chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
73 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Church Of Disgust - Weakest Is The Flesh

Chronique

Church Of Disgust Weakest Is The Flesh
Il n’aura pas fallu bien longtemps aux Américains de Church Of Disgust pour prendre du gallon. Quelques mois seulement après la sortie de l’excellent Consumed By Slow Putrefaction sur Maggot Stomp, le groupe originaire de San Marco au Texas signait un contrat avec le label Hells Headbangers Records pour la sortie de son troisième album. Près de quatre ans après l’annonce de cette signature, celui-ci est évidemment disponible depuis belle lurette puisque c’est en mai 2022 qu’est paru Weakest Is The Flesh sur le célèbre label de l’Ohio. Et s’il m’a fallu autant de temps pour venir vous en parler ce n’est pas par flemme mais tout simplement parce que ma première écoute n’a pas été particulièrement concluante et qu’il m’aura fallu pas mal de temps et surtout un petit peu de hasard (scroller son téléphone sans trop savoir quoi écouter peut parfois réserver de bonnes surprises) pour que je m’y intéresse à nouveau.

Paru un petit peu plus de deux ans après Consumed By Slow Putrefaction, ce troisième album voit le retour d’un groupe chez qui rien n’a changé. Une absence de mouvement qui se traduit en premier lieu par une équipe technique quasiment identique à celle d’il y a quatre ans. On va ainsi retrouver Dwane Allen à l’enregistrement (assisté cette fois-ci par le guitariste Joshua Bokemeyer) ainsi que Jani Loikas au mixage et au mastering. Sans surprise, les deux hommes signent une prestation efficace et naturelle qui sied à ravir au Death Metal des Américains. Finalement, la seule petite nouveauté nous vient de l’artiste responsable de l’illustration. On la doit en effet à un certain Marc Fishman, artiste relativement nouveau dans le milieu de l’illustration musicale puisqu’en dehors des Texans celui-ci n’a pour le moment collaboré qu’avec un seul autre groupe, une formation suédoise du nom de Forest Shrine évoluant dans le domaine du Dungeon Synth / Black Ambiant.

Bref, pour ce troisième album, les Texans nous reviennent avec dix nouveaux morceaux sous le coude parmi lesquels un interlude instrumental ("That Great Tomb That Holds No Sound (Interlude)") et une conclusion ("Throne Bearer's Dirge (Outro)") tout autant dénuée de paroles. Une sortie plutôt généreuse puisque Weakest Is The Flesh "culmine" en effet à près de quarante et une minutes. Une sortie qui, vous vous en doutez déjà, va naturellement se contenter de reprendre les choses là où la formation les avaient laissées deux ans auparavant avec Consumed By Slow Putrefaction.
En effet, avec ce nouveau longue-durée Church Of Disgust n’entend pas chambouler son plan d’action ni même bouleverser un tant soit peu son identité mais plutôt poursuivre dans cette voie qu’il poursuit depuis déjà plus de dix ans et dont les premiers balbutiements remontent à quelques décennies déjà. Une formule bête comme foin qui va voir se succéder accélérations bourre-pifs aussi sauvages que jouissives ("Horrific Anathema" à 0:26, l’entame en fanfare de "At The Pillar Of Souls", "Humiliated Remains" à 1:24, "Boiling Seas Of Yuggoth" dès 0:04...), séquences moins explosives mais néanmoins menées bon train par le biais de parties de tchouka-tchouka à l’esprit résolument Punk ("Arrogant Death" à 0:43, "That Which Dwells In The Gloom" à 0:18, "At The Pillar Of Souls" à 0:23 et 1:49, "Humiliated Remains" à 0:43...) et au groove parfois redoutable (« Arrogant Death » à 2:10) et enfin moments nettement plus lourdingues venus contre-balancer tous ces instants évoqués juste auparavant mais également apporter un petit peu plus de matière à ces ambiances de mort qui planent sur ces dix compositions déjà bien faisandées (la dernière minute de "Horrific Anathema", les nombreuses séquences mid-tempo très largement inspirées par Morbid Angel de l’excellent "Seemingly Unnatural Infestations", "Boiling Seas Of Yuggoth" à 1:13, "Weakest Is The Flesh" et ses sept minutes particulièrement pesantes malgré quelques soubresauts et autres secousses dispensées en fin de parcours...). Certes il n’y a dans tout cela rien de bien nouveau à se mettre sous la dent mais l’essentiel réside surtout dans cet équilibre très juste qui fait de Weakest Is The Flesh un disque hyper dynamique, efficace et suffisamment varié pour rendre appréciable ces quarante minutes effectivement dénuées de toute originalité.

