chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
87 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Devangelic - Xul

Chronique

Devangelic Xul
Revenant aux affaires tous les trois ans avec un nouveau long-format le quatuor de Rome continue son petit bonhomme de chemin avec ici le quatrième volet d’une aventure commencée il y’a onze ans désormais, et qui se bonifie avec l’âge. S’il a toujours été considéré comme un groupe de seconde zone dans un genre très balisé et saturé, force est de reconnaître qu’après des débuts hésitants et timorés il avait redressé la barre avec un « Ersetu » plus intéressant, à défaut d’être vraiment mémorable. Néanmoins on sentait ici que les gars souhaitaient s’affranchir de certaines influences trop marquées pour aller vers de nouveaux horizons, et qui bien que lorgnant toujours vers DEEDS OF FLESH (et les Etats-Unis en général) voient aussi l’apport d’un côté NILE plus marqué, bien que tout cela reste encore très calibré. Cependant si tout cet opus va être totalement sans surprises il n’en reste pas moins intéressant et fort plaisant, tant les Italiens continuent de gagner en expérience sans chercher la surenchère à tout prix et cela leur convient très bien, vu qu’à défaut de marquer l’année on va quand même passer un très bon moment porté par une efficacité sans bornes.

On est en effet heureux de constater que ceux-ci font du très bon boulot sur l’excellent « Scribes Of Xul », vu qu’ils nous sortent directement toute leur variété et panel rythmique et le tout étant porté par un dynamisme insolent et contagieux qui donne clairement envie d’en découdre au milieu de cette alternance de vitesse et de lourdeur constante. Ça sera d’ailleurs le crédo du tout aussi incisif « Which Shall Be The Darkness Of The Heretic », qui reprend exactement les mêmes éléments tout en se montrant plus primitif et instinctif vu ça va tabasser plus fortement et sans baisses de régime notables. Et histoire de clôturer dignement ce premier tiers d’album le combo nous sort de derrière les fagots « Udug-Hul Incantation » qui se distingue du reste de par sa lourdeur constante et sa vitesse bridée au maximum, d’où émerge ainsi une ambiance étouffante et rampante renforcée vu que ça n’accélère jamais afin de maintenir une pression continue et inquiétante. Si l’on pourra reprocher à cette plage de s’étirer un peu inutilement (et donner ainsi l’impression de légèrement se répéter) elle montre que les mecs restent attractifs même en levant le pied, un constat qui va se retrouver à plusieurs reprises un peu plus loin. Car une fois l’interlude passé place à la seconde partie qui repart sur les mêmes bases que la précédente, via le classique et impeccable « Sirius, Draconis, Capricornus » qui trouve le moyen de lorgner presque vers le Doom sans pour autant oublier les explosions de violence débridée menées à deux-cent à l’heure, pour un rendu certes en pilotage-automatique mais parfaitement mené à l’instar du court et efficace « Ignominious Flesh Degradation », qui fait le job comme il faut à défaut d’être mémorable. D’ailleurs le passage central sur cette galette sera finalement le seul à baisser un peu en intérêt tant ici ça va se montrer relativement quelconque (« Worship Of The Black Flames » pour ne pas le nommer), même si ça reste néanmoins d’un niveau largement convenable. Terminant les hostilités sans prises de risques majeures que ce soit sur l’efficace et varié « Shadows Of The Iniquitous » ou sur le long « Sa Belet Ersetim Ki'Am Parsusa » (qui contient quelques passages hyper remuants et propices au secouage de nuque), tout cela confirme que les Transalpins - sans être encore au niveau des ténors du genre d’outre-Atlantique - ont clairement gagné en maturité et en force.

Car signant leur meilleure réalisation à ce jour ceux-ci offrent un pur moment de Brutal Death sans prétentions ni excès divers qui se place dans la droite ligne de son prédécesseur, tout en étant légèrement plus diversifié ce qui lui permet ainsi de gagner en fluidité. Désormais dans le haut du panier de la deuxième division du genre à l’étranger il se place en revanche en bonne place dans son pays où les ténors historiques ou récents en matière de grosse violence semblent avoir du mal à se renouveler (HOUR OF PENANCE, HIDEOUS DIVINITY), tout en frôlant désormais les leaders locaux (ANTROPOFAGUS, ou les regrettés SEPTYCAL GORGE)… à condition toutefois de continuer dans cette voie pour la prochaine sortie. Autant dire qu’on surveillera cela avec attention vu que l’entité semble désormais mûre pour aller au palier supérieur, attention néanmoins à ne pas se brûler les ailes d’ici là ou choper la grosse tête mais on suppose que cela n’arrivera pas de par le sérieux dont elle fait preuve depuis toujours.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Sosthène citer
Sosthène
15/05/2023 12:07
Je l'ai chopé ce weekend, j'ai hâte de l'écouter. Comme tu le dis, c'est clairement de la deuxième division mais y a toujours ce qu'il faut en termes de brutalité et de qualité, avec une illustration qui pèse !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Devangelic
Brutal Death Metal
2023 - Willowtip Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Devangelic
Devangelic
Brutal Death Metal - 2012 - Italie
  

tracklist
01.   Scribes Of Xul
02.   Which Shall Be The Darkness Of The Heretic
03.   Udug-Hul Incantation
04.   Famine Of Nineveh
05.   Sirius, Draconis, Capricornus
06.   Worship Of The Black Flames
07.   Ignominious Flesh Degradation
08.   Hymn Of Savage Cannibalism
09.   Shadows Of The Iniquitous
10.   Sa Belet Ersetim Ki'Am Parsusa

Durée : 39 minutes

line up
parution
7 Avril 2023

voir aussi
Devangelic
Devangelic
Phlegethon

2017 - Comatose Music
  
Devangelic
Devangelic
Ersetu

2020 - Willowtip Records
  

Essayez aussi
Hour Of Penance
Hour Of Penance
The Vile Conception

2008 - Unique Leader Records
  
Lividity
Lividity
Perverseverance

2018 - Metal Age Productions
  
Inimicality
Inimicality
Relics Of Disorder (Démo)

2008 - Autoproduction
  
Darkall Slaves
Darkall Slaves
Abysses Of Seclusion (Single)

2013 - Kaotoxin Records
  
Nox
Nox
Ixaxaar

2007 - Earache Records
  

Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique
Yattering
Murder’s Concept
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
Varices
The Undoing
Lire la chronique
Winter Eternal
Echoes of Primordial Gnosis
Lire la chronique
Rope Sect
Estrangement
Lire la chronique
Solar Temple / Dead Neanderthals
Embers Beget the Divine (Co...
Lire la chronique
Tenebro
Carne Umana (EP)
Lire la chronique
Sadus
The Shadow Inside
Lire la chronique
Necromantic Worship
Rites Of Resurrection (Comp...
Lire la chronique
Gjendød
Livskramper
Lire la chronique
Grisaille
Entre Deux Averses​.​.​. (E...
Lire la chronique
Black Sorcery
Plummeting Into The Hour Of...
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Between The Worlds Of Life ...
Lire la chronique
Holycide
Towards Idiocracy
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Manual Manic Procedures
Lire la chronique
Le Concile Des Fanges - Europe 2024
A/Oratos + Délétère + Ossua...
Lire le live report
Doska
Doska Og Vintey
Lire la chronique
Scattered Remnants
Inherent Perversion (EP)
Lire la chronique
Severe Torture
Torn From The Jaws Of Death
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Calcine
Common Love Common Nausea
Lire la chronique