chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
73 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Goatmoon - What Once Was... ...Shall Be Again

Chronique

Goatmoon What Once Was... ...Shall Be Again
[ A propos de cette chronique ]

Oh, cela fait 12 ans que je n’avais pas fait de chronique de l’un des Finlandais les plus célèbres du monde du black metal ! GOATMOON ! En fait, je n’avais jamais eu l’occasion d’en parler sur Thrashocore parce que c’est mon bon ami Sagamore qui en était en charge. Volontairement bien sûr. Sur notre webzine, nous avons la liberté de choisir les albums que nous traitons. Il avait noté Voitto Tai Valhalla 7.5/10 en 2014 et Stella Polaris 8.5/10 en 2017. Mais allez savoir pourquoi, il n’a pas souhaité se lancer dans la rédaction de son opinion concernant ce 7ème album. Pourquoi ? La faute au temps passé et à une passion éteinte ? 6 ans ont effectivement passé depuis le véritable dernier album. « Véritable » car il y a tout de même eu Silver Serpent en 2021, un opus parenthèse qui a aussi pu en échauder certains en proposant un seul titre, instrumental et à classer dans le Dungeon synth… Bonjour au revoir…

Heureusement, ce n’était vraiment qu’une parenthèse, mais pour certains, cela a été un faux pas qui a brisé une certaine magie. Comme un magicien qui déciderait le temps d’un tour de faire l’hélicoptère avec sa bite. Il aurait beau revenir à un tour plus classique tout de suite après, on aurait du mal à effacer de notre esprit ce que l’on viendrait de subir. D’autres ont abandonné GOATMOON pour son implication apparemment trop appuyée dans la scène NS. Même si elle n’est pas nouvelle, elle n’est aucunement cachée, et un split partagé avec THY SERPENT et (surtout) WOLFNACHT en 2022 a à nouveau montré qu’aucune équivoque n’était possible.

Mais allez, plongeons tout de même dans What Once Was... ...Shall Be Again. Composé de 8 morceaux, il totalise 43 minutes. Les pistes font généralement 5 minutes, et il n’y a que la première qui est plus longue, atteignant 8 minutes, pour la simple raison qu’elle est placée en première position et qu’elle a été couplée à l’introduction de l’album. Les ambiances sont exactement celles que l’on connaissait de GOATMOON, avec un black metal aux mélodies appuyées, parfois même presque trop envolées et « joyeuses ». Le dosage est cependant différent d’un morceau à l’autre. « Snakes Above, Dragon Below » et « Protector of the North » sont les plus sucrés, les plus caloriques, avec du clavier et un entrain exagéré, mais dont on aime se repaître à petites doses. Le premier inclut des vocaux originaux, presque déclamés à la BAL-SAGOTH. Le deuxième balance des solos guitares débridés… D’autres pistes sont plus timorées, ne laissant pas les riffs éclater autant à la face de l’auditeur. Elles réclament plus d’écoutes pour se dévoiler et paraissent ainsi moins grossières. Je pense à « Trinity », qui s’appuie surtout sur une flûte assez discrète… Et puis il y a des morceaux intermédiaires, gai sur une partie, plus posé sur le reste, comme sur « What Once Was... ». Bref, il s’agit bel et bien d’un album de GOATMOON, mais qui s’amuse un peu plus que d’habitude à changer le volume de clarté entre chaque composition.

