chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
122 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Terrorizer - World Downfall

Chronique

Terrorizer World Downfall
Terrorizer ou comment, en un seul album, entrer dans la légende. On est en 1989. Trois jeunes d'origine sud-américaine de Los Angeles, Jesse Pintado (guitare), l'ex-Majesty Oscar Garcia (chant) et Pedro "Pete" Sandoval (batterie) sont à Tampa en Floride dans le célébrissime studio Morrisound Recording de Scott Burns. Le groupe vient de signer un contrat avec le label anglais Earache Records, grâce notamment au soutien du batteur de Napalm Death Mick Harris (qui sera remplacé en 1991 par Danny Herrera), avec lequel Jesse Pintado échangeait des cassettes. Leur bassiste Garvey étant en prison, c'est David Vincent de Morbid Angel, dont le groupe venait justement d'enregistrer son premier album Altars Of Madness dans ce même studio après avoir embauché...Sandoval , qui prît sa place. Et en deux jours seulement, World Downfall fut en boîte. Ils ne le savaient pas encore mais Terrorizer venait d'accoucher d'un monument.

Seize titres composent l'album et tous, sans exception, sont des putain de bombes. Du fondu sonore de "After World Obliteration" (qui rappelle "Hit The Lights" de Metallica) à celui de "World Downfall", pas un seul temps mort n'est laissé à l'auditeur. A peine se rend-il compte de ce qui vient de lui arriver. Mais une chose est sûre, il a aimé, et pas qu'un peu! Si notre ami l'a écouté en 1989, il a du trouver ça nouveau, et surtout extrêmement brutal (qualité toujours valable de nos jours). Car en effet Terrorizer est l'un des tout premiers groupes de grindcore, genre dont les Anglais de Napalm Death, avec Scum (1987) et From Enslavement To Obliteration (1988) sont les précurseurs. Mais Terrorizer est l'un des premiers à exporter ce genre musical aux Etats-Unis. Mieux que ça, c'est sur la toute première démo du groupe que Pete Sandoval aurait inventé une nouvelle technique dont tous les batteurs extrêmes usent et abusent aujourd'hui, technique qui consiste en gros à jouer des croches d'une seule main à un rythme extrêmement rapide, avec la grosse caisse et la ride (ou le charley) sur le temps et la caisse claire à contre-temps, j'ai nommé le blast-beat. Et du blast sur cet album il y en a! Le tempo est ainsi soit rapide, soit très rapide ou soit ultra-rapide avec ces fameux blasts supersoniques de Sandoval. Seules les intros de "Resurrection" et de l'énorme "Dead Shall Rise" amènent un peu de calme, mais pour si peu de temps!

Je vous parlais un peu plus haut de Napalm Death et bien l'influence des grindeux de Birmingham est omniprésente. On se croirait sur les deux premiers albums des Anglais mais avec un son bien meilleur. Oui car ici la prod' est gigantesque (Scott Burns oblige) et n'a pas pris une ride, c'est un véritable déluge sonore auquel on assiste impuissant. Le mélange thrash old-school et punk, avec les rythmiques correspondantes et les nombreuses séquences de blastages grindesques, pour des morceaux de 2 minutes en moyenne qui vont droit au but, font de World Downfall un festival de riffs simples et efficaces, mais non dénué de groove (vous avez dit basse?), ce qui donne un charme supplémentaire à un album déjà sacrément bon!

Revenons à la comparaison inéluctable avec Napalm Death pour parler des vocaux et des paroles. Garcia aboit (il n'y a pas d'autres mots) sa haine anti-capitaliste d'une manière proche de celle du nouveau chanteur de Napalm Death, Mark "Barney" Greenway" (ex-Benediction qui prend la place de Lee Dorian, parti fonder Cathedral, la même année). Quant aux paroles, je viens d'y faire allusion, on a le droit à une critique virulente (à défaut d'une véritable analyse mais bon on est pas là pour ça) d'une société moderne en plein déclin (d'où le titre de l'album), avec les pays riches et les multinationales qui exploitent les pays pauvres, les gouvernements qui contrôlent les peuple etc. Cette haine contagieuse semble d'autant moins feinte que les trois-quarts de Terrorizer viennent d'Amérique du Sud, région pauvre s'il en est.

