter et celui que je préfère (avec "Around The Fur"). Outre le fait qu'il représente ma jeunesse de djeunz rebelz, il n'en demeure pas moins un album puissant et poignant qui marqua et marquera surement encore, une génération d'ados en manque de sensations fortes. Et même si je ne suis vraiment un adepte de ce genre de musique, je dois dire que Deftones, ça botte des culs. Y'a pas à chier !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Saikicekon citer
Saikicekon
12/02/2009 03:28
note: 10/10
"vous savez ces albums comme on en fait plus vraiment dans le style." Dead.
Je pose ton Featuring Dead.
Quand je réécoute Adrénaline, ça me donne les mêmes sensations que le "SMASH" d'Offspring.
Au fait, on a retrouvé Beavis & Butthead ?
10/10 !

Evil_Nick citer
Evil_Nick
15/08/2005 10:17
note: 9/10
J'ai découvert ce groupe grâce à Best-Of Trash et la chanson "Bored" qui reste une de mes préférées. Un album qui contient d'excellents titres comme "Root", "One Weak", "7 words" et bien-sûr "Bored". Tjrs très agréable à écouter même au bout de 10 ans. Un style déjà bien personnel dès le 1er disque.
Body Count citer
Body Count
14/08/2005 22:10
note: 10/10
Bonne kro, sauf que l'influence hip hop a été ignoré alors que Chino il avait un flow qui assurait vraiment bien ! Dommage qu'il ne rappe plus du tout d'ailleurs... 7 Words est LE meilleur titre du groupe selon moi.
kollapse citer
kollapse
14/08/2005 15:40
Dac avec la chro cet album est une pure bombe, ainsi que les suivants ("around the fur" , "white pony"Clin d'oeil, seul le dernier ("deftones"Clin d'oeil est un peu en deça mais tjs bon à prendre qd même. Deftones est un groupe qui allie une certaine fougue hardcore, un feeling rock, le tout avec un son métal. Les riffs de Carpenter, efficaces et puissants, sont la marque de fabrique du groupe, ainsi que le chant de Moreno à la fois intense et mélodiquement irréprochable. Ce n'est pas l'album du groupe que je préfère mais il y a ici des classiques indémodables "bored", "one weak", "nosebleed" ou les cultes "root", "7 words" et "engine no9"Clin d'oeil. Je dirais que Deftones est ici à classer dans le néo-métal bien que pour moi il n'est pas à affiler à ce mouvement...bref.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Deftones
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (33)  8.52/10
Webzines : (9)  8.34/10

plus d'infos sur
Deftones
Deftones
Metal alternatif - Etats-Unis
  

vidéos
7 Words
7 Words
Deftones

Extrait de "Adrenaline"
  

tracklist
01.   Bored  (04:07)
02.   Minus Blindfold  (04:05)
03.   One Weak  (04:31)
04.   Nosebleed  (04:26)
05.   Lifter  (04:43)
06.   Root  (03:41)
07.   7 Words  (03:44)
08.   Birthmark  (04:18)
09.   Engine No. 9  (03:26)
10.   Fireal  (06:36)
11.   Fist  (03:36)

Durée : 47:05

line up
parution
3 Octobre 1995

voir aussi
Deftones
Deftones
Ohms

2020 - Reprise Records
  
Deftones
Deftones
White Pony

2000 - Maverick Records
  
Deftones
Deftones
Around The Fur

1997 - Maverick Records
  
Deftones
Deftones
My Own Summer (Shove It) (EP)

1998 - Maverick Records
  

Essayez aussi
Metal In Franche Comté
Metal In Franche Comté
Metal rends toi, nenni ma foi ! (Compil.)

2021 - Metal In Franche Comté
  
Ugly Kid Joe
Ugly Kid Joe
Menace To Sobriety

1995 - Mercury Records
  
Metallica
Metallica
Hardwired... To Self-Destruct

2016 - Blackened Recordings
  
Metallica
Metallica
Death Magnetic

2008 - Vertigo
  
Audrey Horne
Audrey Horne
No Hay Banda

2005 - Dogjob
  

Momentum
Momentum
Lire la chronique
Kompost
Pallor Mortis
Lire la chronique
Carcass
Torn Arteries
Lire la chronique
Aussichtslos
Einsicht
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Punishment And Devotion (EP)
Lire la chronique
Demolizer
Upgrade (EP)
Lire la chronique
Mythical Beast
Scales
Lire la chronique
Bishop
Bishop
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Submission And Slavery
Lire la chronique
Aurvandil
Thrones
Lire la chronique
Nocturnal Nightmare
Abstrakt Sinne
Lire la chronique
Ghastly
Mercurial Passages
Lire la chronique
Hellsword
Cold Is The Grave
Lire la chronique
King Diamond
Conspiracy
Lire la chronique
Vile Apparition
Depravity Ordained
Lire la chronique
Necrofier
Prophecies of Eternal Darkness
Lire la chronique
Black Mass
Feast At The Forbidden Tree
Lire la chronique
Hexerei
Ancient Evil Spirits
Lire la chronique
Illum Adora
Ophidian Kult
Lire la chronique
Begräbnis
Izanaena
Lire la chronique
Igric
Svet svetlom stvorený
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Roughly Excised (Putrefindi...
Lire la chronique
Sépulcre pour la démo "Ascent Through Morbid Transcendence"
Lire l'interview
Dead Soul Alliance
Behind The Scenes
Lire la chronique
Venefixion
A Sigh From Below
Lire la chronique
Marduk
Dark Endless
Lire la chronique
L'Acéphale
L'Acéphale
Lire la chronique
Clandestine Blaze
Secrets of Laceration
Lire la chronique
Hooded Menace
The Tritonus Bell
Lire la chronique
Criminal
Sacrificio
Lire la chronique