Ce résultat est évidemment le choix de l’unique tête pensante du groupe, le beau roux doudou BlackGoat Gravedesecrator. Mais il ne fait à nouveau plus que l’écriture des compositions, la batterie et les vocaux. Le reste est confié à des musiciens de session. Sami Tenetz, de THY SERPENT, s’occupe de la guitare rythmique et acoustique. Un certain CR-1 fait des chœurs et les guitares. La basse est confiée à Stormheit, comme c’est le cas en concert aussi depuis 2013. Il a apparemment un abonnement aux projets NS puisque c’est la thématique du projet solo à son nom et qu’il a aussi joué en live pour… DER STÜRMER… Je parlais aussi de claviers, ils sont dus à M. Uttermark, inconnu au bataillon. Et je parlais de flûtes, elles sont comme par le passé jouées par Skratt, ancien bassiste et claviériste de PEST et HORNA

A eux tous, ils nous délivrent donc un nouvel album qui a de bons moments de bravoure et d’excellents éclairs de réussite. Une mélodie par-ci, des chœurs entraînants par-là, un final à la guitare solo jouissif sur « Raging with the Lion's Blood »… Mais je ne peux pas dire que c’est l’album de GOATMOON qui m’a le plus convaincu jusqu’à maintenant. Je n’arrive pas à déterminer la raison… Peut-être qu’il est difficile de rivaliser avec les premiers albums du groupe ? Peut-être que j’ai trop en mémoire l’hélicobite ? Du coup, j’ai longuement hésité sur une note, trouvant que 7.5 était bien sévère, ayant peur que 8 soit généreux… Allez… au moment où je dois prendre la décision c’est l’un des meilleurs moments qui passe dans mes oreilles, alors… 8 !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Bras Cassé citer
Bras Cassé
07/12/2023 16:31
note: 8.5/10
Qu'il est bon cet album! Ultra epique!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Goatmoon
Black Metal mélodique
2023 - Werewolf Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Goatmoon
Goatmoon
Black Metal mélodique - 2002 - Finlande
  

tracklist
01.   Intro / Snakes Above, Dragon Below
02.   Raging with the Lion's Blood
03.   Breastfed by Reptiles
04.   Flying on Torn Angelwings
05.   Rodent Throne
06.   What Once Was...
07.   Trinity
08.   Protector of the North

Durée : 43:26

parution
20 Janvier 2023

voir aussi
Goatmoon
Goatmoon
Voitto tai Valhalla

2014 - Werewolf Records
  
Goatmoon
Goatmoon
Stella Polaris

2017 - Hells Headbangers Records / Werewolf Records
  
Goatmoon
Goatmoon
Tahdon Riemuvoitto (Compil.)

2013 - Werewolf Records
  

Essayez aussi
Malist
Malist
Of Scorched Earth

2024 - Avantgarde Music
  
White Death
White Death
White Death

2017 - Werewolf Records
  
Dodsferd
Dodsferd
Wastes of Life

2015 - Moribund Records
  
Black Funeral
Black Funeral
Ankou and the Death Fire

2016 - Dark Adversary Productions
  
Catamenia
Catamenia
Morning Crimson

1999 - Massacre Records
  

Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique
Yattering
Murder’s Concept
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
Varices
The Undoing
Lire la chronique
Winter Eternal
Echoes of Primordial Gnosis
Lire la chronique
Rope Sect
Estrangement
Lire la chronique
Solar Temple / Dead Neanderthals
Embers Beget the Divine (Co...
Lire la chronique
Tenebro
Carne Umana (EP)
Lire la chronique
Sadus
The Shadow Inside
Lire la chronique
Necromantic Worship
Rites Of Resurrection (Comp...
Lire la chronique
Gjendød
Livskramper
Lire la chronique
Grisaille
Entre Deux Averses​.​.​. (E...
Lire la chronique
Black Sorcery
Plummeting Into The Hour Of...
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Between The Worlds Of Life ...
Lire la chronique
Holycide
Towards Idiocracy
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Manual Manic Procedures
Lire la chronique
Le Concile Des Fanges - Europe 2024
A/Oratos + Délétère + Ossua...
Lire le live report
Doska
Doska Og Vintey
Lire la chronique
Scattered Remnants
Inherent Perversion (EP)
Lire la chronique
Severe Torture
Torn From The Jaws Of Death
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Calcine
Common Love Common Nausea
Lire la chronique