S'il n'y avait qu'un seul défaut à retenir sur ce World Downfall, ce serait son caractère extrêmement répétitif. Le cliché "les morceaux se ressemblent tous" convient bien, malheureusement, notamment à cause des riffs parfois trop simplistes et aussi à un shéma rythmique que le groupe use jusqu'à la corde. Le jeu de batterie de Sandoval est peut-être excellent mais pas assez varié. Alors même si il nous offre quelques petites originalités, ça devient vite lassant. Mais bon on va dire que c'est du grindcore et qu'on ne peut donc pas éviter ce genre de réflexion inhérente au style. Et puis c'est tellement jouissif qu'on finit par en avoir rien à branler!

Si ce n'est donc ce problème de répétitivité, World Downfall mérite largement le culte que beaucoup lui font. Après tout, si autant de groupe s'en sont inspirés ce n'est pas pour rien. Les musiciens ne sont d'ailleurs pas les seuls à avoir été conquis puisque Terrorizer a donné son nom au célèbre magazine anglais que tout le monde connait. Ce côté légendaire vient également du fait qu'il s'agisse du seul et unique album de Terrorizer. Les membres du groupe vont en effet se disperser dans leur projet respectif malgré l'énorme succès rencontré: Sandoval reste avec Morbid Angel, Vincent y retourne, Garcia fonde Nausea et Pintado déménage la même année en Angleterre pour rejoindre Napalm Death et remplacer Bill Steer, de retour dans Carcass. Récemment, pourtant, on apprenait qu'un nouvel album était en préparation. Géniale nouvelle ou fin du mythe?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

16 COMMENTAIRE(S)

hurgh citer
hurgh
01/03/2018 00:09
note: 9.5/10
Celui-ci fait vraiment partie des albums que je peux écouter encore et encore sans me lasser. Et pourtant ça fait près de 25 années que je le fais tourner ! Riffs ultimes, batterie de possédé, les mecs ont tout compris. Certains se plaignent que le chanteur "manque de coffre", bien au contraire son style un peu étranglé participe grandement à renforcer la personnalité du groupe. Pas plus tard que ce jour, je me suis "amusé" à reproduire à la gratte les morceaux "Fear Of Napalm" et "After World Obliteration", une galette que j'emporterai en maison de retraite...
Jester citer
Jester
20/08/2005 16:02
NAUSEAAAAAA! OH SWEET NAUSEAAAA!

oups pardon j'm'emporte, c'est At the gates, ça Gros sourire
Gothenburg citer
Gothenburg
18/08/2005 14:39
ya nausea aussi
Chri$ citer
Chri$
17/08/2005 21:57
j'ai écouté le mp3, putain ça bute bien!! on sent la touche de Pintado ds les riffs, Napalm Death sera un digne successeur du genre..
Scum citer
Scum
16/08/2005 20:43
note: 9/10
Il y a aussi Repulsion avec Horrified, un des premiers albums où le batteur commençait à jouer vite. Quelques titres marquent les prémices du blast dans le metal.

En tout cas, une chose est sûre, c'est Môssieur Sandoval qui l'a rendu celèbre sur cette album.
Keyser citer
Keyser
16/08/2005 18:49
note: 9/10
Je sais bien que les blasts sont inspirés du jazz Clin d'oeil

Pour Scum oui évidemment y'a des blasts mais pour Sandoval je parle pas de cet album sorti en 1989 (donc 2 ans après Scum) mais des démos du groupe qui datent de la même période, voire antérieure. Je pense qu'on saura jms vraiment la vérité et c'est pour ça que j'ai mis du CONDITIONNEL à ma phrase dans la kro Clin d'oeil
Omnious citer
Omnious
16/08/2005 18:33
J'en ai parlé des blasts avec mon prof de batterie et ma fait ecouter des batteur du debut du free jazz allez a 180 bpm (tempos rapprochant les blast qui se trouve au alentour de 210 bpm)donc dire que c'est pete sandoval ou mick harris qui a invente les blast seraient reducteur de plus on trouve des blast sur scum.(pas aussi puissant que ceux de MR COMMANDO mais quand memes le debut des blasts est la.)
citer
Deadthrone (invité)
16/08/2005 17:44
C'est Mick Harris qui a inventé le blast beat !
Na !
Keyser citer
Keyser
16/08/2005 11:25
note: 9/10
Merci mec je l'ai mis en ligne!
Sinon le site du groupe sera bientôt mis à jour avec pas mal de mp3. Quand ce sera fait j'en rajouterai un.
Scum citer
Scum
15/08/2005 23:47
note: 9/10
Un petit morceau qui poutre sevère, ça s'appelle After World Obliteration et c'est par ici : http://musica.mustdie.ru/samples/t/terrorizer/1989_405.mp3
Backstaber citer
Backstaber
15/08/2005 20:40
note: 9/10
Enorme album !