À l’instar de ses précédents travaux on va retrouver ici les mêmes petits défauts, notamment ce côté un petit peu pataud dans le growl ainsi qu’un riffing parfois un poil trop anecdotique qui fait quelque peu retomber le soufflé (je pense par exemple à certaines séquences entendues sur "That Which Dwells In The Gloom" ou bien ce dernier riff sur "Seemingly Unnatural Infestations"). Alors comme souvent avec Church Of Disgust il n’y a là rien de véritablement rédhibitoire dans la mesure où tout ceci est effectivement compensé par les points évoqués dans le paragraphe précédent mais c’est une fois encore ce qui retient les Texans en seconde division et les empêche d’aller fricoter un petit peu plus loin. On ne leur en tiendra pas rigueur car beaucoup plus nombreux sont les moments plus marquants tout au long de ce troisième album mais si la simplicité dont font preuve les Texans a définitivement du bon dans ce genre de Death Metal franc du collier, elle révèle aussi parfois certaines limites notamment dans ces instants les moins inspirés.

Quoi qu’il en soit, ce troisième album demeure néanmoins une sortie particulièrement appréciable pour qui aime son Death Metal dépouillé de tout artifice ostentatoire. Certes simple et convenu, Weakest Is The Flesh a pour lui, on l’a vu, ce qu’il faut de relief et de variété pour captiver l’auditeur pendant près de trois quart d’heure. Évidemment, chacun de nous aura déjà entendu plus inspiré, plus brutal, plus sombre, plus redoutable, plus ceci ou plus cela mais en l’état les Texans font malgré tout un travail suffisamment chouette et convaincant pour espérer séduire l’auditeur lambda. Bref, Church Of Disgust continue ici son petit bonhomme de chemin sans rien changer à sa formule et moi je continue d’adhérer après m’y être quand même repris à deux fois.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Church Of Disgust
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Church Of Disgust
Church Of Disgust
Death Metal - 2010 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Arrogant Death  (05:11)
02.   Horrific Anathema  (04:07)
03.   That Which Dwells In The Gloom  (03:52)
04.   Seemingly Unnatural Infestations  (04:42)
05.   That Great Tomb That Holds No Sound (Interlude)  (01:24)
06.   At The Pillar Of Souls  (03:13)
07.   Humiliated Remains  (04:23)
08.   Boiling Seas Of Yuggoth  (04:17)
09.   Weakest Is The Flesh  (07:32)
10.   Throne Bearer's Dirge (Outro)  (02:00)

Durée : 40:41

line up
parution
27 Mai 2022

voir aussi
Church Of Disgust
Church Of Disgust
Veneration Of Filth

2016 - Memento Mori
  
Church Of Disgust
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefaction (EP)

2020 - Maggot Stomp Records
  

Essayez aussi
Venefixion
Venefixion
Defixio (Démo)

2015 - Iron Bonehead Productions
  
Exsul
Exsul
Exsul (EP)

2020 - Autoproduction
  
Escarnium
Escarnium
Dysthymia

2022 - Redefining Darkness Records
  
Iron Flesh
Iron Flesh
Summoning The Putrid

2020 - Great Dane Records
  
Yyrkoon
Yyrkoon
Unhealthy Opera

2006 - Osmose Productions
  

Woods of Infinity
The Northern Throne (Compil.)
Lire la chronique
Savage
Demo 1 (Démo)
Lire la chronique
Shitstorm
Only In Dade
Lire la chronique
Ild
Kvern
Lire la chronique
Apparition
Apparition (Démo)
Lire la chronique
Soul Incursion
Eternal Darkness (EP)
Lire la chronique
Fetid Zombie
Where Worms Craw (EP)
Lire la chronique
Jarhead Fertilizer
Carceral Warfare
Lire la chronique
...and Oceans
Cosmic World Mother
Lire la chronique
Knoll
As Spoken
Lire la chronique
Tomb Mold
Aperture Of Body (EP)
Lire la chronique
Aūkels
Meddjan sklāit ten
Lire la chronique
Torture Rack
Primeval Onslaught
Lire la chronique
Plague Of The Fallen
Amongst The Rats
Lire la chronique
Farsot
Life Promised Death
Lire la chronique
Dismo
The Achitect of Chaos
Lire la chronique
Monolyth + Përl + Nemost
Lire le live report
Benediction
Subconscious Terror
Lire la chronique
Near Death Experience
Brief is the Light
Lire la chronique
Gosudar / Malignant Altar
Gosudar / Malignant Altar (...
Lire la chronique
Abject Mentor
Abominaciones
Lire la chronique
Sardonic Witchery
Barbaric Evil Power
Lire la chronique
L7
Bricks Are Heavy
Lire la chronique
Darkspace
Dark Space -II
Lire la chronique
Mind Conflict
Temple of God
Lire la chronique
Tweedledead
Infernotes
Lire la chronique
Hulder
The Eternal Fanfare (EP)
Lire la chronique
Infernal Execrator
Diabolatry
Lire la chronique
Ignis Mortis
Haeresis Maleficarum (EP)
Lire la chronique
Flaming Ouroboros
Anthems For Brotherhood
Lire la chronique