J'adore !
dawatch citer
dawatch
15/08/2005 19:22
quel album que ce world downfall! j ai eu la chance de decouvrir cet album alors que je n'etais qu'un jeune merdeux a donf sur metallica et slayer. pourtant j'avais du mal avec napalm a cette epoque...et bien, j ai du l'ecouter en boucle pendant 2 ans tous les jours! vraiment grosse nostalgie pour moi et gros coup de coeur que cet album! merci pour ta kro! 9.5/10 perso.
Gothenburg citer
Gothenburg
15/08/2005 14:07
trop de la boulettte cette album mon son oréféré c'est fear of napalm... trop bon !
Body Count citer
Body Count
15/08/2005 13:58
Vu que j'adore le 1er Napalm Death, ainsi que le 2ème, et qu'on m'a déjà fait écouter du Terrorizer et que j'avais bien kiffé (je croyais que c'était Napalm d'ailleurs !), et que ta kro est vraiment très réussie, je vais me procurer ce cultissime album dès que possible !
Keyser citer
Keyser
15/08/2005 13:43
note: 9/10
Qui a inventé le blast ça fait toujours un peu débat mais en général on s'accorde quand même à dire que c'est Sandoval avec Terrorizer et lui est tout à fait d'accord Moqueur.

Sinon bah comme l'indique ma dernière phrase je me demande aussi si c'est pas une erreur de sortir un deuxième album, ça va casser un peu le mythe, même si l'album est énorme. Mais j'avoue qui si il y a une tournée qui passe en France, je me gênerais pas pour y aller!
Scum citer
Scum
15/08/2005 13:28
note: 9/10
Beaucoup de vrai dans cette kro. Je suis un peu d'accord pour le côté répétitif de l'album mais bon celui-ci dure un peu plus de 30 minutes donc la baffe n'est pas trop lourde à supporter. Pete Sandoval est un tueur, précis et très rapide (même encore de nos jours). J'ai même lu qu'il avait enregistré l'album avec une simple double pédale. Quant au fait qu'il ait inventé le blast-beat, je ne parierais pas la-dessus, bien malin soit celui qui puisse répondre à cette question.

Concernant la réformation, je trouve dommage de récussiter un mythe pareil. En ce moment les reformations se multiplient : Dissection (no comment...), Obituary (bien mais on attendait mieux), et j'en oublie. S'ils sortent un dvd, pourquoi pas, mais s'ils osent donner un successeur à World Downfall, j'ai peur d'être méchamment déçu.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Terrorizer
Grindcore
1989 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (16)  9.34/10
Webzines : (11)  8.77/10

plus d'infos sur
Terrorizer
Terrorizer
Death/Grind old school - 1987 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   After World Obliteration
02.   Storm Of Stress
03.   Fear Of Napalm
04.   Human Prey
05.   Corporation Pull-In
06.   Strategic Warheads
07.   Condemned System
08.   Resurrection
09.   Enslaved By Propaganda
10.   Need To Live
11.   Ripped To Shreds
12.   Injustice
13.   Whirlwind Struggle
14.   Infestation
15.   Dead Shall Rise
16.   World Downfall

line up
voir aussi
Terrorizer
Terrorizer
Darker Days Ahead

2006 - Century Media Records
  
Terrorizer
Terrorizer
Hordes Of Zombies

2012 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Whoresnation
Whoresnation
Mephitism

2018 - Throatruiner Records / Deaf Death Husky
  
Grind-O-Matic
Grind-O-Matic
Welcome To Grind-O-Land

2009 - Autoproduction
  
Rotten Sound
Rotten Sound
Napalm (EP)

2010 - Relapse Records
  
Gendo Ikari
Gendo Ikari
Unit 1 (EP)

2016 - Autoproduction
  
Phobia
Phobia
22 Random Acts of Violence

2008 - Willowtip Records
  

Damnation Defaced
The Devourer
Lire la chronique
Malum
Legion
Lire la chronique
ALL #1 - L'histoire conceptuelle de l'album "Hypertrace"
Lire le podcast
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique